Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Apollonia d’Illyrie (Albanie)

Jean-Luc Lamboley, Faik Drini, Philippe Lenhardt, François Quantin, Stéphane Verger, Vasil Bereti, Saimir Shpuza, Altin Skenderaj et Agron Islami
p. 236-246

Notes de l’auteur

Ont également participé à la campagne 2009, M.-H. Barrière (Université de Lyon 2), A. Buqinça (Université de Pristina), J. Clément (Université de Lyon 2), A. Dimo (Parc archéologique d’Apollonia), E. Follain (université de Lyon 2), L. Jaupaj (Parc archéologique d’Apollonia), F. Perrin (Université de Lyon 2), I. Reverdy (Université de Grenoble II), Admir Xhelaj (Parc archéologique d’Apollonia).

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Institut archéologique de l’Albanie (Centre d’études albanologiques, Tirana), Mission épigraphique et archéologique française en Albanie (Ministère des Affaires étrangères et européennes), UMR 5189 (Lyon2-CNRS), École française de Rome et École française d’Athènes

1Grâce au renouvellement de l’accord de coopération, cosigné par les organismes susnommés, les programmes scientifiques consacrés à l’étude du site d’Apollonia peuvent se poursuivre dans les meilleures conditions, et c’est l’occasion pour les directeurs de mission de remercier, en dehors des cosignataires, toutes les instances qui contribuent au succès de cette collaboration, et en particulier l’Ambassade de France en Albanie, la commission des fouilles du Ministère français des Affaires étrangères et européennes, et le Conseil national de l’archéologie du Ministère de la Culture albanais. Outre la poursuite des publications qui restent la priorité, la campagne de 2009 a lancé de nouvelles opérations de terrain dans le secteur G de la cité, consacré à l’habitat et à l’architecture domestique de l’époque hellénistique et romaine, ce qui permet de reprendre le dossier d’une partie des fouilles de Léon Rey et des fouilles albano-soviétiques qui n’avaient pas fait l’objet de publications ; c’est aussi l’occasion de participer à la valorisation du site, en collaboration avec le Parc archéologique d’Apollonia et l’Institut des Monuments de Tirana.

1. Exploration archéologique de la ville haute : mission d’étude du matériel et préparation de la publication des prospections géophysiques (2004-2005) et des sondages topographiques et stratigraphiques (2006-2008)

2Dans le cadre de la Mission franco-albanaise d’Apollonia et en étroite collaboration avec les Écoles françaises d’Athènes et de Rome, le programme consacré à l’étude de la ville haute a vu du 5 août au 9 septembre 2009 l’achèvement de la phase d’étude et d’acquisition des données. Cette chronique est consacrée aux fragments architecturaux (F. Q. et Ph. L.), aux figurines en terre cuite (F. Q.) et à la céramique d’époque romaine (S. Sh.) ; elle complète ainsi le texte publié l’an passé, essentiellement composé d’une contribution liminaire de Stéphane Verger sur les céramiques archaïques et classiques (MEFRA, 121-1, 2009). La céramique hellénistique est en cours d’étude sous la responsabilité de Vasil Bereti. Le programme est donc dans sa phase de publication. Grâce à l’autorisation de la directrice de l’IAA, Shpresa Gjongecaj, et de Faïk Drini, directeur des études antiques de cette même institution, nous avons pu travailler dans les réserves du Musée archéologique de Tirana, afin de comparer le matériel apolloniate aux faciès céramique et architectural d’autres sites archéologiques albanais. Le même travail a été réalisé dans les réserves du Musée historique de Fieri.

Les fragments d’architecture

3L’enregistrement des fragments architecturaux découverts lors des derniers sondages effectués en 2008 est achevé. Dans la perspective d’une typologie partant des époques les plus anciennes, il a paru important d’enregistrer les moindres variations morphologiques et de prendre en compte toutes les séries, même les plus modestes, afin d’établir une grammaire de référence. La récupération a donc été systématique quand une forme ou une surface travaillée était conservée. Le degré de fragmentation des blocs d’architecture est remarquable, et indique à l’évidence que l’exploitation de cet ensemble architectural comme carrière, fut, au moins dans l’une de ses phases, organisée et rationnelle. Les difficultés engendrées par cette fragmentation peuvent être dépassées de deux façons : la première démarche consiste à partir des vestiges en place, des fondations, afin d’établir l’échelle approximative de l’élévation, le diamètre et la hauteur des colonnes, les entraxes etc. ; la seconde procédure, concomitante, impose naturellement d’attribuer les nombreux fragments architecturaux à des groupes fonctionnels (bases, fûts, chapiteaux, entablement etc.), et à des familles morphologiques (éléments de décor, moulures, motifs iconographiques etc.), selon la méthode exposée par Y. Ubelmann et expérimentée à Rome sur le Palatin (Ubelmann 2006).

Fig. 13 – Apollonia, Ville haute. Plan de positionnement des sondages 2006-2008 sur l’image de la prospection géophysique (Ph. L.).

4L’étude de ces fragments architecturaux, parfois même de leur position stratigraphique quand elle est fiable, de leur distribution topographique, de leur état de conservation, documente non seulement les monuments tels que les Apolloniates pouvaient les admirer, mais aussi, plus directement encore, une phase de destruction. Dans le secteur 10 par exemple, la couche superficielle s’appuyait sur un véritable niveau de chantier de démolition composé de fragments somme toute peu dispersés. La grande quantité de fragments de cannelures de même taille indique que les tambours de colonne ont été débités selon la même technique – impacts de pioche – afin de produire un bloc brut. En revanche, les fragments de blocs de construction sont rares, ce qui montre qu’ils ont été emportés en l’état, ou sciés. Ces matériaux ont servi à la construction du monastère, des maisons villageoises et des fermes isolées ; ils étaient aisément réunis sur un point haut, sur une aire dégagée, d’où il était facile de les évacuer par la « glissière » que représentait la grande rue au sud-ouest (Lamboley 2007). En outre, les édifices ottomans de Berat, dont on sait que certains furent construits avec des pierres provenant d’Apollonia (Leake 1835), sont composés de petits moellons qui sont probablement partis sous cette forme du lieu de débitage. À l’extrémité occidentale du portique, la fouille a révélé l’existence d’un four à chaux ; un fragment de fût dorique brûlé indique sans doute quel fut le sort réservé aux décors.

5La grande majorité des raccords (éléments de décors, petits blocs de construction, fragments de tuiles de courant ou de couvre-joint) réalisés par le restaurateur de l’équipe Avni Alcani réunissent des cassures anciennes. Une des pièces les plus remarquables à cet égard est un couvre-joint peint en rouge sombre sur la face convexe provenant du secteur 8e (40 x 28,5 x 10,6 cm), et composé de 17 fragments. À l’une des extrémités, non conservée, on observe des traces de scie qui prouvent que la tuile a été coupée pour être remployée, sur un autre toit ou bien pour construire une conduite d’eau au sol.

Fig. 14 – Apollonia. Fragment de base attique découverte en 2007. Secteur 5, US 489 (Dessin de Ph. L et F. Q.).

Fig. 15 – Apollonia. Fragment de chapiteau dorique en calcaire découvert en 2007. Secteur 11, US 545 (Dessin de Ph. L et F. Q.).

6Le catalogue des fragments de couvertures est achevé. L’objectif est d’établir, après la mise au net de plus d’une centaine de fragments, une typologie qui précise et complète celle que proposait naguère A. Mano (Mano 1965). Des séries peuvent être établies. On remarque l’usage important, à l’époque archaïque, du système dit laconien. Un grand couvre-joint faîtier en argile jaune correspond à des tuiles découvertes dans le secteur C en 1991 : ces éléments appartiennent à un grand édifice équipé d’un toit corinthien. Un fragment de tuile de courant corinthienne en marbre blanc des carrières de Karaburun découvert dans le secteur 9 (fig. 13) appartenait très probablement au temple érigé à la fin de l’époque archaïque au sommet de la colline 104. Un plan de répartition topographique des fragments de couverture est en cours de réalisation. Il est trop tôt pour attribuer au grand portique ou à la fondation en arc de cercle du secteur 12 les séries de fûts doriques, ou de fûts à cannelures profondes, appartenant à des colonnes ioniques, ou, plus vraisemblablement ici, corinthiennes. Néanmoins, on distingue par exemple une série de fragments composant une sima à anthémion en pierre de petites dimensions, des éléments d’une frise de rinceaux appartenant sans doute à une sima plus monumentale, des fragments de plusieurs bases attiques (fig. 14). La présence dans les environs d’un grand édifice dorique est attestée par des fragments de fût de calcaire tendre identique et un fragment de chapiteau dont le profil de l’échine peut être daté provisoirement vers 500 av. J.‑C. (fig. 15).

Les figurines en terre cuite

7La coroplathie est bien représentée par des figurines en terre cuite et quelques masques miniatures (secteurs 5, 8 et 13). Les plus anciennes proviennent du secteur 5 à l’extrémité orientale du grand portique, secteur situé à proximité d’une zone interprétée naguère comme une décharge d’atelier céramique, mais qui pourrait correspondre au dépôt secondaire d’un sanctuaire lié à la colline voisine (voir Dimo-Lenhardt-Quantin 2007, et Delouis et alii 2007). L’une d’elles est une figurine modelée d’un personnage masculin assis (6,7 × 4,3 × 3,5 cm), peut-être un comaste accroupi (fig. 16). Elle s’apparente au type C des figurines en terre cuite de Pérachora, à tête d’oiseau (Payne 1940, en particulier la figurine féminine n° 263, pl. 111 ; voir aussi l’exemplaire n° 152, pl. 99, p. 227). On trouve aussi des parallèles à Tirynthe et à Argos. Cette statuette date vraisemblablement de la seconde moitié du vie siècle. Du même secteur provient une autre statuette archaïque, une épouse ou une divinité trônante le bras droit replié sur la poitrine (8,7 × 5,4 × 2,5 cm), tenant un attribut disparu dans la cassure (un oiseau ?) et couronnée d’un polos (fig. 17). Le type est conventionnel et courant dans les sanctuaires (Payne 1940, pl. 96, n° 102, et R. J. H. Jenkins 1931, p. 219-220, type LC. IV Seated Types (matériel votif du sanctuaire d’Héra Liménia) ; Muller-Tartari 2009, p. 20, fig. 1-3).

Fig. 16 – Apollonia. Figurine en terre cuite d’époque archaïque. Secteur 5, US 601 (Dessin d’Ilir Zaloshnja).

Fig. 17 – Apollonia. Épouse ou divinité trônante. Secteur 5, US 623 (Dessin d’Ilir Zaloshnja).

Fig. 18 – Apollonia. Représentation de statue ? Secteur 8e, FM 694 et 731, US 400 = couche superficielle (Dessin d’Ilir Zaloshnja).

8Du secteur 8, à l’extrémité occidentale du portique, provient une intéressante statuette brisée en deux d’une femme ou d’une déesse en himation, les bras repliés sur le ventre (9,2 × 5 × 3 cm ; fig. 18). On trouve le même type iconographique à Épidamne-Dyrrhachion, où un exemplaire complet montre que le personnage est dressé sur une base moulurée, et au « petit sanctuaire d’Artémis » de Corcyre. Selon A. Muller et son équipe, attitude et présence d’une base suggèrent, sans certitude, qu’il s’agit de la représentation d’une statue de culte (Muller-Tartari 2009, p. 24, fig. 1 et 2). Le raccord entre les deux fragments et le rapprochement avec la série de Durrës sont de notre collègue Belisa Muka, que nous remercions. La diffusion géographique de ce type iconographique paraît marquée par la carte de la présence corintho-corcyréenne dans ces régions ; le lien avec Artémis est probable en raison des différents contextes de découverte (sanctuaires de la déesse à Corcyre, à Durrës et à Apollonia, sur la colline 104), mais reste à préciser. Néanmoins, à l’instar des quelques exemplaires de petits brûle-parfum à acrotères aux angles, ces figurines peuvent aussi témoigner de la pratique de cultes domestiques. Notons aussi la présence de deux fragments de moules, qui illustrent l’activité des coroplathes apolloniates (secteur 8a et 8c) ; l’un de ses moules porte à l’arrière inscription [...] KEOS.

La céramique romaine

9Les sondages effectués dans la ville haute ont naturellement mis au jour du matériel céramique d’époque romaine. Moins abondant que la céramique plus ancienne découverte dans les mêmes sondages, ce matériel doit être étudié avec attention, car la céramique d’époque romaine, à Apollonia comme ailleurs en Illyrie méridionale, n’a jamais été découverte dans un contexte stratigraphique fiable. Des études précédentes ont été consacrées aux amphores de transport, mais les autres catégories de céramique ont été négligées. Dans la publication à venir, notre objectif est de combler cette lacune en fournissant des types de référence pour d’autres sites, mais aussi, ce qui est plus important, de compléter nos connaissances sur la céramique romaine à Apollonia. Dans ce rapport préliminaire nous exposons un premier état de la recherche sur la céramique romaine, à l’exception des amphores qui seront étudiées par V. Bereti.

Contexte de découverte et chronologie

10La meilleure séquence stratigraphique riche en matériel d’époque romaine est l’US 422 du sondage 4. Il s’agit en effet d’une couche argileuse jaunâtre où abondent fragments de sigillée arétine du ier siècle ap. J.‑C., de pseudo-sigillée, ainsi que de céramique commune et de cuisine. Cette couche n’est pas clairement associée aux vestiges d’une construction, le sondage étant situé au pied de la colline 104 ; il s’agirait plutôt de matériels provenant du sommet ou des pentes de la colline. Quoi qu’il en soit, le contexte est chronologiquement sûr et cohérent.

11Le matériel provenant des autres sondages est souvent mélangé à de la céramique hellénistique tardive (secteurs 1 US 445 ; 1B US 456 ; 2 US 411 et 439 ; 5 US 574 ; 13 US 634). Ce matériel, en contexte stratigraphique peu homogène, appartient aux iie-ier siècles avant J.‑C. Néanmoins, ces couches sont fondamentales puisqu’elles offrent l’exemple d’une coexistence des formes hellénistiques avec les nouvelles formes de céramique introduites par les Romains. Ces unités stratigraphiques correspondent le plus souvent à des niveaux de circulation, à des remblais ainsi qu’à des couches de destruction.

Fig. 19 – Apollonia. Bol en sigillée italique.

12Les catégories de céramique romaine sont les suivantes : les sigillées, les pseudo-sigillées, la céramique commune et la céramique de cuisine. En ce qui concerne la céramique sigillée, bien que l’on sache qu’elle fût introduite très tôt à Apollonia, elle est très peu attestée dans les fouilles de 2006-2008 (sauf dans l’US 422), comme dans les travaux plus anciens. La sigillée italique est la plus présente (fig. 19). À peu près dans les mêmes proportions que la sigillée, on relève de nombreux tessons de pseudo-sigillée. Souvent, on estime que cette céramique est une production locale, puisqu’elle ne peut être attribuée aux grands sites de production de l’est ou de l’ouest. Sa production commence à la fin du iie siècle av. J.‑C. et se poursuit parallèlement à celle des sigillées italiques et provinciales jusqu’au Haut-Empire. Les pseudo-sigillées imitent presque toutes les formes des sigillées, mais l’argile et la peinture ne sont pas de bonne qualité (fig. 20). Les formes les plus représentées dans la céramique pseudo-sigillée sont les plats et les coupes. Il est important de noter que les sigillées et les pseudo-sigillées ne remplacent pas immédiatement la céramique à vernis noir, puisqu’aux iie et ier siècles av. J.‑C. les deux coexistent, par exemple dans l’US 421 du secteur 4, ou dans l’US 610 du secteur 13.

Fig. 20 – Apollonia. Pseudo-sigillée.

13En ce qui concerne les autres catégories, la céramique commune et la céramique culinaire sont les catégories qui constituent la plus grande quantité de matériel provenant des sondages et qui présentent aussi la plus grande multiplicité de formes : principalement des cruches, casseroles, bols, plats, lampes, unguentaria, etc. (fig. 21), le plus souvent sans décor. Notons la fréquente application de bitume à l’intérieur de ces vases, bien observable par exemple dans l’US 422 du secteur 4 (pour l’exploitation régionale du bitume, cf. entre autres témoignages, celui de Poseidonios, chez Strabon, VII, 5, 8, C 316). Malgré l’absence d’études systématiques de ces céramiques de table et de cuisine dans la région, on suppose qu’il s’agissait principalement d’une production locale. Cette supposition est fondée sur le fait que le catalogue des formes reste le même à Apollonia depuis la fondation de la cité jusqu’à la fin de l’époque impériale (voir Bereti et alii 2007, p. 140).

14La chronologie de la céramique romaine provenant des sondages 2006-2008 commence au iie siècle av. J.‑C., et s’interrompt nettement au ier siècle ap. J.‑C. Reste à déterminer si cette interruption correspond à un abandon du secteur de l’agora au ier siècle ap. J.‑C., avant la construction au iie siècle d’un nouvel espace public au sud-ouest de la colline 104, appelé conventionnellement « centre monumental » ; une autre hypothèse est envisageable, plus prosaïque : cette situation pourrait être due aux travaux réalisés par les militaires qui occupaient tout récemment encore le secteur.

15L’étude de la céramique romaine provenant des sondages topographiques et stratigraphiques de 2006- 2008 permettra de mieux connaître les conditions de l’introduction et de l’utilisation de cette vaisselle dans le contexte apolloniate, tout en établissant, grâce à sa pertinence stratigraphique, un ensemble de référence pour d’autres sites de la région. Nous serons aussi amenés à reconsidérer certains aspects importants, comme le passage de la céramique hellénistique à vernis noir à la sigillée, ainsi que la distinction entre les productions locales et les importations.

Fig. 21 – Apollonia. Bol de céramique commune.

16La nouvelle convention a pris effet en janvier 2009 ; elle prévoit, entre autres programmes, de lancer la fouille et le projet de présentation au public du grand portique et de son environnement archéologique. Cette fouille sur l’agora de la ville haute n’a pu être commencée cet été, en raison de l’urgence que représentait la préparation de la publication des prospections géophysiques et des sondages topographiques et stratigraphiques dans la ville haute. L’un des nombreux intérêts de ces études du matériel issu des sondages est la richesse archéologique et la diversité fonctionnelle des contextes stratigraphiques et topographiques. Des assemblages céramiques comme le service de banquet de l’époque classique découvert dans le quartier du rempart, ou peut-être le grand cratère corinthien du secteur 11 (cf. MEFRA 121-1, 2009, fig. 12, p. 266), les éléments d’architecture monumentale à décor végétal mais aussi figuré, documentent la vocation publique de ce secteur de la ville d’Apollonia. Parallèlement, l’équipement architectural et céramique de l’habitat n’a jamais fait l’objet à Apollonia d’une enquête aussi vaste, de la fondation de la colonie à l’époque romaine. Cette enquête devrait favoriser à l’avenir une archéologie historique des espaces urbains dans la ville haute, mais aussi sur l’ensemble du site.

2. Les sondages dans le secteur G

17Cinq sondages ont ensuite été ouverts (SG1 à SG5 sur le plan de la fig. 22). Seul le sondage 4 s’est avéré négatif, sans doute parce qu’il n’est pas arrivé à une cote suffisamment basse.

18Le sondage 1 dans le carré 2930-2940/740-750 avait pour objectif de compléter le plan de la maison romaine dite à impluvium, dont toute la partie occidentale est manquante. L’assise de fondation du mur intérieur du péristyle sud a pu être dégagée (US 1005), et a abouti à une pièce, située à un niveau légèrement inférieur, dont a été dégagé l’angle nord-est (US 1015), parfaitement intégrée à l’édifice romain, mais dont le module des briques et le matériel récupéré dans les tranchées de fondation (US 1028) prouvent qu’elle appartient à la phase d’époque hellénistique. On a là une information très importante, qui prouve que l’habitat d’époque impériale a parfaitement respecté le schéma d’urbanisme de l’époque précédente, et qu’il se présente non pas comme une phase de reconstruction, mais comme une phase de reprise et d’agrandissement des habitations d’époque hellénistique. L’étude stratigraphique des parois du sondage a permis d’établir que cette pièce d’époque hellénistique n’avait pas été atteinte par les fouilles albano-soviétiques. En effet le remblai de ces fouilles, US 1022, n’entame pas la couche de destruction des murs (US 2003). Le sol vierge n’a pu être atteint dans le sondage, pour des raisons de sécurité, car la profondeur atteinte dépasse déjà les 2 m et les poussées du terrain d’est en ouest sont très fortes (cf. déformation du mur est de la pièce). Cela confirme l’organisation en terrasse de l’habitat. La présence au fond du sondage d’un amas de blocs de grès (US 1037) dont une assise semble repartir dans la berme nord, atteste une phase précédente peut-être d’époque classique. Aucun tesson d’époque archaïque n’a été recueilli dans ce sondage. A noter que le sol correspondant à cette pièce n’a pu être identifié ce qui est assez surprenant ; la fouille a permis d’identifier un sol en cailloutis (US 1004) mais très sporadique, conservé en partie le long du mur nord de la pièce. Deux couches, US 1022 et 2026, situé sous ces lambeaux de cailloutis viennent s’appuyer sur les murs des pièces.

Fig. 22 – Apollonia. Plan du secteur G avec emplacement des sondages.

19Le sondage 2, situé le long du mur nord (US 1001) de la maison à impluvium dans les carrés 2950-2960/ 750-760, a permis de dégager un grand caniveau à ciel ouvert (US 1016), en U, construit à l’époque hellénistique, mais qui continue à être utilisé pendant toute la période romaine (fig. 23). Il a toutefois été abandonné à une époque qui reste à déterminer, vraisemblablement au moment de la destruction des habitations dans le courant du ive siècle ap. J.‑C. À l’intérieur du caniveau on a pu en effet identifier deux couches différentes : l’une de terre grise très riche en matériel d’époque romaine (US 1012), au contact avec le fond du caniveau, et au-dessus une couche de destruction avec de très nombreux fragments d’enduits peints, et de briques (US 1006). Le caniveau qui suit la pente naturelle de la colline a été dégagé sur une longueur de 3,90 m et présente un dénivelé de 1,18 m, soit une pente de plus de 30 % (la partie la plus haute du fond du canal à l’est se situe à 59,13 m au-dessus du niveau de la mer). Le fond, 76 cm de large, est constitué par deux rangées de briques disposées sur au moins deux assises. Le bord méridional est lui aussi formé de briques de mêmes dimensions qui s’appuient obliquement sur le parement externe du mur 1001 ce qui lui donne une section évasée ; ainsi la largeur du canal dans sa partie supérieure atteint en moyenne 1,15 m. Les dimensions des briques s’établissent autour d’une moyenne de 37 × 37 cm ( = module d’époque hellénistique à Apollonia) lorsqu’elles sont carrées, et de 37 × 45 lorsqu’elles sont rectangulaires Par contre le bord nord (US 1035) semble être un mur autonome pouvant appartenir à une autre maison ; il est très détruit, n’étant conservé que sur 8 assises dans la partie la mieux conservée. Il s’accroche par un petit mur de refend au sol géologique (conglomérat) qui remonte très haut à cet endroit de la pente ; c’est ce même sol géologique que l’on peut observer sur la partie haute du mur oriental de la maison. Cela explique que l’on n’ait pas retrouvé de sol en contact avec le parement interne de ce mur qui disparaît à l’extrémité est du sondage, mais on peut en observer la trace négative dans la section. Sa destruction correspond à l’US 1006.

Fig. 23 – Apollonia. Le caniveau 1016 dans le sondage 2.

20L’intérêt des résultats de ce sondage est double. D’abord il fournit un élément important pour l’organisation urbanistique de cette partie de la ville, en pente, où l’évacuation des eaux de ruissellement est un problème crucial. La datation de sa construction, à l’époque hellénistique, confirme les observations précédentes : l’habitat d’époque romaine respecte scrupuleusement les orientations et les infrastructures de la période précédente. D’autre part, le matériel très abondant retrouvé sur le fond du caniveau, et scellé par la couche de destruction et d’abandon qui le recouvre, permettra d’établir une typologie complète du matériel domestique d’époque romaine impériale d’Apollonia.

21Le sondage 3 le plus grand par son extension (27m2), est situé au bas de la pente, en contrebas des déblais de fouilles de la période albano-soviétique (carrés 2930-2940/760-780). Il a été ouvert en raison d’un gros bloc qui affleurait à la surface à l’issue du débroussaillage. Il a permis de libérer sur environ 7 m la façade d’un bâtiment (US 1008), dont la base est constituée de blocs en grès, et l’élévation de briques (fig. 24). Elle se situe à 52,60 m au-dessus du niveau de la mer. D’orientation nord-est/sud-ouest, la ligne de cette façade est parfaitement parallèle aux murs de même direction de la maison à impluvium. À l’extrémité nord qui est la mieux conservée, on a pu mettre au jour la première assise de fondation, les orthostates (4 blocs dégagés) et sept assises d’élévation en brique. À l’autre extrémité l’angle a été dégagé et le mur de retour sud (US 1044) présente une base avec un bel appareillage à bossage et ciselure d’encadrement. Un mur de refend a également été dégagé (US 1033) qui crée avec le mur de retour d’angle une pièce de 1,80 m de large ; ce mur comme les autres présente une base en blocs de grès et une élévation en brique ; il a été en grande partie détruit par un obus dont on retrouvé l’ogive éclatée encore fichée dans les briques qui, sous l’effet de la chaleur et du choc, se sont réduites en poudre mais en restant en place.

22La découverte la plus importante reste la présence d’un grand caniveau souterrain, US 1017, passant sous le seuil du bâtiment, et qui a été dégagé sur 1,80 m vers l’ouest ; d’une largeur variant entre 62 et 70 cm, le fond, constitué d’un sol de galets, qui a été atteint à l’issue de la campagne, s’enfonce à plus de 2 m au-dessous du niveau de sol. Les parois latérales présentent plusieurs phases de construction, correspondant sans doute à des réfections après destruction, qui mêlent l’emploi de gros blocs de grès et de briques. Les dalles de couverture ont toutes disparu, à l’exception du seuil du bâtiment. Le matériel récupéré à l’intérieur est très abondant ; on a déjà pu identifier une monnaie en bronze de l’époque de Dioclétien. Il faut souligner que ce caniveau est en parfait alignement avec le caniveau à ciel ouvert du sondage 2. On a donc là un élément de continuité tout à fait intéressant qu’il conviendra d’exploiter lors de la prochaine campagne. Pour l’instant le vidage de ce caniveau a permis d’identifier trois couches successives : la couche supérieure au contact avec le seuil du bâtiment (US 1011), est constituée d’une terre fine et noire ; elle recouvre une couche plus argileuse et compacte, avec des charbons de bois (US 1025), qui couvre elle-même une couche sableuse avec beaucoup d’éléments de destruction (US 1040).

Fig. 24 – Apollonia. L’édifice du sondage 3.

23Enfin, plusieurs éléments d’époque tardive ont pu être identifiées dans ce sondage : d’abord à l’extrémité nord, le creusement d’une fosse circulaire au fond de laquelle a été retrouvée une cruche médiévale (US 1045), et qui a entaillé une grande partie de l’élévation en brique du mur 1008 ; ensuite un embryon de mur très détruit (US 1046) situé au-dessus du mur 1033 près de la berme orientale, un alignement de fragments de blocs de grès en remploi (US 1032), parallèle au mur 1033, mais situé à une cote beaucoup plus haute (ce mur a été déposé après photographie et relevé) ; enfin à moins de 20 cm du mur de façade sud, un ensemble constitué d’un mur en dalles de grès (US 1048) et, à l’arrière, un mur en briques (US 1047) dont la première assise est très endommagée. L’aspect tardif de ce dernier ensemble se justifie par le fait qu’il masque totalement la façade sud du bâtiment 1008, ce qui suppose qu’il lui est postérieur. Par contre, il respecte l’orientation générale des bâtiments précédents.

24À l’intérieur du bâtiment, la fouille s’est contentée de décaper les couches jusqu’à la libération des assises des murs 1033 et 1044. Sous l’humus de surface, toute la surface présente une couche de destruction (US 1009), qui déborde également à l’extérieur du bâtiment (US 1010) ; on rencontre ensuite une couche d’occupation de nature argileuse et de couleur marron, US 1036. Un sondage a cependant été effectué sur la moitié nord de l’espace compris entre les murs 1033 et 1044 ; il a permis d’identifier une couche de terre grise cendreuse, US 1050, située sous l’US 1009 et qui couvre une couche argileuse compacte US 1034 qui devrait être la même que la 1036.

25Le sondage 4 (carrés 2940-2050/780-790) n’a malheureusement donné aucun résultat, malgré la présence d’un bloc erratique situé sur son bord méridional.

26Le sondage 5, le plus au nord (carrés 2950-2960/ 790-800) a permis de dégager sur la moitié ouest du sondage un sol dense en cailloutis (US 1043) qui pourrait être celui d’une rue Il faudra élargir le sondage pour déterminer les dimensions et surtout l’orientation de cette rue si c’en est une.

3. La restauration de la mosaïque de la maison romaine (fig. 25)

27La maison a été découverte lors des fouilles albanosoviétiques dirigées par les professeurs V. Bllavatski et S. Islami. Seuls trois des quatre couloirs ont été découverts entre les années 1958-60. Leurs mosaïques, datées du iie siècle ap. J.‑C., ont été restaurées pour la dernière fois en 1983 ; depuis, les seules opérations de conservation ont consisté à les aérer et à changer le plastique de protection. Cette année, à cause du manque de temps et de fonds, les opérations se sont concentrées sur l’aile sud, sous la conduite d’Agron Islami, responsable du département des mosaïques à l’Institut des Monuments de Tirana, avec Admir Xhelaj. Après retrait et tamisage de la couche de sable, qui a permis de récupéré quelques tesselles, on a procédé au nettoyage au scalpel du pavement envahi par de nombreuses racines. La surface a été ensuite lavée avec de l’eau et du dissolvant (solution Twin à 3 %). Ensuite a commencé la pose des tesselles manquantes.

Fig. 25 – Apollonia. La mosaïque de la maison à impluvium.

28Dès les premiers mètres carrés découverts, on a vu que la mosaïque avait besoin d’interventions urgentes pour la consolidation et la conservation de la surface décorée, si on voulait ensuite envisager la possibilité de laisser ouvert au moins une partie de ce pavement. Plusieurs pathologies ont pu être observées :

  1. Fracture du radier, plus considérable dans la partie sud, nord et ouest.

  2. Dégradation du mortier avec de nombreuses lacunes.

  3. Présence d’incrustations et intrusion de la végétation.

  4. Les murs qui longent le couloir sont endommagés et des briques se sont détachées.

  5. Beaucoup de tesselles se sont détachées de leur support.

29Plusieurs échantillons de mortier ont été testés pour retrouver la composition, la consistance et la couleur du matériau d’origine. Les murs qui entourent le couloir ont été renforcés. On a essayé de trouver une solution pour que les eaux de pluie puissent sortir du couloir. On a enlevé le mortier des anciennes lacunes pour le remplacer. Enfin les tesselles détachées ont été remises en place. Un projet sera présenté l’an prochain par l’Institut des Monuments de Tirana pour permettre de laisser les mosaïques visibles aux visiteurs, ce qui suppose l’aménagement d’une protection adaptée.

Haut de page

Bibliographie

Bereti et alii 2007 = V. Bereti, V. Dimo, J.-L. Lamboley et B. Vrekaj, La céramique d’Apollonia, dans Apollonia d’Illyrie 1. Atlas archéologique et historique, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 391), p. 140.

Delouis et alii 2007 = O. Delouis, J.-L. Lamboley, Ph. Lenhardt, F. Quantin, A. Skenderaj, S. Verger et B. Vrekaj, La ville haute d’Apollonia d’Illyrie : étapes d’une recherche en cours, dans D. Berranger-Auserve (éd.), Épire, Illyrie, Macédoine, Mélanges offerts au Professeur Pierre Cabanes, Clermont-Ferrand, 2007 (Collection Erga, Recherches sur l’Antiquité, 10), p. 43-44.

Dimo-Lenhardt-Quantin 2007 = V. Dimo, Ph. Lenhardt et F. Quantin, dans Apollonia d’Illyrie 1. Atlas archéologique et historique, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 391), p. 246.

R. J. H. Jerkins 1931= Archaic Argive Terracotta Figurines to 525 B.C., dans BSA, 32, 1931-1932.

Lambolley 2007 = J.-L. Lamboley, Les fouilles actuelles, dans V. Dimo, Ph. Lenhardt et F. Quantin (éd.), Apollonia d’Illyrie 1. Atlas archéologique et historique, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 391), p. 217-221.

Leake 1835= W. M. Leake, Travels in Northern Greece, I, Londres, 1835, p. 373.

Mano 1965= Të dhëna mbi qeramikën masive të Apolonisë përdorur si material ndërtimi. Données sur la céramique massive d’Apollonia employée dans le bâtiment, dans Studime Historike, 1, 1965, p. 55-79, article réédité dans le recueil des travaux apolloniates d’A. Mano, Apolonia e Ilirisë. Kërkime dhe studime arkeologjike, Tirana, 2006, p. 598-611.

Muller-Tartari 2009 = A. Muller et F. Tartari (éd.), Artémis à Dyrrhachion, Tirana, 2009 (Guides de Durrës,1).

Payne 1940 = H. Payne et alii, Perachora. The Sanctuaries of Hera Akraia and Limenia. Excavations of the British School of Archaeology at Athens 1930-1933. Architecture, Bronzes, Terracottas, Oxford, 1940.

Ubelmann 2006 = Y. Ubelmann, Restitution d’élévations architecturales à partir de blocs fragmentaires, dans MEFRA, 118-2, 2006, p. 653-670.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 13 – Apollonia, Ville haute. Plan de positionnement des sondages 2006-2008 sur l’image de la prospection géophysique (Ph. L.).
Légende Fig. 14 – Apollonia. Fragment de base attique découverte en 2007. Secteur 5, US 489 (Dessin de Ph. L et F. Q.).
Légende Fig. 15 – Apollonia. Fragment de chapiteau dorique en calcaire découvert en 2007. Secteur 11, US 545 (Dessin de Ph. L et F. Q.).
Légende Fig. 16 – Apollonia. Figurine en terre cuite d’époque archaïque. Secteur 5, US 601 (Dessin d’Ilir Zaloshnja).
Légende Fig. 17 – Apollonia. Épouse ou divinité trônante. Secteur 5, US 623 (Dessin d’Ilir Zaloshnja).
Légende Fig. 18 – Apollonia. Représentation de statue ? Secteur 8e, FM 694 et 731, US 400 = couche superficielle (Dessin d’Ilir Zaloshnja).
Légende Fig. 19 – Apollonia. Bol en sigillée italique.
Légende Fig. 20 – Apollonia. Pseudo-sigillée.
Légende Fig. 21 – Apollonia. Bol de céramique commune.
Légende Fig. 22 – Apollonia. Plan du secteur G avec emplacement des sondages.
Légende Fig. 23 – Apollonia. Le caniveau 1016 dans le sondage 2.
Légende Fig. 24 – Apollonia. L’édifice du sondage 3.
Légende Fig. 25 – Apollonia. La mosaïque de la maison à impluvium.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Lamboley, Faik Drini, Philippe Lenhardt, François Quantin, Stéphane Verger, Vasil Bereti, Saimir Shpuza, Altin Skenderaj et Agron Islami, « Apollonia d’Illyrie (Albanie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 236-246.

Référence électronique

Jean-Luc Lamboley, Faik Drini, Philippe Lenhardt, François Quantin, Stéphane Verger, Vasil Bereti, Saimir Shpuza, Altin Skenderaj et Agron Islami, « Apollonia d’Illyrie (Albanie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mefra.revues.org/458

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Lamboley

directeur de la Mission épigraphique et archéologique française, UMR 5189

Articles du même auteur

Faik Drini

directeur de la Mission albanaise d’Apollonia, IAA

Articles du même auteur

Philippe Lenhardt

INRAP

Articles du même auteur

François Quantin

Articles du même auteur

Stéphane Verger

EFA-EFR

Articles du même auteur

Vasil Bereti

Articles du même auteur

Saimir Shpuza

Articles du même auteur

Altin Skenderaj

IAA

Articles du même auteur

Agron Islami

Institut des Monuments de Tirana

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org