Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Monterenzio (prov. de Bologne). La nécropole celto-étrusque de Monterenzio Vecchia : pratiques alimentaires et consommation cérémonielle

Melissa Della Casa, Thierry Lejars, Elena Maini, Venturino Naldi et Daniele Vitali
p. 246-251

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Université de Bologne, École normale supérieure (Ulm)-Umr 8546 du CNRS, École française de Rome

1La quarantaine de tombes fouillées entre 2000 et 2005, auxquelles il faut ajouter les restes plus ou moins bien conservés d’une demi-douzaine de sépultures supplémentaires récupérés en 1988, donne une idée significative des rituels funéraires d’un de ces ensembles de l’Apennin bolonais, à l’origine certainement plus important. La partie conservée s’inscrit dans une brève période couvrant la fin du ive et le début iiie siècle avant J.-C. Les données archéologiques des territoires cispadans, boïens et sénons, témoignent pour cette période d’un bien-être matériel qui se traduit notamment par une influence marquée des modes méditerranéennes.

2Le complexe archéologique de Monterenzio Vecchia, situé sur le tracé de la Flaminia minor, une des principales voies de communication antiques reliant la région padane à l’Etrurie interne, domine les vallées de l’Idice à l’ouest et du Sillaro à l’est. Il fait face à l’ensemble voisin du Monte Bibele, également connu pour son importante nécropole celto-étrusque. Installée sur le flanc sud-occidental de la colline, la nécropole de Monterenzio jouxte un habitat étrusque plus ancien dont on commence à deviner l’importance. Pour une visite détaillée du site et un aperçu de ces principales caractéristiques, on se reportera aux précédents comptes rendus. Rappelons pour mémoire que ce cimetière mêle des enfants, en particuliers des enfants morts en bas-âge, aux adultes des deux sexes. Il faut aussi insister sur l’importance de la composante guerrière (40% des individus adultes). C’est dans le domaine très particulier de la guerre que l’élément nord-alpin est le plus remarquable. Pour le reste, la référence est presque exclusivement étrusque et italique, comme nous allons le voir avec l’exemple du banquet.

3Tandis que les objets personnels du défunt (parure, vêtements et instruments de toilette, ces derniers étant le plus souvent rangés dans un vase, posé aux pieds ou le long de la jambe droite) et les attributs qui le désignent comme être social (armes, miroirs, quenouilles et fusaïoles) sont placés au plus près du corps, les objets destinés à l’accompagner et à assurer son passage vers l’au-delà sont rassemblés sur le côté et parfaitement individualisés. On trouve là des récipients, en céramique ou en métal, des ustensiles en fer ou en bronze et des restes osseux, que l’on peut mettre en relation avec le cérémonial du banquet.

4Le service de table ordinaire d’un adulte comprend deux ou trois plats à pied, deux à quatre grandes coupes d’une quinzaine de centimètres de diamètre, deux ou trois coupes de taille moyenne, d’une dizaine de centimètres de diamètre, une ou deux coupelles ainsi qu’un grand contenant, en général un vase ovoïde avec ou sans anses (olla), plus rarement un cratère ou une situle. Si la duplication des formes céramiques est la norme, le triplement est plus exceptionnel et limité aux ensembles les plus riches. À ce répertoire, il faut ajouter une coupe à boire bi-ansée, une kylix pour les hommes, un skyphos pour les femmes. Les cas d’inversion sont rares (tombes 21 et 22, il n’est pas inopportun de souligner dans ce cas la proximité des deux tombes et la faiblesse numérique de leur vaisselier, respectivement onze et neuf vases, comparé à la quinzaine d’exemplaires qui caractérise la plupart des contextes; par la quantité de pièces, le service de table de ces sépultures est plus conforme à celui rencontré dans les tombes d’enfants qui intègrent ce rituel) et leur association davantage encore (tombe 5). Ces vases, toujours uniques et sexuellement discriminants, sont complétés dans un tiers des tombes par des coupes à pied sans anse (jusqu’à trois exemplaires). Le service à boisson comprend aussi dans quelques cas une cruche, un canthare ou un gobelet à puiser en terre-cuite dont la fonction paraît analogue à celle des kyathoi en bronze, à la différence toutefois que ces derniers, lorsqu’ils sont attestés, sont documentés par quatre ou même cinq spécimens de différents modules. Une passoire en bronze, référence implicite à la préparation du vin, complète parfois le service à boisson (tombes 3, 5 et 36). La râpe à fromage, également utilisée pour aromatiser le vin dans les contextes étrusques plus anciens, n’apparaît ici que sous la forme de résidus. On ne saurait donc, dans ce cas, comparer cet ustensile aux autres accessoires culinaires, qui sont toujours complets. Si la râpe métallique n’est pas autrement attestée, nous trouvons en revanche des mortiers qui ont pu jouer un rôle plus ou moins équivalent. Ces vases à fond granuleux, qui paraissent avoir été l’apanage des hommes, devaient remplir une fonction bien précise. Ces vases, limités à une unique pièce par tombe, ne sont jamais séparés du service de table. On peut donc penser dans ce cas à une utilisation pour la préparation de mets ou de breuvages réservés aux seuls individus de sexe masculin. Enfin, il faut signaler la présence avec le service de table de gobelets d’un genre particulier qui se distinguent des autres vases déposés dans les tombes par une pâte exclusivement grossière. Déposés par paire, ces récipients, au fond souvent perforé, présentent des traces de brûlé et sont fréquemment et volontairement brisés au moment du dépôt. Leur aspect fruste est une constante qui répond très certainement aux impératifs du rituel. Bien qu’associés aux ustensiles de table, tout usage alimentaire paraît exclu. Il nous semble préférable de les interpréter comme des accessoires utilisés, dans le cadre du rituel funéraire, en marge du banquet. Des analyses permettront peut-être de préciser leur fonction et de valider l’hypothèse de vases brûle-parfum, précédemment avancée.

5Les broches et couteaux à viande, rares, sont attestés dans trois contextes seulement, tous masculins (tombes 8, 15 et 36). Dans la dernière tombe, broches et couteaux étaient associés à une paire de chenets, les seuls documentés dans toute la nécropole (fig. 26).

6Au-delà des ustensiles et contenants qui garnissent la tombe, il nous faut imaginer la nature des contenus et leur utilisation dans le rituel funéraire. Il s’agit de boissons (du vin comme le laissent deviner certains ustensiles comme la passoire et la kylix, mais pas uniquement) et d’aliments solides. Des offrandes végétales (les analyses archéobotaniques donnent, pour l’habitat de Monte Bibele, un aperçu des denrées végétales produites et consommées à cette époque, dans la région) nous ne savons rien puisqu’il n’a été trouvé ni graines, ni noyaux, ni résidus d’aucune sorte. Les offrandes carnées ne sont repérables que dans la mesure où elles sont associées à des restes osseux. Des pièces désossées pouvaient également participer de cette mise en scène, mais il n’en subsiste aucune trace, seule le dépôt de broches permet d’envisager la présence de tels morceaux.

7Les ossements animaux, documentés dans plus des deux tiers des cas, démontrent la matérialité de ces denrées. Font exception la plupart des contextes infantiles et deux tombes d’adultes (la tombe 21 qui dispose d’un service de table réduit, et la tombe 28). Les parties osseuses conservées indiquent qu’il s’agit dans tous les cas de porcs, l’animal qui entre dans plus de 50% de l’alimentation carnée de l’habitat de Monte Bibele. Il s’agit d’animaux immatures ou de jeunes adultes. Le choix des morceaux, également standardisé, se limite à des plats de côtes qui sont prélevés entre la Ve et XIVe vertèbre, avec ou sans les vertèbres correspondantes. Des traces de découpes sont visibles sur la plupart des côtes recueillies. La localisation et la forme des entailles indiquent pour la préparation des morceaux des pratiques de boucherie parfaitement réglées (fig. 27). Le thorax et la colonne vertébrale sont sectionnés longitudinalement. Les deux moitiés étaient ensuite divisées en portions plus petites, avec les parties de vertèbres attenantes (les processus épineux) ou en les séparant, après avoir taillé les têtes articulaires des côtes. La pièce de viande était ensuite brisée et peut-être repliée comme l’indiquent les entailles visibles sur la partie médiane de la face ventrale et les traces de fracture observées en vis à vis sur la face externe. L’expérimentation pratiquée sur des animaux actuels a montré, avec des traces de découpe et des fractures comparables à celles observées ici, qu’une telle pratique correspond à un mode opératoire bien déterminé. L’objectif n’était pas la découpe nette des côtes en deux parties, mais l’affaiblissement de l’arc costal – d’abord les entailles rapprochées, sur la face ventrale, puis la pression exercée sur les extrémités et la fracture de la face externe – de manière à replier les deux parties ainsi obtenues.

Fig. 26 – Monterenzio Vecchia, tombe 36, candélabre et ustensiles pour la préparation et la cuisson des viandes (broche, couteau et chenet) (T. Lejars del.).

Fig. 27 – Monterenzio Vecchia, reconstitution anatomique de la cage thoracique des restes de porc déposés dans la tombe 32(cliché E. Maini).

8L’absence de trace de décharnement, le fait que ces côtes constituent parfois des ensembles de trois ou quatre pièces maintenus en position anatomique, et que la plupart sont dépourvus de leurs articulations, démontrent qu’il s’agissait de pièces de viande à part entière, analogues à celles consommées dans la vie quotidienne. Ces morceaux, pour n’être pas les meilleurs, n’en était pas moins de bonne qualité. On peut également se demander si la viande a été déposée dans la tombe encore crue ou si elle a été cuisinée, bouillie ou rôtie, avant le démembrement de l’animal. Des indices de cuisson, même limités, peuvent être retenus si l’on tient pour pertinent le noircissement des surfaces visibles sur quelques os.

9Les morceaux ainsi préparés étaient déposés en quantité variable, de deux à six pièces par tombe, et placés sur des vases ouverts, des coupes principalement et des plats (fig. 28). La répartition des ossements indiquent qu’ils dépassaient souvent les limites du vase. Dans d’autres cas, ils paraissent avoir été déposés directement sur le sol ou plus probablement sur des supports organiques (plat, écuelle, assiette, etc.) qui ont depuis disparu sans laisser d’autres traces que leur contenu.

Fig. 28 – Monterenzio Vecchia, tombe 20. Distribution des restes osseux animaux à l’intérieur des contenants en céramique, détail (cliché T. Lejars).

10Les éléments constitutifs du service de table (vaisselle, ustensiles et nourriture carnée) sont présents dans la plupart des tombes, à l’exception d’une partie des individus les plus jeunes et d’un adulte. Il est remarquable que les enfants des tombes 24, 25 et 33, âgés de 3/5 ans, aient reçu les mêmes honneurs que leurs aînés. Le guerrier incinéré de la tombe 28, complètement atypique dans ce contexte, se distingue quant à lui par une absence de vases et d’ossements animaux, alors que sa sépulture s’intègre parfaitement dans l’organisation du cimetière. Cette anomalie peut s’expliquer de bien des manières. On peut avancer, parmi diverses hypothèses, une origine exogène de ce guerrier ou encore des conditions de décès particulières, qui ont conduit à modifier les règles et la pratique funéraire. Partout ailleurs, la vaisselle et les restes alimentaires sont présents et ont été déposés ensemble à la droite du défunt, à la hauteur de la tête ou du thorax. Les vases, serrés les uns contre les autres, le plus souvent à plat, parfois inclinés ou couchés, parfois renversés, suggèrent qu’ils avaient été placés sur un support en matériau organique, sorte de table basse. L’espace circonscrit dessine dans plusieurs cas un tracé nettement quadrangulaire (de 60 sur 80 cm pour la tombe 12). Les récipients les plus volumineux (cratère, situle et olla) ont souvent été brisés et écrasés consécutivement à l’effondrement de la couverture du caveau (tombes 3, 5, 14 et 36). Les ossements animaux sont posés pour partie sur les vases, en particulier les formes basses ouvertes, pour partie sur le sol, mêlés aux vases ou dans leur voisinage immédiat (fig. 29 et 30). On note enfin, au sein de ces amas, des vides qui trahissent la présence d’objets en matériaux périssables (par exemple, tombe 12).

Fig. 29 – Monterenzio Vecchia, tombe 22. Distribution des restes osseux animaux et des contenants en céramique, détail (cliché T. Lejars).

Fig. 30 – Monterenzio Vecchia, tombe 7. Plan de répartition des vases et offrandes alimentaire (bleu : olla, skyphos et canthare, rouge : coupes, vert : coupelles, orange : plat à pied, marron : gobelets; M. della Casa del.).

11Dans la tombe 7, le service de table et les offrandes alimentaires étaient déposés sur une table rectangulaire d’environ 50 cm sur 90, placée à la droite du défunt (fig. 30). La disposition des vases ne doit rien au hasard. Le service est divisé en deux groupes symétriques disposés de part et d’autre d’un canthare à vernis noir. Les côtelettes de porc placées sur la table respectent cette partition de l’espace. Les grands contenants (vin ou eau?), décalés vers le Nord, paraissent quant à eux directement posés sur le sol. L’ensemble était complété au Sud par un candélabre avec pied et fût en bois et porte-chandelles en fer. Chandeliers et brûle-parfums participaient de cette ambiance festive comme l’indiquent les représentations figurées sur les monuments étrusques contemporains. Situé à l’écart, sur le côté Ouest, un vase à parfum (amphorisque en céramique à vernis noir), complétait le mobilier. Ce souci de la mise en scène du mobilier déposé est fréquent. Dans un autre genre, on peut signaler l’olla de la tombe 1 qui, placée au centre du dispositif, supportait un canthare étrusque, posé à l’envers, que recouvrait un casque, à la manière de certains vases cinéraires d’époque villanovienne.

12Une telle mise en scène n’est pas sans rappeler les représentations de banquets, peintes sur les parois de la tombe Golini I à Orvieto, datée du milieu du ive siècle av. J.-C. et contemporaine des tombes les plus anciennes de Monterenzio Vecchia. On découvre là, près de grands chandeliers et des brûle-parfums, des tables chargées de boissons et de victuailles présentées dans des récipients qui ne sont pas très différents des nôtres. L’analogie, toute proportion gardée, est saisissante.

13Si la duplication du service de table caractérise de la même manière les ensembles funéraires de Monte Bibele (deux gobelets, deux plats, deux grandes coupes, deux coupes de taille moyenne et parfois deux plus petites), le triplement de certaines formes (plats à pied, grandes coupes à vernis noir surtout, coupes moyennes, coupes à pieds) est plus fréquent à Monterenzio Vecchia. A Bologne, la situation est sensiblement différente, puisque si l’on trouve effectivement dans les sépultures de la phase celtique de la vaisselle en bronze étrusque et certains accessoires du cérémonial du banquet, la part de la céramique paraît plus ténue et le service de table, lorsqu’il est attesté, se limite généralement à un seul convive. Dans les ensembles funéraires de la basse vallée du Reno (Marzabotto et Casalecchio di Reno), pour se limiter au domaine des Boïens, le rituel très différent exclut aussi bien les objets que les usages et concepts d’origine étrusco-italique. Par leur aspect et la sobriété de leur mobilier, ces sépultures sont similaires à celles des régions transalpines. Les groupes inhumés dans les cimetières de Monterenzio Vecchia et Monte Bibele, bien qu’appartenant à la zone d’influence boïenne, présentent de ce point de vue davantage d’affinités avec leurs homologues Sénons qui furent incontestablement, parmi les Celtes établis dans la péninsule, les plus ouverts aux influences méridionales.

14La signification de ces offrandes alimentaires est plus difficile à cerner. On peut supposer que les objets utilisés au cours du rituel et laissés dans la tombe, étaient indissolublement liés au mort, et peut-être même lui appartenaient- ils au même titre que les effets personnels (comme le couteau à découper les viandes, etc.). La présence de services avec des vases destinés à plusieurs participants (deux ou trois suivant les cas) permet toutefois d’écarter l’idée d’un simple viatique réservé au seul défunt pour son voyage dans l’au-delà (suggéré par la présence fréquente dans la main droite d’un fragment métallique, désigné comme aes rude). La référence au banquet avait indéniablement une valeur sociale et marque un moment important pour la communauté des vivants – il s’agit de groupes élitaires qui fondent leur pouvoir sur la puissance guerrière – qui se retrouve et rend un hommage au disparu. Cet hommage ne s’arrête pas là puisque l’on a retrouvé en surface de plusieurs tombes des concentrations d’ossements animaux et de vases brisés, qui indiquent que l’on ne manquait pas de revenir sur la tombe pour quelque célébration (repas d’anniversaire, etc.).

15Si les céramiques peintes, les vases à vernis noir ou encore les récipients et ustensiles métalliques nous invitent à regarder du côté de l’Étrurie tyrrhénienne, nous savons que la pratique du banquet funèbre était partagée par la plupart des peuples italiques. De fait, on reconnait dans le rituel mis en œuvre à Monterenzio Vecchia, comme à Monte Bibele, des traits singuliers qui trouvent davantage d’analogie chez les Ombriens que chez les Étrusques. Cela n’a rien de surprenant si l’on considère la position géographique des groupes de l’Idice, en limite des territoires émiliens et romagnols, et la présence de populations ombriennes à l’Est du Sillaro (par exemple, à Montericco, près d’Imola). On trouve dans les ensembles funéraires ombriens, comme à Monterenzio, les mêmes gobelets en céramique grossière, alors qu’ils paraissent absents des contextes funéraires étrusques padans. Il en va de même de la présence du mortier en contexte masculin ou de l’usage préférentiel de vase à boire comme la kylix ou le skyphos (Montericco, Colfiorito di Foligno, etc.).

16Ces remarques, suscitées par l’étude du service de table et des accessoires qui l’accompagnent, montrent l’importance et le poids des composantes étrusques et ombriennes, à partir du ive siècle av. J.-C., dans le processus de construction des nouvelles communautés qui résultent d’apports multiples, d’interactions et de fusions. L’analyse des nécropoles boïennes, de Bologne, de la vallée du Reno et de l’Idice, montre également que ce processus n’est pas uniforme et que les Celtes ne furent pas tous, loin s’en faut, aussi réceptifs aux modes et coutumes des populations indigènes.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 26 – Monterenzio Vecchia, tombe 36, candélabre et ustensiles pour la préparation et la cuisson des viandes (broche, couteau et chenet) (T. Lejars del.).
Légende Fig. 27 – Monterenzio Vecchia, reconstitution anatomique de la cage thoracique des restes de porc déposés dans la tombe 32(cliché E. Maini).
Légende Fig. 28 – Monterenzio Vecchia, tombe 20. Distribution des restes osseux animaux à l’intérieur des contenants en céramique, détail (cliché T. Lejars).
Légende Fig. 29 – Monterenzio Vecchia, tombe 22. Distribution des restes osseux animaux et des contenants en céramique, détail (cliché T. Lejars).
Légende Fig. 30 – Monterenzio Vecchia, tombe 7. Plan de répartition des vases et offrandes alimentaire (bleu : olla, skyphos et canthare, rouge : coupes, vert : coupelles, orange : plat à pied, marron : gobelets; M. della Casa del.).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Melissa Della Casa, Thierry Lejars, Elena Maini, Venturino Naldi et Daniele Vitali, « Monterenzio (prov. de Bologne). La nécropole celto-étrusque de Monterenzio Vecchia : pratiques alimentaires et consommation cérémonielle », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 246-251.

Référence électronique

Melissa Della Casa, Thierry Lejars, Elena Maini, Venturino Naldi et Daniele Vitali, « Monterenzio (prov. de Bologne). La nécropole celto-étrusque de Monterenzio Vecchia : pratiques alimentaires et consommation cérémonielle », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/459

Haut de page

Auteurs

Melissa Della Casa

Université de Bologne

Thierry Lejars

CNRS-Umr8546, ENS, Paris

Articles du même auteur

Elena Maini

(Université de Bologne)

Venturino Naldi

Musée archéologique de Monterenzio

Articles du même auteur

Daniele Vitali

Université de Bologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org