Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Piazza Navona 62. Quatrième campagne de fouilles dans les caves de l’immeuble situé au n° 62 de la place Navone

Jean-François Bernard et Martine Dewailly
p. 256-263

Texte intégral

Activités de fouilles menées par :
École française de Rome [en collaboration avec la surintendance archéologique de Rome]

1Cette quatrième campagne des fouilles menées par l’École française de Rome, dirigées par Martine Dewailly et conduites en collaboration avec Fedora Filippi de la Soprintendenza per i beni archeologici di Roma, est théoriquement la dernière à s’inscrire dans le cadre du projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche intitulé « Du stade de Domitien à l’actuelle piazza Navona, genèse d’un quartier de Rome ». L’année 2010 sera consacrée à l’étude du matériel, abondant, et à la mise en chantier d’une réflexion sur la valorisation et l’usage des espaces fouillés. Une série d’interventions complémentaires et ponctuelles, justifiées par la validation d’hypothèses ou par le désir d’améliorer la lecture des séquences et des structures mises au jour, sera vraisemblablement conduite à partir du printemps.

2Dans le même temps, se poursuivent les observations réalisées sur l’architecture du stade (avec P. Ciancio-Rossetto), l’étude de la stratification du bâti (avec D. Esposito), les réflexions menées sur les transformations médiévales (avec C. Michel D’Annoville et A. Molinari) et la restitution des palais modernes (B. Gauthiez).

3En juin 2010, un colloque organisé par l’École française de Rome a permis de faire le point sur l’ensemble des recherches archéologiques et des études architecturales relatives à la piazza Navona.

4La quatrième campagne de fouilles archéologiques, à laquelle ont participé Stéphane Abellon, Julie Leone, Edwige Lovergne, Caroline Michel d’Annoville, Jacopo Russo, Claudio Taffetani et Emmanuel Sanz, s’est déroulée du 3 mars au 30 mai, du 30 juin au 24 juillet et du 17 août au 18 décembre 2009. Les résultats obtenus en 2008 ont induit à une extension importante de la superficie à explorer : la fouille a concerné la totalité de l’ima cavea du stade de Domitien, soit les deux salles aux piliers de part et d’autre de l’escalier qui débouche au-dessus de l’ambulacre interne et mène au départ de la première rampe de gradins, une grande partie de l’ambulacre médian et le restant de la cavea media où un sondage (espace 112) avait été ouvert en 2006 (fig. 35). La cavea media n’a pu être fouillée que superficiellement ou sur une petite surface car les espaces se sont présentés soit encombrés par un réseau serré de canalisations et de puisards (espaces 110 et 131) et couverts d’un pavement de briques récent, qui a été laissé en place, soit inexplorables à cause de la remontée de la nappe phréatique et l’insertion de nombreux micro-pieux (espaces 132 et 124).

5Aux collaborateurs externes cités dans la chronique de fouilles 2008 et chargés d’études ponctuelles s’ajoutent Hélène Eristov et Nicole Blanc (CNRS, UMR 8546, CNRS-ENS – Archéologies d’Orient et d’Occident) pour l’étude du décor stuqué et Lucia Saguì (Università di Roma I La Sapienza – Ricercatore) pour les objets en verre.

Fig. 35 – 62, Place Navone. Plan des structures du Stade de Domitien d’après I. Gismondi et localisation des sondages.

6Toute la documentation graphique a été réalisée par Julie Leone, Edwige Lovergne et Claudio Taffetani.

7Cette chronique ne relatera que brièvement les nouveaux résultats, laissant à la publication future les données qui enrichissent les acquis des campagnes de fouilles de 2005, 2006 et 2008, l’étude intégrale du matériel et la reconstitution stratigraphique et chronologique des différentes phases d’occupation des espaces.

Les fondations du stade de Domitien

8Une série de fondations continues, orientées est-ouest, a été mise au jour dans les deux salles aux piliers nord et sud (espaces 126 et 108, espaces 104 et 101) ; les fondations relient et sont chaînées aux éléments portants de l’édifice, soit les deux piliers et piédroits de chacune des deux ouvertures vers la piste aux deux piliers respectifs qui leur sont alignés à l’est. Dans l’espace 101, qui comprend le quart sud de la salle aux piliers sud et le mur nord d’un escalier, des murs récents et, en particulier l’emplacement de leurs fondations, englobent en grande partie l’espace entre les deux piliers sud de la salle, ce qui a exclu la possibilité d’observer les fondations qui les relient ; en revanche, une fondation continue a été mise au jour entre le mur nord de l’escalier et le pilastre du mur ouest de la salle. De même, dans l’espace 107 où plusieurs fondations de murs récents ainsi que le réseau particulièrement important de canalisations d’égouts et de puisards ont empêché d’explorer les deux passages situés entre les murs nord et sud de l’escalier central et les piliers situés plus à l’est, et, en conséquence, de vérifier la présence de fondations continues.

Fig. 36 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10401) : piédroit nord de l’ouverture vers la piste et fondation (1040146) ; niveaux de circulation (10401058 et 10401043) et sépulture (10401038).

Fig. 37 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10402) : pilier nord-est et fondation (10402040).

9Ce système de fondation est-ouest s’interrompt dans l’ambulacre médian, ce qui n’est pas surprenant car les éléments portants de la cavea media sont différents et ne sont pas en axe avec ceux de l’ima cavea.

10Dans l’espace 104, la fondation continue est en légère pente d’ouest en est, et se situe aux cotes SLM de 11,96 à 11,90 (fig. 36 et 37) ; dans l’espace 101 à 11,94 (fig. 38), dans l’espace 126 à 11,87, dans l’espace 10801 à 11,96 (fig. 39). Les fondations entre les piliers sont, comme ces derniers, larges 0,90 m, tandis que celle qui relie le pilastre ouest au mur nord de l’escalier, dans l’espace 101, est de 0,30 à 0,20 m plus large (le mur nord est large 0,60 m et le pilastre ouest 0,70 m).

Fig. 38 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10101) : mur nord de l’escalier (10101006) et fondation (10101029).

Fig. 39 – 62, Place Navone. Salle aux piliers nord (10801) : Piédroit sud de l’ouverture vers la piste et fondation (10801025) ; strate de marbres (10801021).

Fig. 40 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10401) : fondation parementée, détail (10401046).

11Les fondations, construites en béton, s’enfoncent dans un terrain constitué de limon argileux ; là où les conditions de fouilles ont permis un sondage en profondeur, c’est à dire dans l’espace 10401, on a pu constater que les 0,17 m supérieurs de la fondation continue sont parementés de quatre assises de briques (fig. 40). Dans l’ambulacre médian (espace 111), un sondage en profondeur, ouvert le long de la face est du pilier Gismondi n° 2 ou pilier nord-est de la salle, a permis de constater non seulement l’interruption de la fondation continue est-ouest mais aussi un changement de technique de construction : la partie supérieure de la fondation (cote SLM 11,89) est ici constituée de deux assises de briques dont la première est en ressaut (fig. 41). Une extension du sondage au sud (une fondation récente ne favorise pas une fouille en profondeur au nord) serait souhaitable afin de vérifier la présence d’une fondation, annulaire, reliant les piliers qui bordent l’ambulacre et dotée de deux assises de briques ou si celles-ci ne correspondent qu’aux piliers.

Fig. 41 – 62, Place Navone. Ambulacre médian (11101) : pilier et fondation (11101023) ; sol (1101028) et niveau de chaux (11101026).

12Un niveau de mortier et pouzzolane couvre le sommet des fondations.

Les niveaux antiques

La salle aux piliers nord

13Dans l’espace 12601, seule une infime partie de la fondation continue, qui relie le piédroit et le pilier nord de l’ouverture vers la piste au pilier central, nord, de la salle, n’a été mise au jour jusqu’à présent. Le niveau correspondant au sommet de la fondation est couvert par une strate de terre et de matériaux de destruction, US 076/083 (cote SLM 11,87 à 12,10), sur laquelle se superpose l’importante couche de fragments de marbres colorés, US 055, disposés à plat, en partie dégagée en 2008.

14La poursuite de la fouille dans cet espace a permis de retrouver le niveau de circulation, compact, constitué de fragments de mortier, US 082/063 (cote SLM 12,24), déjà individualisé en 2008, qui scelle la strate des marbres et qui s’était présenté en grande partie détruit par le creusement de fosses de diverses sépultures ; ce niveau est de nouveau entaillé par une sépulture tardoantique, démantelée par une interférence postérieure.

15Dans l’espace 10801, la fondation continue, US 025 (cote SLM 11,96), qui relie le piédroit et le pilier sud de l’ouverture vers la piste au pilier central, sud (non visible), de la salle, est couverte d’un mince lit de chaux auquel se superpose une strate de terre argileuse, US 023 (cote SLM de 11,98 à 12,08), compacte, qui inclut de nombreux éclats de marbres et constitue le fond de la strate de plaques de marbres colorés, US 022. Celle-ci, en pente du nord au sud, est ici relativement épaisse (15 à 20 cm environ – cote SLM de 12,08 à 12,27) et couverte à l’ouest par de nombreux grands fragments de tuiles. À l’est, au même niveau, se trouve la strate de grands fragments de marbres, US 021 (fig. 39), comparable à celle trouvée dans l’espace 126 (v. la chronique de fouilles 2008). Un niveau de terre compactée, en pente vers le sud, scelle les marbres : sa cote (SLM 12,34/24 à 12,29/19) correspond à celle du niveau 12601082 et du sol de ciment 10401043.

16Dans la salle aux piliers nord, la fouille des niveaux situés sous le sommet des fondations n’a pas encore été entamée. Toutefois, on a pu observer les traces d’une cassure ou d’arrachement du revêtement stuqué à la base des piliers sur une hauteur d’environ 0,20 m, ce qui suggère une spoliation d’un dallage ou tout au moins un passage à un type d’occupation différent de cet espace. De fait, seule une couche de terre argileuse, mêlée à de nombreux fragments de mortier et de briques dans la moitié nord de la salle, sépare le sommet des fondations du stade de la strate de fragments de plaques de marbres colorés.

La salle aux piliers sud

17La fouille de l’espace 104 a distingué deux secteurs, 10401 à l’ouest, 10402 à l’est, en conséquence du cloisonnement de la salle à l’époque moderne ; ces travaux et des fondations de murs récents ont également restreint l’espace explorable et en particulier englobé ou arasé les piliers sud de la salle.

18Dans l’espace 10401, deux sondages de dimensions réduites, afin de conserver le plus possible toute la stratigraphie sur le restant de l’espace, ont permis d’explorer les strates situées sous le niveau de la fondation continue et d’atteindre dans le premier la cote SLM 11,39, dans le second la cote SLM 11, 80.

19La fondation continue, US 046 (cote SLM 11,96), qui relie le piédroit et le pilier nord de l’ouverture vers la piste au pilier central, nord, de la salle (fig. 36), s’enfonce, à la cote SLM 11,80, dans un terrain constitué de limon argileux verdâtre, US 063, qui continue au-delà des 0,40 m fouillé. Cette cote correspond au plan de pose de la première assise de briques (fig. 40) et à un niveau constitué de terre cuite concassée et couvert par un lit de chaux, US 064 (cote supérieure SLM 11,83) : il pourrait s’agir d’un niveau de préparation de sol ou de chantier du stade.

20Ce niveau est couvert par une première strate de limon argileux, très pur et dépourvu de matériel, US 61, puis par deux strates, US 059 et 060 (cote SLM 11,95 à 12), composées de terre argileuse compactée, de pouzzolane et d’un lit de chaux, qui englobent la partie haute de la fondation et constituent la semelle d’un sol construit, de mortier, en pente vers le nord, US 058/047 (cote supérieure SLM 12,01 à 12,15).

21Plusieurs strates de faible épaisseur, de limon verdâtre, US 051, de chaux, US 050, de terre compactée, US 049, et de limon mêlé à des charbons de bois et des débris de stuc, US 048, forment la préparation d’un niveau de circulation, composé de mortier, qui maintient la pente vers le nord, US 043 (cote supérieure SLM du sud au nord 12,38 à 12,29). Ce sol est taillé par la sépulture 10401038 (v. la chronique de fouilles 2008 : le sol 12601063 taillé par les sépultures US 052, 061 et 064).

22Dans l’espace 10402, la fondation continue, US 040 (cote SLM 11,90), relie le pilier central, nord, au pilier nord-est (fig. 37) et se situe en prolongement de la fondation 10401046. Malheureusement, l’espace 10402 a été tranché par deux canalisations superposées, orientées nord-sud, ce qui nuit à une vision d’ensemble et qui a contraint d’attribuer, par prudence, une numérotation d’US différente de part et d’autre des égouts même quand il s’agissait d’une strate identique. L’étroitesse de ces deux espaces n’a pas permis une fouille en profondeur qui aurait complété et conforté la lecture stratigraphique faite dans l’espace 10401 ; en particulier, le parement de briques et le niveau correspondant observé à l’ouest n’ont pas été mis au jour à l’est.

23La fondation est couverte par une strate d’argile verdâtre, US 39/52 (cote supérieure SLM 12,06), sur laquelle a été déposée une couche de chaux, qui constituent la préparation d’un sol construit, de mortier, US 51 (cote SLM 12,06 à 12,11), à relier au sol 10401058. On a pu observer, dans cet espace, le long de la base du pilier, la présence d’une tranchée, US 038 (cote SLM 11,90 à 12,12), comblée de terre argileuse, qui a entaillé le sol et sa préparation.

24À l’ouest, une strate de terre compactée, US 50, et à l’est, une mince strate de limon mêlé à des charbons de bois, US 035, forment le fond d’un niveau de circulation (fig. 42), composé de mortier, US 49 et 032 (cote SLM 12,14 à 12,22), correspondant au niveau mis au jour dans l’espace 10401.

25La salle aux piliers sud a donc conservé un niveau de circulation intermédiaire, absent dans la salle aux piliers nord où, aux mêmes cotes, se trouve la strate de fragments de plaques de marbres colorés.

Fig. 42 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10402) : pilier nord-est et niveau de circulation (10402032).

26L’espace 101 est limité au sud par le mur nord d’une rampe d’escalier du stade ; ce mur, conservé jusqu’au niveau de fondation, a été ultérieurement arasé jusqu’au niveau du sol actuel de la cave lors des travaux des années 60.

27La fondation continue, US 029 (cote SLM 11,96), qui relie le mur nord de l’escalier au pilastre du mur ouest de la salle (fig. 38), est couverte par une strate, US 033/034, composée de fragments de briques et de céramiques pilés qui pourrait correspondre à une préparation du sol, spolié, du stade (cote SLM 11,96 à 12,05). Ce vestige de préparation de sol est scellé par une couche d’argile verdâtre couverte par un lit de chaux, US 028 et 031 (cote SLM 12,04 à 12,11) ; ces deux strates constituent la préparation d’un niveau de circulation et/ou de chantier successif, composé de pouzzolane et d’argile, US 030 (cote SLM 12,10 à 12,15), et correspondant aux niveaux conservés dans l’espace 10401 (US 058 et 047). Une nouvelle couche, constituée de plusieurs strates de limon et d’argile, US 027 et US 019/020 (cotes supérieures SLM 12,32 et 12,38), s’est présentée riche de fragments céramiques, de fragments de stucs et de marbres et, en cela, pourrait correspondre à une période d’abandon et peut-être de spoliation des structures. Elle est scellée par l’épaisse couche de remblai rapporté, US 012/018/014 (cote SLM 12,37 à 12,70 ; v. la chronique de fouilles 2008).

L’ambulacre médian

28À l’est de la salle aux piliers Nord et de l’escalier central, l’ambulacre médian n’a pu être exploré que par trois sondages de dimensions réduites (espaces 10901, 10902 et 10903). La fouille a atteint le niveau de la strate de fragments de plaques de marbres qui a été conservé en vue de la muséalisation du site.

29L’espace 10901 se situe le long du côté est de l’ambulacre médian, entre les deux piliers sud et la baie qui sépare l’espace 11201 (salle de l’ima cavea explorée en 2008) de l’ambulacre. L’espace est traversé par une canalisation moderne orientée nord-sud.

30La strate de fragments de plaques de marbres, US 008 (cote supérieure SLM 12,11) est couverte par une strate de terre friable, US 006/009 (cote SLM de 12,11 à 12,30), contenant des éclats de marbre, des fragments de mortier et de nombreux fragments du revêtement stuqué des piliers et d’une corniche ; cette strate de destruction est scellée par une fine strate, blanche, constituée uniquement de débris de stuc.

31L’espace 10902 se situe à l’est du pilier Gismondi n° 3 ou pilier sud-est de la salle aux piliers Nord ; de nouveau, la superficie explorable a été entamée par le passage d’une canalisation moderne, orientée est-ouest, qui a en partie détruit le pilier antique. Toutefois, la fouille s’est révélée riche de données sur l’intense succession des niveaux d’occupation : la strate de fragments de plaques de marbres, US 023 (cote supérieure SLM 12,03) est apparue grâce à une taille pratiquée dans un niveau de circulation, compact, US 022 (cote supérieure SLM de 12,09 à 12,05) qui la scelle. Une strate de terre, US 021 (cote supérieure SLM 12,16), mêlée à des fragments de tuiles, de travertin, de mortier, de stucs et quelques fragments de marbres, riche également de fragments céramiques, couvrait ce niveau de circulation sur lequel posaient un petit vase cassé contenant des pigments de couleur bleu, de nombreuses tesselles en verre et en pâte de verre concentrées plutôt vers l’ouest et plus au nord un deuxième vase contenant des pigments rouges. Une nouvelle strate de terre plus argileuse, US 020 (cote supérieure SLM 12,34/12,39), contenant de grands fragments de marbres et des fragments céramiques, est scellée par deux niveaux de circulation constitués de terre compactée, qui se superposent, US 019 (cote supérieure SLM 12,40/12,43) et US 016 (cote supérieure SLM 12,44) et qui ont restitué quelques fragments céramiques.

32Cette intense succession de niveaux de circulation avait déjà été observée dans l’espace 12601 où ils avaient été datés à partir de la fin du ive siècle (v. la chronique de fouilles 2008) : l’étude du matériel céramique fourni en 2009 permettra d’affiner leur chronologie.

33L’espace 10903 se situe à l’est de l’escalier central ; l’espace explorable est limité par la présence d’une fondation récente et d’un important égout moderne, construit. La strate de fragments de plaques de marbres, US 013 (cote SLM de 12,05 à 12,15), ne couvre pas la totalité du sondage : dans l’angle sud-est, se retrouve seulement la couche de terre cuite pilée, US 014, identique à celle qui englobait les fragments de marbres dans l’espace 12601. Un niveau de terre, très compactée, mêlée à du mortier, US 012 (cote supérieure SLM 12,20), les couvre. Dans l’angle nord-ouest du sondage, reste un vestige de la strate de fragments de marbres blancs mêlés à des fragments céramiques, US 011 (cote supérieure SLM 12,29), et englobés dans du limon argileux, US 010/009 (cote supérieure 12,39), ce qui rappelle l’US 10801021 (fig. 39). On ne retrouve pas, ici, le niveau compacté qui scelle les marbres mais une série de strates de limon argileux contenant des fragments de tuiles, de briques et de céramiques couvertes par une strate sableuse et cendreuse, blanchâtre, US 004 (cote SLM de 12,64/52 à 12,54/42), en pente vers le sud et particulièrement riche de matériel. Cette dernière strate est, par sa texture et le matériel qu’elle a restitué, comparable à l’US 12601051, fouillée en 2008.

34La moitié nord du segment d’ambulacre médian (espace 111) situé à l’est de la salle aux piliers Nord, n’a été fouillée que sur une superficie réduite en raison de l’interférence de structures modernes (canalisation, mur, dalle de ciment) ; un sondage a été ouvert à l’est du pilier Gismondi n° 2 ou pilier nord-est de la salle.

35Un sol construit, US 028, très compact, a été mis au jour à la cote SLM 11,58 et laissé en place ; il est constitué d’un mortier renforcé par de nombreuses inclusions, visibles également en surface, de travertin et de pouzzolane (fig. 41). Le sol est couvert par une strate, US 027, de terre friable, peu compacte, épaisse 0,14 m environ, qui bat contre la fondation.

Fig. 43 – 62, Place Navone. Salle aux piliers nord (12601) : strate de fragments de plaques de marbres colorés (12601055)

Fig. 44 – 62, Place Navone. Ambulacre médian (11101) : pilier et fondation (11101023) ; sol (1101028) et strate de marbres colorés (11101013).

36La strate supérieure, US 022, épaisse 0,20 m, se distingue par sa composition argileuse et sa superficie très compactée par la présence de nombreux éclats de marbres (shemtou, rouge antique, serpentine). La surface de ce niveau de circulation se trouve à la cote SLM 11,92/11,90 tandis que le sommet de la fondation se situe à la cote SLM 11,89 : ce niveau couvre et bat contre les deux assises de briques qui couronnent la fondation. Deux strates, l’une de limon sableux, US 021 (cote SLM 11,94) et l’autre de chaux, US 026 (cote SLM 11,97) se superposent sur ce niveau (v. le niveau de chantier dans l’espace 112, cité dans la chronique de fouilles 2006).

37Le sol construit pourrait être le plan de pose d’un dallage, spolié, dont l’épaisseur correspondrait à celle de la strate US 027, et, dans ce cas, situé sous les deux assises de briques ; celles-ci (dont la première est en ressaut), tout en liant le pilier avec la fondation, pourraient avoir constitué une base ou une plinthe, peut-être stuquée, du pilier. La strate US 027 peut alors être artificielle, un remblai rapporté, ou naturelle, une alluvion, et serait postérieure à la spoliation du dallage au cours de laquelle le revêtement stuqué de la base ou plinthe aurait été arraché.

38La strate US 022 correspondrait à un rehaussement du niveau général scellé par un plan de circulation. Le lit de chaux se situe au niveau de la cassure du revêtement stuqué du pilier et au-dessous de la strate de fragments de plaques de marbres colorés, US 013 (cote SLM 12). Ces observations suggèrent que le lit de chaux est antérieur au milieu du ive siècle.

La strate de fragments de plaques de marbres

39L’extension de la fouille a permis de trouver les limites de l’aire couverte par l’épaisse strate de fragments de plaques de marbres, disposés à plat, mise au jour dans l’espace 126 (v. la chronique de fouilles 2008) ; selon P. Pensabene, les fragments de marbres correspondent davantage, vues leurs petites dimensions, à des rebuts d’un atelier plutôt qu’à une aire de stockage comme on l’avait pensé.

40La strate de fragments de plaques de marbres, US 055, couvre toute la salle aux piliers nord (espaces 126 et 108) (fig. 43) et le segment d’ambulacre médian qui lui correspond (espaces 111 et 109) (fig. 44). Toutefois, la composition de cette strate varie : dans la moitié nord de la salle, les fragments de marbres étaient disposés sur plusieurs couches et englobés dans une strate granuleuse, constituée de terre cuite pilée, atteignant ainsi une épaisseur de 0,15 m. Dans la moitié sud, la strate se compose en grande partie de terre argileuse dans laquelle les fragments sont nettement moins nombreux et elle accuse une forte pente nord-sud (cote supérieure SLM 12,27 à 12,08-12,19 à 12,04). Il en est de même dans l’ambulacre médian, où la strate se situe entre les cotes SLM 12,15 et 12,05.

41Aux lambeaux de sol mis au jour dans l’espace 126 et qui scellent la strate, peuvent être reliés le niveau de terre compactée, US 020 (cote SLM du nord au sud 12,34/24 et 12,29/19) dans la salle aux piliers nord, le sol, US 10401043 et les niveaux, US 10402032 et 049, dans la salle aux piliers sud. Dans l’ambulacre médian, le sol qui couvre la strate de fragments de marbres est mieux conservé, en particulier dans le secteur central (espace 10902).

42L’intensité et la complexité des nouvelles données fournies par la campagne de fouilles de 2009 montrent bien l’intérêt et l’importance de l’étude de toutes les classes de matériel, sans laquelle il est difficile de reconstituer les phases chronologiques et les types d’occupation du site parallèlement à l’étude du bâti.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 35 – 62, Place Navone. Plan des structures du Stade de Domitien d’après I. Gismondi et localisation des sondages.
Légende Fig. 36 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10401) : piédroit nord de l’ouverture vers la piste et fondation (1040146) ; niveaux de circulation (10401058 et 10401043) et sépulture (10401038).
Légende Fig. 37 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10402) : pilier nord-est et fondation (10402040).
Légende Fig. 38 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10101) : mur nord de l’escalier (10101006) et fondation (10101029).
Légende Fig. 39 – 62, Place Navone. Salle aux piliers nord (10801) : Piédroit sud de l’ouverture vers la piste et fondation (10801025) ; strate de marbres (10801021).
Légende Fig. 40 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10401) : fondation parementée, détail (10401046).
Légende Fig. 41 – 62, Place Navone. Ambulacre médian (11101) : pilier et fondation (11101023) ; sol (1101028) et niveau de chaux (11101026).
Légende Fig. 42 – 62, Place Navone. Salle aux piliers sud (10402) : pilier nord-est et niveau de circulation (10402032).
Légende Fig. 43 – 62, Place Navone. Salle aux piliers nord (12601) : strate de fragments de plaques de marbres colorés (12601055)
Légende Fig. 44 – 62, Place Navone. Ambulacre médian (11101) : pilier et fondation (11101023) ; sol (1101028) et strate de marbres colorés (11101013).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Bernard et Martine Dewailly, « Piazza Navona 62. Quatrième campagne de fouilles dans les caves de l’immeuble situé au n° 62 de la place Navone », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 256-263.

Référence électronique

Jean-François Bernard et Martine Dewailly, « Piazza Navona 62. Quatrième campagne de fouilles dans les caves de l’immeuble situé au n° 62 de la place Navone », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/461

Haut de page

Auteurs

Jean-François Bernard

Articles du même auteur

Martine Dewailly

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org