Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Delta du Tibre. Campagne de carottage 2009 : geoarcheologie des canaux de Portus : l’exemple du Canale Romano

Ferréol Salomon, Jean-Philippe Goiran, Jean-Paul Bravard, Simon Keay, Martin Millett, Kristian Strutt, Graeme Earl, Stephen Kay et Lidia Paroli
p. 263-267

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Université Lyon 2, British School at Rome, École française de Rome, UMR-5600 Environnement- Ville-Société, UMR-5133 Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Soprintendenza per i Beni archeologici di Roma

1Suite à la campagne de carottages déjà effectuée à Portus l’année dernière en 2008 (voir la chronique précédente), cette année 2009 nous a permis de nous positionner d’avantage vis-à-vis des problématiques géoarchéologiques concernant les canaux de Portus.

L’aspect fluvial de portus

2Si l’on souhaite restituer le système d’approvisionnement de Rome à l’époque impériale, on se doit bien évidemment d’aborder le rôle primordial de Portus. Quelques kilomètres au nord d’Ostie et de l’embouchure du Tibre, les empereurs Claude et Trajan font creuser au 1er et 2e siècle ap. J.-C., deux profonds bassins portuaires qui permettent d’accueillir les plus imposants bateaux provenant de toute la méditerranée (fig. 45). Mais de quelles manières les marchandises déchargées à Portus par des navires maritimes sont-elles acheminées jusqu’à Rome ? Il existe deux possibilités : la voie terrestre et la voie fluviale. Pour la voie terrestre nous renvoyons le lecteur aux résultats récents des fouilles de la via Portuensis (Di Giuseppe et alii 2008), nous nous intéresserons ici aux voies navigables et au transport fluvial : Comment s’effectuait la connexion entre Portus et le Tibre ? Cette question nous fait nous intéresser non pas à la façade maritime de Portus, mais à sa face fluviale. Le gigantisme de la conception des bassins de Claude et Trajan en fait presque oublier la dimension fluviale du port, non moins importante. La question des ouvertures du bassin de Claude vers la mer fait par exemple l’objet de nombreux débats (J.-P. Goiran et alii 2008 ; J.-P. Goiran et alii 2010 ; Giraudi et alii 2009 ; Arnoldus-Huyzendveld 2005), d’un autre côté, la question de la connexion de Portus avec le Tibre, a beaucoup moins attiré l’attention des recherches pour l’instant, mais la situation n’en est pas moins complexe : Combien existe-t-il de canaux ? Quelles ont été leur durée d’activité ? Quels ont été leurs usages ?

L’étude des canaux de Portus : stratégie de carottage

3D’une manière générale, l’étude des canaux antiques souffre du peu d’intérêt qu’ils ont pour l’instant suscité. Lorsque la littérature y fait finalement une place, c’est souvent en indiquant un potentiel d’étude et le regret que ce champs de recherche ne soit pas assez investi (Arnaud 2008 ; Bonnin 1984 ; Wikander 2000). La raison de cette carence vient probablement du fait que les canaux sont difficilement repérables (Wikander 2000) et que l’archéologie ne peut pas à elle seule tirer bénéfice de tous les avantages de leur étude. Les méthodes de prospection classique étant inefficaces pour identifier des canaux, il faut donc se tourner vers l’observation méticuleuse des photographies aériennes et les méthodes de prospection géophysique. D’autre part, l’étude archéologique des structures propres au canal (contenant) doit s’effectuer de concert avec l’étude du comblement sédimentaire du canal (contenu), grâce aux méthodes d’analyse proposées par la géoarchéologie.

Fig. 45 – Delta du Tibre. Restitution générale de Portus, port impérial de Rome, et de ses canaux.

Fig. 46 – Delta du Tibre. Résultats des prospections géomagnétiques géomagnétiques ont été effectuées depuis une dizaine d’années autour de Portus par M. Millett et K. Strutt effectuées entre Portus et le Tibre (Keay et al. 2005, modifié).

4L’étude des canaux de Portus s’effectue avec la collaboration de l’équipe archéologique dirigée par le professeur Simon Keay (Université de Southampton et British School at Rome). Dans ce contexte, des prospections (Keay et alii 2005). Ces études couplées avec la relecture des photographies aériennes ont permis de reconsidérer complètement l’organisation du port et ses infrastructures en particulier entre Portus et le Tibre (fig. 46).

Fig. 47 – Delta du Tibre. Transect des carottages CN-1, CN-2 et CN-3 réalisés à l’intérieur du Canale Romano.

5À ce stade de la recherche, trois canaux pourraient avoir été en fonction autour de Portus durant l’Antiquité (fig. 45 et 46). Le premier canal est toujours en fonction aujourd’hui sous le nom de Fiumicino. Il se situe au sud de Portus. On le nomme communément Fossa Trajana, mais il est difficile de savoir si il a été creusé sous Claude ou Trajan, ou seulement réaménagée sous Trajan (Fea, 1824a, 1824b et 1835 ; Lugli et Filibeck, 1935, 29f ; Testaguzza, 1970, p. 173-84 ; Meiggs, 1973, p. 159-60 ; Keay et alii 2005, p. 275-278). Un deuxième canal se situe au nord de Portus (Castagnoli, 1963, p. 643 n. 28 ; Giuliani, 1992). Il relierait le Tibre au littoral au nord du bassin de Claude. Les prospections géomagnétiques montrent un relatif élargissement du chenal en direction de la mer (20 m à 35 m de large) (fig. 46). Ces mêmes prospections n’ont pas permis de repérer une éventuelle structure maçonnée autour du canal ; cela pourrait indiquer qu’il s’agirait du canal d’évacuation de crue évoqué dans une inscription attribuée à Claude (CIL XIV, 85) (Keay et alii 2005). Ce canal n’a pas encore fait l’objet de datations. Enfin, un troisième canal, dit Canale Romano, situé entre les deux canaux décrits précédemment, semble être connecté à l’amont au Tibre, contourner le bassin de Trajan par le sud et se jeter dans la dite Fossa Trajana (Testaguzza, 1970, p. 39-40 ; Keay et alii 2005, p. 282).

6Grâce au soutien de l’équipe archéologique de Southampton et de la British School at Rome, trois carottages de 9 m à 13 m ont pu être réalisés en septembre 2009. Ils se répartissent en trois points selon une logique amont/aval à l’intérieur du Canale Romano (CN1, CN2 et CN3) (fig. 46, 47 et 48). Ses dimensions sont estimées à 1,4 km de long et 35 m de large. S. Kay et M. Millett ont été d’une aide précieuse pour placer précisément les points de carottage sur le terrain.

La charge de fond du Tibre piégée dans Canale romano

7Une des grandes surprises de cette campagne 2009 a été de découvrir la charge de fond du Tibre antique au fond du canal (fig. 47 et 48). Il s’agit d’une unité constituée de sables très grossiers qui a été relevée entre 6 m et 7,50 m de profondeur sous le zéro topographique. Cette unité comporte des fragments de céramiques émoussés ainsi que des coquilles de Bithynia tentaculata et de Theodoxus fluviatilis et leurs opercules (déterminés par Sheila Hamilton-Dyer). Ils indiquent 267 tous deux un environnement d’eau douce. Des datations C14 sont en cours sur ces carottages. Le comblement du canal est constitué quand à lui de limons et d’argiles gris et jaunes au sommet. Le premier mètre se compose de remblai. Des études supplémentaires et plus précises seront effectuées sur ces différents dépôts sédimentaires.

Canale Romano – Carottages 2009

Canale Romano – Carottages 2009

Fig. 48 – Delta du Tibre. Vue en perspective d’une photographie aérienne de 1943 (No 3166 : 23S-167.5P.G 21/10/1943 12.45F/24 26 & 28,000’) avec la représentation simplifiée des carottages réalisés dans le Canale Romano.

8Le canal, comme les bassins portuaires (J.-P. Goiran et alii 2003), constitue un piège artificiel. Il révèle l’activité du fleuve à une période donnée, en tenant bien évidemment compte des modifications induites sur l’écoulement des eaux du Tibre et la compétence du fleuve par l’existence même des multiples canaux en fonction. À l’inverse d’un chenal naturel mobile qui construit ses archives sédimentaires dans la convexité de ses méandres, les canaux pourraient être considérés comme un cliché de l’activité fluviale à une époque précise.

9Comme nous l’avons dit, la charge de fond du Tibre révélée dans ces sédiments est le résultat de la compétence d’un Tibre réduite par l’existence même des canaux en activité. Cette découverte constitue tout de même un référentiel solide pour aborder l’étude future des sédiments du Tibre piégés dans les convexités du méandre du Fiume Morto près d’Ostia Antica.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud 2008 = P. Arnaud, Conscience de l’impact environnemental et choix d’aménagements concurrentiels des cours d’eau chez les auteurs anciens, dans E. Hermon (éd.), Vers une gestion intégrée de l’eau dans l’empire romain, Rome, 2008 (Atlante tematico di topografia antica. Supplementi, 16), p. 157-162.

Arnoldus-Huyzendveld 2005= A. Arnoldus-Huyzendveld, The natural environment of the Agro Portuense, dans S. Keay, M. Millett, L. Paroli et K. Strutt (éd.), Portus, an archaeological survey of the port of imperial Rome, the British School at Rome, Rome, 2005, p. 14-30. Bonnin 1984 = J. Bonnin, L’eau dans l’Antiquité. L’hydraulique avant notre ère, Paris, 1984.

Castagnoli 1963 = F. Castagnoli, Astura, dans Studi romani, 11, 6, 1963, p. 1-8.

Di Giuseppe-Serlorenzi 2008 = H. Di Giuseppe et M. Serlorenzi, La via Campana e le acque violate, dans The Journal of Fasti Online, 2008 [http://www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2008107.pdf]

Fea 1824a = C. Fea, Alcune osservazioni sopra gli antichi porti di Ostia, ora Fiumicino. Rome, 1824.

Fea 1824b = C. Fea, La Fossa Trajana confermata al Sig. Cav. Ludovico Linotte. Rome, 1824.

Fea 1835 = C. Fea, Il Tevere navigabile oggidi come nei suoi più antichi secoli, e la città di Ostia ivi edificata dal re Anco Marcio, emporio di Roma, da risorgere a nuova vita.

Rome, 1835. Giraudi-Tata-Paroli 2008 = C. Giraudi, C. Tata et L. Paroli, Late Holocene evolution of Tiber river delta and geoarchaeology of Claudius and Trajan Harbor, dans Geoarchaeology 24, 3, 2009, p. 371-382.

Goiran-Morhange 2003 = J.-P. Goiran et C. Morhange, Géoarchéologie des ports antiques de Méditerranée : problématiques et études de cas, dans Topoï, 11, 2003, p. 645-667. Goiran et alii 2009 = J.-P. Goiran, H. Tronchère, P. Carbonel, F. Salomon, H. Djerbi, C. Ognard, G. Lucas et U. Colalelli, Portus, la question de la localisation des ouvertures du port de Claude : approche géomorphologique, dans MEFRA, 121-1, 2009 [Chronique], p. 217-228.

Goiran et alii 2010 = J.-P. Goiran, H. Tronchère, F. Salomon, P. Carbonel, H. Djerbi, et C. Ognard, Palaeoenvironmental reconstruction of the ancient harbors of Rome : Claudius and Trajan’s marine harbors on the Tiber delta, dans Quaternary International, 216, 2010, p. 3-13.

Giuliani 1992 = C. F. Giuliani, Note sulla topografia di Portus, dans V. Mannucci (éd.), Il parco archeologico naturalistico del Porto di Traiano : metodo e progetto, Rome, 1992, p. 29-43.

Keay et alii 2005= S. Keay, M. Millett, L. Paroli et K. Strutt, Portus Romae: an archaeological survey of the port of imperial Rome, Rome, 2005.

Lugli Filibeck 1935 = G. Lugli et G. Filibeck, Il porto di Roma imperiale e l’Agro Portuense, Bergame, 1935 (Officine dell’Istituto italiano d’arti grafiche).

Meiggs 1973 = R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 1973 (deuxième édition).

Testaguzza 1970 = O. Testaguzza, Portus : illustrazione dei Porti di Claudio e Traiano e della città di Porto a Fiumicino, Rome, 1970.

Wikander 2000 = C. Wikander, Canals, dans O. Wikander, Handbook of ancient water technology, Leyde, 2000, p. 321-330.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 45 – Delta du Tibre. Restitution générale de Portus, port impérial de Rome, et de ses canaux.
Légende Fig. 46 – Delta du Tibre. Résultats des prospections géomagnétiques géomagnétiques ont été effectuées depuis une dizaine d’années autour de Portus par M. Millett et K. Strutt effectuées entre Portus et le Tibre (Keay et al. 2005, modifié).
Légende Fig. 47 – Delta du Tibre. Transect des carottages CN-1, CN-2 et CN-3 réalisés à l’intérieur du Canale Romano.
Titre Canale Romano – Carottages 2009
Légende Fig. 48 – Delta du Tibre. Vue en perspective d’une photographie aérienne de 1943 (No 3166 : 23S-167.5P.G 21/10/1943 12.45F/24 26 & 28,000’) avec la représentation simplifiée des carottages réalisés dans le Canale Romano.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ferréol Salomon, Jean-Philippe Goiran, Jean-Paul Bravard, Simon Keay, Martin Millett, Kristian Strutt, Graeme Earl, Stephen Kay et Lidia Paroli, « Delta du Tibre. Campagne de carottage 2009 : geoarcheologie des canaux de Portus : l’exemple du Canale Romano », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 263-267.

Référence électronique

Ferréol Salomon, Jean-Philippe Goiran, Jean-Paul Bravard, Simon Keay, Martin Millett, Kristian Strutt, Graeme Earl, Stephen Kay et Lidia Paroli, « Delta du Tibre. Campagne de carottage 2009 : geoarcheologie des canaux de Portus : l’exemple du Canale Romano », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/462

Haut de page

Auteurs

Ferréol Salomon

Articles du même auteur

Jean-Philippe Goiran

Articles du même auteur

Jean-Paul Bravard

Simon Keay

Martin Millett

Kristian Strutt

Graeme Earl

Stephen Kay

Lidia Paroli

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org