Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Cumes

Jean-Pierre Brun, Emmanuel Botte, Gaël Brkojewitsch, Laëtitia Cavassa, Nicola Meluziis et Priscilla Munzi
p. 267-272

Notes de l’auteur

Avec la collaboration de Luca Basile, Guilhem Chapelin, Gilbert Ciervo, Anselme Cormier, Cyril Cornillot, Filomena Costagliola, Gianluca D’Avino, Serena D’Onofrio, Stéphanie Le Berre, Boris Marie, Milena Mazza, Stephan Naji, Pascal Néaud, Dorothée Neymé, Elena Piccolo, Karine Peres, Julien Plumereau, Laurence Sereney, Ilaria Turco, Claudia Turco, Ophélie Vauxion.

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS-EFR), Soprintendenza archeologica di Napoli e Pompei et Ministère des Affaires Étrangères (Paris)

1La nécropole romaine s’étendant au nord de Cumes est en cours de fouille par le Centre Jean Bérard depuis 2001. En 2009, dans le cadre de la publication finale des travaux, quatre secteurs ont fait l’objet d’enquêtes. Trois sont situés le long de la voie qui, sortant de la ville par la porte médiane, se dirige vers le nord : l’enclos D35 et ses abords où la fouille stratigraphique commencée en 2007 a été poursuivie, le columbarium D31 et le mausolée D57.

Enclos D35 et D66

2Dans la zone des enclos D35 et D66, 144 faits archéologiques (murs, fosses, fossés, sols, voies etc.) ont été observés dont 92 sépultures (fig. 49). Ce secteur de la nécropole situé sur le côté est de la voie est certainement occupé depuis l’époque archaïque et probablement depuis l’âge du Fer. Toutefois, du fait de la présence de la nappe phréatique, il n’a pas été possible d’atteindre les niveaux profonds, antérieurs au ive siècle av. J.-C. À partir de cette époque, la stratigraphie dégagée entre la cote 6 m SLM et la cote 1,10 m SLM peut être scandée en cinq grandes phases : la phase samnite, la phase tardo-républicaine et augustéenne, le ier siècle ap. J.-C., la période antonine correspondant à la monumentalisation du secteur et l’Antiquité tardive.

3La phase samnite est représentée par trois structures mises au jour en 2009 : elles sont datables de la fin du ive siècle et du début du iiie siècle av. J.-C. La tombe à chambre SP66143 est la mieux conservée. Mesurant 2,40 m de longueur par 1,60 m de largeur et une hauteur de 2,60 m, elle est construite en dalles de tuf jaune. Sur la façade subsiste la décoration du linteau resté hors de la nappe phréatique : grenades rouges sur les côtés et feuilles rouges et noires au centre. On y accédait par une porte en plein cintre (fig. 50). Les parois verticales de la chambre, hautes de 1,20 m, sont composées de deux files de dalles de tuf posées horizontalement. La couverture est formée de six dalles de tuf posées en bâtière. L’intérieur de la tombe était peint : quelques traces de peinture rouge, noire et blanche sont encore visibles, mais presque toute la décoration a disparu à cause de la montée de la nappe phréatique. Le pillage de la tombe ne permet pas de préciser sa chronologie mais sa typologie renvoie au ive siècle av. J.-C.

Fig. 49 – Cumes, vue aérienne l’enclos D35 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

Fig. 50 – Cumes, tombe à chambre d’époque samnite, vue de la porte (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

4Aucune sépulture datable avec certitude du iiie et du début iie siècle n’a été mise au jour dans cette zone, mais à la fin du iie siècle av. J.-C., deux ou trois sépultures furent creusées en bordure de la voie. Dans le premier quart du 1er siècle av. J.-C., un ensemble de 26 tombes marquées par des cippes se développe en marge du niveau de voie orienté sud-nord. Les restes osseux sont déposés dans une urne cinéraire en céramique commune italique. L’architecture funéraire comporte généralement un marquage topographique (dalle couchée ou dressée) qui individualise la tombe au sein du niveau de fréquentation. Les sépultures les plus anciennes sont pourvues d’un bloc plus petit formant table (mensa). Les pratiques évoluent jusqu’à la période impériale : la structure générale est maintenue (crémation secondaire, fosse circulaire, stèle en tuf) mais la typologie des urnes change et à partir de la fin du 1er siècle av. J.-C., le dépôt est accompagné d’un voire deux unguentaria (fig. 51). Les dernières tombes de cette phase contiennent des dépôts secondaires (gobelets à paroi fine) et plusieurs éléments attestent de la présence de dépôt primaire sur l’ustrinum. Ces dépôts peuvent être constitués de monnaies, d’appliques en bronze provenant de coffrets, de palettes à fard, de jetons. L’étude carpologique atteste la présence de grappes de raisin sur le bûcher. Plusieurs occurrences montrent des offrandes de poisson matérialisées par des vertèbres non brûlées. À l’origine, ces cippes devaient être pourvus d’une inscription indiquant le nom du défunt sur la partie sommitale. Certaines sont conservées, d’autres ont disparu suite à des phénomènes d’érosion ou à des remaniements. L’agencement général des tombes indique l’existence de travées. Le long de la voie, les blocs sont en place côte à côte, le bloc table tourné vers l’espace public. Derrière cette première rangée, à 1,60 m environ, s’aligne une deuxième rangée. Sur le niveau d’occupation, on trouve des objets liés à l’activité rituelle : lampes à huile retournées, vases à parfum, pesons de terre cuite, col d’amphore, cailloux lissés et polis et tessons roulés.

Fig. 51 – Cumes, tombe à incinération en urne avec balsamaires en céramique (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

5Au cours d’une troisième phase, datable du ier siècle ap. J.-C., les sépultures individuelles deviennent plus imposantes et la crémation primaire se répand. Trois chambres funéraires enterrées sont surmontées d’un cube maçonné, recouvert d’enduit blanc. Elles peuvent être attribuées à cette phase car l’étude de la céramique les situe au début du règne des Flaviens.

6La quatrième période est marquée par la construction du mausolée D64 et de l’enclos D35 au début du iie siècle ap. J.-C. À l’ouest, bien que les couches aient été perturbées par des empierrements plus récents, la limite semble continue. La pratique de l’inhumation primaire devient majoritaire mais la crémation perdure puisque des urnes sont aménagées dans des niches murales de l’enclos D35. Le mausolée D64, édifié en même temps que l’enclos était destiné à accueillir les corps de plusieurs membres de la même famille. On y accédait par l’arrière et la disposition des tombes à inhumation dessinait une sorte de triclinium. La partie nord de l’enclos est dépourvue de tombes attribuables à cette phase et l’on imagine la présence d’un jardin funéraire. Dans la partie sud, un groupe de six sépultures est attribuable à des enfants, probablement ceux des propriétaires du mausolée. Le petit Publius Iulius Alexander et sa sœur ( ?) sont ensevelis dans l’angle sud-ouest et associés à des offrandes animales.

7La cinquième phase correspond aux tombes de l’Antiquité tardive fouillées durant les campagnes 2007-2008. Dans l’enclos D35, 18 sépultures sont mises en place au cours des ve et vie siècles : tombes en pleine terre, tombes sous bâtière simple ou double, en coffre de tegulae etc.

Columbarium D31

8Le columbarium D31 est situé au nord du D35, le long de voie principale sud-nord se dirigeant vers Capoue. Le monument mesure environ 5,70 m du nord au sud et 5,30 d’est en ouest. Son plan approximativement carré présente une nette déformation, les angles n’étant pas droits (fig. 52). Le bâtiment conçu dès l’origine comme un columbarium était précédé d’un enclos. Étant donné l’épaisseur des murs : 0,80 m et jusqu’à 1,15 m, il est vraisemblable que monument présentait un étage. L’extérieur était recouvert d’une épais enduit peint en rouge, conservé seulement en partie basse.

Fig. 52 – Cumes, intérieur du columbarium D31 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

Fig. 53 – Cumes, façade du mausolée D47 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

9Le bâtiment en construit en opus reticulatum de tuf jaune. Les angles et les piédroits de la porte sont bâtis en moellons parallélépipédiques comme il est d’usage dans le réticulé. La porte, large de 0,83 m, permettait de pénétrer dans le monument ; le sol est réalisé en éclats de tufs noyés dans le mortier. Un conduit, formé de deux tuiles rondes accolées, est scellé dans le sol immédiatement à l’est du seuil, dans l’axe de la porte. Sa construction très particulière montre qu’il s’agit d’un conduit de libation qui devait communiquer avec une tombe qui n’a pas été fouillée car protégée efficacement par une forte épaisseur de béton. Si cette hypothèse se vérifiait, on en conclurait que le mausolée D31 a été construit sur la tombe d’un personnage fondateur de l’édifice. Le monument se compose d’une chambre principale, mesurant 3,78 × 2,90 m dont les parois sont creusées de niches contenant des urnes cinéraires. Huit niches sont ménagées dans les murs nord, est et sud ; un deuxième rang de niches renfermant des urnes était superposé au premier, mais il a presque partout disparu. Toutes les urnes ont été pillées et vidées ; parfois ne subsistait que le fond de l’urne en céramique commune, voire seulement son empreinte. Les loculi devaient être fermés par une plaque, le plus souvent de marbre ; aucune n’a subsisté en place mais des clous en bronze ayant servi à fixer les plaques sont encore en place. Dans la couche de terre humique remplissant l’espace principal, un fragment de plaque en marbre cipolin, lacunaire sur le côté droit et en bas, pourrait provenir d’une des niches. Le texte se déroule sur cinq lignes : D(iis) [M(anibus)] / Monia [...] / qui vixi[t...] / qui labo[ravit] / patrono [suo]. Les caractères paléographiques suggèrent une datation au cours du ier siècle ap. J.-C. cohérente avec la chronologie relative des monuments de cette zone ; en effet, le mur de l’enclos funéraire D35, bien daté du début du iie siècle s’appuie sur l’angle du columbarium D31.

Mausolée D57

10Situé à une centaine de mètres de la porte septentrionale, le mausolée D57 fait partie des monuments funéraires construit le long de l’axe sud-nord, orientée en direction de Capoue. De plan rectangulaire (3,60 × 4 m), l’édifice abrite une chambre funéraire pillée à plusieurs reprises.

Fig. 54 – Cumes, arrière du mausolée D47 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

11Le monument D57 est implanté sur le côté oriental de la voie. À l’emplacement où sera construit le monument funéraire, existaient déjà des niveaux de voie et au moins une sépulture datable de la première moitié du ier siècle avant notre ère. Le mausolée est couvert par une toiture à double pente recouverte d’une couche de béton de tuileau (fig. 53 et 54). Les murs sont construits en opus reticulatum avec des chaînages d’angle en opus vittatum. La façade aujourd’hui dégradée par les spoliations comportait une porte d’entrée probablement surmontée d’une inscription. Le monument abrite une chambre à laquelle on accédait par un couloir dont ne subsistent que les murs latéraux. Cette chambre est un espace voûté comportant deux banquettes sur ses côtés nord et est ; chacune d’elles a reçu une inhumation (fig. 55). Ces dépositions ont été très fortement perturbées lors du pillage du monument. Les restes des squelettes ont été retrouvés au pied des lits, sur le sol de la chambre, dans une couche mêlant restes humains et éléments de mobilier funéraire. Les éléments chronologiques sont trop peu nombreux pour assurer une datation précise des dépositions. Des monuments funéraires relativement similaires à celui de Cumes sont connus à Pompéi où ils sont généralement datés du milieu du ier siècle de notre ère. Le fait que le mausolée D57 s’installe sur un cippe funéraire daté de la fin de la république ou du début de l’époque augustéenne incite à fixer son implantation dans la première moitié du ier siècle de notre ère.

Fig. 55 – Cumes, intérieur du mausolée D57 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

12Une seconde phase est visible dans la construction ; le monument est ceinturé sur ses côtés sud, est et nord par un mur construit en opus reticulatum alors que le toit à double pente est recouvert d’une seconde strate de béton de tuileau. Il est probable que cette reprise a dû avoir lieu dans les années ou les proches décennies qui ont suivi sa construction. Une troisième phase correspond à la fermeture définitive du mausolée : un bloc monolithique de tuf jaune fermant la porte est scellé, le couloir d’accès étant comblé par une épaisse couche de mortier supportant un sol en béton de tuileau limité sur trois côtés par un mur construit en opus reticulatum. Le sol et les murs qui l’encadrent forment un petit enclos qui devait servir aux cérémonies funéraires. Suivent plusieurs phases marquées par l’implantation progressive de tombes à inhumation au cours de la période comprise entre le iie et le ve siècle.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 49 – Cumes, vue aérienne l’enclos D35 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 50 – Cumes, tombe à chambre d’époque samnite, vue de la porte (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 51 – Cumes, tombe à incinération en urne avec balsamaires en céramique (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 52 – Cumes, intérieur du columbarium D31 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 53 – Cumes, façade du mausolée D47 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 54 – Cumes, arrière du mausolée D47 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 55 – Cumes, intérieur du mausolée D57 (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Brun, Emmanuel Botte, Gaël Brkojewitsch, Laëtitia Cavassa, Nicola Meluziis et Priscilla Munzi, « Cumes », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 267-272.

Référence électronique

Jean-Pierre Brun, Emmanuel Botte, Gaël Brkojewitsch, Laëtitia Cavassa, Nicola Meluziis et Priscilla Munzi, « Cumes », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/463

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Brun

Articles du même auteur

Emmanuel Botte

Articles du même auteur

Gaël Brkojewitsch

Laëtitia Cavassa

Articles du même auteur

Nicola Meluziis

Articles du même auteur

  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011

Priscilla Munzi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org