Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Pompéi. Programme de recherches sur l’artisanat antique

Jean-Pierre Brun, Emmanuel Botte, Guilhem Chapelin et Martine Leguilloux
p. 272-275

Notes de l’auteur

Avec la collaboration de Marie Delayeun, de Laura Goglio, d’Étienne Jaffrot et de Victoria Leitch.

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Centre Jean Bérard, École française de Rome, Ministère des Affaires étrangères (pôle Archéologie), Agence nationale de la recherche (projet Artifex)

Tannerie

1Dans la tannerie de l’insula 5 de la Regio I qui fait l’objet de travaux depuis 2001, les travaux complémentaires ont porté principalement sur l’angle nord-est du portique 8 et sur les rues ouest (300) et sud (400) (fig. 56). À ces sondages a succédé un long travail de restauration des bâtiments.

Fig. 56 – Pompéi, tannerie I 5. Vue aérienne avec localisation des secteurs sondés (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

Les sondages

2Sous le portique 8, l’objectif des sondages était de clarifier la chronologie relative des structures situées autour des bassins distribuant l’eau dans les ateliers de trempage de peaux. Les fouilles ont conduit à la découverte d’un puits de plan rectangulaire (1,70 × 1,40 m), creusé dans le basalte et ceinturé en partie haute par trois rangs de blocs en calcaire du Sarno de grandes dimensions (fig. 57).

Fig. 57 – Pompéi, tannerie I 5. Vue du puits transformé en noria (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

3Le puits a été transformé ultérieurement en noria. La partie supérieure du puits a été modifiée, passant de rectangulaire à elliptique pour permettre le passage de la chaîne à godets. À l’ouest du puits, une structure de plan carré, formée de quatre murets fondés sur le substrat sert de socle à une structure supportant les montants du bâti de bois permettant à la roue de fonctionner. Pour mettre en place ces aménagements, on a détruit un mur ancien et on a perforé des niveaux de sols déjà existant pour creuser une tranchée de fondation. La construction d’une noria s’explique aisément : le tremblement de terre de 62 ou 63 ap. J.-C. ayant entraîné une rupture de l’aqueduc, les artisans ont dû trouver une solution pour augmenter le débit du puits, ce qui explique l’aménagement de la roue élévatrice. Peu de temps avant l’éruption du Vésuve, le puits fut comblé, sans doute car on disposait à nouveau dans l’atelier d’un apport d’eau suffisant depuis l’extérieur. Entre le séisme et le moment de l’éruption, l’alimentation en eau courante a dû être rétablie et de ce fait les artisans n’avaient plus besoin du puits et de la noria. Ainsi, le puits est comblé et la zone remblayée, faisant disparaître les murs de support utilisés pour le fonctionnement de la roue.

4Dans la ruelle ouest (secteur 300), un sondage a été ouvert pour vérifier que, dans la phase 2, l’îlot s’arrêtait à l’angle des murs 4 et 5 et que la ruelle, au tracé un peu tortueux existait dès l’urbanisation de cette partie de la ville. Ce sondage a montré qu’antérieurement à la construction de l’îlot, la zone était occupée par une carrière de basalte exploitée au ive siècle avant J.-C. La carrière fut comblée en partie dans la seconde moitié du ive siècle et des colluvions se déposèrent durant la fin du ive-première moitié du iiie siècle. Le mur en grand appareil de l’îlot est bâti dans ces colluvions au cours de la première moitié ou vers le milieu du iiie siècle (fig. 58). Dans ce secteur de la ruelle, le creusement de plusieurs fosses a détruit les niveaux de chaussée des iiie au ier siècles avant J.-C. Au début du ier siècle après J.-C., le début de la ruelle reçut un pavement de basalte. Le dernier épisode notable est marqué par le creusement d’une vaste fosse après le tremblement de terre, en liaison avec les travaux de restauration des murs.

Fig. 58 – Pompéi, tannerie I 5. Angle de l’îlot reposant sur un ban de basalte entamé par une carrière (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

5Un autre sondage a été réalisé dans la rue qui borde l’îlot au sud séparant ce dernier des remparts de l’époque samnite. Elle prend son origine à la Porte de Stabies, longe l’îlot 1 où se trouve un bar, rencontre la ruelle 300 qui sépare l’îlot 1 de l’îlot 5 et longe la façade méridionale de la tannerie. Le mur de façade sud de l’îlot (M8) bâti en opus incertum comporte, dans sa partie occidentale, sept portes bouchées. Ces portes donnaient accès à autant de pièces rectangulaires et de petite taille ultérieurement détruites par la carrière de basalte implantée dans la partie sud de l’îlot. De part leur plan et leur disposition, il est probable que ces pièces servaient de lieux de prostitution. Afin de dater l’ouverture et le bouchage de ces portes, le sondage a été ouvert dans la rue à 5 mètres de l’angle sud-est de l’îlot. Limité au nord par le mur 8 dont l’élévation totale est de 4,80 m, il est bâti en opus incertum et présente trois phases. De la fondation à 1,30 m de hauteur environ, l’appareil est en tuf calcaire (M8A) recouvert d’un enduit qui présente un angle (angle d’une porte ou d’une maison). La stratigraphie permet de dater la construction de ce mur dans la seconde moitié du iie siècle avant J.-C. Au-dessus de l’arase de ce mur primitif et de la fondation 8B commence le mur 8C en opus incertum mêlant du tuf calcaire, du basalte et des tuiles dans un mortier de chaux (fig. 59). Ce mur est percé de 7 ouvertures larges de 0,70 m et hautes de 1,75 m. Les pièces étaient larges en moyenne de 2,10 m, sauf la première et la dernière. Le mur est recouvert par un enduit blanc qui retourne à l’intérieur des portes jusqu’à une feuillure qui marque l’emplacement de l’huisserie. L’édification du mur et des portes est contemporaine ou postérieure à la fin du règne d’Auguste. Une troisième phase est marquée par le bouchage des portes avec des matériaux de remploi scellés à la chaux maigre (M8D); le matériel associé au bouchage des portes permet de dater cette modification dans le courant du second quart du ier siècle après J.-C. Vers le milieu du siècle, les colluvions s’accumulent contre le bouchage des portes jusqu’au tremblement de terre : à partir de cette époque, ce secteur de la rue, comme la rue est (100), a été remblayé par des gravats provenant des démolitions.

Fig. 59 – Pompéi, tannerie I 5. Le mur 8A-B et une porte bouchée (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

Fig. 60 – Pompéi, tannerie I 5. La salle 16 en cours de restauration (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

Fig. 61 – Pompéi, tannerie I 5. Les portiques nord et est de la cour après pose des toitures (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

Fig. 62 – Pompéi, tannerie I 5. L’entrée de la maison I 5 2 après restauration du porche (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).

Restauration des bâtiments

6À partir de janvier 2009, la Surintendance de Naples et Pompéi a fait procéder à d’importants travaux de restauration de la tannerie. Le financement a été octroyé par la Surintendance spéciale avec une contribution de l’Unione nazionale conciaria italiana. Sous l’autorité du Surintendant P. G. Guzzo et du directeur du site de Pompéi A. D’Ambrosio, l’architecte Paola Rispoli a procédé au choix d’une entreprise chargée de consolider les murs, de les reconstruire si nécessaire et de poser des couvertures. L’équipe du Centre Jean Bérard a été chargée de la fourniture des documents techniques (plans, coupes) et a participé aux choix des actions prioritaires : couverture de la salle des cuves n° 16 (fig. 60), de la salle ornée de peintures n° 6, des ateliers de travail sous le portique n° 8, et de la galerie nord de la cour n° 29 (fig. 61). Il a aussi semblé opportun de remonter le pilier ouest de l’entrée monumentale I 5, 2 qui avait été détruit par le bombardement de 1943. Dans cette zone, la restauration a consisté à remettre en place un chapiteau que nous avions retrouvé dans nos dégagements et à poser une toiture pour mettre les vestiges à l’abri (fig. 62). Les travaux ont été complétés par la mise en place d’une pergola au dessus du triclinium d’été de la cour 20. Grâce à ces travaux, le site ne présente plus de dangers pour les visiteurs. L’ouverture au public dépendra cependant de l’aménagement de la voirie et de la restauration de l’îlot I 1.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 56 – Pompéi, tannerie I 5. Vue aérienne avec localisation des secteurs sondés (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 57 – Pompéi, tannerie I 5. Vue du puits transformé en noria (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 58 – Pompéi, tannerie I 5. Angle de l’îlot reposant sur un ban de basalte entamé par une carrière (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 59 – Pompéi, tannerie I 5. Le mur 8A-B et une porte bouchée (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 60 – Pompéi, tannerie I 5. La salle 16 en cours de restauration (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 61 – Pompéi, tannerie I 5. Les portiques nord et est de la cour après pose des toitures (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Légende Fig. 62 – Pompéi, tannerie I 5. L’entrée de la maison I 5 2 après restauration du porche (cliché J.-P. Brun, CNRS-EFR, Centre J. Bérard).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Brun, Emmanuel Botte, Guilhem Chapelin et Martine Leguilloux, « Pompéi. Programme de recherches sur l’artisanat antique », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 272-275.

Référence électronique

Jean-Pierre Brun, Emmanuel Botte, Guilhem Chapelin et Martine Leguilloux, « Pompéi. Programme de recherches sur l’artisanat antique », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://mefra.revues.org/464

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Brun

Articles du même auteur

  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010
  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011
  • Pompéi [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011

Emmanuel Botte

Articles du même auteur

Guilhem Chapelin

Articles du même auteur

  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011
  • Pompéi [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011

Martine Leguilloux

Articles du même auteur

  • Pompéi [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org