Navegación – Mapa del sitio
Varia

CIL IV, 9591 : un transport de blé entre Ostie et Pompéi

Jean Andreau, Lucia Rossi y André Tchernia

Resúmenes

Comme Robert Marichal l’a expliqué en 1973, l’inscription CIL IV, 9591 annonce que la petite amphore sur laquelle elle est peinte contenait un échantillon de blé. Dans cet article, nous précisons la lecture de plusieurs mots et montrons que cet échantillon précédait le transport d’une cargaison de blé d’Ostie à Pompéi ; l’inscription mentionne le coût de la vectura.

Inicio de página

Texto completo

1Notre étude de l’inscription CIL IV, 9591 se divise en deux parties. Dans la première, nous présentons l’objet qui la porte, tentons d’établir le texte et de le traduire. Dans une seconde partie, qui fera l’objet d’une livraison ultérieure, nous aborderons l’interprétation de la situation qui l’a suscitée et nous indiquerons quelques-unes des leçons que l’on peut en tirer.

  • 1 Della Corte, 1946, p. 111, n° 232.

2Le petit vase à deux anses, haut de 26 cm, qui porte cette inscription (fig. 1) a été trouvé le 30 mai 1941 dans l’atrium de la maison I, 8, 14, dite Maison d’Epidius Primus. Il a été publié pour la première fois par Matteo Della Corte en 19461. L’inscription a été reprise en 1963 au CIL IV, suppl. 3, avec un plus grand dessin et quelques corrections de lecture (fig. 2).

Fig. 1 – L’amphorette (h. 26 cm).

Fig. 1 – L’amphorette (h. 26 cm).

Fig. 2 – Le texte publié au CIL, IV.

Fig. 2 – Le texte publié au CIL, IV.
  • 2 À défaut de définitions typologiques précises de ce genre de vase à deux anses, nous utilisons le (...)

3Une étude complète de l’insula et de son mobilier, appuyée sur les journaux de fouille, a été menée dans les années 2000 par une équipe du Centre Camille Jullian et devrait être publiée prochainement. La maison d’Epidius Primus est l’une des rares unités de l’îlot I, 8 qui ait encore été occupée à la veille de l’éruption de 79. Elle renferme un mobilier extrêmement abondant, au regard du moins de ce que l’on constate dans le reste de l’îlot. Certaines observations suggèrent que des objets ont été apportés là en raison de circonstances inhabituelles : on note entre autres un char démonté dont divers éléments sont appuyés contre le mur est de l’atrium. Le vase a pour sa part été retrouvé au pied de la paroi ouest, sous un certain nombre d’objets en verre, coupes et flacons, qui ont dû tomber d’une étagère. Cette amphorette voisine avec une véritable amphore, une Dressel 35 selon les observations de l’équipe du Centre Camille Jullian, et pourrait avoir été posée directement sur le sol. Il est au total probable qu’elle appartenait au mobilier de la maison et qu’elle a été réutilisée pour un usage domestique. L’inscription à l’encre rouge Rustico ab[] sur la face opposée à l’inscription principale est à considérer comme un autre indice de réutilisation. La date exacte de son arrivée à Pompéi est donc inconnue. Il n’est pas tout à fait sûr non plus que cette amphorette2 soit arrivée directement à Pompéi. Elle a pu aussi, au moment de sa réutilisation, être apportée d’une ville voisine (par exemple de Pouzzoles). Nous nous placerons cependant dans l’hypothèse d’une arrivée directe.

  • 3 Marichal 1973-1974, p. 521-527. Le support de la publication la condamnait à passer inaperçue ; pa (...)

4La lecture proposée par M. Della Corte était très peu satisfaisante. Elle a été revue par Robert Marichal dans le cadre d’un de ses séminaires de l’École Pratique des Hautes Études. Il a publié ses remarques dans l’annuaire de cet établissement3. R. Marichal n’a malheureusement pas achevé une étude qui garde le caractère d’un séminaire de travail et reste en suspens. La photographie dont il a disposé (planche II de l’article) ne devait pas permettre d’étudier également la totalité de l’inscription ; ses remarques sur les premières lignes sont les plus pertinentes. Sous sa forme publiée, cette photographie est illisible. Jean-Pierre Brun, quand il était directeur du Centre Jean Bérard à Naples, a pu faire une série de nouvelles photographies de l’amphorette et de l’inscription, qu’il nous a confiées. Nous le remercions très chaleureusement, ainsi que la Surintendance Archéologique de Pompéi.

  • 4 Elle doit beaucoup à la critique faite par Hélène Cuvigny et Adam Bulow-Jacobsen d’une première ve (...)
  • 5 Antonio Varone a récemment fourni une photographie de l’amphorette et redonné le texte de l’inscri (...)

5Une première relecture de l’inscription à l’aide de ces photos a été entreprise par Bernard Liou et André Tchernia au début des années 2000. Mais diverses circonstances, puis la disparition de B. Liou (2006), ont empêché cette étude d’être menée à son terme. Pour réaliser la nouvelle lecture que nous présentons ici4, nous sommes partis, toutes les fois que c’était possible, de celle de R. Marichal, sans négliger le dessin de M. Della Corte, insuffisant sur plusieurs points, mais quelquefois de bonne qualité5.

6Dans l’interprétation que nous proposons, l’inscription se divise en trois parties, écrites de trois mains différentes. La première (lignes 1 à 5) établit l’identification de la marchandise et du navire (fig. 3) ; la seconde (lignes 6 et 7) traite du prix du transport ; la troisième est une adjonction en marge de la ligne 6.

Ante exemplar / tr(itici) m(odiorum) X̄V̄CC (quindecim milium ducentorum) / in n(aue) cumba amp(horarum) MDC (mille sescentarum) tutela Iouis et / Iuno(nis) parasemi Victoria P. Pompili / Saturi mag(ister) M. Lartidius Vitalis domo Clupeis.
(uacat)
Vect(ura) Ostis a(…) IIC- (duobus centesimis) sōl(uen)do / [En marge] Gratis m(odii) CC (ducenti) / S(ine) F(raude) pr(idie) Idus octobr(es)

Fig. 3 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie supérieure.

Fig. 3 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie supérieure.

Ligne 1. Ante exemplar

  • 6 Geraci 2012.
  • 7 E.g. Salluste, Iug., 76, 51.

7La lecture ne pose pas de problème. M. Della Corte proposait de supposer (missum) entre Ante et exemplar, ce qui a été accepté par R. Marichal et, plus récemment, par G. Geraci6. Cette restitution ne nous paraît cependant pas indispensable au vu des cas, il est vrai rares, où ante est utilisé comme adjectif7.

Ligne 2. tr(itici) m(odiorum) X̄V̄CC (quindecim milium ducentorum)

8Mal comprise par M. Della Corte, qui développait « tral vel trav pro translatum vel transvectum XVCC », elle a été lue par R. Marichal tr(itici) m(odiorum) X̄X̄V̄CC. Il se fondait sur un rapprochement avec l’inscription CIL IV, 5894 (fig. 4) où, corrigeant l’interprétation de Sogliano, il lisait à juste raison Ante [e]xemplar tritici. La lecture de R. Marichal établit le cadre général de l’interprétation du texte.

Fig. 4 –L’inscription CIl, IV, 5894.

Fig. 4 –L’inscription CIl, IV, 5894.

9Il préférait lire X̄X̄V̄ plutôt que X̄V̄ comme M. Della Corte, mais il n’y a, en dehors du m (mal lu al par M. Della Corte), rien de visible entre tr et le chiffre X ; on ne peut prolonger le tilde au-dessus du X̄V̄ vers la gauche, et il faut maintenir la lecture du CIL : m(odiorum) X̄V̄CC (quindecim milium ducentorum).

Ligne 3. In naue cumba amp(horarum) MDC (mille sescentarum) tutela Iouis et/

10La lecture de M. Della Corte, In n̄(ave) C. Umbr(ici) Amprioc(i), a été critiquée à juste titre, avec divers arguments paléographiques et interprétatifs, par R. Marichal. Il n’y a pas de point entre le C et le U, le a de cumba ne peut pas être un r, le o de Amprioci est un d. Les noms du propriétaire du navire et du magister nauis étant indiqués aux lignes suivantes, un nom de personne serait ici injustifiable. R. Marichal proposait in (ostra) cumba, et s’en tenait à un examen critique des lettres qui suivent. Mais il défendait le (ostra), qui introduit un discours personnalisé, au nom d’un estis à la ligne 6, qui en réalité n’existe pas, comme on le verra. L’écriture des lettres suivantes, entre amp et tutela est très perturbée. R. Marichal disait : « Les lettres suivantes sont très pâles ; la première paraît être un r en surcharge sur un i : le scribe avait omis le r et anticipé le ». La fin de la ligne en revanche est claire : tutela Iouis et.

11La première partie de la ligne doit se comprendre à partir de ce qui suit : l’identification précise d’un navire caractérisé par le nom de ses divinités tutélaires, l’image de son parasemum, le nom de son propriétaire et celui du magister nauis. Les exemples de navires identifiés précisément de cette manière comportent tous un caractère supplémentaire : le tonnage.

  • 8 TPSulp 106. Cf. Camodeca 1999, p. 219.

12Il n’existe qu’un parallèle latin exploitable : une tablette des archives des Sulpicii datant de 57 ap. J.-C.8 Aux lignes 1-3 on lit : « C(aius) S[---]s [---]S[---] / Theodori f(ilii) S[---]er[---]eni nauem Notum / modium XVIII(milium) pl[u]s minus », d’après les restitutions de G. Camodeca. Au nom de l’exercitor ou du dominus nauis faisait suite la mention du nom du navire, puis celle du tonnage exprimé en modii, 18 000 modii.

13Les parallèles grecs appartiennent, pour leur part, aux époques hellénistique et romaine. La position du tonnage dans la formule notifiant l’identité du navire pouvait varier selon qu’il s’agissait d’un ordre de chargement, d’une déclaration de transporteur, d’un registre ou bien encore d’une déclaration de propriété de navire.

  • 9 Ce même formulaire se retrouve dans une pétition de 222 av. J.-C. : le navire est identifié par la (...)

14Parmi les formulaires relevés dans les textes de l’époque hellénistique, le plus proche de notre amphorette se trouve dans les symbola des nauclères, dans lesquels le déclarant, après avoir énoncé son identité, évoquait l’idionyme du propriétaire du navire, le genus nauis (type de navire) ainsi que le tonnage exprimé par le syntagme agogê + artabes9. Les autres catégories documentaires attestées, à savoir les ordres de chargement et les registres, présentent ces mêmes éléments mais selon un ordonnancement différent, dans lequel le nom du genus nauis et son éventuel qualificatif sont suivis par l’idionyme du propriétaire du navire, puis par le tonnage exprimé en artabes.

15Les formulaires relevés dans les textes d’époque romaine se rapprochent de ceux que l’on vient d’évoquer. Ces textes appartiennent principalement à deux catégories : les déclarations de transporteurs et les registres.

  • 10 On appelle parasemon le symbole identifiant le navire. Cf. infra.
  • 11 P. Bingen 77, IIe s. de n.è. ; P. Oxy. 2415, IIIe-IVe s. de n.è. 

16Dans les premières, la mention du nom du déclarant et de sa fonction (nauclère ou capitaine de navire) est complétée par la mention du genus nauis et d’éventuels qualificatifs. L’identification du navire comporte aussi la mention du nom du propriétaire du navire, du tonnage ainsi que du parasemon10. Dans les seconds, le nom du nauclère (et quelquefois aussi celui du propriétaire) est enrichi par la mention des données relatives au navire, à savoir le genus nauuis, le parasemon et le tonnage11.

  • 12 P. Col. II 1 R 4 ; P. Grenf. 1 49 ; P. Laur. III 67 ; PSI 1048.

17On relévera enfin que, dans quelques autres documents, notamment un reçu pour le paiement d’un salaire, deux déclarations de propriété de navires et une pétition, le formulaire employé correspond précisément à celui de notre échantillon. Il comporte la mention du genus naucis, du tonnage et du parasemon12.

18Amp ne peut donc être compris que comme l’abréviation de l’unité de mesure utilisée pour exprimer le tonnage. Un chiffre doit nécessairement la suivre. S’il est facile d’interpréter le d et le c comme DC (sescentarum), le signe précédent, pour lequel on attend le M de mille, est loin d’être clair. R. Marichal, dans le passage que nous venons de citer, y voyait une rature et envisageait un r surchargé sur un i. On pourrait plutôt penser à un a transformé en m. Nous avons envisagé une autre hypothèse, qui serait de voir là une graphie maladroite du sigle ∞ signifiant mille. Paolo Fioretti, à qui nous avons demandé conseil, a bien voulu nous dire qu’il privilégiait cette hypothèse et nous faire part des arguments, fondés sur l’examen du ductus, qu’il invoque en sa faveur. Ce sigle est principalement utilisé dans les tablettes de cire ; il est tracé en quatre fois, deux lignes légèrement courbes aux extrémités, deux traits formant une croix au centre. Dans notre inscription, le scribe a tendance à prolonger vers le bas les traits obliques descendant de droite à gauche. Ce serait le cas ici.

  • 13 Cf. Héron d’Alexandrie, Fragm. Heron., 18 : « 18. (1) Πλοῖον οὗ τὸ μὲν μῆκος πηχῶν κδʹ, ἡ δὲ βάσις (...)
  • 14 Wallinga 1964 ; voir aussi Pomey – Tchernia 1978 (= Pomey – Tchernia 1980-1981) et, plus récemment (...)

19Le tonnage de base du navire, 1 600 amphores, est-il compatible avec la cargaison embarquée de 15 000 modii ? Un passage d’Héron d’Alexandrie apporte un éclairage sur la conversion des tonnages calculés en amphores en tonnages calculés en modii. Il s’agit d’un fragment des Stereometrica, qui établit un rapport de 1 à 10 entre le keramion et le modius : « le keramion peut contenir 10 modii »13. Cette équivalence ne veut évidemment pas dire qu’un keramion peut contenir 88 litres de blé. Elle porte sur la capacité de chargement d’un navire en volume. Compte tenu du mode de chargement des amphores dans la cale et des espaces qu’elles laissent libres, le volume occupé par une amphore, ou, si l’on veut, son encombrement, permet d’accueillir dix modii. Notre navire aurait donc un tonnage de 16 000 modii. Cette équivalence est en gros confirmée par le calcul empirique que l’on peut faire, à la suite des travaux de Wallinga14, de l’encombrement d’une amphore Dr. 2-4 de Pompéi, qui aboutirait, avec des amphores disposées sur une seule couche, à environ 18 000 modii.

20On sait toutefois que dans la cargaison d’un navire, le blé pèse plus lourd que les amphores. Les 1 600 amphores feraient à peu près 80 tonnes et les 15 200 modii un peu plus de 105 tonnes. Ce surcroît de poids enfonce un peu plus le navire sans compromettre sa navigabilité. Le navire de Lartidius Vitalis devait être complètement plein. La cohérence des chiffres tend à confirmer leur lecture.

21Au début de la ligne, comme il a été dit plus haut, nous n’acceptons pas le développement de par (ostra), défendu avec un argument erroné par R. Marichal. Le développement du en naue, qu’avait proposé M. Della Corte, s’appuie solidement sur le parallèle avec l’inscription CIL, IV, 5894.

  • 15 Rossi 2016.
  • 16 P. Oxy. 4 1650, P. Oxy. Hels 37, PSI 4 332, SB 18 13333, SB 14 11850.

22Pleinement justifié d’un point de vue paléographique, le syntagme nominal n(aue) cumba se justifie également d’un point de vue diplomatique, cumba étant une apposition à naue et désignant plus précisément le genus nauis, c’est-à-dire le type de navire. Des parallèles de cette formule se retrouvent dans les textes littéraires et dans les documents de la pratique grecs et latins, qui désignent différents types de navires marchands : il en est ainsi pour la κυβαία, le κέρκουρος15, le θαλαμηγóς, l’ἄκατος, le κύδαρον et le σκαφóπλωρον16. Les quatre premiers étaient des navires de charge bien attestés aux époques hellénistique et romaine, les deux derniers comptent en revanche un nombre moindre d’attestations circonscrites à l’époque romaine.


  • 17 Casson 1995, 330
  • 18 Cic., De Off. 3, 14 ; Plin., NH, 9, 145.
  • 19 Verg., G., 4.195-6.
  • 20 Sen., Epist., 51, 12
  • 21 Isid., Orig., 19, 1, 25 ; lembus navicula brevis, qui alia appellatione dicitur et cumba.

23La plupart des attestations du terme cumba s’inscrivent dans la littérature poétique d’époque impériale. Le mot peut avoir un sens très général et imprécis17. Autrement, il désigne plusieurs sortes de bateaux de modestes dimensions : barques de pêche18, bateaux de service dans un port19, différentes sortes de bateaux de plaisance peints de multiples couleurs, qui appartenaient aux élégants propriétaires de villas à Baïes20. C’est le terme canonique pour la barque de Charon. Les glossateurs parlent d’une nauis modica ou non grandis, et Isidore de Séville21 en fait un synonyme de lembus, qui est une nauicula breuis.

  • 22 Avien., Ora marit., 98-102 : negotiandi cura iugis omnibus / netisque cumbis turbidum late fretum  (...)

24Deux textes pourtant, tous les deux tardifs (même si le premier repose sur des sources archaïques), utilisent clairement le terme cumba pour désigner des navires de commerce. Dans l’Ora maritima, Avienus parle des riches Oesttrymnides qui, par goût du commerce, parcourent les mers sur leurs cumbae faites de cuirs et de peaux22. Ces bateaux à la paroi de cuirs et de peaux cousus sont de la famille des curraghs, un genre de bateau qui a été utilisé particulièrement en Irlande. Ils ont effectivement pu servir au transport de marchandises, mais en restant de petit tonnage. De toute façon, Avienus ne peut pas prendre cumba dans un sens technique : le terme est repris aussitôt après par carina et un peu plus bas par faselus. Avienus l’utilise très souvent dans sa Periegesis, y compris pour désigner métaphoriquement sa propre création poétique.

  • 23 Prud., Symm., 2, 941.
  • 24 Prud., Symm., 2, 530 : des tenues cumbae fragilesque phaseli participent à la bataille d’Actium.
  • 25 Contrairement aux éditeurs, nous ne pensons pas que le cunbus (sic) portuensis cité dans une tabel (...)

25Le second texte est de Prudence qui, dans le Contra Symmachum, fait allusion à des cumbae chargées de grain quittant le fécond littoral de Lilybée23. Mais Prudence utilise ailleurs cumba pour d’autres types de bateaux24, et le mot peut n’avoir ici encore que son sens le plus générique. Quant à l’équivalent grec du latin, kymbè, il est attesté soixante-douze fois dans les textes littéraires, mais il n’apparaît jamais dans les documents de la pratique égyptiens, contrairement aux autres navires marchands méditerranéens. Nous ne pouvons donc pas mettre en avant de texte probant pour attester une cumba pouvant transporter 15 200 modii de blé25.

26Il faut supposer qu’à côté des sens que nous avons indiqués, le mot pouvait désigner dans le monde du commerce maritime un type particulier de navire de transport de moyenne dimension, hypothèse qu’autorise la labilité du vocabulaire naval. Elle peut s’appuyer aussi sur l’écho qu’on en trouverait dans l’Etymologicum Magnum : Καὶ κύμβαι, πλοῖα περιφερῆ παρὰ Ῥωμαίοις. Définie comme ronde, par opposition aux naues longae, la κύμβη dont il est question ici doit bien être un type de nauis oneraria utilisé par les Romains.

  • 26 Casson 1995, p. 347.

27À la fin de la ligne 3 et au début de la ligne 4, tutela Iouis et Iunonis désigne les divinités protectrices du navire, dont les images, en général des statuettes, sont placées à l’arrière26.

Ligne 4. Iunonis parasemi Victoria C. Pompili

  • 27 CIL III, 003 ; AE 2010, 620 

28R. Marichal lit parasemu(m), mais la lettre finale semble bien être un i et non un u, comme l’avait vu M. Della Corte. Des trois attestations épigraphiques latines du terme, deux sont assurées et présentent le mot parasemum à l’ablatif27. Dans TPSulp 106, G. Camodeca intègre parasemo. Le génitif doit être considéré comme une erreur du scribe. Il a pu être appelé par ceux qui l’encadrent, Iouis et Iunonis, P. Pompili Saturi.

  • 28 Casson 1995, p. 344-346.

29Le parasemum est l’emblème du navire peint sur la proue qui sert à le désigner28.

Ligne 5. Saturi mag(ister) M. Lartidios Vitalis domo Clupeis

  • 29 Sur le magister nauis et sur la documentation disponible à son propos, voir Aubert 1994 et 1999 (m (...)

30Les lettres mag sont maintenant très effacées, mais on distingue le ma. Le dessin de M. Della Corte est très net et R. Marichal semble avoir accepté sa lecture. Le nom et le surnom du magister nauis, qui représente à bord le propriétaire du navire29, sont clairs pour le début du premier et la fin du second (Lartid et italis). Le nom de Lartidius Vitalis s’impose, mais il faut signaler un problème de lecture. Quoique les lettres soient très effacées, le u de Lartidius semble être plutôt un o. Un nominatif avec une finale en o n’est pas exclu.

31L’espace entre les deux parties de l’inscription est plus important que le dessin de M. Della Corte ne le faisait voir. Les lignes 6 et 7 ne sont pas de la même main que les précédentes.

Fig. 5 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie inférieure.

Fig. 5 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie inférieure.

32En marge de la ligne 6, à droite : Gratis m(odii) CC (ducenti) (fig. 5).


33Il faut en effet observer d’emblée que la fin de la ligne Gratis m(odii) CC est d’une écriture différente. Le calame utilisé était plus épais, et l’encre différente. Elle s’est mieux conservée. Cette mention a été ajoutée en marge et doit être mise à part, comme le prouve aussi la mise en page des deux lignes. Le texte continue après sol(uen)do sur la ligne suivante.

34Le développement de R. Marichal, m(odii) CC, semble préférable au MCC de M. Della Corte. La remise porterait sur les deux cents modii qui, dans l’estimation de la cargaison à la ligne 2, s’ajoutent au chiffre rond de quinze mille. Elle équivaudrait à 1,3 % du prix, alors qu’en lisant MCC (mille ducenti), elle serait de 7,9 %. Si la gratuité est accordée sur un certain nombre de modii, on doit déjà supposer que l’inscription traite ici d’un prix à payer.

Ligne 6 (fig . 6 et 7) Vect(ura) Ostis a( ?) II C- (duobus centesimis) sōl(uen)do / s(ine) f(raude) pr(idie) Idus octobr(es)

  • 30 Aussi bien dans sa première publication (NSA 1946) que dans Case ed abitanti di Pompei (1965), M. D (...)

35Le o de Ostis est indubitable. Le mot avait été étrangement lu [e]stis par M. Della Corte et R. Marichal avait seulement signalé la mauvaise qualité du dessin des e dans uect et estis, sans aller plus loin30. M. Della Corte lisait ensuite rec ou reg, faisant sans doute des deux hastes un e cursif, ce qui est à exclure dans cette inscription. R. Marichal lisait XII, mais la barre supérieure droite du X n’existe pas.

  • 31 Voir Dig. 19.2.15.6 (Ulp., lib. XXXII ad ed.).

36En fait, contrairement à ce qui avait été envisagé par M. Della Corte, la lettre n’est pas un r mais un a. Il faut lire a(…) II. La moins mauvaise interprétation que nous ayons à proposer est a(ccepta), bien que l’abréviation ne soit pas usuelle. Le verbe accipere désignerait donc ici le prix agréé du transport. Une interprétation légèrement différente a été proposée par F. De Romanis au cours du séminaire tenu à Rome. Dans cette hypothèse, Ostis serait un locatif ; le a serait alors développé en a(ccipienda), le prix du transport devant être acquitté à Ostie. Il s’agirait d’un paiement anticipé de la uectura, cas dont la possibilité est attestée31.

  • 32 Della Corte 1927, p. 108, n° 108.

37Pour le c- qui suit, la lettre et le tiret sont pâles mais visibles et le dessin de M. Della Corte est correct. Mais IIC () ne constitue pas un chiffre envisageable, et XIIC non plus. En outre, aucun sigle ne permet de penser que le prix du transport ait été exprimé en numéraire. Les tirets ne sont pas fréquents dans les inscriptions peintes et elles n’ont pas souvent l’occasion d’avoir à indiquer des chiffres ordinaux. La chance veut que le cas se présente dans l’inscription CIL IV, 9592 (fig. 8), publiée aussitôt après celle dont nous nous occupons. Portée sur une amphore crétoise, elle donne le nom d’un procurateur du vingtième sur les affranchissements : L.R. S. PROC X̄X̄ - LIB, proc(urator) (uicesimae) lib(ertatis). Le tiret après le chiffre s’oppose aux points qui séparent les initiales des tria nomina. Il a certainement attiré l’attention de M. Della Corte, puisqu’il n’était pas noté dans la publication initiale en 192732 et qu’une correction a été faite pour la publication au CIL. Ce tiret ne peut qu’indiquer l’ordinal uicesimae.

38Forts de cet exemple, nous pouvons lire duobus centesimis, en supposant que le chiffre exprimant le prix de la uectura, un pourcentage du prix de la cargaison, ait été mis à l’ablatif.

39Sōl(uen)do. La lecture sōldo de M. Della Corte est la bonne, même si l’étroitesse du second o rend compréhensible celle de R. Marichal, sōldi. Le tilde (maintenant invisible) sur le ō a été lu à la fois par M. Della Corte et par R. Marichal, qui voyait également un tilde sur le l. « Cela conduirait, écrit ce dernier, à sol(uen)di ».

40Le trait oblique surmontant le second o de sōldo, que R. Marichal considérait comme un trait fortuit, doit être un apex indiquant le o long. L’ablatif singulier peut être considéré comme une erreur du scribe qui aurait fait l’accord avec duobus centesimis en cas, mais pas en nombre.

Fig. 6 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie inférieure.

Fig. 6 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie inférieure.

Fig. 7 – Détail, ligne 6.

Fig. 7 – Détail, ligne 6.

Fig. 8 – L’inscription CIL, IV, 9592.

Fig. 8 – L’inscription CIL, IV, 9592.

Ligne 7. SF.

  • 33 Della Corte 1946, p. 111. Il présentait le même développement de SF dans CIL IV, ad loc.
  • 34 Lassère 2011, vol. 2, p. 1094.
  • 35 Voir par exemple : Dig., 35.4.32 (Afric., lib. IX quaestionum) ; 37.6.1.14 (Ulp., lib. XL ad ed.) (...)

41M. Della Corte proposait (avec prudence) de développer cette abréviation en s(olutio) f(acta)33. Ce développement ne nous convainc pas, pour deux raisons : d’une part, il suppose qu’il s’agissait d’un paiement déjà intervenu (d’où la présence du participe passé facta) ; d’autre part, il mettait ce paiement en rapport avec « dei supposti diritti doganali ». Nous pensons au contraire que la date du paiement, la veille des ides d’octobre, n’est pas encore advenue, et qu’il n’est question dans ce texte ni de douanes ni d’autres taxes liées à des transports. Nous préférons donc le développement s(ine) f(raude), que J.-M. Lassère signale parmi les abréviations de son manuel d’épigraphie34. En effet, l’expression sine fraude, « sans fraude », se rencontre fréquemment dans les textes à contenu juridique35.

Traduction

42Échantillon préalable de 15 200 modii de blé, dans le navire-cumba de 1 600 amphoresTCHERNIA2017-02-09T16:33:00 avec pour divinités protectrices Jupiter et Junon et comme emblème de proue une Victoire, appartenant à P. Pompilius Satyrus, représenté à bord par M. Lartidius Vitalis, citoyen de Clupea.

43Prix agréé du transport à partir d’OstieTCHERNIA2017-02-10T15:37:00 : 2 %, à payer sans fraude la veille des ides d’octobre.

44(Dans la marge, à droite) 200 modii gratuits.

45Telle que nous la présentons, cette inscription constitue non seulement, avec l’autre inscription peinte pompéienne CIL IV, 5894, un des deux seuls exemples d’échantillon envoyé avant la cargaison, mais elle fournit surtout le seul cas d’un transport de blé partant d’Ostie vers une autre ville italienne et le seul chiffre réel d’un coût de transport maritime à l’époque romaine. Nous reviendrons sur ces points dans la suite de l’article.

Inicio de página

Bibliografía

Aubert 1994 = J.-J. Aubert, Business managers in ancient Rome, A social and economic study of Institores, 200 B.C.-AD 250, Leyde-New York-Cologne, 1994.

Aubert 1999 = J.-J. Aubert, Les institores et le commerce maritime dans l’Empire romain, dans Topoi, 9, 1999, p. 145-164.

Camodeca 1999 = G. Camodeca, Tabulae Pompeianae Sulpiciorum. Edizione critica dell’archivio puteolano dei Sulpicii, Rome, 1999.

Casson 1995 = L. Casson, Ships and seamanship in the ancient world, Baltimore-Londres, 1995 (1ère éd. Princeton 1971).

Della Corte 1927 = M. Della Corte, dans Notizie degli Scavi di Antichità, 1927, p. 108, n° 108.

Della Corte 1946 = M. Della Corte, Pompei, Scoperte epigrafiche (Reg. I, ins. VII-VIII e varie), dans Notizie degli Scavi di Antichità, Série VII, 7, 1946, p. 184-229.

Della Corte 1965 = M. Della Corte, Case ed abitanti di Pompei, Naples, 1965.

Gasperetti 2009 = G. Gasperetti, Una tabella immunitatis dal porto di Turris Libisonis, dans A. Mastino, P.G. Spanu et R. Zucca (éd.), Naves plenis velis euntes, Rome, 2009 (Coll. Tharros Felix, 3), p. 267-277.

Geraci 2012 = G. Geraci, Sekomata e deigmata nei papiri come strumento di controllo delle derrate fiscali e commerciali, dans V. Chankowski, P. Karvonis (éd.), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques, Bordeaux-Athènes-Paris, 2012, p. 347-363.

Lassère 2011 = J.-M. Lassère, Manuel d’épigraphie romaine, 2 vol. , Paris, 2011.

Marichal 1973-1974 = R. Marichal, Paléographie latine et française, dans Annuaire de l’École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, Paris, 1973-1974, p. 521-542.

Nantet 2016 = E. Nantet, Phortia. Le tonnage des navires de commerce en Méditerranée du VIIIe siècle av. l’è. chr. au VIIe siècle de l’è. chr., Rennes, 2016.

Pomey – Tchernia 1978 = P. Pomey, A. Tchernia, Le tonnage maximum des navires de commerce romains, dans Archaeonautica 2, 1978, p. 233-251.

Pomey – Tchernia 1980-1981 = P. Pomey, A. Tchernia, Il tonnellagio massimo delle navi mercantili romane, dans Puteoli 4-5, 1980-1981, p. 29-57 (version italienne de Pomey – Tchernia 1978).

Rossi 2016 = L. Rossi, Le navire kerkouros, une galère marchande fluviomaritime ? Pour une contribution à l’étude de la mobilité commerciale sur le Nil, dans T. Derda, A. Ajtar, J. Urbanik (éd.), Proceedings of the 27th International Congress of Papyrology, Warsaw, 29 July – 3 August 2013, Varsovie, 2016, p. 1903-1925.

Varone 2015 = A. Varone, L’Anforetta del grano, dans Cl. Parisi Presicce, O. Rossini (éd.), Nutrire l’impero : storie di alimentazione da Roma e Pompei, Catalogue de l’exposition du Musée de l’Ara Pacis (2 juillet-15 novembre 2015), Rome, 2015, p. 20-21.

Wallinga 1964 = H.T. Wallinga, Nautika I : The unit of capacity for ancient ships, dans Mnemosyne, Série 4, 17, 1964, p. 1-40.

Inicio de página

Notas

1 Della Corte, 1946, p. 111, n° 232.

2 À défaut de définitions typologiques précises de ce genre de vase à deux anses, nous utilisons le mot amphorette, traduisant l’italien « anforetta » qu’employait M. Della Corte.

3 Marichal 1973-1974, p. 521-527. Le support de la publication la condamnait à passer inaperçue ; par exemple, elle ne fut pas recensée par l’Année épigraphique.

4 Elle doit beaucoup à la critique faite par Hélène Cuvigny et Adam Bulow-Jacobsen d’une première version et aux suggestions qu’ils nous ont proposées. Nous leur exprimons ici toute notre reconnaissance.

5 Antonio Varone a récemment fourni une photographie de l’amphorette et redonné le texte de l’inscription, avec une nouvelle interprétation de la ligne 6, mais sans proposer de nouveauté concernant son déchiffrement proprement dit (Varone 2015, p. 20-21).

6 Geraci 2012.

7 E.g. Salluste, Iug., 76, 51.

8 TPSulp 106. Cf. Camodeca 1999, p. 219.

9 Ce même formulaire se retrouve dans une pétition de 222 av. J.-C. : le navire est identifié par la mention des éléments suivants : idionyme du propriétaire, genus nauis (kerkouros), tonnage (agogê + artabes) (voir P. Enteuxis 27).

10 On appelle parasemon le symbole identifiant le navire. Cf. infra.

11 P. Bingen 77, IIe s. de n.è. ; P. Oxy. 2415, IIIe-IVe s. de n.è. 

12 P. Col. II 1 R 4 ; P. Grenf. 1 49 ; P. Laur. III 67 ; PSI 1048.

13 Cf. Héron d’Alexandrie, Fragm. Heron., 18 : « 18. (1) Πλοῖον οὗ τὸ μὲν μῆκος πηχῶν κδʹ, ἡ δὲ βάσις πηχῶν ϛʹ, ἡ δὲ κάτω βάσις πηχῶν δʹ·εὑρεῖν πόσα κεράμια χωρεῖ·ποίει οὕτως·τὴν βάσιν ἐπὶ τὴν βάσιν/γίνονται κδʹ·ταῦτα πάλιν ἐπὶ τὰ κδʹ τοῦ μήκους γίνονται φοϛʹ τούτων ἀεὶ τὸ γʹʹ·γίνονται ρϟβʹ ταῦτα (5)/σύνθες μετὰ τῶν φοϛʹ γίνονται ψξηʹ, ἅπερ εἰσὶ κεράμια χωρεῖ δὲ τὸ κεράμιον μοδίους ιʹ· γίνονται μόδιοι͵ζχπʹ τοσούτους μοδίους χωρεῖ τὸ πλοῖον. ». Voir Stereom. I 53 et II 50-52.

14 Wallinga 1964 ; voir aussi Pomey – Tchernia 1978 (= Pomey – Tchernia 1980-1981) et, plus récemment, Nantet 2016, p. 48-49.

15 Rossi 2016.

16 P. Oxy. 4 1650, P. Oxy. Hels 37, PSI 4 332, SB 18 13333, SB 14 11850.

17 Casson 1995, 330

18 Cic., De Off. 3, 14 ; Plin., NH, 9, 145.

19 Verg., G., 4.195-6.

20 Sen., Epist., 51, 12

21 Isid., Orig., 19, 1, 25 ; lembus navicula brevis, qui alia appellatione dicitur et cumba.

22 Avien., Ora marit., 98-102 : negotiandi cura iugis omnibus / netisque cumbis turbidum late fretum / et beluosi gurgitem Oceani secant.

23 Prud., Symm., 2, 941.

24 Prud., Symm., 2, 530 : des tenues cumbae fragilesque phaseli participent à la bataille d’Actium.

25 Contrairement aux éditeurs, nous ne pensons pas que le cunbus (sic) portuensis cité dans une tabella immunitatis trouvée dans le port de Turris Libisonis soit la même embarcation que la naucella marina qui y est aussi mentionnée (Gasperetti 2009).

26 Casson 1995, p. 347.

27 CIL III, 003 ; AE 2010, 620 

28 Casson 1995, p. 344-346.

29 Sur le magister nauis et sur la documentation disponible à son propos, voir Aubert 1994 et 1999 (même si la lecture proposée par M. Della Corte a amené J.-J. Aubert à conclure que Lartidius Vitalis n’était pas le magister nauis de ce bateau).

30 Aussi bien dans sa première publication (NSA 1946) que dans Case ed abitanti di Pompei (1965), M. Della Corte a écrit que l’avant-dernière ligne contenait des indications concernant le paiement de droits de douane (voir Della Corte 1946 et Della Corte 1965, p. 328) ; mais cette hypothèse est absente de son texte du CIL, IV. G. Camodeca, à propos de TPSulp 106, a justement noté que cette interprétation supposait une lecture uect(igal). Mais aucun des deux auteurs n’a tenté d’insérer ce développement dans une relecture de la ligne.

31 Voir Dig. 19.2.15.6 (Ulp., lib. XXXII ad ed.).

32 Della Corte 1927, p. 108, n° 108.

33 Della Corte 1946, p. 111. Il présentait le même développement de SF dans CIL IV, ad loc.

34 Lassère 2011, vol. 2, p. 1094.

35 Voir par exemple : Dig., 35.4.32 (Afric., lib. IX quaestionum) ; 37.6.1.14 (Ulp., lib. XL ad ed.) ; 50.16.131 pr. (Ulp., lib. III ad legem Iuliam et Papiam).

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1 – L’amphorette (h. 26 cm).
Título Fig. 2 – Le texte publié au CIL, IV.
Título Fig. 3 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie supérieure.
Título Fig. 4 –L’inscription CIl, IV, 5894.
Título Fig. 5 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie inférieure.
Título Fig. 6 – L’inscription CIL, IV, 9591, partie inférieure.
Título Fig. 7 – Détail, ligne 6.
Título Fig. 8 – L’inscription CIL, IV, 9592.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jean Andreau, Lucia Rossi y André Tchernia, « CIL IV, 9591 : un transport de blé entre Ostie et Pompéi », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En línea], 129-1 | 2017, Publicado el 31 octubre 2017, consultado el 18 noviembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/4646

Inicio de página

Autores

Jean Andreau

EHESS, jean.andreau@ehess.fr

Artículos del mismo autor

Lucia Rossi

Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, lucia.rossi.68,2@gmail.com

Artículos del mismo autor

André Tchernia

EHESS - Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, andre.tchernia@orange.fr

Inicio de página

Derechos de autor

© École française de Rome

Inicio de página
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org