Navegación – Mapa del sitio
Varia

Deux règles d’ivoire trouvées à Pompéi (Campanie)

Marie Tuffreau-Libre, Isabelle Brunie y Sébastien Daré

Resúmenes

Depuis quelques années, les recherches que nous avons menées à Pompéi ont connu plusieurs étapes. À partir d’une enquête menée sur les pots à couleurs retrouvés dans de nombreux contextes de la Cité, nous avons pu mettre en évidence l’existence d’un atelier de peintres situé dans la Région I (insula 9, maison 9), ainsi que la présence d’équipes de peintres au travail dans plusieurs points de la ville. C’est au cours de cette enquête que nous avons découvert parmi les objets retrouvés dans une de ces maisons fouillées en 1957 un objet particulièrement important et signifiant pour l’étude des techniques artistiques dans l’Antiquité, une règle d’ivoire graduée portant un dessin de perspective tracé à la pointe sèche. Parallèlement, nous avons réexaminé un objet similaire trouvé dans la boutique de Verus. L’existence de ces deux règles, toutes deux dans des contextes montrant des peintres ou des architectes au travail vient donc démontrer l’existence d’une codification de la perspective. Ces nouveaux éléments ouvrent un large champ de recherche pour l’histoire de la peinture et du dessin dans l’Antiquité romaine mais aussi à l’époque de la Renaissance, où les artistes redécouvrent et codifient les lois de la perspective.

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Tuffreau-Libre 2001.
  • 2 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.
  • 3 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.
  • 4 Della Corte 1922.

1Depuis quelques années, les recherches que nous avons menées à Pompéi ont connu plusieurs étapes. À partir d’une conduite sur les pots à couleurs retrouvés dans de nombreux contextes de la cité1, nous avons pu mettre en évidence l’existence d’un atelier de peintres situé dans la région I (insula 9, maison 9), ainsi que la présence d’équipes de peintres au travail dans plusieurs points de la ville2 (fig. 1). C’est au cours de cette enquête que nous avons découvert parmi les objets retrouvés dans une de ces maisons fouillées en 1957 un objet particulièrement important et signifiant pour l’étude des techniques artistiques dans l’Antiquité, une règle d’ivoire graduée portant un dessin de perspective tracé à la pointe sèche3. Parallèlement, notre attention a été attirée par la similitude entre le tracé figurant sur cette règle et celui présent sur des éléments en ivoire trouvés en 1912, restaurés et assemblés en un coffret interprété comme un cadran solaire portatif4. Nous avons donc réexaminé cet objet, ainsi que l’ensemble du contexte où il avait été trouvé, à savoir la boutique de Verus (I.6.3) où fut découverte la groma et nous proposons une autre restitution pour ces fragments qui composent en fait une règle similaire à celle de l’insula 16.

Fig. 1 – Plan de Pompéi, l’atelier I.9.9, l’insula 16 de la région I et la boutique de Verus. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 1 – Plan de Pompéi, l’atelier I.9.9, l’insula 16 de la région I et la boutique de Verus. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Région I, insula 16 : la règle graduée

Le contexte

  • 5 Tuffreau-Libre 1999.
  • 6 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.

2Dans le cadre de notre recherche sur les pots à couleurs trouvés à Pompéi5 reprise en 2013, nous avions inventorié et dessiné un petit ensemble de vases de stockage remplis de pigments en blocs et en poudre provenant de la maison I.16.2. Une enquête approfondie ayant révélé que cette maison était liée aux deux maisons voisines (I.16.3 et I.16.4), et qu’apparemment toutes étaient en travaux de reconstruction et de réfection picturale au moment de l’éruption (fig. 2), nous avons étudié la totalité des objets trouvés dans ces contextes6. Rappelons que cette insula a fait l’objet de fouilles partielles en 1957 ; elle comprend 7 maisons identifiées et de grands espaces de jardin. Les quatre récipients remplis de couleur (du bleu, du noir, du jaune et du rouge) ont été découverts dans l’espace n° 3 de la maison 2 qui se révèle être en travaux de rénovation à la veille de l’éruption de 79 ap. J.-C., montrant une restructuration des pièces en vue d’une transformation d’une partie de la maison en boutique. La maison est dépourvue de décorations picturales, à l’exception de quelques lambeaux d’anciennes peintures et il est probable que les travaux de maçonnerie auraient été complétés par la remise en peinture des pièces de la maison, s’ils n’avaient été brutalement interrompus. D’autres objets paraissent directement liés au travail de la peinture, comme une grosse marmite en plomb portant des traces importantes de blanc à l’intérieur et à l’extérieur, trouvée en février 1958, peut-être dans la rue, au niveau de la maison 2.

Fig. 2 – Région I, insula 16, les contextes des peintres au travail. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 2 – Région I, insula 16, les contextes des peintres au travail. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
  • 7 Voir Tuffreau-Libre – Brunie – Daré, 2013.

3Les maisons 3 et 4 apparaissent elles aussi en cours de rénovation ; plusieurs des pièces et les laraires présents dans chacune d’entre elles montrent des peintures effectuées peu de temps avant l’éruption. C’est dans une des pièces de la maison 3 qu’on découvrit les restes d’une grande armoire contenant de nombreux objets hétéroclites (bijoux, statues de lares, balsamaires en verre, éléments de décoration) parmi lesquels se trouvaient des objets utilisés pour le travail du dessin et de la peinture, certains étant spécifiquement destinés à cet usage, d’autres étant des objets de récupération7. Dans cet ensemble figurait une série de lames en os maculées de taches de peinture blanche, rouge et orange, comme si elles avaient servi à mélanger les peintures ou à essuyer les pinceaux. Une de ces lames, tachée de bleu, s’est révélée être en fait une règle finement gravée d’un intérêt majeur. Nous avons précédemment publié cet objet dans la Rivista di Studi Pompeiani (2013) ; nous le présentons ici de nouveau, d’une part parce qu’un nouvel examen effectué au microscope a révélé la présence de lignes que nous n’avions pas vues ni dessinées en un premier temps et aussi pour le comparer avec la règle de l’insula 6.

Description de la règle

4 L’objet, réalisé probablement en ivoire, est une plaque rectangulaire de 22,7 cm de longueur par 2,95 cm de largeur (n° d’inventaire 11909 F, fig. 3). Son épaisseur est de 0,3 cm. Il est difficile de déterminer si l’objet est complet compte tenu de l’état de conservation assez mauvais de ses extrémités. On notera qu’il est cassé en deux fragments de taille inégale. La face que nous nommerons par commodité « dessus », est lisse et simplement munie sur toute sa longueur d’un décrochement de 0,4 cm de large et profond de 0,1 cm. Deux petites taches de couleur bleue et une blanche sont à signaler sur cette face.

Fig. 3 – La règle d’ivoire trouvée dans la maison 3 (Région I, insula 16, n° d’inventaire 11909 F). Photo et dessin Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 3 – La règle d’ivoire trouvée dans la maison 3 (Région I, insula 16, n° d’inventaire 11909 F). Photo et dessin Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

5L’autre face est plane. Son altération est plus prononcée que le dessus avec de nombreuses plages de desquamation superficielle dont deux grandes en partie médiane. Elle est aussi criblée de nombreux petits trous. Enfin son extrémité droite présente un aspect rugueux. Cette face se distingue surtout par un tracé complexe gravé à la pointe sèche de lignes horizontales et de lignes obliques.

6Les lignes horizontales, au nombre de 7, sont strictement parallèles. Elles débutent à 1 cm du bord transversal gauche où elles s’appuient sur une ligne perpendiculaire qui peut-être se développait sur toute la hauteur de l’objet. Chacune d’elles s’étirent de là jusqu’à l’extrémité de l’objet. La première ligne se trouve à 0,4 cm du bord longitudinal inférieur. La distance entre les lignes suivantes se place entre 0,29 et 0,3 cm. La dernière se situe à 0,3 cm du bord supérieur.

7À l’extrémité gauche de ces lignes, on observe un faisceau formé de 10 lignes obliques tirées avec le plus grand soin (fig. 4). On remarquera le dédoublement partiel d’une des lignes laissant penser à la rectification d’une erreur dans le traçage. En bas, la première ligne de ce faisceau vient couper l’angle droit formé par la première ligne horizontale et la ligne verticale. Ensuite, les 9 autres lignes sont régulièrement espacées avec un intervalle entre 0,29 et 0,3 cm. Au niveau de la ligne horizontale supérieure, le faisceau commence à 1,1 cm du bout de celle-ci. Les lignes ont un écartement entre elles de 0,08 cm ; le faisceau mesure à cet endroit 8 mm de largeur. Plusieurs autres traits parmi ces lignes ont été observés, en particulier deux obliques qui se croisent entre les sixième et septième lignes horizontales. Il s’agit sans doute de tracés en lien avec l’usage de l’objet. Outre ce faisceau, 7 autres lignes obliques sont visibles. Elles forment deux groupes distincts. Le premier, comprenant quatre lignes, se place immédiatement à droite du faisceau. En haut, l’écart entre le faisceau et le premier trait, puis entre chaque, s’établit à 0,8 cm tandis qu’en bas il atteint 2,95 cm. La seconde série de trois traits se situe dans la partie droite de l’objet. 7,9 cm la sépare de la précédente. La distance entre les lignes en haut est de 3 cm. Les deux premières s’interrompent sur des lignes horizontales différentes respectivement la deuxième et la troisième. Pour la dernière ligne, l’état de surface de cette zone de l’objet ne permet pas de savoir si elle s’interrompait. On notera que l’extrémité supérieure du faisceau et de ces lignes se marque par un point, de même qu’une majorité de leurs intersections avec les lignes horizontales indiquant l’emploi du compas dans la réalisation de ce tracé. Les mesures sont basées sur le pied romain (29,6 cm). Il s’agit ici de fraction au 1/10e (2,95 cm) et au 1/100e (0,29 ou 0,3 cm).

Fig. 4 – Détail de la grille de perspective gravée sur la règle (Région I, insula 16, n° d’inventaire 11909 F). Photo et dessin Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 4 – Détail de la grille de perspective gravée sur la règle (Région I, insula 16, n° d’inventaire 11909 F). Photo et dessin Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

La règle de la boutique de Verus (Région I, insula 6, n°3)

8En 2013 et 2014, nous avions étudié les objets trouvés dans les maisons de l’insula 6 de la Région I (fig. 5). Ces maisons ont livré peu de récipients contenant de la couleur qui se trouvent dispersés dans l’insula et ne semblent pas à première vue correspondre à des travaux en cours précis. Par ailleurs, une partie des objets retrouvés dans les fouilles du début du XXe siècle ont été détruits lors des bombardements de 1943. Cependant, un examen attentif des inventaires de Pompéi montre la présence d’autres objets directement liés aux travaux de dessin, d’écriture et de peinture dans plusieurs maisons de l’insula : des encriers contenant encore de l’encre ont été retrouvés dans les maisons 3, 4, 7 et 12. Dans la maison 7, l’encrier est accompagné d’un marteau et d’un couteau. Dans la maison 1 en 1913, furent retrouvés des outils de maçons en fer : une spatule, un marteau, une pioche.

Fig. 5 – Pompéi, Région I, l’insula 6 et la boutique de Verus. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 5 – Pompéi, Région I, l’insula 6 et la boutique de Verus. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

9Dans la maison 4, qui présente des murs peints inachevés, ont été retrouvés un vase contenant des restes de couleur rouge et un seau contenant de la chaux. Les maisons 2 et 16, qui correspondent à celle du Cryptoportique apparaissent également en transformation. Ces maisons 4, 2 et 16 ont fonctionné ensemble à un moment donné, et devaient, selon Della Corte appartenir à un seul propriétaire. Il est possible qu’en 79 ap. J.-C., cet ensemble ait fait l’objet d’une réhabilitation générale, avec de nombreux travaux de maçonnerie et de peinture. La maison 3, la boutique de Verus, a livré un matériel particulièrement intéressant : c’est là que fut découverte la groma, considérée comme le principal outil de travail de l’arpenteur. En 2015 nous nous sommes particulièrement intéressés à cette maison, en raison de la présence d’un objet qui nous semblait proche de la règle trouvée dans la maison 3 de l’insula 16.

Le contexte

  • 8 Della Corte 1922.

10Les fouilles de la boutique I. 6. 3 se déroulèrent entre le 29 avril et le 19 novembre 1912. C’est une petite boutique rectangulaire, s’ouvrant par une large porte sur la rue de l’Abondance, avec derrière une arrière-boutique éclairée par une fenêtre donnant sur l’atrium de la maison du Cryptoportique (fig. 6). Un escalier dont il reste les premières marches menait aux deux chambres de l’étage ; il s’appuyait contre la paroi occidentale, qui fut découverte en grande partie écroulée dans le triclinium contigu de la maison. Cette boutique fut attribuée à un nommé Verus, sur la base d’une inscription électorale visible sur la façade de l’édifice, à droite de l’entrée. Della Corte émit l’hypothèse que Verus était un faber aerarius, à savoir un artisan produisant ou réparant des objets de métal8 sur la base des nombreux objets en bronze trouvés dans cette boutique (des vases essentiellement adaptés à contenir des liquides). En raison de la présence associée des instruments techniques (dont la groma), il a été également suggéré que le propriétaire effectuait aussi une fonction de géomètre ou qu’il vendait parmi d’autres objets également des instruments pour effectuer ce métier.

Fig. 6 – La boutique de Verus (I. 6. 3). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 6 – La boutique de Verus (I. 6. 3). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

11Les objets retrouvés dans la boutique de Verus ont été localisés en plusieurs points. Le compte rendu des fouilles de 1912 nous indique que sous les nombreuses pièces de vaisselle en bronze, en terre cuite et en verre (ces dernières fragmentées) probablement tombées du niveau supérieur, trois groupes d’objets ont été localisés, l’un sous l’escalier, l’autre lié à une armoire située le long du mur, le dernier placé au centre de la pièce (fig. 7).

Fig. 7 – Plan de la boutique de Verus et répartition des objets trouvés en 1912 à l’intérieur. Plan Sébastien Daré toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 7 – Plan de la boutique de Verus et répartition des objets trouvés en 1912 à l’intérieur. Plan Sébastien Daré toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

12L’objet qui nous intéresse a été trouvé dans ce dernier groupe. Il s’agit de plaques d’ivoire (n° d’inventaire 1402), trouvées avec un petit canif à manche d’ivoire et une lame en fer (fig. 8). D’autres objets furent également trouvés au même endroit : un lot enregistré sous un même numéro d’inventaire (1399) : 2 aiguilles en bronze (A), un pied romain (B) en bronze (fig. 9), un compas en bronze (C, fig. 10), un instrument en bronze interprété par Della Corte comme un style (D, fig. 11), un ustensile en forme d’aiguillon avec un anneau (E), un autre ustensile analogue (F). S’y ajoutent une spatule en fer (n° d’inventaire 1400) (fig. 12), une réglette en os (n°1401), un miroir et un encrier en bronze contenant encore de l’encre (n° d’inventaire 1403, a et b) (fig. 13 et 14), un des poids conique rattaché à la groma (n°1404), des bouteilles et des tasses en verre (n° d’inventaire 1405 à 1411), une fibule et une pince en bronze (n°1413, 1414), des restes de coffret en bronze (n°1416), des éléments en plomb dont un petit pain avec l’inscription EME/HABBEBIS (n°1417), des monnaies (n°1427), des pierres ponces (n°1421), un coquillage (n°1429), une cuillère et un bracelet en argent (n°1430 et 1431), des fragments de corail (n°1432), des cruches et des vases en terre cuite (n°1433 et 1434). La trouvaille associée de charnières (n°1415, 1419) et d’une serrure (n°1428) laisse supposer que ces objets hétéroclites étaient tous dans une armoire placée le long de la paroi est. Un deuxième compas a été trouvé sur le sol le long de la paroi est, au niveau du troisième cadre dessiné sur la paroi (n° 1543, fig. 15).

Fig. 8 – Pompéi I.6.3 : pied romain en bronze (n° d’inventaire 1399, B). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 8 – Pompéi I.6.3 : pied romain en bronze (n° d’inventaire 1399, B). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 9 – Pompéi I. 6. 3 : canif à manche d’ivoire et lame en fer (n° d’inventaire 1402). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 9 – Pompéi I. 6. 3 : canif à manche d’ivoire et lame en fer (n° d’inventaire 1402). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 10 – Pompéi I.6.3 : compas en bronze (n° d’inventaire 1399, C).

Fig. 10 – Pompéi I.6.3 : compas en bronze (n° d’inventaire 1399, C).

Fig. 11 – Élément en bronze interprété par Della Corte comme un style destiné à écrire (n° d'inventaire 1399, D). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 11 – Élément en bronze interprété par Della Corte comme un style destiné à écrire (n° d'inventaire 1399, D). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 12 – Pompéi I.6.3 : spatule en fer (n° d’inventaire 1400). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 12 – Pompéi I.6.3 : spatule en fer (n° d’inventaire 1400). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 13 – Pompéi I.6.3 : encrier en bronze (n° d’inventaire 1403, B), contenant des restes d’encre. Dessin Isabelle Brunie, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei.

Fig. 13 – Pompéi I.6.3 : encrier en bronze (n° d’inventaire 1403, B), contenant des restes d’encre. Dessin Isabelle Brunie, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei.

Fig. 14 – Pompéi I.6.3 encrier en bronze (n° d’inventaire 1403 B), contenant des restes d’encre. Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei.

Fig. 14 – Pompéi I.6.3 encrier en bronze (n° d’inventaire 1403 B), contenant des restes d’encre. Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei.

Fig. 15 – Pompéi I.6.3 : compas en bronze, (n° d’inventaire 1543). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 15 – Pompéi I.6.3 : compas en bronze, (n° d’inventaire 1543). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

13Les pièces qui composent la groma reconstituée et publiée par Matteo Della Corte (1921) ont pour leur part été trouvées en trois points distincts de la boutique : une pièce a été trouvée à l’extrémité nord de la boutique. Quelques pièces se trouvaient sous l’escalier ; d’autres provenaient du triclinium de la maison 4 voisine, où elles ont dû rouler lors de l’écroulement du mur de séparation sur lequel elles devaient être appuyées (fig. 7).

Description de la règle de la boutique de Verus

  • 9 2001, n°299, p. 243.

14La publication de Della Corte réunit la groma, les instruments de mesure et d’écriture et les fragments de plaques en ivoire qui ont été restaurés et assemblés en un coffret interprété comme un cadran solaire portatif (fig. 16). Une photo de ce coffret figure notamment dans le catalogue Pompéi, nature, science et technique9. La similitude entre le tracé figurant sur le couvercle supposé du coffret reconstitué et celui représenté sur la règle de l’insula 16 nous a conduit à réexaminer cet objet, ainsi que l’ensemble du contexte. Cet objet est conservé au Musée de Naples, ainsi qu’une partie des trouvailles associées. L’autre partie est restée à Pompéi mais de nombreux objets ont été détruits lors des bombardements de 1943.

Fig. 16 – Pompéi I.6.3, les fragments d’ivoire interprétés comme les éléments d’un coffret utilisé comme cadran solaire portatif, d’après Della Corte 1922, fig. 19.

Fig. 16 – Pompéi I.6.3, les fragments d’ivoire interprétés comme les éléments d’un coffret utilisé comme cadran solaire portatif, d’après Della Corte 1922, fig. 19.
  • 10 N° d’inventaire du musée de Naples 286786 ex 1762.

15Les fragments d’ivoire retrouvés en 1912 sont actuellement présentés sur des plaques de plexiglas10 (fig. 17), ce qui rend leur démontage impossible ; de plus ils sont très fragiles. Nous avons donc photographié et dessiné ces trois plaques afin de proposer une autre restitution (fig. 18). Mis bout à bout, ils constituent une règle très similaire à celle de l’insula 16. On observe notamment le même décrochement sur la surface lisse. La surface gravée montre un tracé de lignes parallèles, plus grossier que celui de la première règle, ainsi qu’un faisceau de lignes obliques situé à gauche de l’objet.

Fig. 17 – Pompéi I.6.3, Les éléments d’ivoire collés sur le coffret en plexiglas (Musée de Naples n° 286786 ex 1762). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 17 – Pompéi I.6.3, Les éléments d’ivoire collés sur le coffret en plexiglas (Musée de Naples n° 286786 ex 1762). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 18 – Pompéi I. 6. 3, dessin et photo montage des éléments d’ivoire mis bout à bout. Photo et dessin Isabelle Brunie et Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 18 – Pompéi I. 6. 3, dessin et photo montage des éléments d’ivoire mis bout à bout. Photo et dessin Isabelle Brunie et Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

16L’objet se compose de 11 fragments de différentes tailles qui dessinent une plaque rectangulaire de 22 cm de longueur minimale par 3,68 cm de largeur et 0,22 cm d’épaisseur. Il a subi au moins deux restaurations. Les fragments sont actuellement collés sur un support en plexiglas affectant la forme d’une boîte rectangulaire. Auparavant, ils avaient été assemblés de la même manière au moyen de plâtre. La restauration restreint considérablement les observations de l’une des faces de l’objet. De plus, l’état de conservation des surfaces est mauvais avec une altération prononcée.

17L’objet comprend deux faces. Celle que nous dénommerons par commodité « de dessus » est lisse et comporte longitudinalement une gorge de 2,8 mm de large pour environ 1 mm de profondeur.

18L’autre face est plane et présente un ensemble complexe de lignes horizontales, verticales et obliques, gravées à la pointe sèche. La gravure de ces lignes est plutôt grossière avec une largeur moyenne des traits de 0,5 mm. Certaines lignes sont également dédoublées au niveau des fragments qui se positionnent très certainement en partie centrale de l’objet. Des taches d’encre noire sont à noter dans l’angle inférieur gauche. On rappellera la découverte à proximité immédiate d’un encrier (n° inv. 1403 B) contenant encore de l’encre. Avec les nombreuses rayures visibles sur cette face, ces taches sont un témoignage de l’usage de cet objet.

19Les lignes horizontales, au nombre de 5, ne courent pas sur toute la longueur mais s’interrompent à 11 mm des bords contre deux perpendiculaires qui ne se développent pas sur toute la hauteur. Ces dernières ne descendent en effet pas plus bas que la ligne horizontale inférieure. La première ligne se place à 5,7 mm du bord longitudinal supérieur et la dernière à 7,5 mm du bord inférieur. L’écartement entre les lignes est plutôt constant et s’établit de la façon suivante du haut vers le bas : 7, 6,8 et 6,9 mm.

20Quatre de ces lignes horizontales comportent à droite et au centre de courtes incisions verticales déterminant des segments mesurables de longueur inégale. La première ligne en compte 5, la deuxième 2, les troisième et quatrième 1. La distance entre ces entailles, pour la première ligne, n’est déterminable qu’à partir de la deuxième. La première se situe sur des fragments qui ne sont pas jointifs avec les autres. Les espacements mesurés sont respectivement de gauche à droite : 29,8, 24,1 et 24 mm (les deux dernières mesures sont proches de la mesure antique d’1 uncia de 24,64 mm). L’ultime incision se trouve à 1,5 mm de la ligne verticale de droite. Pour la deuxième ligne, la distance entre les deux incisions est de 37,4 mm et celle de droite se positionne à 18,4 mm (proche de la mesure antique d’1 digitus : 18,48 mm) de la ligne verticale. Pour la troisième ligne, l’entaille est à 33,5 mm du trait vertical. Quant à la quatrième ligne, l’incision se place sur des fragments dont la position exacte vers la droite ou la gauche est indéterminée.

21Sur les morceaux de la partie gauche de l’objet, on observe un faisceau de lignes obliques. La première de ces lignes débute dans l’angle droit formé par la rencontre de la ligne horizontale inférieure et de la ligne verticale. 8 autres lignes obliques sont visibles. L’écartement entre celles-ci à la base est régulier et de 7,2 mm. Le point de rencontre des lignes constituant ce faisceau se situe en dehors de l’objet, 7,8 mm au-dessus du bord. Le faisceau a une longueur restituable à sa base de 73,4 mm (proche de la mesure antique d’1 palmus : 73,9 mm) et à son sommet, au niveau du bord supérieur de l’objet, de 14,4 mm. Les mesures à l’origine de ces tracés sont basées sur le pied romain et ses multiples divisions (paume, pouce et doigt).

Conclusion

  • 11 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.

22Nous avons donc ici deux objets similaires, à la fois par leur conception, leur taille et le tracé gravé sur une des faces. Tous deux ont été découverts dans des contextes liés directement à des réfections architecturales et picturales. Celui de l’insula 16 était dans une armoire parmi d’autres objets ayant servi aux peintres travaillant dans un groupe de maisons. Comme nous l’avons expliqué dans un précédent article11, il existait dans ce quartier un atelier d’artistes situé dans la maison I. 9. 9, qui a œuvré dans de nombreuses maisons situées autour de la rue de Castricio dans les dernières années de Pompéi. Celui de l’insula 6, associé à des instruments de mesure et de dessin (compas, pied pliant style, encrier) contenus peut-être aussi dans une armoire, ou placés sur une table située au centre de la pièce, appartenait peut-être à un architecte ou à un maître d’œuvre installé dans ce bureau pendant la réfection de l’insula. La présence de la groma trouvée dans cet espace s’associe parfaitement à cette activité et rien ne prouve qu’il s’agit ici de la boutique d’un réparateur ou d’un marchand de bronzes. En effet, comme l’écrit G. Stefani (2009), nous ne sommes pas en mesure de distinguer si les objets retrouvés (vaisselle en bronze mais aussi en terre cuite et en verre) étaient exposés pour la vente ou l’utilisation ou s’ils représentaient les biens du propriétaire peut-être conservés à l’étage supérieur. Et il n’est pas du tout certain que le propriétaire s’appelait Verus ni qu’il était un artisan, comme le propose Della Corte.

  • 12 Adam 2007.
  • 13 Fellmann 2009, pl. 6, n°237, 238.
  • 14 Prévot 2008.

23Les règles connues dans l’Antiquité romaine, généralement de la taille d’un pied, sont souvent en bronze, soit rigides, soit pliables en deux ou trois parties12. Plusieurs de ces règles ont été trouvées à Pompéi, dans des contextes liés à différents artisanats. J.-P. Adam signale une règle en os trouvée près du théâtre d’Ostie, portant une division pointillée. On connaît aussi des exemples de règles graduées en bois, comme celles connues à Vindonissa13 ou à Orange14. Celle de Vindonissa mesure deux pieds, elle se présente comme une barre rectiligne, de section rectangulaire, marquée de repères incisés sur deux ou quatre faces, de l’once (24,6 mm) au pied (296 mm). Ces modèles en bois devaient vraisemblablement être courants, bien qu’ils soient rares dans le mobilier archéologique conservé, en raison de la fragilité du matériau.

  • 15 Bozic – Feugère 2004.
  • 16 Voir plus haut, n° d’inv. 1401.
  • 17 Barbet – Tuffreau-Libre – Coupry, 2002.

24Les deux règles d’ivoire se distinguent nettement de ces modèles déjà connus. Elles ne sont pas non plus comparables aux réglettes qu’on suppose liées au travail de l’écriture, et qui se présentent sous forme de plaques rectangulaires ou trapézoïdales, munies d’une extrémité arrondie, percée d’un trou15. L’une de ces règles figure d’ailleurs dans l’inventaire des objets de la boutique de Verus16. Nous avons déjà signalé la présence à Pompéi de ces réglettes dans des contextes liés à la peinture : dans l’atelier I.9.9 et dans la maison II.1.9 où se trouvait un laraire peint peu de temps avant l’éruption17 (fig. 19).

Fig. 19 – Pompéi, réglette en os trouvée dans la maison II.I.9 (n°10724). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 19 – Pompéi, réglette en os trouvée dans la maison II.I.9 (n°10724). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

25Les règles plates que nous avons ici, par leur taille et leurs caractéristiques, sont liées au travail du dessin. Elles devaient probablement mesurer en totalité un pied et leur forme générale évoque le double-décimètre actuel. La face lisse, marquée par un décrochement, comme nos règles plates actuelles, est celle qu’on utilise pour tracer les traits, facilités par le bord aminci. Les traces d’encre relevées sur la règle de l’insula 6, trouvée de plus en association avec un encrier plein, nous renseignent sur cette fonction. Elles étaient utilisées pour tracer des plans sur parchemin ou sur papyrus.

  • 18 Alberti 1435.
  • 19 Adam 1990, p. 243, fig. 522.

26L’autre face de ces deux règles montre un tracé en faisceau qui évoque une grille de perspective, telle qu’on la représente à partir de la Renaissance. Léon Battista Alberti est le premier auteur à en avoir fixé mathématiquement les principes au début du XVe siècle18 (fig. 20). Les deux règles montrent des tracés similaires mais le dessin le plus abouti est celui de la règle de l’insula 16. Ici, en l’occurrence, le point central, se trouverait immédiatement au-dessus de la règle, au sommet invisible de la pyramide, à un intervalle de 0,08 cm identique à ceux figurés sur la règle et où se rejoindraient aussi les autres lignes obliques. Par rapport aux schémas aboutis de la Renaissance, cette grille reste imparfaite, notamment par l’espacement régulier des intervalles parallèles qui devraient être décroissants, mais elle tend à démontrer l’existence d’une connaissance codifiée de la perspective chez certains des peintres et des architectes œuvrant à Pompéi. Un tel tracé nécessite des connaissances précises et il s’agit là du travail d’une personne instruite, sachant lire, écrire, dessiner et ayant des connaissances mathématiques. On peut supposer que cette grille a été enseignée dans le cadre d’un atelier de peintre où se transmettent les connaissances des techniques picturales et les secrets de peinture et de mélange des couleurs, ou dans une école. Ces règles avaient donc une double fonction, à la fois instruments de mesure et de visée en perspective ; elles pouvaient être utilisées pour tracer des plans architecturaux mais aussi des « cartons » préparatoires pour les peintures, cartons montrés aux clients et utilisés ensuite sur le chantier par les peintres qui en reproduisaient les motifs. La stèle de Sens nous montre bien, à côté des peintres au travail, le maître d’œuvre en train de consulter un plan19.

Fig. 20 – Schéma du dessin de perspective selon Alberti (1435).

Fig. 20 – Schéma du dessin de perspective selon Alberti (1435).


27L’existence de ces deux règles, objets jusqu’alors inconnus et en tout cas non identifiés à Pompéi et semble-t-il non répertoriés dans le monde antique, ouvre un champ de questionnements. S’agit-il d’objets rares ou simplement difficiles à retrouver en bon état et donc à identifier ? L’ivoire est un matériau de très grand prix dans l’Antiquité. Ces règles sont fragiles, et devaient être conservées avec soin par leurs propriétaires. Leur découverte ici tient à la spécificité du site de Pompéi et il est possible que des fragments similaires aient été trouvés ailleurs sans avoir été interprétés correctement, comme il en a été pour la règle de l’insula 6. Nous pouvons donc imaginer que dorénavant, grâce à l’état de conservation de la règle de l’insula 16, quasi complète, il sera possible d’identifier d’autres objets similaires. Où sont fabriquées ces règles et qui les fabrique ? Sont-elles des objets isolés utilisés par très peu d’artistes et d’artisans initiés ? Les deux règles présentent des ressemblances : leur longueur est similaire ; elles sont pourvues toutes deux d’un retrait identique et le principe de la grille est le même (fig. 21). Cependant leur largeur diffère et surtout leurs tracés. L’un est plus sommaire et grossier (I.6.3), l’autre finement gravé et beaucoup plus complexe (I.16.3), ce qui suggère qu’ils ont été exécutés par deux personnes différentes. On peut donc imaginer que ces règles fabriquées et fournies nues (peut être à la demande) par des artisans tabletiers ont été ensuite gravées par leurs propriétaires (artistes, géomètres, architectes). Ces derniers y ont tracé ces graduations et ce dessin de perspective qui les guidait lors de l’élaboration des plans et des cartons destinés aux clients.

Fig. 21 – Les deux règles comparées. Dessin Isabelle Brunie et Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo- Soprintendenza Pompei-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.

Fig. 21 – Les deux règles comparées. Dessin Isabelle Brunie et Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo- Soprintendenza Pompei-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
  • 20 De l’architecture, I, 2, 1 (trad. C.-L. Maufras, éd. Panckoucke, 1847) : « La scénographie est l’e (...)

28L’existence de ces deux règles, toutes deux dans des contextes montrant des peintres ou des architectes au travail vient donc démontrer l’existence d’une codification de la perspective dans l’Antiquité romaine. Dans le monde gréco-romain, Vitruve (Ier siècle av. J.-C.) est le premier à mentionner une technique plus ou moins apparentée à la perspective, qu’il nomme « scénographie »20. L’atelier de l’artiste antique, réunion d’un certain nombre d’employés et d’apprentis autour d’un maître est aussi un lieu d’apprentissage, et ce savoir a pu régulièrement être enseigné de maître à élève, sans être systématiquement écrit. Ces nouveaux éléments ouvrent un large champ de recherche pour l’histoire de la peinture et du dessin dans l’Antiquité romaine mais aussi à la Renaissance, où les artistes redécouvrent et codifient les lois de la perspective.

Inicio de página

Bibliografía

Adam 2007 = J.-P. Adam, La construction romaine, Paris, 2007.

Alberti 1435 = L. B. Alberti, De pictura, 1435, traduction Jean-Louis Schefer, Paris, 1999.

Barbet – Fuchs – Tuffreau-Libre 1996 = A. Barbet, M. Fuchs, M. Tuffreau-Libre, Les diverses utilisations des pigments et leurs contenants, dans Roman Wall Painting, Materials, Techniques, Analysis and Conservation, Actes du Colloque de Fribourg, Fribourg, 1996, p. 35-61.

Barbet – Tuffreau-Libre 1998 = A. Barbet, M. Tuffreau-Libre, Un ensemble de pots à couleurs à Pompéi, (II, I-9), dans Scienza e Societa, 25-27 novembre 1998, p. 55.

Barbet – Tuffreau-Libre – Coupry 1999 = A. Barbet, M. Tuffreau-Libre, C. Coupry, Un ensemble de pots à couleurs à Pompéi, dans Rivista di Studi Pompeiani, 1999, p. 71-81.

Borgard et alii 2005 = Ph. Borgard, J.-P. Brun, M. Leguilloux, N. Monteix, M. Tuffreau-Libre, N. Cullin-Mingaud, Recherches sur les productions artisanales à Pompéi et à Herculanum, dans P.G. Guzzo, M.P. Guidobaldi (dir.), Nuove Ricerche Archeologiche a Pompei ed Ercolano, Naples, 2005, p. 295-317.

Bozic – Feugère 2004 = D. Bozic, M. Feugère, Les instruments de l’écriture, dans Feugère – Lambert 2004, p  21-41.

Della Corte 1922 = M. Della Corte, Groma, dans Monumenti Antichi della Reale, Accademia Nazionale dei Lincei, XXVIII, 1922, p. 5-100.

De Vos 1981 = M. De Vos, La bottega di pittori di via di Castricio, dans Pompei 1748-1980. I tempi della documentazione, p. 119-130.

Esposito 2011 = D. Esposito, Il sistema economico e produttivo della pittura romana. Esempi dall’area vesuviana, dans N. Monteix, N. Tran (dir.), Les savoirs professionnels des gens de métier. Études sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’Empire romain, Naples, 2011 (Collection du Centre Jean Bérard, 37), p. 65-85.

Fellmann 2009 = R. Fellmann, Römische Kleinfunde aus Holz aus dem legionslager Vindonissa (Veröff. Ges. Pro Vindonissa, XX), Brugg, 2009.

Feugère – Lambert 2004 = M. Feugère, P.-Y. Lambert (dir.), L’écriture dans la société gallo-romaine : éléments d’une réflexion collective, Gallia, 61, 2004, p. 3-192.

Jashemski 1993 = W. Jashemski, The gardens of Pompeii, Herculaneum, and the villas destroyed by Vesuvius, 2 vol., New Rochelle, NY, 1993.

Prévot 2008 = Ph. Prévot, Cinq mesures romaines graduées en bois de la colonie romaine d’Arausio/Orange (Vaucluse) : Étude de leurs applications à l’artisanat du petit mobilier, dans Gallia, 65, 2008, p. 327-353.

Prévot 2010 = Ph. Prévot, Un atelier de fabrication de règles en os dans une villa gallo-romaine de Cuperly (Marne) ? Étude technologique d’ébauches de règles réalisées en série, dans Revue Archéologique de l’Est, Tome 59-2, 2010, p. 539-565.

Stefani 2009 = G. Stefani, La Groma, Antiquarium de Boscoreale, 2009.

Tuffreau-Libre – Barbet 1997 = M. Tuffreau-Libre M., A. Barbet, Les pots à couleurs dans l’Antiquité romaine, dans SFECAG, Actes du Congrès du Mans, 1997, p. 399-404.

Tuffreau-Libre 1999 = M. Tuffreau-Libre, Les pots à couleur de Pompéi, premiers résultats, dans Rivista di Studii Pompeiani, 1999, p. 63-71.

Tuffreau-Libre 2007 = M. Tuffreau-Libre, Un atelier de peintres à Pompei, dans C. Guiral-Pelegrin (dir.), Circulación de temas y sistemas decorativos en la pintura mural Antigua. Actas del IX Congreso Internacional de la Association Internationale pour la Peinture Murale Antique, Saragosse-Catalayud, 2007, p. 339-341.

Tuffreau-Libre – Brunie – Daré, 2014 = M. Tuffreau-Libre, I. Brunie et S. Daré, L’artisanat de la peinture à Pompéi, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], mis en ligne le 11 juin 2014, URL : http://cefr.revues.org/1205.

Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013 = M. Tuffreau-Libre, I. Brunie, S. Daré, Peinture et perspective à Pompéi. Un ensemble d’objets liés au travail pictural (I.16.2.3.4), dans Rivista di Studi Pompeiani, 2013, p. 53-69.

Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2016 = M. Tuffreau-Libre, I. Brunie, S. Daré, L’artisanat de la peinture à Pompéi, dans

Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome

[En ligne], mis en ligne le 29 février 2016, URL : http://cefr.revues.org/1487.

Varone 1995 = A. Varone, L’organizzazione del lavoro di una bottega di decoratori : le evidenze dal recente scavo pompeiano lungo via dell’Abbondanza, dans MNIR, 54, 1995, p. 124-136.

Varone – Béarat 1997 = A. Varone, H. Béarat, Pittori romani al lavoro. Materiali, strumenti, tecniche : evidenze archeologiche e dati analitici di un recente scavo pompeiano lungo Via dell’Abbondanza (Reg. IX Ins. 12), dans Roman Wall painting materials, techniques, analysis and conservation, Fribourg, 1997, p. 199-214.

Inicio de página

Notas

1 Tuffreau-Libre 2001.

2 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.

3 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.

4 Della Corte 1922.

5 Tuffreau-Libre 1999.

6 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.

7 Voir Tuffreau-Libre – Brunie – Daré, 2013.

8 Della Corte 1922.

9 2001, n°299, p. 243.

10 N° d’inventaire du musée de Naples 286786 ex 1762.

11 Tuffreau-Libre – Brunie – Daré 2013.

12 Adam 2007.

13 Fellmann 2009, pl. 6, n°237, 238.

14 Prévot 2008.

15 Bozic – Feugère 2004.

16 Voir plus haut, n° d’inv. 1401.

17 Barbet – Tuffreau-Libre – Coupry, 2002.

18 Alberti 1435.

19 Adam 1990, p. 243, fig. 522.

20 De l’architecture, I, 2, 1 (trad. C.-L. Maufras, éd. Panckoucke, 1847) : « La scénographie est l’esquisse de la façade avec les côtés en perspective, toutes les lignes allant aboutir à un centre commun. »

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Fig. 1 – Plan de Pompéi, l’atelier I.9.9, l’insula 16 de la région I et la boutique de Verus. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 2 – Région I, insula 16, les contextes des peintres au travail. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 3 – La règle d’ivoire trouvée dans la maison 3 (Région I, insula 16, n° d’inventaire 11909 F). Photo et dessin Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 4 – Détail de la grille de perspective gravée sur la règle (Région I, insula 16, n° d’inventaire 11909 F). Photo et dessin Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 5 – Pompéi, Région I, l’insula 6 et la boutique de Verus. Plan Sébastien Daré, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 6 – La boutique de Verus (I. 6. 3). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 7 – Plan de la boutique de Verus et répartition des objets trouvés en 1912 à l’intérieur. Plan Sébastien Daré toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 8 – Pompéi I.6.3 : pied romain en bronze (n° d’inventaire 1399, B). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 9 – Pompéi I. 6. 3 : canif à manche d’ivoire et lame en fer (n° d’inventaire 1402). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 10 – Pompéi I.6.3 : compas en bronze (n° d’inventaire 1399, C).
Título Fig. 11 – Élément en bronze interprété par Della Corte comme un style destiné à écrire (n° d'inventaire 1399, D). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 12 – Pompéi I.6.3 : spatule en fer (n° d’inventaire 1400). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 13 – Pompéi I.6.3 : encrier en bronze (n° d’inventaire 1403, B), contenant des restes d’encre. Dessin Isabelle Brunie, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei.
Título Fig. 14 – Pompéi I.6.3 encrier en bronze (n° d’inventaire 1403 B), contenant des restes d’encre. Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei.
Título Fig. 15 – Pompéi I.6.3 : compas en bronze, (n° d’inventaire 1543). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 16 – Pompéi I.6.3, les fragments d’ivoire interprétés comme les éléments d’un coffret utilisé comme cadran solaire portatif, d’après Della Corte 1922, fig. 19.
Título Fig. 17 – Pompéi I.6.3, Les éléments d’ivoire collés sur le coffret en plexiglas (Musée de Naples n° 286786 ex 1762). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 18 – Pompéi I. 6. 3, dessin et photo montage des éléments d’ivoire mis bout à bout. Photo et dessin Isabelle Brunie et Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 19 – Pompéi, réglette en os trouvée dans la maison II.I.9 (n°10724). Photo Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo-Soprintendenza Pompei, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Título Fig. 20 – Schéma du dessin de perspective selon Alberti (1435).
Título Fig. 21 – Les deux règles comparées. Dessin Isabelle Brunie et Sébastien Daré, su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del turismo- Soprintendenza Pompei-Museo Archeologico di Napoli, toute reproduction interdite, de quelque moyen que ce soit.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marie Tuffreau-Libre, Isabelle Brunie y Sébastien Daré, « Deux règles d’ivoire trouvées à Pompéi (Campanie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En línea], 129-1 | 2017, Publicado el 04 octubre 2017, consultado el 18 noviembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/4653

Inicio de página

Autores

Marie Tuffreau-Libre

CNRS, UMR 6566-LAHM, Rennes, marie-t.libre@orange.fr

Isabelle Brunie

Université de Rennes 2, UMR 6566-LAHM, isabelle.brunie@gmail.com

Sébastien Daré

CERAM (Centre d’Études et de Recherches Archéologiques du Morbihan), Vannes, sebastien.dare@wanadoo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

© École française de Rome

Inicio de página
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org