Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Kouass (Asilah, Maroc)

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Claire Brinon, Mohamed Chaibi, Abdessamad Charif, Hédi Dridi, Abdelfattah Ichkhakh, Edwige Lovergne, Adeline Pichot, Mohamed Ridaoui et Mohamed Ougougdal
p. 291-303

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Rabat, Maroc), Ministère des Affaires étrangères et européennes (France), École française de Rome et Agence nationale de la recherche (programme « EauMaghreb »).

1Le site de Kouass fait l’objet d’un programme de recherche quadriennal associant l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine à Rabat (INSAP), le Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) et l’École française de Rome (EFR). Il bénéficie de financements complémentaires dans le cadre du programme ANR « Eau Maghreb » (UMR 8546, CNRS-ENS Paris Ulm ; Université de Bordeaux) au sein duquel sont impliqués plusieurs membres de l’équipe. Un soutien logistique est en outre apporté par la commune de Had el Gharbia et par le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France à Rabat.

2En 2009, la mission franco-marocaine, co-dirigée par Virginie Bridoux (EFR) et Mohamed Kbiri Alaoui (INSAP, Rabat), était constituée d’une équipe de 22 personnes comprenant des chercheurs-archéologues marocains et français (Solange Biagi, chercheur associé à l’UMR 8585, CNRS-Centre Gustave Glotz ; Néjat Brahmi, enseignante à Lorient ; Hédi Dridi, professeur d’archéologie à l’Université de Neuchâtel ; Abdelfattah Ichkhakh, conservateur à la délégation du Ministère de la Culture à Essaouira ; Thierry Jullien, enseignant à Tanger ; Christine Macheboeuf, chercheur associé à l’UMR 8546, CNRS-ENS Paris Ulm ; Halima Naji, conservateur, Division de l’inventaire du patrimoine à la Direction du Patrimoine culturel de Rabat), des topographes-dessinateurs (Mohamed Alilou, Conservation de Volubilis ; Ugo Colalelli, EFR), des doctorants en histoire et en archéologie des Universités de Bordeaux (Séverine Garat), de Paris I (Edwige Lovergne), de Lausanne (Adeline Pichot) et des étudiants de l’INSAP (Soufiane Er-Rahoui, Abdelali Helouani). La conduite de la prospection géophysique a été assurée par Claire Brinon (doctorante, département de géophysique appliquée de l’UMR Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie-Paris 6), assistée de Laëtitia Papaxanthos (élève de l’ENS, Paris-Ulm). L’analyse géomorphologique de la zone a été confiée à Mohamed Chaibi, Abdessamad Charif, Mohamed Ridaoui et Mohamed Ougougdal (Université polydisciplinaire de Safi, Maroc). Dix Kouass 292 Chronique ouvriers ont par ailleurs été recrutés sur place et ont contribué aux travaux de terrain durant toute la durée de la campagne (29 juin-31 juillet 2009).

3L’équipe de Kouass remercie Aomar Akerraz, directeur de l’INSAP, Abdallah Salih, directeur du Patrimoine culturel, Taoufiq Ouzgane, inspecteur des Monuments historiques et des Sites de la région de Tanger, Hicham Hassini, conservateur du site archéologique de Lixus, et Brahim Mlilou, conservateur adjoint du site archéologique de Lixus, pour l’intérêt porté à nos travaux lors de leurs visites à Kouass, ainsi que Rachid Arharbi, conservateur du site archéologique de Banasa, qui a mis à notre disposition une partie du matériel de dessin de la mission archéologique de Banasa.

Les objectifs du programme de recherche quadriennal

4D’après les fouilles menées par Michel Ponsich dans les années 1960, le site de Kouass est un établissement antique dédié aux activités industrielles et commerciales. Sur une butte située à près d’un kilomètre de l’océan atlantique (fig. 77), à une altitude d’environ 40 m, l’auteur mit au jour un ensemble de structures relativement bien conservées qu’il identifia à un atelier de potiers, sur la base de la découverte de trois fours, de leurs annexes et d’une abondance particulière de mobilier céramique datable de l’époque préromaine (ve-ier s. av. J.-C.). Les travaux de M. Ponsich démontrèrent par ailleurs la réoccupation partielle du site à l’époque romaine, illustrée par la présence d’un aqueduc et d’usines de salaison à proximité de l’embouchure de l’oued Rharifa. Enfin un important édifice quadrangulaire, interprété comme un camp d’époque préromaine par l’auteur, fut exhumé à quelque 300 m au sud-ouest de la butte (cf. MEFRA 121-1, 2009).

5Le bâtiment quadrangulaire et l’aqueduc témoignent d’une occupation entre la zone située à l’ouest de l’actuelle route nationale Tanger-Rabat et la frange littorale, sans que l’on sache si cette occupation présente un caractère continu. L’étendue de l’établissement, qui reste donc inconnue, constitue l’un des principaux axes de recherche du programme quadriennal en cours. La définition du potentiel archéologique, par le biais de prospections pédestres et géophysiques, doit être réalisée en priorité dans la mesure où le site, en attente de classement comme monument historique, s’étend en plein cœur d’une zone qui fait actuellement l’objet d’un grand projet d’aménagement à vocation touristique.

6Par ailleurs, les résultats des travaux de M. Ponsich étant restés en grande partie inédits, la chronologie générale et la nature de l’établissement demeurent incertaines, même si le réexamen du matériel des fouilles anciennes atteste son occupation entre la fin du VIe et la fin du ier s. av. J.-C. et son implication dans la commercialisation des produits dérivés de la pêche (« Cercle du Détroit ») (voir Kbiri Alaoui 2007). Il s’avère cependant nécessaire de mieux déterminer les grandes phases d’occupation du site, de pallier l’absence de stratigraphie de référence et de vérifier l’existence d’une production de vases en céramique et d’amphores caractéristiques de l’aire du détroit de Gibraltar.

7D’autres questions restent par ailleurs en suspens, telles que le rôle et la datation précise de l’aqueduc, la localisation exacte des usines de salaison, la chronologie et la fonction de l’édifice quadrangulaire, ou encore les raisons de l’abandon de l’établissement. En outre, l’existence vraisemblable d’une enceinte autour de la zone de la butte (zone 1), révélée par la campagne de prospection magnétique effectuée en 2008 (cf. MEFRA 121-1, 2009), tend à renouveler les problématiques relatives à la nature du site. La datation et les raisons de la mise en place de ce système défensif font donc partie des axes de recherche de ce programme.

8Enfin la mission s’intéresse à la question de l’accès à la mer et à la localisation du port de Kouass. Elle se propose de vérifier si le grand golfe mentionné entre Tanger et Lixus par le périple de Scylax au vie s. av. J.- C. (golfe Kôtes) peut correspondre aux grandes plaines marécageuses de la basse vallée de l’oued Tahadart (Oulad Khalouf) qui s’étendent à peu de distance du site côté nord-est (fig. 77). Tout porte à croire que ces plaines, largement inondables en hiver, étaient autrefois envahies par les eaux marines. Si tel est le cas, et si celles-ci étaient navigables, cette zone devait constituer un lieu privilégié pour la pénétration et l’escale des navires.

9La résolution des problématiques relatives à la chronologie et à la nature du site est envisagée par le biais du réexamen des structures mises au jour dans les années 1960, l’ouverture de sondages stratigraphiques et de nouveaux secteurs de fouilles en extension en divers points du site, l’examen du mobilier complété par des analyses archéométriques sur le matériel céramique et amphorique, ainsi que des études paléo-environnementales (analyses géomorphologiques ; études de l’ichtyofaune et de la malacofaune).

Les opérations de la campagne 2009

10La campagne 2009 a été principalement consacrée à la poursuite de la prospection géophysique, à la mise en Kouass 294 Chronique place d’une méthodologie d’approche concernant les analyses géomorphologiques, au dégagement et au relevé des structures exhumées dans les années 1960, à l’ouverture de nouveaux secteurs de fouilles sur la zone de la butte (zone 1).

Fig. 77 – Kouass. Carte topographique de la région d’El Manzla (1/50.000e). En rouge les points 17 et 21 prospectés.

La prospection géophysique

11La prospection géophysique a été effectuée aux abords de la butte (zone 1), en complément des opérations réalisées en 2008. Le traitement des données récoltées n’étant pas totalement achevé nous nous limitons pour l’heure à la présentation du choix de la méthode, de l’appareil de mesure, du mode opératoire, de la localisation des surfaces prospectées et à la mise en valeur de quelques résultats préliminaires.

12L’emploi de la méthode magnétique s’est avéré le plus approprié dans la mesure où la campagne menée en 2008 avait prouvé l’efficacité de son application sur le site en mettant en évidence un agencement cohérent de structures construites sur l’ensemble de la butte. Elle s’avérait également bien adaptée pour tenter de résoudre parallèlement une autre problématique relative à la nature du site, à savoir la localisation de fours de potiers. Un magnétomètre à vapeur de césium G-858 (Geometrics) a été utilisé en configuration de gradiomètre. L’acquisition des données a été réalisée en continu (5 à 10 mesures par seconde), le long de profils parallèles espacés d’un mètre. La sensibilité de l’appareil à la présence des lignes électriques (à l’est du site) et de tout objet métallique au sol constitue la principale limitation de la méthode. Malgré un ramassage préliminaire des éléments polluants repérés en surface (piles, ferrailles, débris métalliques divers,...), de nombreux résidus d’origine moderne subsistent et sont causes d’anomalies magnétiques ponctuelles difficilement différenciables des anomalies créées par des structures plus anciennes.

13Après traitement des données les résultats sont présentés sous forme de cartes de gradient magnétique vertical. Les angles de chaque surface prospectée ont fait l’objet d’un relevé topographique afin de recaler géographiquement les cartes magnétiques sur un plan d’ensemble (fig. 78). Les valeurs s’échelonnent entre -8/8 nT/m, les plus élevées étant représentées en niveaux de blanc. L’application d’une même échelle de couleurs permet d’obtenir une vision relative des différentes zones.

14La prospection magnétique a été réalisée sur une surface de 4 ha, principalement dans les champs cultivés et moissonnés qui couvrent les pentes et les alentours immédiats de la butte. Priorité a été donnée aux parcelles comprises entre la route nationale et la butte, directement concernées par le projet d’urbanisation. Les flancs de la butte ont été reconnus jusqu’aux obstacles matériels que constituent la végétation et un terrain trop accidenté. D’autre part deux secteurs ont été testés sur la butte-même, au nord et au sud-ouest, en vue d’une comparaison avec les données existantes. Les secteurs de prospection ont été définis sous la forme de surfaces rectangulaires regroupées et dénommées d’après leur position par rapport à la butte (choix arbitraire).

15Les résultats préliminaires font état de nombreuses anomalies tant linéaires que ponctuelles qui ressortent sur la quasi-totalité de la carte magnétique globale (fig. 78) et sont le reflet de la présence de structures. Au nord plusieurs anomalies d’origine non géologique sont visibles, tandis qu’à l’ouest un ensemble d’alignements est mis en évidence et qu’au sud-ouest un réseau d’anomalies rappelle le schéma organisé des structures localisées sur la butte. À l’est, vers le sommet de la pente, une double anomalie d’orientation SO-NE s’étirant sur une vingtaine de mètres et contournant la butte pourrait correspondre au tracé de l’enceinte supposée de l’établissement. Outre les structures linéaires ou curvilignes détectées et causées par des vestiges en pierres (murs) ou des fossés/fosses, de nombreuses anomalies ponctuelles peuvent être rattachées à la présence de fours. L’application de méthodes complémentaires (géophysiques ou sondages) devrait permettre de les identifier. Seule la surface prospectée entre le chemin d’accès à la butte et la route nationale, au nord-ouest, est caractérisée par une absence d’anomalies magnétiques similaires à celles repérées dans les autres secteurs et créées par des structures enfouies (en dur ou en creux).

Les études géomorphologiques

16La campagne 2009 a permis d’aborder, en collaboration avec l’Université polydisciplinaire de Safi, les aspects géographiques et topographiques actuels de la région, en premier lieu de récolter des enseignements sur le substrat géologique du plateau de Kouass et la nature des terres constituant les strates archéologiques mises au jour sur la butte.

17Pour apporter les premiers éléments de réponse et installer une méthodologie d’approche des problématiques exposées concernant l’emprise des eaux marines par rapport au site, l’accès à la mer, l’identification et l’emplacement des installations portuaires de Kouass, des enquêtes de terrain ont été effectuées à proximité du site archéologique, le long des vallées des oueds Hachef, Tahadart et Rharifa, le long de l’estuaire de l’oued Tahadart et du rivage atlantique. Deux des points culminants des grandes plaines marécageuses des Oulad Khalouf ont également été visités (points 21 et 17, fig. 77). Le mobilier observé en surface témoigne d’une occupation de ces collines à l’époque romaine.

Fig. 78 – Kouass. Carte magnétique globale de la prospection (mission archéologique de Kouass, juillet 2009).

18À première vue, l’estuaire du Tahadart est creusé dans des formations géologiques datant probablement du pliocène. Une coupe géologique réalisée à proximité de la butte (zone 1) montre la succession du haut vers le bas de dunes pédogenèsées, d’un niveau de limons calcaires riche en bioclastes (Pecteneidés), de marnes calcaires à lentille de silex et de barres gréseuses.

19L’estuaire du Tahadart offre des niveaux topographiques très bas auxquels l’eau de mer accède encore actuellement avec des dépôts vaseux et salés, ce qui laisse supposer qu’une navigation aurait été possible avec un niveau d’eau plus haut. Néanmoins, la position des usines de salaison datant de l’époque romaine à proximité de l’oued Tahadart et leur basse altitude conduisent à dire que si le niveau marin à l’époque romaine était plus haut que l’actuel, les usines n’auraient pas existé. Ainsi, si le niveau marin était à l’époque romaine au niveau actuel, la navigation ne serait possible que par une éventuelle profondeur du lit de l’oued. La recherche de niveaux plus profonds offrant une possibilité de navigation ne peut s’effectuer qu’à travers la réalisation de sondages en plusieurs endroits de l’estuaire et le long du lit actuel de l’oued El Hachef, ainsi que par des analyses stratigraphiques et sédimentologiques. À ces démarches doivent s’ajouter une compilation de données et des synthèses appuyées par des références bibliographiques, des cartes géologiques et géomorphologiques, des données hydrologiques (apport de l’oued et de la mer, charge des sédiments et vitesse de sédimentation), des photographies aériennes (échelonnées dans le temps).

Les fouilles, les relevés topographiques et architecturaux

20L’ampleur de la documentation récoltée cette année nous amène à ne présenter ici qu’un résumé des opérations réalisées et des principaux résultats obtenus.

21Le travail a porté en 2009 sur la zone de la butte (zone 1), où se situe l’essentiel des vestiges signalés jusqu’à présent. Ces derniers, encore bien visibles aujourd’hui dans le secteur sud (secteur 1) et dans les quatre tranchées qui ont été pratiquées dans les années 1960 au nord, à l’est, à l’ouest et au centre de la butte (fig. 79), n’avaient pas fait alors l’objet de relevés, ni de descriptions particulières exception faite de la zone sud de la butte (Kbiri Alaoui 2007, p. 52-59, fig. 25).

Fig. 79 – Kouass. Situation des vestiges de la zone 1.

22Un important travail de défrichage et de nettoyage, accompagné d’un ramassage du matériel de surface, a dû être mené afin de dégager la végétation qui recouvrait la zone, en particulier dans les secteurs 1 et 3 (fig. 81). L’ensemble du mobilier, qu’il provienne des ramassages de surface, des remblais de fouilles anciennes ou des niveaux archéologiques en place, a été traité en parallèle aux travaux de terrain.

Le secteur sud (secteur 1)

23Le plan général du secteur dressé en 1999 dans le cadre de l’étude de M. Kbiri Alaoui (Kbiri Alaoui 2007, fig. 25) fait état de deux ensembles constitués d’axes de circulation et d’îlots. Leur appellation (ensembles 1 et 2) a été conservée, tout comme celles des différents espaces identifiés (espaces 1 à 35). Les murs qui ont fait l’objet d’une étude lors de la campagne 2009 ont en revanche été renommés selon les modalités de notre chantier (fig. 80).

Fig. 80 – Kouass. Zone 1, secteur 1. Plan des vestiges, numérotation des espaces et des murs.

Fig. 81 – Kouass. L’espace 8 avant nettoyage, vu vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).

24Les principaux objectifs étaient de rechercher des niveaux en place susceptibles d’éclairer la nature des espaces et d’établir une stratigraphie dans les ensembles 1 et 2, de préciser le relevé des structures établis en 1999 afin de mieux comprendre les relations entre les murs et la structuration de ces ensembles et enfin de restituer autant que possible les phases successives d’occupation dans ce secteur.

25Le nettoyage des structures et des espaces intermédiaires dans la totalité de l’ensemble 1 et dans la partie nord-ouest de l’ensemble 2 a permis de distinguer les zones plus ou moins explorées par M. Ponsich. Les travaux de fouilles effectués cette année, basés sur ce constat, ont porté sur les espaces 4, 7, 8 de l’ensemble 1 et les espaces 10, 19 de l’ensemble 2 (fig. 80), où l’existence de strates archéologiques en place a pu être mise en évidence. Le dégagement des niveaux superficiels a par ailleurs permis d’observer, notamment dans les espaces 7, 9 et 19, la dégradation récente de certaines structures dont témoignent des effondrements de murs postérieurs aux remblais des fouilles anciennes.

26Dans l’ensemble 1, les fouilles ont permis la mise au jour de structures supplémentaires qui constituent le prolongement de murs déjà connus ou qui leur sont antérieures : mur [1061] et prolongement septentrional du mur [1016] dans l’espace 7 ; murs [1078], [1042], [1046], [1063], [1044] et [1029] dans les espaces 4 Sud et 8 (fig. 80). Au fur et à mesure de l’avancée des opérations, les espaces 7 et 8 ont davantage retenu notre attention.

27L’espace 8 est constitué dans sa partie ouest par de gros blocs grossièrement posés à plat [US 1052] qui correspondent manifestement à une zone dallée (fig. 82). On ne sait dans quelle mesure ce dallage se poursuivait vers l’est, la partie centrale de l’espace ayant été fouillée plus en profondeur dans les années 1960. Sa façade sud est par ailleurs bordée côté externe par de gros blocs monolithiques alignés selon une orientation E/O, posés de champ, dont on trouve le prolongement à l’est le long du parement sud du mur [1003]. Le nettoyage de la berme des fouilles anciennes limitant l’espace 8 à l’est a permis de mettre en évidence une succession de niveaux, caractérisés par des amphores brisées (US 1040), de la brique crue (US 1034, US 1036, US 1038, US 1041), des zones charbonneuses (US 1037), des lentilles de chaux. Le dégagement de la couche charbonneuse (US 1037) a permis de mettre au jour un sol constitué de chaux conservé sur une superficie d’environ 1 × 1,50 m (fig. 83). Ce sol appartient à une phase de circulation liée au mur [1016]. Les couches de destruction de celle-ci, US 1037 et 1040, contiennent de nombreux fragments d’amphores Maña-Pascual A4 datables du iiie s. av. J.-C. (Ramon T.12.1.1.1.) ou au plus tard du iie s. av. J.-C.

Fig. 82 – Kouass. L’espace 8 à la fin de la campagne, vu vers le nord-est(cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).

28Dans l’espace 7 (fig. 80), après dégagement des niveaux superficiels, deux phases de construction ont pu être identifiées clairement. La phase la plus antique correspond à un niveau de circulation en place formé par un sol (US 1075) composé d’argile et de chaux, et par un foyer (US 1074) de même composition, situé dans l’angle N/O. Le mur [1016] semble appartenir à cette phase. Le terminus ante quem nous est fourni par le matériel des couches de destruction de l’espace 8 précédemment décrites. Dans la partie nord les murs [1005] et [1006] sont contemporains et appartiennent à une phase successive pour laquelle le manque de stratigraphie ne permet pas de fournir une chronologie absolue.

Fig. 83 – Kouass. La berme de l’espace 8, vue vers le sud. Restes d’un sol en chaux (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).

29Dans l’ensemble 2, la fouille a en premier lieu porté sur l’espace 10, délimité au nord et au sud par des murs ([1003] et [2010]), à l’est et à l’ouest par des bermes laissées en place après les fouilles de M. Ponsich (fig. 80). Il s’agit d’un espace à ciel ouvert en connexion avec les espaces 8 Sud et 10bis, qui s’étend à l’ouest et à l’est jusqu’aux talus constituant les limites des fouilles anciennes. L’espace 10, partiellement excavé dans les années 1960, comprend notamment dans sa partie nord un sondage d’1,65 m de profondeur (fig. 84). Les remblais de ces fouilles anciennes ont été dégagés jusqu’à retrouver les niveaux archéologiques en place. Au fond du sondage trois gros blocs de soutènement [US 2072] s’appuient contre le mur [1003]. Ils sont posés sur l’US 2070, intacte, dont la fouille peut ainsi dater leur installation. La stratigraphie des bermes des fouilles anciennes laisse apparaître une épaisse succession de couches cendreuses, d’argile rubéfiée, de remblais jaunâtres s’appuyant contre le mur [1003] et présentant un pendage N/S. La zone pourrait donc s’identifier à un espace de travail en liaison avec un atelier comprenant des structures de combustion. La fouille des couches supérieures des bermes a notamment livré de nombreux fragments d’amphores Maña-Pascual A4 (Ramon T.12.1.1.1.), des lèvres d’amphores de type Tiñosa (Ramon T.8.1.1.2.) et de la céramique de type Kouass, soit un matériel typique du iiie s. av. J.-C.

Fig. 84 – Kouass. La partie nord de l’espace 10, vue vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).

30L’espace 19, qui correspond à la zone la plus méridionale explorée lors de cette campagne (fig. 80), est un espace central de l’ensemble 2 relativement moins touché par les fouilles anciennes. Les travaux effectués cette année ont permis de définir plus nettement ses limites. Au fur et à mesure de l’avancée des travaux l’attention a été portée sur la partie occidentale de l’espace. Les principaux éléments récoltés concernent la mise au jour de deux fosses d’époque médiévale (US [2030]/2031 et US [2032]/2033), de niveaux de destruction d’époque préromaine et de structures qui n’apparaissaient pas jusque-là et s’avèrent contemporaines ou antérieures aux murs déjà connus : murs [2020], [2040], [2063] et [2058] (fig. 9).

31La fouille de la couche de destruction (US 2021) n’a pu être achevée durant cette campagne mais des indices permettent de penser qu’il s’agit d’un four. La destruction est une épaisse couche de terre comprenant des zones fortement rubéfiées et une très grande quantité de matériel céramique présentant également des traces de rubéfaction. Les parties plus claires de la couche, jaunes et argileuses, sont essentiellement composées de morceaux de briques crues. Au centre de l’espace fouillé est apparue une zone plus compacte (US 2062, fig. 85). Tout comme l’US 2021, les strates adjacentes, dont l’une correspond à une couche de terre grise et cendreuse qui s’étend vers le nord, s’appuient toutes, à l’ouest, contre la structure de brique crue [2058] qui doit correspondre au mur contre lequel était dressée la paroi ouest du four. La fouille fait également apparaître autour de la couche centrale cendreuse, en périphérie, au nord et à l’est une terre plus compacte, claire (US 2065) qui pourrait être le niveau arasé des parois du four. Au nord et à l’est la couche de destruction se poursuit sous les murs [2013] et [2020] reste à préciser. L’abondant matériel contenu dans l’US 2021 comprend notamment des céramiques attiques à vernis noir, dont les fragments d’un canthare de type Saint Valentin et un fragment de lampe Howland 23A, des fragments d’amphores Maña-Pascual A4 ainsi que de nombreux restes de vases en céramiques peintes. Une datation ne pourra toutefois être émise qu’après le dégagement total de la couche.

Fig. 85 – Kouass. L’espace 19 Ouest à la fin de la campagne, vu vers le sud (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).

32À l’heure actuelle, la fouille de l’espace 19 a permis de reconnaître plusieurs phases qui peuvent s’établir comme suit :

  • l’état le plus ancien est représenté par le mur [2058] et la couche d’utilisation US 2061, en rapport avec les couches US 2065, 2055 et 2054 ;

  • un état correspondant à la destruction de cette occupation matérialisée par la couche US 2021 ;

  • un état correspondant à la construction des murs [2013] et [2020]. Les niveaux appartenant à cette phase ont disparu suite aux fouilles des années 1960 ;

  • une phase médiévale au cours de laquelle sont creusées les deux fosses US [2030]/2031 et US [2032]/2033.

33Pour compléter le plan de ces deux ensembles architecturaux désormais mieux visibles un relevé topographique avec une station totale a été effectué au fur et à mesure du nettoyage et de la mise au jour des éléments construits. Il a été accompagné d’un travail de description et de relevés au pierre à pierre, qui à ce jour a été consacré aux espaces 2 à 9 dans l’ensemble 1 et aux espaces 13, 19 et 21 dans l’ensemble 2 (fig. 80). Les espaces fouillés ont donné lieu à la réalisation d’une série de relevés en plan au 1/20e, complétée par des coupes stratigraphiques et des sections au 1/20e ou au 1/50e. En complément de ce travail, les coupes ouest et sud du sondage ancien de l’espace 9bis et la coupe de la berme nord de l’espace 13 ont été relevées.

Le secteur nord-est (secteur 3)

34Dans l’optique d’obtenir une séquence stratigraphique générale de la butte et de cerner son évolution, un sondage de 4 m de côté a été ouvert dans une zone intacte, non encore explorée, à quelques mètres d’une ancienne tranchée ouverte par M. Ponsich (tranchée nord, fig. 79). Cette dernière lui avait permis de retrouver des structures enchevêtrées similaires à celles du secteur 1. Celles-ci ont fait cette année l’objet d’un nettoyage avant d’être relevées et intégrées sur le plan d’ensemble de la zone.

35L’implantation du sondage dans cette zone répond également à la nécessité de contrôler les résultats de la prospection géophysique qui fait ici état d’anomalies magnétiques d’origine anthropique, en particulier deux tronçons de murs se recoupant à angle droit et une anomalie peu magnétique, presque circulaire, se détachant de l’ensemble.

36Des structures ont émergé à 30 cm environ du sol actuel, ainsi que des niveaux en place témoignant d’une occupation « tardive » de la zone. Les premières données fournies par ce sondage permettent de proposer le schéma évolutif suivant :

37L’état le plus récent correspond à un niveau d’utilisation (US 3007) marqué par la forte présence de la céramique islamique (essentiellement à glaçure) et à une fosse-dépotoir (US 3009) contenant une quantité considérable d’ossements et de matériel datable de l’époque islamique. Ce niveau supplante immédiatement le sol antique, ce qui suggère un nivellement de la zone à l’époque médiévale. Le mobilier contenu dans la fosse ou issu du niveau d’utilisation ne permet pas d’avancer, pour l’heure, une datation précise en l’absence de matériel associé plus significatif.

38À l’état le plus ancien découvert jusqu’ici se rattachent les structures [3006] et [3014]. La caractéristique majeure de ces deux murs réside dans leur mode de construction, en l’occurrence l’utilisation d’un soubassement de pierres sommairement dégrossies et de moellons vraisemblablement surmonté d’une élévation de briques crues dont seules quelques traces subsistent encore. Si aucun indice révélateur ne permet de dater les structures construites [3006] et [3014], le matériel provenant de la couche de destruction (US 3012) suggère néanmoins une datation « basse » par rapport à ce que l’on connaît de la chronologie de l’établissement 301 préromain. Ce matériel (amphore Dressel 1A, probables parois d’amphores Dressel 7/11, céramique à vernis noir de Calès et fragments de céramique à paroi fine) renvoie à un contexte allant de -50 à +50.

Les apports de la campagne 2009

Apports relatifs à la connaissance des méthodes de fouilles anciennes

39Les travaux réalisés dans l’ensemble 1 du secteur 1 démontrent que M. Ponsich a en partie fouillé cette zone en se basant sur la méthode Wheeler, consistant à diviser géométriquement la zone à fouiller, généralement en carrés de 5 m de côté, et à réserver des bermes larges d’1 m sur les côtés de chacun de ces carrés. Préservées après la fouille, ces bermes constituent désormais des buttes témoins de la stratigraphie dans cette zone. La méthode n’a manifestement pas été appliquée à la lettre. Néanmoins, dans l’ensemble 1, une zone carrée de 8 m de côté s’étendant sur les espaces 9, 9bis, 10 et 10bis a été subdivisée en quatre carrés de 4 m de côté, comme en témoignent les bermes bien conservées (fig. 80 et 84). Suivant les découvertes de terrain, M. Ponsich semble avoir élargi les zones fouillées dans les espaces 9 et 10 afin de permettre la mise au jour des limites de ces derniers (murs d’orientation est-ouest [1079] et [2010]). L’utilisation vraisemblable de la méthode Wheeler comme base de travail constitue une documentation inédite sur les pratiques de fouilles employées dans les années 1960 au Maroc.

Apports relatifs à l’étendue de l’établissement

40Bien qu’en l’absence d’éléments datant, les opérations de prospection magnétique effectuées en 2009 révèlent l’occupation ancienne des pentes de la butte et l’extension du site au nord, à l’est et au sud de celle-ci. L’absence d’anomalies magnétiques dans le champ situé entre le chemin d’accès à la butte et la route nationale, côté ouest, semble en outre indiquer que l’occupation du site aux abords de la butte trouve là une de ses limites géographiques. Apports relatifs à la chronologie de l’établissement La relative abondance de la céramique d’époque islamique observée dès 2008 parmi le matériel de surface pouvait amener à douter de la chronologie de l’ensemble des structures exhumées dans les années 1960 sur la zone de la butte. Les fouilles menées durant la campagne 2009 démontrent la datation préromaine de ces vestiges tandis que le mobilier recueilli, tant dans les niveaux en place, qu’en surface ou dans les remblais des fouilles anciennes confirme une chronologie générale d’occupation comprise entre la fin du vie s. et la fin du ier s. av. J.-C. Toutefois, en l’absence d’information sur les tout premiers niveaux d’occupation du site, on ne peut exclure pour le moment que les débuts de celle-ci remontent à l’époque phénicienne. La découverte d’amphores de type Rachgoun 1 dans les remblais des fouilles anciennes tend d’ailleurs à plaider en faveur de cette hypothèse. L’abandon de la zone de la butte vers la fin du ier s. av. J.-C. peut être, à titre d’hypothèse, mis en relation avec la création entre 33 et 25 av. J.-C. de la colonie romaine Iulia Constantia Zilil, située à quelques kilomètres au sud-est de Kouass. Enfin l’abondance de la céramique islamique récoltée cette année et la présence de fosses islamiques dans les secteurs 1 et 3 démontrent que le site a été réoccupé à l’époque médiévale. La chronologie précise et la nature de cette réoccupation font désormais partie des problématiques à résoudre.

Apports relatifs à la nature de l’établissement

Un site-atelier impliqué dans le « Cercle du Détroit »

41L’existence d’un atelier préromain producteur entre autres, de céramiques peintes, communes, de type Kouass, d’amphores à salaison, tel que le décrivait M. Ponsich, ne nous était connue que par la présence d’un certain nombre de ratés de cuisson (amphore Ramon T.7.4.3.3., amphore Ramon T.8.2.1.1., amphore Ramon T.11.2.1.3. : voir Kbiri Alaoui 2007, p. 66, fig. 40, 41, 44). Elle n’a pas pu être confirmée sur la base des données récoltées cette année. Néanmoins sur le flanc nord-est de la butte et sur son extrémité sud-ouest ont été repérées deux zones comportant des indices de production (fragments de briques crues rougies et durcies par l’action du feu, zone d’argile fortement rubéfiée). Ces deux zones pourraient correspondre à deux des fours mentionnés par M. Ponsich. Parmi le mobilier récolté cette année sont en outre attestées des scories qui peuvent correspondre à des rebuts de cuisson.

42L’intégration de Kouass aux courants commerciaux et culturels qui caractérisent la zone du détroit de Gibraltar est cependant évidente à en juger par la prédominance des productions locales ou régionales dites du « Cercle du détroit ». Les divers types d’amphores et de vases en céramique attestés trouvent leurs plus proches parallèles sur les sites côtiers d’Andalousie et démontrent notamment la connexion étroite qui existait entre Kouass et les établissements de la région de Gades (Cadix).

43Kouass constituait manifestement un établissement commercial d’importance à l’époque préromaine, ce dont témoignent non seulement l’abondance des amphores mais aussi la présence, en quantité non négligeable, de la céramique attique des ve-ive s. av. J.- C. pourtant peu diffusée au Maroc. S’ajoute à cela la présence de quelques amphores carthaginoises (Ve-iie s. av. J.-C.), ébusitaines (iiie-iie s. av. J.-C.), des importations ibériques (iiie-ier s. av. J.-C.) et italiennes (fin iiie-fin ier s. av. J.-C.). L’ensemble de ces importations nous apporte des renseignements sur l’intégration de Kouass dans les circuits commerciaux et culturels de Méditerranée et représentent des jalons chronologiques indispensables à la connaissance des productions locales, dont l’évolution reste fort méconnue.

Un établissement fortifié

44Les premiers indices relatifs à la nature fortifiée du site, apparus lors de la première campagne de prospection (2008), concernent les flancs nord-est de la butte où une anomalie notable pourrait correspondre aux vestiges d’une enceinte. La poursuite de la prospection sur le flanc est de la butte met en évidence le même type de résultats. L’attention portée aux structures existantes dans la partie extrême sud-ouest de la butte incite également à penser que Kouass était muni d’un système défensif. On relève dans cette zone, au sud de l’espace 10, l’existence d’une structure renforcée ([2010] et [CD]) constituant un ensemble de près d’1,50 m de large, et plus au sud encore, celle de deux autres murs épais de 1,50 m et 1,25 m de large ([BQ] et [X], fig. 80).

Apports relatifs à l’architecture et à l’urbanisme d’époque préromaine

45Les premières opérations menées sur le site font état de l’existence d’un urbanisme cohérent, constitué d’axes de circulation et d’îlots dont la distribution spatiale respecte un plan plutôt orthogonal. Les pièces, de forme rectangulaire, sont de dimensions variées, parfois munies d’un seuil tel qu’on peut le constater dans l’espace 3 (fig. 80). L’ensemble actuellement dégagé révèle l’emploi d’une assez grande diversité des matériaux et des techniques de construction. Les murs, de largeur variable (de 0,45 m à 1,50 m), sont la plupart du temps façonnés en galets d’oueds, non taillés mais soigneusement ajustés, posés à plat et liés à de la terre. Ces galets sont parfois assemblés à des blocs de petite ou de moyenne taille constituant les parements. De plus des dalles en grès de dimensions variables sont utilisées et peuvent notamment constituer les socles des murs. Des parois construites entièrement en briques crues ou des élévations de briques crues sur soubassement de pierres sont également attestées. Les parements pouvaient être revêtus d’une couche d’argile (espace 23) ou de chaux (espaces 7, 8, 19). L’emploi récurrent de la chaux, non seulement utilisée pour les parements des murs mais aussi le revêtement des sols (espace 8), et la découverte de plusieurs boules de chaux dans des niveaux archéologiques en place (espace 10) nous indiquent que celle-ci fut sans doute produite sur place.

46L’ensemble architectural, d’ores et déjà imposant, offre un état de conservation appréciable, comprenant plusieurs structures préservées jusqu’à 1,50/1,60 m de hauteur. Il permet d’envisager d’intéressantes perspectives d’analyse et de mise en valeur, notamment de combler une partie des lacunes de nos connaissances actuelles sur l’architecture et l’urbanisme des cités maurétaniennes et de préciser l’évolution des techniques de construction (matériaux et types d’assemblage) sur une large période.

Conclusion

47En grande partie consacrée aux travaux de défrichage, de nettoyage et de relevés, la première campagne du quadriennal a néanmoins donné lieu à la mise au jour des premiers niveaux archéologiques en place et a confirmé l’intérêt de la reprise des activités archéologiques sur le site. Elle enrichit dès à présent nos connaissances relatives à l’étendue, la chronologie, la nature de l’établissement et ses relations avec le reste de la Méditerranée. Elle apporte également une documentation complémentaire sur le répertoire des productions dites du détroit de Gibraltar et contribue à renouveler nos connaissances relatives à la Maurétanie préromaine, en particulier son implication dans la production et la commercialisation des produits dérivés de la pêche en Extrême Occident, ainsi que son insertion dans les grands courants d’échanges méditerranéens avant la fin du iie s. av. J.-C., qui ont sans doute été jusqu’à présent sous-estimées.

Haut de page

Bibliographie

Kbiri Alaoui 2007 = M. Kbiri Alaoui, Revisando Kuass (Asilah, Marruecos). Talleres cerámicos en un enclave fenicio, púnico y mauritano, Valence, 2007 (Saguntum-Extra, 7).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 77 – Kouass. Carte topographique de la région d’El Manzla (1/50.000e). En rouge les points 17 et 21 prospectés.
Légende Fig. 78 – Kouass. Carte magnétique globale de la prospection (mission archéologique de Kouass, juillet 2009).
Légende Fig. 79 – Kouass. Situation des vestiges de la zone 1.
Légende Fig. 80 – Kouass. Zone 1, secteur 1. Plan des vestiges, numérotation des espaces et des murs.
Légende Fig. 81 – Kouass. L’espace 8 avant nettoyage, vu vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).
Légende Fig. 82 – Kouass. L’espace 8 à la fin de la campagne, vu vers le nord-est(cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).
Légende Fig. 83 – Kouass. La berme de l’espace 8, vue vers le sud. Restes d’un sol en chaux (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).
Légende Fig. 84 – Kouass. La partie nord de l’espace 10, vue vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).
Légende Fig. 85 – Kouass. L’espace 19 Ouest à la fin de la campagne, vu vers le sud (cliché mission archéologique de Kouass, juillet 2009).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Claire Brinon, Mohamed Chaibi, Abdessamad Charif, Hédi Dridi, Abdelfattah Ichkhakh, Edwige Lovergne, Adeline Pichot, Mohamed Ridaoui et Mohamed Ougougdal, « Kouass (Asilah, Maroc) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 291-303.

Référence électronique

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Claire Brinon, Mohamed Chaibi, Abdessamad Charif, Hédi Dridi, Abdelfattah Ichkhakh, Edwige Lovergne, Adeline Pichot, Mohamed Ridaoui et Mohamed Ougougdal, « Kouass (Asilah, Maroc) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/468

Haut de page

Auteurs

Virginie Bridoux

Articles du même auteur

Mohamed Kbiri Alaoui

Articles du même auteur

Solange Biagi

Articles du même auteur

Claire Brinon

Articles du même auteur

Mohamed Chaibi

Abdessamad Charif

Hédi Dridi

Articles du même auteur

Abdelfattah Ichkhakh

Articles du même auteur

Edwige Lovergne

Adeline Pichot

Mohamed Ridaoui

Mohamed Ougougdal

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org