Navigation – Plan du site
Chronique
Autres activités archéologiques françaises en Italie

Portus. Les entrepôts de Trajan

Giulia Boetto, Évelyne Bukowiecki, Nicolas Monteix et Corinne Rousse
p. 303-310

Notes de la rédaction

Ces recherches s’inscrivent dans la continuité des travaux effectués dans le programme Ramses2 (cf. MEFRA, 119-1, 2007 et 120-1, 2008) par l’atelier archéologique « Les entrepôts d’Ostie et de Portus ». La campagne s’est déroulée en trois temps : une intervention principale du 8 juin au 17 juillet, complétée par une seconde opération principalement consacrée à l’étude des quais et à la réalisation de deux carottages, du 23 septembre au 2 octobre ; une dernière intervention, réalisée entre le 24 novembre et le 4 décembre, a porté sur les relevés topographiques. Sous la responsabilité de G. Boetto (CNRS-CCJ), E. Bukowiecki (IRAA), N. Monteix (EFR), C. Rousse (CCJ-IRAA) et S. Zugmeyer (IRAA), ont participé à la campagne 2009 : S. Della Giustina, G. Peresso (Università di Roma-Tre) ; B. Rindone et M. Sardoni (Università della Tuscia, Viterbo) ; Ch.-E. Sauvin, P. Wech (doctorants Université de Paris I) ; S. Zanella (Università di Siena). Nous remercions chaleureusement L. Paroli (Soprintendenza archeologica di Ostia) pour son accueil, pour la confiance qu’elle nous a accordée et pour les échanges scientifiques qu’elle a entrepris avec nous. Nous remercions également l’équipe responsable des espaces verts et l’ensemble du personnel du Museo delle Navi pour leur soutien au quotidien qui nous a permis d’organiser les opérations de terrain dans les meilleures conditions.

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Agence nationale de la recherche, Université de Provence, Soprintendenza speciale per i Beni archeologici di Roma, Direzione regionale per i beni culturali e paesaggistici del Lazio, Centre Camille Jullian et Institut de recherche sur l’architecture antique

1Dans le cadre du projet quadriennal « Entrepôts et structures de stockage dans le monde gréco-romain antique », financé par l’ANR (ANR-08-BLAN-0059-01), le volet consacré à l’étude des entrepôts de Trajan à Portus a été initié en juin 2009.

2L’insertion des Magazzini di Traiano dans le système portuaire de Portus nous a conduit a réaliser cette étude en suivant deux directions indépendantes mais complémentaires. La première concerne l’étude de la construction des entrepôts et de son fonctionnement, la seconde vise à déterminer les rapports étroits que ce vaste bâtiment unitaire entretient avec les quais qui l’entourent.

La construction des Magazzini di Traiano : premières considérations

3Respectant une certaine symétrie, les magasins de Trajan s’organisent autour du petit bassin connu sous la dénomination de « darsena » selon un plan en « U » s’ouvrant vers l’est, en direction du bassin hexagonal de Trajan. Le bloc rectangulaire constitué par les corps de bâtiment et le bassin mesure approximativement 315 m de longueur sur 175 m de largeur et occupe, dans cette zone portuaire, une surface d’environ 5,5 ha dont près de 4 ha sont consacrés aux entrepôts. À titre de comparaison, nous rappelons que la surface des Grandi Horrea d’Ostie dépasse à peine 0,7 ha.

4À l’occasion de travaux d’assainissement et de fouille effectués dans les années 1930 par le Prince Torlonia, alors propriétaire du site, une petite partie du bâtiment a été dégagée et encore aujourd’hui, seules 40 % des structures sont réellement visibles (fig. 86). L’éparpillement des zones dégagées rend difficile une vision globale de l’édifice et c’est pourquoi nous avons organisé l’étude en 6 secteurs : le secteur A, bien dégagé, correspondant à l’angle nord-ouest du monument ; le secteur B à l’angle nord-est, le secteur C à l’angle sud-est, à l’est du cimetière moderne ; le secteur D correspondant à la zone de la darsena et à ses alentours immédiats ; le secteur E, peu dégagé, compris entre les secteurs A et B ; et enfin le secteur F, incluant la zone sud, à l’ouest du cimetière moderne et les structures attenantes à la Strada colonnata et au Portico di Claudio. La hauteur de conservation des structures dégagées atteint parfois 5 à 7 m mais malheureusement, les intensives restaurations réalisées à partir des années 1980 sur l’ensemble des vestiges compromettent souvent la bonne lecture stratigraphique des élévations.

5Lors de la campagne d’étude du monument qui s’est déroulée en 2009, une attention particulière a été portée sur l’emploi des différentes techniques de construction : opus reticulatum, opus mixtum à panneaux, opus testaceum et opus mixtum à bandes (fig. 87). Dans cette première phase de travail, ont déjà été relevées et analysées, 8 parements en opus reticulatum, 48 parements en opus testaceum et 13 parements en opus mixtum à panneaux.

6La variation dans l’emploi des techniques de parement semble correspondre, selon un premier examen qui devra être approfondi lors de la seconde campagne prévue en mai 2010, aux principales phases constructives de l’édifice qui s’étalent entre le milieu du Ier siècle ap. J.-C. et l’époque médiévale. Pour la période impériale, le premier chantier démarre sous le règne des empereurs Claude et Néron et les dernières modifications substantielles sont attribuables au début de la dynastie sévérienne, même si certaines traces témoignent d’une occupation tardive du bâtiment comme édifice de stockage (fig. 88). De plus, une recherche systématique des timbres sur briques in situ a permis, pour l’instant, l’identification de 56 exemplaires épigraphiques (28 dans le secteur A, 1 dans le secteur D et 27 dans le secteur F) dont les datations s’échelonnent entre l’époque de Néron et à la dynastie antonine.

Fig. 86 – Les entrepôts de Trajan. Plan schématique des structures visibles de Trajan délimité en six secteurs d’étude.

Fig. 87 – Les entrepôts de Trajan. Différentes techniques de parement utilisées dans la construction ou les restaurations successives des entrepôts (Clichés E.B. et C.S.).

7Ce qui caractérise en premier lieu la construction de ce bâtiment est la performance du système de fondation. En effet, implantée en zone maritime ou marécageuse, la plateforme sur laquelle ont été élevés les entrepôts devait pouvoir assurer aux structures une stabilité uniforme et c’est pourquoi, dès le début du chantier, a été installé un réseau de fondations remarquablement unitaire et homogène. Réalisées en opus reticulatum ces fondations ont une largeur variable entre 1,5 m et 2,5 m et peuvent atteindre jusqu’à 3,5 m de profondeur, selon les premiers résultats obtenus sur l’un des deux carottages programmés en septembre 2009 (cf. infra). Les observations réalisées dans les secteurs A et B permettent de constater que ce sont d’abord les longues fondations est-ouest qui ont été installées, en correspondance du quai nord, des façades et des murs de fond des cellules de stockage. Puis, adossées à ces premiers alignements, en correspondance avec les murs diviseurs des espaces, les fondations nord-sud ont complété le réseau, créant un système solidaire de compartimentage appelé caissons de fondation.

Fig. 88 – Les entrepôts de Trajan. Insertion à l’époque tardive, dans un espace de circulation des entrepôts antiques, qu’un système rudimentaire de sol surélevé destiné au stockage des denrées (Cliché N.M.).

Fig. 89 – Les entrepôts de Trajan. Vues générales des cellules de stockage (Clichés E.B. et C.S.).

8La disposition de ces caissons de fondation a déterminé la dimension moyenne des cellules de stockage autour de 13,5 x 6 m, même si ces dimensions ne sont pas toujours régulières d’une cellule à l’autre puisque la largeur excessive des fondations à permis une certaine variation dans le positionnement des murs de refend allant parfois, d’une phase de construction à l’autre, au doublement de ces murs.

9Pour l’ensemble des Magazzini di Traiano, une première restitution des éléments manquants permet de compter environ 150 cellules de stockage au rez-de-chaussée (fig. 89). La présence de nombreux escaliers témoignent de l’existence d’un étage et donc, sans doute, d’un autre niveau de stockage nous permettant de pouvoir doubler ce chiffre et atteindre un total de 300 espaces indépendants. En ne prenant en considération que le rez-de-chaussée, la surface de stockage au sol des entrepôts de Trajan atteint 12.150 m2 soit plus d’un hectare. À titre de comparaison, les quelques 80 cellules de stockage des Grandi Horrea d’Ostie présentent une surface disponible de 3.200 m2.

10Du point de vue de la disposition architecturale, la façade des cellules de stockage est systématiquement orientée vers l’extérieur, le long des axes de circulation externe donnant soit sur les quais du canal d’accès à l’hexagone, sur les quais de la darse ou sur la façade ouverte soit sur le vaste bassin de Claude à l’ouest. Les murs de fond des cellules de stockage délimitent, pour les corps de bâtiment nord et sud, un large espace central de circulation, d’orientation est-ouest. Cet espace, où probablement il est possible de restituer de nombreuses activités liées au fonctionnement quotidien des horrea (comptage, vérification et comptabilisation des marchandises ; organisation de sa distribution ; stockage provisoire etc.), communique avec l’extérieur grâce à de nombreux passages nord-sud, systématiquement couplés aux rampes d’escaliers qui accèdent à l’étage. Ces observations, réalisées en grande partie grâce à la conservation quasi intégrale de la façade nord donnant sur la darsena mais aussi grâce aux informations recueillies sur les autres secteurs dégagés du monument, nous permettent de restituer pour chaque série est-ouest, cinq passages nord-sud (environ 1 toutes les 5 cellules), soit au total, 20 espaces de communication nord-sud auxquels correspondent 20 rampes d’accès à l’étage (fig. 90). Il est intéressant de constater que les rampes d’accès sont systématiquement orientées vers l’extérieur et qu’il n’était donc pas possible d’accéder à l’étage depuis le long couloir couvert central.

Fig. 90 – Les entrepôts de Trajan. Escalier d’accès à l’étage dans le secteur A : espaces 31-32 (Cliché E.B.).

11Ces premières considérations sur la construction des Magazzini di Traiano à Portus devront être vérifiés et approfondies au cours de la prochaine campagne. Nous chercherons en particulier à préciser l’insertion chronologique des différentes phases de construction reconnues mais surtout à mieux comprendre le fonctionnement interne de l’édifice et notamment, en consacrant une attention particulière aux différentes techniques de stockage employées au cours de la longue vie de ces entrepôts.

12En association avec nos thèmes de recherches, nous avons noué plusieurs collaborations scientifiques. Signalons entre autres la réalisation d’une tesi di laurea à l’Università della Tuscia (Viterbo) par B. Rindone, sous la direction de C. Pavolini ; l’intervention du Dipartimento di Fisica tecnica de l’Università La Sapienza qui participera, suite à un accord de coopération scientifique avec l’IRAA, à nos réflexions liées aux conditions de stockage dans les magasins ; une étude de L. Paroli (Soprintendenza archeologica di Ostia) et C. Panzieri (Roma) sur l’occupation tardive du bâtiment ainsi que sur les entrepôts qui s’adossent à sa façade occidentale.

La façade portuaire : les quais et leurs aménagements

13Les Magazzini di Traiano occupent une position stratégique à l’intérieur du complexe portuaire : situés entre le bassin de Claude et celui de Trajan, ils sont bordés au nord et à l’est par le canal de liaison entre les deux plans d’eau et au sud par un petit bassin fermé (darsena) relié directement au Tibre (fig. 91). Ce contexte spécifique justifie une étude détaillée des systèmes de quais et de mouillage facilitant le déchargement des cargaisons et leur transfert à l’intérieur des entrepôts. Les résultats obtenus devront être confrontés avec les données acquises sur les caractéristiques architecturales du bâtiment (distribution des accès, circulation et systèmes de stockage) et avec les données connues sur les types de navires pouvant fréquenter les quais des entrepôts de Trajan, situés à l’interface entre navigation maritime, navigation fluviale et navigation portuaire.

14La campagne 2009 a permis d’enregistrer les différents aménagements de quais (murs de quais, niches, bittes d’amarrage et escaliers) dont disposent les façades nord, sud et est des entrepôts. Les structures sont partiellement dégagées (quai nord), parfois difficilement accessibles (quai sud ouvert sur la darsena) ou ont fait l’objet d’important travaux de restauration remontant au xixe s. (quai est). Une première étape en cours est la réalisation d’un relevé topographique complet, intégrant pour la première fois ces structures portuaires au plan d’ensemble de l’entrepôt. Ce relevé est réalisé sous la direction de S. Zugmeyer (IRAA).

15La réalisation de quatre sondages le long du quai nord longeant le canal d’accès au bassin de Trajan a permis d’observer deux phases de construction dans la maçonnerie actuellement conservée. La première correspond à un mur de quai accolé à la fondation en opus caementicium du mur nord de l’entrepôt (fig. 92). Ce premier mur de quai (quai de 1ère phase) présente un unique parement en opus mixtum du côté du canal d’accès (réticulé dans les sondages S301, S302 ; assise de brique dans le sondage S303). Sa faible largeur (90 cm) montre qu’il sert avant tout de parement à la paroi externe du monument qui s’ouvre directement sur le canal reliant les bassins de Claude et de Trajan. Ce premier quai est ensuite englobé dans une seconde maçonnerie constituée d’un blocage de petits blocs de tuf grossièrement taillés et de mortier de chaux et dotée, sur la face externe, d’un parement en briques (quai de 2e phase). Cet aménagement plus tardif crée une véritable plateforme de circulation, large de 3,20 m, le long des entrepôts. Elle est desservie par un double escalier (S302) réalisé à partir de blocs de travertin en réemploi (fig. 93). D’autres blocs en travertin pris dans la maçonnerie du quai semblent avoir servi de bitte d’amarrage.

Fig. 91 – Les entrepôts de Trajan. Plan des entrepôts au sein du complexe de Portus.

16À l’angle nord-est du quai, particulièrement exposé au courant et aux manœuvres des navires, deux niches semi-circulaires en brique, dont on ignore encore la fonction, ont été réalisées dans cette même maçonnerie de 2° phase, puis rebouchées par d’ultérieures recharges consolidant l’angle entre les quais nord et est (fig. 94). Une autre niche de plan rectangulaire, mieux conservée mais massivement restaurée, a pu être étudiée le long du quai est (fig. 95). Elle est aménagée dans une large maçonnerie constituée d’un blocage de lits réguliers de fragments de tuf marron et protégée sur la face externe d’un parement de fines briques rouge. Cette maçonnerie, correspondante vraisemblablement au quai de 2e phase, s’appuie sur une élévation en opus mixtum identique à celle qui, au nord, recouvre la paroi externe des entrepôts (quai de 1ère phase).

Fig. 92 – Les entrepôts de Trajan. Les deux phases du quai nord, appuyées sur le mur de fondation de l’entrepôt (cliché C.R.).

Fig. 93 – Les entrepôts de Trajan. Sondage S302. Escalier aménagé dans le quai nord (cliché C.R.).

Fig. 94 – Les entrepôts de Trajan. Sondage S304. Dégagement de l’angle nord-est du quai cliché G.B.).

17L’étude de la façade nord montre que les Magazzini di Traiano dans leur premier état, s’ouvraient directement sur le canal grâce à une colonnade monumentale en travertin. Cette façade particulièrement aérée fut ensuite progressivement fermée par plusieurs phases de maçonneries en brique. Cette situation peut être mise en relation avec les aménagements des quais observés. En effet, dans la première phase, le bâtiment donnant sur le canal permettait aux navires de stationner le long du portique de façade, où ils étaient directement déchargés de leurs marchandises grâce à une circulation aisée entre les colonnes et dans le large couloir délimité par la colonnade et la façade interne des premières cellules de stockage. La restructuration de cette façade et la fermeture partielle du portique entrainent, dans un second temps, l’installation d’un véritable quai offrant un espace de déchargement et de manutention des marchandises à l’extérieur du monument (transport à dos d’homme des marchandises vers l’intérieur des entrepôts).

18Pour approfondir la relation entre les entrepôts, le bassin portuaire et les navires qui fréquentaient les divers secteurs, il est nécessaire d’évaluer la hauteur du quai par rapport au plan d’eau antique. Cette question rejoint la problématique géoarchéologique développée par J.-Ph. Goiran et son équipe sur le site de Portus (projet UMR 5133 Archéorient, Lyon -École française de Rome). En septembre 2009, deux carottages ont été effectués à l’intérieur de l’entrepôt (MT1) et dans le canal d’accès, à proximité immédiate du mur de quai nord, au niveau du sondage S301 (MT2). En attendant les résultats de ces deux interventions, une première observation importante a pu être réalisée in situ sur le second carottage, qui est venu percer des niveaux de maçonnerie et de bois (analyses xylologiques confiées à F. Guibal, UMR 6116, IMEP, Aix-en-Provence) : il est probable que le carottage ait traversé la fondation même du quai, aujourd’hui enterrée. Elle semble avoir été bâtie en caissons de bois avec poteaux de renfort transversaux, selon une technique de construction couramment utilisée en milieu humide.

Fig. 95 – Les entrepôts de Trajan. Niche de plan rectangulaire conservée le long du quai est (cliché E.B).

19Les prochaines missions permettront d’approfondir les données déjà recueillies, en élargissant l’étude au quai sud de l’entrepôt, ouvert sur le petit bassin fermé que constitue la darsena.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 86 – Les entrepôts de Trajan. Plan schématique des structures visibles de Trajan délimité en six secteurs d’étude.
Légende Fig. 87 – Les entrepôts de Trajan. Différentes techniques de parement utilisées dans la construction ou les restaurations successives des entrepôts (Clichés E.B. et C.S.).
Légende Fig. 88 – Les entrepôts de Trajan. Insertion à l’époque tardive, dans un espace de circulation des entrepôts antiques, qu’un système rudimentaire de sol surélevé destiné au stockage des denrées (Cliché N.M.).
Légende Fig. 89 – Les entrepôts de Trajan. Vues générales des cellules de stockage (Clichés E.B. et C.S.).
Légende Fig. 90 – Les entrepôts de Trajan. Escalier d’accès à l’étage dans le secteur A : espaces 31-32 (Cliché E.B.).
Légende Fig. 91 – Les entrepôts de Trajan. Plan des entrepôts au sein du complexe de Portus.
Légende Fig. 92 – Les entrepôts de Trajan. Les deux phases du quai nord, appuyées sur le mur de fondation de l’entrepôt (cliché C.R.).
Légende Fig. 93 – Les entrepôts de Trajan. Sondage S302. Escalier aménagé dans le quai nord (cliché C.R.).
Légende Fig. 94 – Les entrepôts de Trajan. Sondage S304. Dégagement de l’angle nord-est du quai cliché G.B.).
Légende Fig. 95 – Les entrepôts de Trajan. Niche de plan rectangulaire conservée le long du quai est (cliché E.B).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giulia Boetto, Évelyne Bukowiecki, Nicolas Monteix et Corinne Rousse, « Portus. Les entrepôts de Trajan », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 303-310.

Référence électronique

Giulia Boetto, Évelyne Bukowiecki, Nicolas Monteix et Corinne Rousse, « Portus. Les entrepôts de Trajan », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://mefra.revues.org/469

Haut de page

Auteurs

Giulia Boetto

Articles du même auteur

Évelyne Bukowiecki

Articles du même auteur

Nicolas Monteix

Articles du même auteur

Corinne Rousse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org