Navigation – Plan du site
Chronique
Autres activités archéologiques françaises en Italie

Incoronata. La septième campagne de fouille : confirmations et nouveautés

Mario Denti
p. 310-320

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, Laboratoire LAHM, UMR 6566 CReAAH

1La septième campagne de fouille de la mission archéologique de l’Université de Rennes 2 à l’Incoronata s’est déroulée au mois de septembre 2009. Les opérations de terrain et les activités de laboratoire, menées sous la direction de Mario Denti, ont pu avoir lieu grâce à la concession de la Soprintendenza per i Beni archeologici della Basilicata et à l’aide financière de l’UMR 6566, du laboratoire LAHM et de la Mairie de Pisticci (que nous souhaitons vivement remercier). Cette activité de fouille et de recherche s’inscrit dans un projet de longue durée, consacré à l’étude des modalités de l’occupation – dans l’espace aussi bien que dans le temps – de la colline traditionnellement nommée dans l’historiographie « Incoronata greca », lieu privilégié pour la compréhension des relations entretenues par les Grecs et les indigènes entre viiie et viie siècle avant J.-C. sur la côte ionienne de l’Œnôtrie.

2L’exploration archéologique a porté sur la partie nord-occidentale du plateau, où les Secteurs 1 et 4 (fig. 96) ont été étendus et approfondis, dans le but de confirmer les données stratigraphiques et chronologiques issues des campagnes précédentes et de mieux appréhender la physionomie des structures mises au jour. En synthèse, les résultats sont les suivants :

  • Secteur 1, sur le côté méridional du plateau : approfondissement de la connaissance de l’extension et de la chronologie des deux sols appartenant aux phases œnôtres du VIIIe siècle (Phases 5 et 4) ; reconnaissance des nouvelles structures relevant de la phase gréco-œnôtre de la première moitié du viie siècle (Phase 3) ; mise à jour d’une nouvelle portion de la grande strate d’oblitération des phases précédentes, datable à partir de la moitié du VIIIe siècle (Phase 2) et d’un dépôt de céramique contextuel à celle-ci.

  • Secteur 4, au centre du plateau : extension de la fouille de la fosse quadrangulaire contenant d’importants restes d’argile, relevant du complexe des bassins pour la décantation et le stockage de l’argile ; identification définitive du plan de piétinement appartenant à la dernière phase de l’occupation de la colline (troisième quart du viie siècle, Phase 1).

Secteur 1 : le cailloutis de la plus ancienne phase d’occupation de l’Incoronata (première moitié du viiie siècle, Phase 5)

3Dans la partie méridionale du Secteur 1 (fig. 97), la fouille a été menée avec l’objectif de mieux déterminer l’extension et la chronologie du cailloutis US 70, la structure la plus ancienne actuellement découverte à Incoronata. C’est pourquoi, la strate de terre US 45 et les blocs de pierres qui devraient représenter la substruction du pavement de la phase suivante (US 38, Phase 4) et qui s’appuient directement sur le cailloutis US 70, ont été enlevés. Le sol US 70, réalisé avec des cailloux de petites et moyennes dimensions (fig. 98, au centre de l’image), se réduit progressivement vers l’est, tout au long d’une limite de forme irrégulièrement concave (une fosse ?), et s’appuie directement sur le terrain naturel. La même situation peut être vérifiée en direction du sud, où le cailloutis s’arrête en correspondance d’une série de pierres qui en représentent vraisemblablement la limite de consolidation vers la pente méridionale de la colline. Ici, encore, la strate argileuse jaune du terrain naturel émerge juste en dessous de cette préparation.

Fig. 96 – Incoronata, plan du plateau occidental de la colline.

4La donnée, certainement la plus importante, est représentée par la découverte, dans la strate US 62 qui recouvrait la situation que nous venons de décrire, d’un tesson appartenant à l’orle d’une protokotyle corinthienne du Géométrique Moyen II, décorée avec des chevrons (fig. 99). Associé avec de la céramique indigène à impasto ou à décor géométrique de très haute datation, il permet de préciser la chronologie de la fréquentation de ce cailloutis – pendant la première moitié du viiie siècle – et de confirmer ainsi la chronologie haute de sa réalisation, déjà proposée l’année dernière (Denti 2009a, p. 350 s.) : au moins pendant la première moitié du même siècle, et probablement dans son premier quart. Cette petite mais significative découverte se soude maintenant aux célèbres tessons d’une coupe du même type retrouvés par la mission de l’Université de Milan (Sondage A1, à nouveau dans un contexte indigène ; voir Orlandini 1974-76), et confirme le vaste horizon des relations internationales caractérisant l’émergence des élites œnôtres de cette zone de la côte ionienne, et plus particulièrement de l’Incoronata, dans les phases précédant l’arrivée des communautés grecques à l’époque proto-coloniale. Nous commençons ainsi à percevoir de façon tangible les structures fonctionnelles – et non seulement une documentation jusqu’alors limitée à des contextes secondaires comme les remplissages des fosses – de la plus ancienne phase d’occupation de la colline (Phase 5), dans lesquelles nous devons encadrer ces cruciaux événements historiques.

Fig. 97 – Incoronata, Secteur 1. Planimétrie.

Fig. 98 – Incoronata, Secteur 1. En premier plan, le cailloutis US 70, sur lequel s’appuient les strates de substruction du pavement US 38 (à droite) : US 45 (en terre) et US 46 (en pierres).

Fig. 99 – Incoronata, Secteur 1. US 62, fragment de protokotyle corinthienne du MG II, associé au sol (US 70) de la plus ancienne phase d’occupation de la colline.

Secteur 1 : le pavement de la phase œnôtre de la deuxième moitié du viiie siècle (Phase 4)

5L’extension de la fouille dans les extrémités occidentale et orientale du Secteur 1 (fig. 97) a permis de vérifier ultérieurement l’extension du pavement (US 38) datable pendant la deuxième moitié du viiie siècle, appartenant à la deuxième phase œnôtre de l’occupation de la colline (Phase 4). Réalisé dans une technique extrêmement fine avec de minuscules cailloux battus (fig. 98, sur la droite de l’image 100, 102, 103), il s’étale en sens est-ouest tout au long de la marge méridionale de cette partie de la colline sur une longueur (à l’état actuel de la recherche) de 18 m. Si d’un côté, nous pouvons saisir son extension dans le sens de la longueur, d’un autre cela se révèle impossible dans le sens de la largeur : les limites méridionales et septentrionales ont en effet disparu puisque, dans la phase suivante (datant de la première moitié du viie siècle, Phase 3), l’implantation d’un espace artisanal a eu comme conséquence le remploi de ce sol, arraché au sud comme au nord. Toutefois, sur la base des nombreuses pierres conservées encore in situ (US 46, fig. 97 et 98, à gauche de l’image), qui auraient pu en représenter la ruderatio, il serait possible de récupérer l’extension première de ce pavement au moins vers le sud. Un petit sondage, réalisé dans son bord septentrional (fig. 97, au centre, et 100), a en effet permis de vérifier la fonction de substruction jouée par la strate de terre US 45, laquelle s’appuie à la fois sur les grandes pierres (US 46) vraisemblablement aptes à consolider le pavement US 38. Or, les altitudes mesurées sur la partie supérieure des pierres présentes sous le pavement, aussi bien que de celles mises au jour juste au nord de celui-ci (fig. 100, en premier plan) et de celles conservées bien plus loin, au sud (fig. 98), sont identiques. Compte tenu du fait que nous nous trouvons dans une zone où la colline commence à diminuer progressivement en hauteur, il semble légitime de proposer pour ces pierres un rôle de régularisation et de substruction pour la mise en place du pavement US 38 ; et par conséquence d’imaginer – sur cette base – la possible largeur originaire de ce sol au moins de 5 m et demi environ (en mesurant la distance entre la limite sud des pierres et la limite nord du pavement). Si cette hypothèse devait être confirmée par la suite, nous serions alors en présence d’un bâtiment qui devait atteindre au moins une vingtaine de mètres en longueur et environ 6 m en largeur.

6L’interprétation de cette structure est pour le moment prématurée. Toutefois, comme cela avait déjà été suggéré l’année dernière (Denti 2009a, p. 350 s.), il n’existe aucun argument pour exclure que ce pavement aurait pu appartenir à un bâtiment à caractère « princier », apanage de l’élite œnôtre de la deuxième moitié du viiie siècle (une autre possibilité serait l’appartenance à une construction donnant l’accès à la colline depuis les zones d’habitat relevant du système de l’occupation œnôtre de la zone : une terrasse ?). Qualité technique ; parfaite identité de son altitude tout au long de son étendue ; orientation est-ouest ; remarquable extension ; rapports entre la largeur et une longueur très étendue : tous ces éléments correspondent bien aux caractéristiques propres des bâtiments contemporains, apanage des rulers, ou de l’élite, que nous connaissons dans le monde méditerranéen (Mazarakis Ainian 1997) mais également dans le milieu indigène de la Basilicate (Battiloro-Carollo-Osanna 2008). Pour vérifier cette hypothèse, nous aurons bien évidemment besoin d’en détecter au moins quelques survivances relatives à ses limites originaires. En ce sens, un premier indice semblerait émerger de la découverte, à la limite occidentale du sondage, d’une grande pierre de forme quadrangulaire, qui semble fonctionner avec le pavement (fig. 97, à l’extrémité ouest). La continuation de la fouille permettra de vérifier si cet élément appartient – comme nous aimons l’imaginer – à une limite (mur ?) du pavement, en commençant ainsi à fournir des indices concrets pour comprendre la physionomie réelle de cet important bâtiment.

7Dans la zone sud-orientale du secteur, l’enlèvement d’une nouvelle partie de la strate de substruction US 45 de notre pavement a permis d’en confirmer une chronologie précédant le passage du viiie au viie siècle : la céramique grecque de production locale qui caractérisera la première moitié du viie siècle étant complètement absente, l’horizon archéologique apparaît profondément ancré à la culture œnôtre de l’âge du Fer du viiie siècle, comme le suggèrent les nombreux tessons de céramique à impasto bucchéroide rouge et noir (fig. 101) et la céramique œnôtre du Bradano Middle Geometric. Ce n’est pas le hasard si les seuls tessons de céramique grecque (très rares et minuscules), attestés dans ce contexte, peuvent dater du Géométrique Tardif, comme on pouvait s’y attendre s’agissant d’une phase où les Grecs n’étaient pas encore arrivés sur la colline (situation qui se vérifiera à partir du début du viie siècle, Phase 3). Il semble donc légitime de proposer, pour la réalisation de ce pavement, une chronologie à l’intérieur de la deuxième moitié du viiie siècle (Phase 4).

8Le nettoyage du bord septentrional du pavement US 38 a permis en outre d’identifier une sorte de « profil » en terre cuite rougeâtre, riche en inclusion charbonneux, qui semble exister seulement sur quelques centimètres en dessous de la strate supérieure du sol, pour disparaître progressivement vers le sud (fig. 100). L’état actuel des recherches ne permet pas une interprétation satisfaisante ni de sa fonction ni de ses relations stratigraphiques exactes avec le sol. Il s’agit, en tout cas, de la même situation que l’on a pu vérifier plus au sud, comme on le verra, tout au long du bord nord du même sol (fig. 102).

Fig. 100 – Incoronata, Secteur 1. La strate de substruction (US 45) et les pierres de la ruderatio(US 46) sous le pavement US 38.

Fig. 101 – Incoronata, Secteur 1. Céramique indigène à impasto, de la strate de substruction US 45 du pavement US 38.

Secteur 1 : des structures de la phase gréco-œnôtre de la première moitié du viie siècle (Phase 3)

9Dans la partie orientale du Secteur 1, l’extension de la fouille au nord du pavement US 38 a mis à jour une nouvelle situation, riche en perspectives nécessitant la continuation de la fouille pour une meilleure compréhension de ses aspects chronologiques et fonctionnels. Au delà de la limite septentrionale de ce pavement, ont été découverts deux nouveaux trous de poteau, associés à un sol en terre battue et parfaitement orientés en sens nord-sud (fig. 102). Ceux-ci doivent être mis en relation avec un trou de poteau, fouillé l’année dernière, qui avait été creusé dans la surface du pavement US 38 (fig. 102, en haut de l’image ; fig. 98, à droite). L’emplacement topographique et les relations stratigraphiques propres de ces structures suggèrent de les attribuer – en guise d’hypothèse de travail – à l’espace artisanal actif pendant la première moitié du viie siècle (Phase 3), dont il est utile de rappeler ici les autres éléments que nous avons reconnus (Denti 2008a ; Denti 2009a ; Denti 2009b) : au sud du pavement US 38, d’importants restes de fours associés à des rejets de cuisson et à de la céramique indigène et grecque (de fabrication locale et d’importation) ; au nord de ce même pavement, une grande carrière d’argile, oblitérée par un remplissage réalisé à partir de la moitié du viie siècle ; plus au nord, dans le Secteur 4, des fosses circulaires et rectangulaires (présentant encore de l’argile sur leur fond), identifiables comme bassins pour la décantation, la transformation et le stockage de l’argile (voir infra, fig. 106). À nouveau, le profil septentrional du pavement US 38, arraché irrégulièrement pour la mise en place de ces structures, présente la même concentration d’éléments en argile, avec des inclusions charbonneuses, que nous avons décrits précédemment.

Fig. 102 – Incoronata, Secteur 1. Les trous de poteau (Phase 3) au nord et sur le pavement US 38 (Phase 4).

Secteur 1 : la grande strate d’oblitération (de la moitié du viie siècle, Phase 2) et un dépôt appartenant au moment final de l’occupation du site (Phases 2 et 1, troisième quart du viie siècle ?)

10Tout ce secteur de la colline, aux marges méridionales de l’ample plateau occidental (fig. 96), est caractérisé par une énorme strate de terre grisâtre (US 8), identifiable juste en dessous de l’humus. Cette dernière, recouvrant intégralement toute évidence précédente, correspond à une grande opération de nivellement et d’oblitération datable – sur la base de la céramique qu’elle contient – à partir de la moitié du viie siècle (Phase 2). Suite à l’extension de la fouille dans la partie occidentale du Secteur 1, il a été possible de confirmer que cette strate présente, en correspondance du pavement US 38, une importante concentration de cailloux fluviaux de dimensions moyennes et grandes, sur une hauteur variable entre 15 et 25 cm environ (US 23, fig. 103). Cette concentration appartient à la même opération qui a conduit à la réalisation du grand nivellement-oblitération US 8 : la terre de comblement, aussi bien que les très nombreux tessons qu’elle contient (appartenant à toutes les phases précédentes de l’histoire de l’occupation du site, Phases 3, 4, 5), sont en effet les mêmes dans les deux strates. Des tessons d’un même vase sont souvent présents dans les deux US.

Fig. 103 – Incoronata, Secteur 1. La strate de nivellement-oblitération US 8, sous lequel est la strate en cailloux (US 23), sorte de « protection » du pavement US 38.

11La fonction exacte de cette opération se révèle à l’heure actuelle de difficile compréhension. Il s’agit clairement d’une opération d’oblitération et en même temps de nivellement, mais elle pourrait cacher également d’autres finalités. On se pose notamment la question de la raison pour laquelle la strate avec les cailloux US 23, au lieu de se situer au sud du pavement (fig. 97) – où l’on aurait dû penser la trouver, en raison de la fragilité d’une zone en pente, dépourvue de solidité – a été posée exclusivement en correspondance du pavement US 38 (un espace, en soi, déjà bien consolidé). Ainsi, le ratio de cette oblitération ne pourrait pas être forcément celle d’un simple aplanissement. Le volet « oblitérant » pourrait-il s’ouvrir également à la notion de « protection » d’une structure (comme ce pavement) qui avait dû assumer avec toute évidence une certaine signification aux yeux de ceux qui ont voulu cette opération ?

12L’étude préliminaire de la documentation céramique présente dans les US 8 et 23 a permis de confirmer une importante donnée chronologique et fonctionnelle : la contemporanéité de cette opération, menée dans la zone méridionale du plateau, et de l’opération du remplissage et d’oblitération des bassins circulaires qui se trouvent plus au nord (Secteur 4, fig. 106). Stratigraphiquement contemporaines, les deux situations dépendent d’une même et grande intervention de nivellement du sol de cette partie de la colline et d’oblitération des phases précédentes, dont le terminus post-quem (suggéré par la céramique) est la moitié du viie siècle. Certains tessons appartenant à un même vase sont en effet présents à l’intérieur des US de nivellement, au sud (US 8 et 23), et même dans les remplissages des fosses, au nord. Cette circonstance représente une preuve décisive de l’identité de la source – de la terre de remploi, très riche en tessons apparentant à toutes les phases précédentes – utilisée au moment de la réalisation de ces opérations ; une identité qui confirme la coïncidence fonctionnelle et chronologique de ces deux opérations.

13L’exemple le plus représentatif de cette situation nous vient de quatre tessons, qui recollent parfaitement entre eux, d’une lekythos du Protocorinthien Ancien (fig. 104) laquelle « photographie » le moment du passage entre la phase œnôtre et l’arrivée des Grecs à l’Incoronata : fin viiie-début viie : ils ont été découverts l’un dans l’US 8, l’autre dans l’US 23 (Secteur 1), deux dans le remplissage d’une fosse (US 15, Secteur 4, 2008) située à une quarantaine de mètres plus au nord !

14À la limite opposée (est) de l’extension actuellement connue du pavement US 38, la fouille a permis de détecter une nouvelle situation, en mesure de confirmer des données chronologiques et fonctionnelles relatives aux dernières phases d’occupation de ce côté de la colline (Phases 2 et 1). À quelque centimètre du bord septentrional du sol a été mis à jour un nouveau dépôt de céramique mélangée à des pierres (US 83, partiellement bouleversé par des travaux mécaniques modernes), qui semble avoir été réalisé à l’intérieur de la strate de nivellement US 8 (fig. 97, extrémité est). La fouille de ce secteur n’étant pas achevée, nous devrons confirmer par la suite si nous nous trouvons – comme cela semble fort probable à l’heure actuelle – à la limite définitive de cette strate vers l’est. Ce dépôt montre la même nature et la même composition des plus grands dépôts mis à jour plus au nord, au centre du plateau (Secteur 4 et fouilles Université de Milan), avec les mêmes modalités de déposition et de fracture volontaire des vases, la même typologie et la même chronologie de la céramique, en prévalence grecque (Denti 2008b ; Denti 2009c). À l’intérieur ont été déposés, entre autres : une amphore corinthienne fragmentée in situ ; des tessons d’une hydrie de production locale ; des parties d’un vase grec de production locale décoré par des bandes ondulées polychromes, selon une technique identique à celle caractérisant un grand récipient de forme ouverte, déposé – entier – dans le dépôt US 2 du Secteur 4 ; une kotyle du Protocorinthien Tardif, déposée renversée ; la moitié d’une coupe à une seule anse, déposée renversée (fig. 105). L’ensemble des gestes accomplis et le choix des formes céramiques permettent d’interpréter cette évidence comme un « dépôt de fondation » du nivellement US 8, en le montrant extrêmement cohérent à l’horizon archéologique et fonctionnel des grands dépôts qui caractérisent, plus au nord, la dernière phase d’occupation de ce secteur de la colline (Phase 1).

Fig. 104 – Incoronata, fragments d’une lekythos du PC Ancien, des US 8 et 23 (Secteur 1) et de l’US 15 (Secteur 4).

15La présence de la kotyle du PC Tardif représente une donnée chronologique importante pour encadrer la réalisation de ce dépôt au moment final de l’occupation du site (troisième quart du viie siècle, Phase 1) et permet de formuler l’hypothèse que le moment de la réalisation du nivellement-oblitération de cette partie de la colline (US 8, Phase 2), dans lequel ce dépôt semble se situer, correspond au moment de la réalisation des grands dépôts du Secteur 4. Par conséquent, il est fort probable que le délai entre ces deux phases ait été très court.

Secteur 4 : fouille de la fosse quadrangulaire et identification du plan de piétinement de la dernière phase d’occupation (troisième quart du viie siècle, Phase 1)

16Dans le Secteur 4, au centre du plateau occidental de la colline (fig. 96), nous avons mis à jour dans les campagnes précédentes trois fosses circulaires (fig. 106), orientées en sens est-ouest, qui (tout comme celles découvertes par l’Université de Milan) servaient comme bassins pour la décantation de l’argile (restes de l’argile encore présents au fond de l’une d’elles). Relevant avec toute évidence de l’espace artisanal dont nous avons trouvé les débris des fours et la carrière dans le Secteur 4 (Phase 3), elles ont été définitivement oblitérées, à partir de la moitié du viie siècle (Phase 2), par du remplissage réalisé avec du matériel provenant de la zone artisanale abandonnée, contenant des fragments de fours, des restes de charbons, une énorme quantité de cendre et des tessons de céramique grecque et indigène datables de la première moitié du viie siècle (Phase 3).

Fig. 105 – Incoronata, Secteur 1. KotylePC Tardif, coupe avec une seule anse, céramique œnôtre, du dépôt US 83.

17Les restes de l’argile encore in situ sont particulièrement évidents dans une autre fosse, de forme quadrangulaire (le seul côté complètement dégagé mesure 3 m et demi environ) et peu profonde (US 18), qui longe le profil méridional des précédentes et qui avait été partiellement fouillée l’année dernière (fig. 106 et 107, en deuxième plan). L’extension réalisée vers le sud, si d’un côté elle n’a pas pu définir les limites méridionales de cette fosse, elle aura permis de l’autre de confirmer la présence d’importants restes d’argile gisant encore sur son fond (fig. 106, US 26 ; voir Denti 2009a, fig. 93, p. 352). L’étude comparée (Denti 2009b) avec d’autres bassins de forme rectangulaire, destinés au stockage, à la transformation ou à la décantation de l’argile, documentés dans le monde grec à l’intérieur d’espaces artisanaux contemporains au nôtre, a permis de vérifier la récurrence de la présence des deux cuvettes dans deux des angles de ce type de structure (interprétées comme des dépressions destinées à recueillir les impuretés les plus lourdes), qui se trouvent également dans notre fosse.

18L’identification définitive, juste en dessus de l’humus, du plan de piétinement correspondant à la dernière phase d’occupation de ce secteur de la colline, la phase de la réalisation des dépôts de céramique (troisième quart du viie siècle, Phase 1) a été également un résultat important. Ce plan, extrêmement difficile à saisir – voir même pratiquement impossible – juste autour des dépôts, puisque correspondant à une zone très perturbée par le même creusement des fosses recueillant les dépôts, avait déjà été intercepté en 2008 dans le coin oriental du sondage (US 22). Si cette année, ce même plan a été mis à jour tout au long de la marge occidentale (US 34) et à l’est (US 22) de la fosse US 18 (fig. 106 et 107), il n’a cependant jamais été détecté en dessus de la surface des fosses. Il est caractérisé par une superficie de consistance extrêmement fragile, et pour cette raison il peut être reconnu sur la base des tessons étalés à plat et par le fait que l’humus qui le recouvre s’en détache, sous l’action de la truelle, de manière très évidente. Ces tessons, peu nombreux, incluant des fragments d’amphores corinthiennes et attiques et de la céramique monochrome indigène tardive, confirment la datation de ce sol à la phase la plus récente d’occupation du plateau occidental de la colline (Phase 1). Sa faible consistance révèle qu’il s’agit d’un sol qui n’a pas vécu longtemps, mais d’un plan de piétinement plutôt éphémère, dépendant donc d’une fréquentation très brève, liée à une action ponctuelle.

Fig. 106 – Incoronata, Secteur 4. Planimétrie. Les fosses circulaires et la fosse quadrangulaire US 18, avec les restes de l’argile encore in situ (US 26). Le plan de piétinement, contemporain au moment de la réalisation des dépôts (Phase 1), est visible à l’est (US 22) comme à l’ouest (US 34).

19Ces caractéristiques permettent de formuler quelques, provisoires, conclusions. Le plan de piétinement, appartenant à la dernière phase d’occupation de ce côté de la colline, correspond à la phase de la réalisation des dépôts (troisième quart du viie siècle, Phase 1) : il a dû représenter le sol sur lequel les individus qui ont créé les dépôts ont marché. Le fait qu’il ne se trouve en dessus d’aucune des fosses – forcément remplies et oblitérées avant la réalisation des dépôts – semble confirmer l’hypothèse présentée plus haut, selon laquelle l’opération de remplissage et d’oblitération des fosses, avec le nivellement de tout ce secteur (Phase 2), aurait dû correspondre pratiquement au moment de la création des dépôts. En effet, ce plan de piétinement existe seulement aux marges, à côté et autour des fosses (désormais comblées) : si la fréquentation avait dû continuer longtemps après l’oblitération des fosses, un plan de piétinement se serait forcément formé en dessus de ces dernières. Par conséquent, il est fort possible que les dépôts (lesquels, rappelons-le, « coupent » les fosses chaque fois qu’ils en rencontrent une) ont été réalisés juste après le remplissage des fosses. Nous sommes ainsi autorisés à commencer à imaginer que la Phase 2 (remplissage et oblitération des fosses) et la Phase 1 (réalisation des dépôts) auraient pu coïncider.

Fig. 107 – Incoronata, Secteur 4. En premier plan, le plan de piétinement (US 22) ppartenant à la dernière phase d’occupation de ce secteur de la colline. En deuxième plan, la fosse quadrangulaire US 18 et, au fond, les trois fosses circulaires.

20En conséquence, si les deux phases sont presque contemporaines (même si, du point de vue logistique, la Phase 2 précède évidemment la Phase 1), nous pourrions être face à une seule et unique opération. Opération que la stratigraphie (dernières strates documentées) et la chronologie de la céramique présente dans les dépôts aussi bien que sur ce plan de piétinement, poussent immédiatement à la limite inférieure de l’occupation de ce côté du plateau de l’Incoronata : vraisemblablement – selon la datation traditionnellement acquise – au troisième quart du viie siècle. Dans ce cas, cette opération pourrait-elle être interprétée comme une phase d’abandon définitif du site ? Cela expliquerait alors, avec beaucoup de cohérence, la présence de nombreux gestes à caractère rituel (grands dépôts de céramique ; dépôt « de dé-fonctionnalisation » de la carrière (Denti 2008b et Denti 2009b) ; dépôt associable à l’US 8, découvert cette année) ainsi que la mise en œuvre d’une énorme strate d’aplanissement-oblitération (US 8) des précédentes structures caractérisant la partie méridionale du plateau (Secteur 1), solidaire avec l’opération de comblement-oblitération des fosses mise en place plus au nord (Secteur 4).

21L’existence du plan US 22 et 34, que nous avons pu détecter immédiatement en dessous de l’humus, permet en outre de confirmer des observations que nous avons pu développer récemment (Denti-Lanos 2007 ; p. 472), relatives à l’absence – au moins dans ce secteur de la colline – de travaux agricoles modernes suffisamment profonds pour avoir pu remuer les strates archéologiques, ou bien pour avoir « arasé » les (supposés) niveaux supérieurs de ces dernières, comme cela a longtemps été supposé. Nous sommes en effet face à la même situation que nous avons pu observer par rapport aux dépôts, toujours reconnaissables sur la superficie de l’humus grâce à des fortes concentrations de céramiques et de pierres : il s’agit, chaque fois, de l’émergence du sommet d’un dépôt, correspondant à la partie la plus haute du cumul qui existe en-dessous, lequel n’a donc subi aucun bouleversement substantiel.

22À l’Incoronata « grecque », les dépôts aussi bien que le plan de piétinement associé à ces derniers (que nous avons finalement reconnu) se sont conservés presque intégralement. Pour cette même raison, nous fouillons aujourd’hui des structures entières (des dépôts), et non – comme il a été cru longtemps sur la base d’une interprétation à caractère domestique – des « bâtiments », dont l’absence de restes de l’élévation avait été attribuée à l’action de « traînement », de « remuement », ou bien de « coupure » en horizontale, due à des labourages estimés avoir agi en profondeur. Dans certains points de la colline, cela s’est sûrement vérifié. L’absence de labourage en profondeur sur la colline de l’Incoronata nous a été d’ailleurs plusieurs fois confirmée par les témoignages recueillis auprès des anciens agriculteurs.

23Les dépôts de céramique de la dernière phase, aussi bien que leur plan de piétinement, sont restés fondamentalement intacts, in situ, pendant des siècles. Ce seul et dernier aspect nous oblige évidemment à entamer une réflexion sur la nature de ces structures caractérisant la dernière phase d’occupation de l’Incoronata.

24Nous avons présenté dans d’autres occasions (Denti 2008b ; Denti 2009c) les différentes pistes interprétatives qui – à l’état actuel de nos connaissances – sont susceptibles d’être suivies pour la compréhension de la fonction de ces dépôts.

25La septième campagne de fouille à l’Incoronata a donc permis de consolider des importants points de repères stratigraphiques et de reconnaître ultérieurement toute une série de structures fonctionnant dans des phases chronologiques désormais établies. Toutefois, comme le lecteur a pu le vérifier, les instruments nous font encore défaut pour saisir avec plus de certitude la logique historico-archéologique capable d’expliquer la nature des différentes phases d’occupation du site, aussi bien que les relations fonctionnelles entre elles. Ce que nous sommes en mesure de faire, à l’heure actuelle, est de décrire simplement, de manière la plus précise possible, l’état des évidences archéologiques. L’opportunité de nommer avec plus d’exactitude ces évidences appartient à un chapitre qui reste à écrire dans le long parcours de la compréhension de ce site.

Haut de page

Bibliographie

Battiloro-Carollo-Osanna 2008 = I. Battiloro, C. Crollo et M. Osanna (dir.), Nuovi dati sull’età arcaica. I risultati delle indagini del 2007, dans Progetti di archeologia in Basilicata. Banzi e Tito, Bari, 2008 (Siris, Suppl., II), p. 113-129.

Denti 2008a = M. Denti, Un contesto produttivo enotrio della prima metà del VII secolo a.C. all’Incoronata, dans M. Bettelli, C. De Faveri et M. Osanna (dir.), Prima delle colonie. Organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e in Calabria settentrionale ionica nella prima età del ferro [Atti delle giornate di studio, Matera 20-21 novembre 2007], Venosa, 2008, p. 111-138.

Denti 2008b = M. Denti, Pratiche rituali all’Incoronata nel VII secolo a.C. I grandi depositi di ceramica orientalizzante, dans H. Di Giuseppe et M. Serlorenzi (dir.), I riti del costruire nelle acque violate [Atti del convegno internazionale, Rome, giugno 2008], (sous presse).

Denti 2009a = M. Denti, Nouvelles perspectives à l’Incoronata. Une zone artisanale gréco-indigène du VIIe et les phases œnôtres du viiie siècle avant J.-C., dans MEFRA, 121-1, 2009, p. 350-357.

Denti 2009b = M. Denti, Un espace artisanal gréco-œnôtre du viie siècle av. J.-C. à l’Incoronata, dans A. Esposito et G. Sanisas (dir.), La concentration spatiale des activités et la question des quartiers spécialisés [Actes du Symposium international, Lille, 16-17 décembre 2009], (sous presse).

Denti 2009c = M. Denti, Les dépôts de céramique grecque du viie siècle av. J.-C. à l’Incoronata. De la modalité des dépositions à la reconstitution des gestes rituels, dans S. Bonnardin, C. Hamon, M. Lauwers et B. Quilliec (dir.), Du matériel au spirituel. Réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la Préhistoire à nos jours [XXIXe Rencontre internationale d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes-Juan-les-Pins octobre 2008], Antibes, 2009, p. 339-352.

Denti-Lanos 2007 = M. Denti et Ph. Lanos, Rouges, non rougis. Les briques de l’Incoronata et le problème de l’interprétation des dépôts de céramique, dans MEFRA, 119-2, 2007, p. 445-481.

Mazarakis Ainian 1997= A. Mazarakis Ainian, From Ruler’s Dwellings to Temples. Architecture, Religion and Society in Early Iron Age Greece, Jonsered, 1997.

Orlandini 1974-76 = P. Orlandini, Un frammento di coppa medio-geometrica dagli scavi dell’Incoronata presso Metaponto, dans ASMG, XVLXVII, 1974-76, p. 177-186.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 96 – Incoronata, plan du plateau occidental de la colline.
Légende Fig. 97 – Incoronata, Secteur 1. Planimétrie.
Légende Fig. 98 – Incoronata, Secteur 1. En premier plan, le cailloutis US 70, sur lequel s’appuient les strates de substruction du pavement US 38 (à droite) : US 45 (en terre) et US 46 (en pierres).
Légende Fig. 99 – Incoronata, Secteur 1. US 62, fragment de protokotyle corinthienne du MG II, associé au sol (US 70) de la plus ancienne phase d’occupation de la colline.
Légende Fig. 100 – Incoronata, Secteur 1. La strate de substruction (US 45) et les pierres de la ruderatio(US 46) sous le pavement US 38.
Légende Fig. 101 – Incoronata, Secteur 1. Céramique indigène à impasto, de la strate de substruction US 45 du pavement US 38.
Légende Fig. 102 – Incoronata, Secteur 1. Les trous de poteau (Phase 3) au nord et sur le pavement US 38 (Phase 4).
Légende Fig. 103 – Incoronata, Secteur 1. La strate de nivellement-oblitération US 8, sous lequel est la strate en cailloux (US 23), sorte de « protection » du pavement US 38.
Légende Fig. 104 – Incoronata, fragments d’une lekythos du PC Ancien, des US 8 et 23 (Secteur 1) et de l’US 15 (Secteur 4).
Légende Fig. 105 – Incoronata, Secteur 1. KotylePC Tardif, coupe avec une seule anse, céramique œnôtre, du dépôt US 83.
Légende Fig. 106 – Incoronata, Secteur 4. Planimétrie. Les fosses circulaires et la fosse quadrangulaire US 18, avec les restes de l’argile encore in situ (US 26). Le plan de piétinement, contemporain au moment de la réalisation des dépôts (Phase 1), est visible à l’est (US 22) comme à l’ouest (US 34).
Légende Fig. 107 – Incoronata, Secteur 4. En premier plan, le plan de piétinement (US 22) ppartenant à la dernière phase d’occupation de ce secteur de la colline. En deuxième plan, la fosse quadrangulaire US 18 et, au fond, les trois fosses circulaires.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mario Denti, « Incoronata. La septième campagne de fouille : confirmations et nouveautés », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 310-320.

Référence électronique

Mario Denti, « Incoronata. La septième campagne de fouille : confirmations et nouveautés », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/470

Haut de page

Auteur

Mario Denti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org