Navigation – Plan du site
Chronique
Autres activités archéologiques françaises en Italie

Recherches archéologiques à Laos-Marcellina (Calabre, CS)

Gregorio Aversa, Alain Duplouy, Valentino Nizzo et Alessia Zambon
p. 310-320

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier tout particulièrement les autorités de la Surintendance de la Calabre, en p (...)

1La reprise des recherches archéologiques sur la colonie grecque de Laos et la mise en valeur du site archéologique de Marcellina (fraction de Santa Maria del Cedro, province de Cosenza) ont pour ambition de poursuivre et de développer la collaboration fructueuse entre institutions françaises et italiennes qui avait permis entre 1973 et 1994 la fouille de l’établissement lucanien de Laos-Marcellina (fig. 108). Les nouvelles fouilles entreprises par la Surintendance de la Calabre et l’exploration du territoire menée par une équipe de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne1s’inscrivent dans le prolongement de la création d’un parc archéologique à Marcellina et visent à mieux connaître le paysage et l’histoire de la basse vallée du fleuve Laos.

État des recherches antérieures

2La cité grecque de Laos sur le versant tyrrhénien de la péninsule italienne est une colonie de Sybaris. Ni les auteurs anciens ni les recherches archéologiques n’ont pour l’heure permis d’établir avec précision la date de cette fondation coloniale. D’aucuns y ont vu une création consécutive à la destruction en 510 avant J.-C. de la métropole ; comme le rapporte Hérodote (VI 21), la ville accueille alors, avec Skidros, les réfugiés sybarites. D’autres supposent une fondation antérieure à la catastrophe et inscrivent l’implantation de la colonie dans le cadre d’une politique de contrôle des axes de circulation reliant les deux côtes, ionienne et tyrrhénienne.

3La cité archaïque et classique de Laos est assez mal connue. Seules la tradition littéraire et les émissions monétaires apportent un témoignage sur cette phase. Laos possède alors son propre monnayage d’argent qui commence dans la dernière phase de la frappe incuse autour de 500. La colline de Marcellina a d’ailleurs livré en 1986 un coin en pierre relatif à une série monétaire incuse ; bien que découvert dans le contexte de la ville hellénistique, il s’agit actuellement du seul document archéologique qui renvoie à la cité du ve siècle (initialement mentionné par E. Greco ; voir Greco 1986, p. 720). L’établissement colonial grec est en effet inconnu et aucune découverte archéologique n’a permis à ce jour de lever un coin du voile sur ce problème historique.

Fig. 108 – Laos-Marcellina. Localisation du site archéologique de Laos-Marcellina (L. Costa et A. Duplouy).

4Le devenir de la colonie grecque est particulier. Située aux confins méridionaux du territoire lucanien, Laos est peu à peu intégrée à celui-ci et voit l’implantation de populations italiques qui semblent absorber les descendants des colons grecs. Il s’ensuit le développement d’une culture singulière, à la rencontre des mondes grec et indigène. Comme Poseidonia, Laos tomba vraisemblablement aux mains des Lucaniens vers la fin du ve siècle. Diodore de Sicile (XIV 101) évoque à cet égard la campagne menée en 389 par les Grecs de Thourioi en territoire lucanien « afin d’assiéger Laos, cité prospère ». La ville, dont nous n’avons malheureusement aucune trace archéologique, marque alors, avec le fleuve du même nom, la limite méridionale de la Lucanie (cf. Strabon VI 1, 1).

5Le dernier quart du ive siècle marque une nouvelle étape dans l’organisation du territoire. Les Lucaniens installent alors un habitat fortifié sur les hauteurs du village actuel de Marcellina, à 1,5 km au sud du fleuve Laos. La création ex nihilo d’un nouvel établissement sur la colline de San Bartolo (alt. 72 m) laisse penser à un déplacement de l’habitat depuis l’ancien centre urbain fondé par les Grecs. Si l’on excepte quelques traces sporadiques de fréquentations indigènes à la fin du viie et au vie siècle, les structures mises au jour sur la colline reposent en effet sur le sol vierge.

6Découvert en 1929 lors des travaux de construction de la route Naples -Reggio de Calabre (l’ancienne SS 18), le site de Marcellina est d’abord fouillé par

7E. Galli, qui en dresse le premier plan et identifie l’établissement à la station de Lauinium Bruttiorum, mentionnée dans la Table de Peutinger (Galli 1932, p. 323-363). Entre 1973 et 1994, le site fait à nouveau l’objet de fouilles sous la direction de P. Guzzo (puis de G. F. La Torre), E. Greco et A. Schnapp. Les recherches visent tout d’abord, entre 1973 et 1985, à restituer la trame urbaine ; à partir de 1986, les archéologues poursuivent leur exploration par la fouille systématique de plusieurs parcelles (Schnapp-Greco-Luppino 1989. À ce sujet, un volume en préparation rassemblera les travaux des années 1986-1994. Mentionnons également la thèse de doctorat de Priscilla Munzi, Munzi 2000).

8Les dégagements ont permis de mettre au jour un ensemble urbain orthogonal (fig. 109). C’est là la marque incontestable d’un processus d’acculturation des populations lucaniennes aux modes de vie grecs. Une grande artère (plateia A), large de 12 m, traverse la ville du nord au sud. L’édification de portiques de part et d’autre de celle-ci en a ultérieurement réduit la largeur à un passage de 5 m. À une distance régulière de 96 m, la plateia A croise des rues est-ouest larges de c. 4,80 m ; divers sondages ont permis de mettre en évidence six d’entre elles. Une seconde rue parallèle, située à 175 m à l’est de la plateia A, apparaît sur les photographies aériennes de 1943 et a peut-être été retrouvée dans un sondage proche du cimetière moderne. Plusieurs lots urbains ont été fouillés de manière extensive, révélant des habitations de taille imposante : la casa con la rampa occupe ainsi plus de 600 m2, avec cour centrale et dépendances. L’un de ces édifices a été identifié comme atelier monétaire grâce à la découverte d’une série de flans en bronze prêts pour la frappe. En dehors du parc archéologique, le sommet de la colline n’a guère livré d’autres vestiges que des tuiles et autres céramiques qui affleurent à la suite des labours. L’ensemble urbain était entouré d’un mur de gros blocs quadrangulaires. Son tracé n’est que très partiellement connu : seule une partie du mur ouest est identifiée sur un tronçon d’environ 350 m, ainsi que diverses sections autour de la colline. Le circuit des murs, tel qu’il a été fouillé et étudié par E. Galli puis contrôlé par P. Guzzo, englobe une superficie d’au moins 35 hectares.

Fig. 109 – Laos-Marcellina. Colline de San Bartolo : trame urbaine de l’établissement lucanien et extension du parc archéologique (L. Costa et A. Duplouy).

9La nécropole est située sous le bourg moderne de Marcellina. Outre les quelques tombes fouillées en 1929 par la Surintendance (Galli 1932), seule une riche tombe à chambre révélée fortuitement à l’automne de 1963 a été publiée in extenso (Greco-Guzzo 1992). Il s’agit d’une double sépulture princière dont le mobilier renvoie tantôt au monde masculin de la guerre, de l’athlétisme et du banquet, tantôt à la sphère féminine de l’oikos. Elle appartient à cette première génération d’individus qui s’installent vers 330-320 sur la colline voisine de San Bartolo.

10Le site de Marcellina est abandonné vers la fin du iiie siècle avant J.-C., probablement à la suite de la deuxième guerre punique. Aucune trace de destruction ou d’incendie n’est cependant perceptible dans la stratigraphie du site. La colline ne fut réoccupée partiellement que deux siècles plus tard par un modeste établissement agricole d’époque romaine, dont les dernières campagnes de fouilles ont commencé à révéler quelques éléments. C’est toutefois ailleurs, probablement à l’emplacement de la ville moderne de Scalea plus au nord, que se développe un établissement d’époque tardo-républicaine et impériale sous le nom de Lauinium Bruttiorum, qui conserve ainsi le nom latinisé de l’antique cité grecque de Laos.

11En l’absence de la cité grecque et de l’établissement romain, l’habitat lucanien de Marcellina constitue en fait le principal site archéologique de la basse vallée du Laos. Une série de découvertes ont néanmoins permis de comprendre les dynamiques territoriales à l’œuvre au cours de l’Antiquité. La bande côtière a en effet fait l’objet d’un inventaire archéologique détaillé en 1999 par les soins de Gioacchino La Torre, qui est venu compléter les recherches publiées en 1995 par Emanuele Greco (Greco 1995, Greco-La Torre 1999 et La Torre 1999). La carte archéologique ainsi disponible repose essentiellement sur des signalements ponctuels et des opérations de sauvetage menées par la Surintendance au fil du xxe siècle, mais aussi sur les résultats de quelques prospections de surface menées depuis les années 1980. Les données ainsi disponibles ont fourni un cadre historique général.

12Aux viie et vie siècles, la bande côtière est occupée par des groupes indigènes qui s’installent sur divers promontoires rocheux (Tortora, Scalea, Marcellina) et font un usage abondant de céramique grecque importée. Ces établissements de tradition œnotre sont abandonnés vers la fin du vie siècle, ce qui laisse penser à une rupture importante dans l’histoire du territoire. L’absence de trace repérable au sol d’un établissement grec de l’époque archaïque a fait douter de l’existence d’une apoikia antérieure à l’arrivée des Sybarites vaincus et exilés en 510. Mais il faut admettre aussi qu’il n’existe pas davantage d’indices probants pour localiser la ville grecque du ve siècle, dont l’existence ne peut pourtant être mise en doute. Avec la Laos lucanienne doivent être associés une série d’établissements ruraux des ive et iiie siècles dont aucun n’a pour l’heure été fouillé de manière extensive. Enfin, à l’époque impériale, plusieurs grandes villas sont attestées sur le littoral par des découvertes de surface.

L’habitat lucanien de Marcellina

13Grâce à une série d’acquisitions par la Surintendance, les découvertes effectuées à Marcellina ont permis la création et l’extension progressive d’un parc archéologique qui a vocation à devenir une attraction touristique et culturelle pour la commune de Santa Maria del Cedro. En l’état actuel, ce parc d’une superficie d’environ 3,5 hectares s’étend sur la pente occidentale de la colline de San Bartolo, de part et d’autre de l’ancienne SS 18 (fig. 109). Le reste de la colline appartient à divers propriétaires privés. Afin de mettre en évidence les structures archéologiques existantes, seule une approche non destructrice et non invasive est donc envisageable sur ces parcelles.

14Pour confirmer l’implantation et mieux cerner l’extension de la trame urbaine, une première campagne de prospection géophysique a été conduite en septembre 2009 par Boris Di Fiore et Domenico Chianese (CNR, Potenza) au moyen d’un magnétomètre. Le choix des aires prospectées a dû tenir compte de l’état de la végétation, mais aussi et surtout des autorisations délivrées par les propriétaires, fort inquiets de voir les archéologues s’intéresser d’un peu trop près à leur terre. Seuls deux champs récemment moissonnés, pour une superficie totale d’environ un hectare, ont pu être explorés. Le premier couvre une large zone est-ouest (230 × 45 m) située à l’extrémité septentrionale de la colline, tandis que la seconde parcelle (125 × 15 m), également orientée est-ouest, s’inscrit à l’intérieur de l’un des îlots définis par les rues transversales de la trame urbaine. Les données collectées sur le terrain sont encore à l’étude.

15Entre juin et octobre 2008, la Surintendance de la Calabre a du reste procédé à de nouvelles fouilles à Marcellina dans le cadre d’un projet d’extension et de valorisation de la zone archéologique. Les recherches ont porté sur la zone située dans le prolongement méridional de la plateia A. Dans ce secteur, deux sondages (alpha et bêta) ont permis de découvrir les restes d’un îlot délimité, au nord, par l’angle de la plateia A et de la rue 4 et, au sud, par une canalisation monumentale perpendiculaire à la plateia, coupant celle-ci à une distance de 35 m. Dans l’ensemble, les fouilles ont confirmé le plan urbain mis en évidence par les recherches italo-françaises menées entre 1977 et 1992.

16D’une largeur initiale de 12 m, la plateia A, constituée de graviers, tessons et fragments de briques concassés, fut ensuite réduite pour faire place à un vaste portique (large de 3 m) sur le côté ouest. Ce dernier, délimité par le front oriental de l’îlot et par un mur, était complètement effondré lors de sa découverte. Au nord, la plateia A croise de manière orthogonale la rue 4 (large de 5 m), à laquelle appartient probablement un tronçon pavé mis au jour à l’extrémité nord-ouest du secteur fouillé. Le sol de la plateia a livré une canalisation orientée nord-sud, creusée dans le sol vierge et constituée par l’association de tuyaux circulaires en terre cuite. Cette canalisation présente une pente légère mais constante du nord au sud ; elle est reliée au grand collecteur découvert au sud dans le sondage alpha (fig. 111). À cette canalisation semble se raccorder également un petit bout d’une autre conduite en terre cuite provenant de la zone bâtie (peut-être l’évacuation d’une toilette). Les tuyaux sont endommagés en plusieurs endroits et tout porte donc à croire que la canalisation était déjà hors d’usage durant la première moitié du iiie siècle avant J.-C. (cf. infra).

17Le sondage bêta a permis de découvrir deux îlots donnant sur la plateia A : le premier, situé au nord de la rue 4, est attesté par son seul mur méridional ; le second, au sud de la même rue, a en revanche été exploré de manière extensive (fig. 110). Ce dernier, qui définit l’edificio con cortile, est délimité à l’est par un long mur nord-sud, réalisé dans la même technique de construction que les autres murs mis au jour à Laos, qui croise à angle droit le mur extérieur nord, orienté est-ouest. Le mur extérieur se prolonge au sud par un autre mur de même orientation (US 316), assez imposant (ép. 0,90 m sur 13 m de long) sur lequel il s’appuie ; ce dernier délimite un bâtiment composé de deux pièces (A et B). Notons que le mur US 316 se poursuit plus au sud dans le sondage alpha et pourrait représenter une phase précédente de l’habitat lucanien utilisant la même trame urbaine. Les deux pièces A et B de l’edificio con cortile se présentaient dans des conditions bien différentes lors de la découverte. La première (A), de forme quadrangulaire et bien définie sur les quatre côtés par des murs apparemment dépourvus d’ouverture, ne montrait aucune trace d’écroulement, ni d’ailleurs d’occupation ou d’abandon, mais seulement une couche rougeâtre, d’origine argileuse, presque exempte de matériaux, qui recouvrait le sol vierge. La salle contiguë (B) présentait en revanche une épaisse couche de destruction qui couvrait un morceau résiduel de sol. En dehors de ces deux pièces, le bâtiment ne présente aucune autre division interne. Quatre murets de dimensions identiques (0,80 × 0,50 m), espacés régulièrement, s’appuient sur les murs externes nord et est de la cour ; ils formaient peut-être un portique peu profond, comme le suggère la présence de tuiles dans l’écroulement. Dans la partie centrale de la cour, probablement hypèthre, se trouvent au moins trois bacs pour la préparation de l’argile et deux grands récipients, partiellement enterrés, ayant peut-être eu des fonctions analogues. Enfin, la disposition des pièces suggère que l’entrée se faisait par le sud, où est encore visible un étroit couloir d’accès. La taille totale du complexe s’élève à quelque 700 m2, surface comparable aux autres grandes résidences aristocratiques lucaniennes. L’absence de structures similaires aux installations déjà explorées dans les autres maisons du centre urbain porte à croire qu’il s’agit ici d’un espace à destination non résidentielle, mais plutôt artisanale, lié au travail de l’argile à des fins économiques et productives. La séquence stratigraphique permet de situer l’abandon de l’édifice durant la première moitié du IIIe siècle avant J.-C., tandis que la chronologie relative des structures indique une antériorité du mur US 316 en gros blocs, sans cependant qu’aucun niveau archéologique ne puisse y être associé.

Fig. 110 – Laos-Marcellina. Photographie du sondage bêta prise depuis le nord (Soprintendenza per i Beni Archeologici della Calabria).

Fig. 111 – Laos-Marcellina. Photographie du sondage alpha prise depuis l’ouest (Soprintendenza per i Beni Archeologici della Calabria).

18En ce qui concerne l’égout découvert dans le sondage alpha, il consistait, à en juger par les 15 m mis au jour, en une simple tranchée d’environ 1 m de large et de quelques dizaines de centimètres de profondeur constituée de dalles de conglomérat local grossièrement taillées, de formes et dimensions variables (fig. 111). Il reste néanmoins à comprendre comment les piétons, les animaux et les chars franchissaient cet obstacle (couverture en planches de bois ?). En tout état de cause, les données à notre disposition permettent d’établir une discontinuité très claire entre les zones situées au nord et au sud de cette canalisation, qui constituait apparemment une limite tangible à l’extension des bâtiments. Ce grand égout ainsi que la conduite descendant la plateia A paraissent avoir été abandonnés au bout de quelques décennies d’utilisation. De la terre mêlée à un abondant matériel antérieur à la fin du ive siècle avant J.-C. en constitue le comblement. Le tout fut ensuite recouvert d’une couche de terrain bien compact élevant le niveau du sol jusqu’à effacer toute trace de rupture dans le tracé de la plateia A. La Laos du iiie siècle avant J.-C. présente ainsi à cet endroit une vaste esplanade non bâtie, dont la destination reste pour l’heure incertaine.

Prospection et histoire du paysage

19Parallèlement aux travaux menés sur l’habitat de Laos-Marcellina, les recherches entreprises dans le cadre de ce nouveau programme visent à mieux connaître la structuration du territoire de Laos aux époques grecque, lucanienne et romaine. Une première campagne de terrain s’est déroulée en septembre 2009 (fig. 112).

Fig. 112 – Laos-Marcellina. Zone de prospection 2009 avec l’indication des sites inventoriés en 1995 et 1999 (L. Costa et A. Duplouy).

20Intégrant la composante environnementale, les archéologues se sont tout d’abord attachés à une approche paléographique du paysage. Celui-ci a en effet connu des modifications profondes au cours des derniers millénaires en raison des divagations du lit du fleuve Laos et de l’apport de millions de mètres cubes d’alluvions. Nous nous heurtons cependant pour le moment à une lacune de nos connaissances sur la configuration antique des sols. L’avancement de la ligne de côte par rapport à l’Antiquité n’est pas clairement défini, même s’il est évident : jusqu’au début du xxe siècle encore, la mer arrivait au pied du centre historique de Scalea et la Torre di Talao, aujourd’hui sur le littoral, était alors sur un îlot. Depuis les années 1930, d’importants travaux d’assainissement de la plaine du Laos ont en outre considérablement modifié un paysage jadis marécageux. En revanche, les terrasses marines plus anciennes, constituées de sables, de graviers et de marnes, ne semblent pas avoir connu de modifications majeures à époque historique. La ligne de côte antique a donc été fixée de manière commode sur l’ancien tracé du chemin de fer qui, à la hauteur de la plaine du Laos, effectuait naguère une courbe vers l’intérieur des terres. L’histoire du paysage de la basse vallée du Laos revêt en ce sens une importance considérable dans la compréhension des phénomènes historiques.

  • 2 Nous en profitons pour adresser tous nos remerciements au maire de Santa Maria del Cedro, Giuseppe (...)

21Cette situation complexe, que des études géomorphologiques devraient permettre de clarifier dans les années à venir, a bien évidemment orienté nos recherches archéologiques de surface. En l’occurrence, il était exclu d’explorer les plaines alluviales des fleuves Laos et Abatemarco, respectivement au nord et au sud de Marcellina, ainsi que toute la bande côtière (globalement délimitée par le tracé de la voie de chemin de fer). La prospection s’est donc concentrée cette année sur les collines basses situées à l’est du site lucanien de Marcellina jusqu’aux premières pentes de la Serra Bonangelo (alt. 802 m). L’aire explorée s’étend sur une superficie d’environ 6,5 km2, essentiellement sur le territoire de la commune de Santa Maria del Cedro2.

22Ces collines, étroites et allongées, sont séparées par des ruisseaux saisonniers. Le caractère sédimentaire des sols a en outre donné lieu dans le temps à l’exploitation de diverses carrières pour matériaux de construction qui ont modifié par endroits la morphologie antique. Une grande partie de ces zones est couverte par une végétation spontanée assez dense (chênes, broussailles, roseaux à proximité des cours d’eau et des sources), qui limite fortement la visibilité au sol, voire l’accessibilité. En raison des mutations économiques des dernières décennies et de l’abandon de nombreuses terres agricoles, seule une fraction des terrains est aujourd’hui destinée à l’agriculture. Les cultures les plus répandues sont l’olivier et la vigne, mais on trouve aussi des céréales, des agrumes (en particulier le cédrat, pour lequel Santa Maria del Cedro est mondialement renommée) et des cultures potagères. Le village de Marcellina et le hameau de Destri ont par ailleurs connu au cours des dernières décennies une expansion immobilière irrégulière et frénétique qui rend impossible les observations de surface, parfois même en périphérie immédiate.

  • 3 Nous remercions en particulier Antonio Durante, Angelo Cava et Giuseppe Trifilio, qui nous ont souv (...)

23Pour faire face à ces difficultés, il était indispensable d’avoir recours dès le départ à la collaboration de la population locale, dont la connaissance et la pratique du territoire ont constitué une aide précieuse pour cette première campagne3, qui visait avant tout à évaluer le potentiel archéologique de la zone et à adapter les méthodes de recherche à celui-ci. Compte tenu des moyens et du temps disponibles, notre petite équipe, composée de 4 ou 5 personnes selon les jours, s’est attachée prioritairement à une prospection extensive, dont les résultats qualitatifs ont pour l’heure été privilégiés à l’exploitation quantitative des informations recueillies. Partout où l’enquête était possible, des traces évidentes d’occupation antique et médiévale sont apparues, confirmant la richesse et la densité archéologiques du territoire.

24Il s’agissait en outre de construire les instruments nécessaires à la gestion des données. L’élaboration d’un système d’information géographique (SIG) par Laurent Costa (ingénieur CNRS) a permis d’unifier l’ensemble des informations cartographiques déjà disponibles ou produites au cours de la mission. Le fond de carte est issu de la très récente carte technique régionale (CTR, 2008), acquise auprès du Centro cartografico regionale della Calabria (Lamezia Terme). Sur celui-ci ont été positionnés les nouvelles cartes au 1/50.000 (f. 542 de 1992) et au 1/25.000 (f. 542, I et IV de 2001) de l’Istituto geografico militare (Florence), la carte géologique d’Italie au 1/100.000 (f. 220 de 1970), les plans cadastraux et le réseau de bornes topographiques des communes concernées, ainsi que les photographies aériennes orthogonales commandées par la région pour la réalisation de la CTR. Grâce à quelques mesures de contrôle, on a tout d’abord pu repositionner dans le nouveau système l’ensemble du travail topographique réalisé sur la colline de Marcellina au cours des années 1980. On a ensuite pu procéder au géoréférencement des sites mentionnés par nos prédécesseurs : d’une part, dans le volume édité en 1995 par Greco où l’emplacement des sites est reporté sur les anciennes cartes militaires au 1/10.000 des années 1950 (vecchie tavolette) et, d’autre part, sur la carte archéologique de La Torre basée sur les cartes au 1/50.000 de l’IGM. Tous les déplacements de l’équipe de prospection, ainsi que les structures et le matériel repérés au sol ont été localisés au moyen d’un GPS et reportés dans le SIG. Enfin, une banque de données relationnelle a été créée pour gérer l’ensemble des informations topographiques, archéologiques et photographiques recueillies sur le terrain. En relation avec le SIG, celle-ci offrira à terme un outil précieux pour l’interrogation et l’exploitation des résultats de la prospection.

25Notre objectif a tout d’abord été de retrouver sur le terrain les sites mentionnés dans les publications antérieures. Pour ce qui est du secteur compris entre le Laos et l’Abatemarco (fig. 112), seuls quelques sites étaient en fait répertoriés dans l’inventaire de Greco (1995) et sur la carte archéologique de La Torre (1999).

26Le site n° 24 (La Torre n° 130, situé plus précisément sur la carte) a longtemps donné des espoirs de localiser la cité archaïque et classique de Laos. Lors de travaux d’assainissement de la plaine du Laos, les ouvriers ont mis au jour en 1959 un mur composé de blocs quadrangulaires en grès, parfaitement alignés. A. Maiuri proposa d’associer ce mur à un établissement portuaire grec (Maiuri 1962, p. 65). À l’époque de la découverte, aucun matériel céramique n’avait toutefois été recueilli pour situer chronologiquement la structure. En raison de l’importante couche d’alluvions, le mur n’avait d’ailleurs pas pu être retrouvé à l’occasion des prospections menées dans les années 1980, telles que signalées par Greco. En revanche, les fouilles reprises en 1990 ont révélé un complexe monumental présentant plusieurs phases de construction allant du ive siècle avant J.-C. à la basse Antiquité, mais aucune trace de structures archaïques ou classiques. Aujourd’hui, plus rien n’est visible en surface.

27Le site n° 26 (La Torre n° 131) correspond à une petite église en ruine autour de laquelle de nombreuses tuiles et plaques en calcaire servant de couverture à des tombes à ciste ainsi que du mobilier funéraire sont signalés depuis les années 1970 à l’occasion des travaux agricoles. L’installation d’un poteau électrique de l’ENEL à quelque 150 m plus à l’est a livré des vestiges similaires ; ce qui donne une idée de l’extension de cette zone de nécropole. Notre prospection a confirmé ces données et les quelques tessons ramassés pourront peut-être préciser une chronologie hellénistique déduite de la typologie des tombes, semblables à celles de Marcellina.

Fig. 113 – Laos-Marcellina. Principaux sites identifiés lors de la prospection de septembre 2009 (L. Costa et A. Duplouy).

28La localisation du site n° 27 ne va pas sans poser quelques difficultés, car l’emplacement reporté sur les vecchie tavolette reproduites en 1995 est non seulement d’un accès très difficile, mais encore ne correspond pas vraiment à la description donnée dans l’inventaire : en lieu et place d’un vignoble, il s’agit d’une zone densément boisée. Dans le doute, nous en concluons à une erreur de placement du point par nos prédécesseurs, qui s’explique aisément par l’absence à l’époque de technologie de positionnement par satellites. D’autant qu’en suivant leurs indications écrites, nous avons en revanche retrouvé, à environ 350 m plus à l’ouest, une zone de vignes et de cultures potagères où le matériel hellénistique découvert correspond parfaitement à la description de la publication (fig. 113, A). C’est là même du reste que La Torre place son site n° 134, sans pour autant faire le rapprochement avec le site n° 27 de Greco, ni d’ailleurs confirmer l’hypothèse d’une nécropole. Pourtant, comme le rapportent les habitants du secteur, les constructions des dernières années semblent avoir livré du matériel funéraire. Signalons d’ailleurs la découverte d’une plaque en pierre cassée dans sa longueur (l. 63 cm ; L. cons. 90 cm ; ép. 9 cm) ayant probablement servi de dalle de couverture à une tombe à ciste ; ce qui au final ne laisse guère de doute sur la destination funéraire de la zone.

29L’habitat lucanien de Laos paraît ainsi avoir été entouré de plusieurs nécropoles, situées à l’ouest, au nord-est et au sud-est de la colline de San Bartolo. Seule la riche tombe à chambre découverte dans le village de Marcellina est précisément datée et publiée. Elle n’était d’ailleurs pas isolée : à côté des tombes signalées par Galli, d’autres sépultures sont en effet attestées par les nombreux témoignages des habitants et documentées par divers fragments de céramique à vernis noir qu’ils nous ont montrés. Cette nécropole occidentale reste pourtant mal connue en raison de l’expansion immobilière de la seconde moitié du XXe siècle qui a oblitéré le site. Afin de préciser son extension, nous avons entrepris de localiser sur la carte les souvenirs des habitants et des ouvriers ayant procédé aux multiples travaux de construction et de voirie qui n’ont jamais manqué de révéler l’une ou l’autre tombe. Pour peu qu’ils soient fiables et précis, ces renseignements viendront compléter l’inventaire dressé par La Torre à partir des seules notices publiées (n° 128 et 129).

30Enfin, ce dernier mentionnait également, à la suite d’une prospection réalisée en 1980, la découverte de tessons et tuiles d’époque hellénistique sur le sommet d’une petite colline au sud-est de San Bartolo (n° 132), qui n’a pas pu être confirmée cette année en raison de la végétation.

31Au-delà de la reprise des anciennes prospections, il s’agissait bien entendu d’étendre largement l’enquête de terrain, en particulier vers l’intérieur des terres qui n’avait pas été exploré par nos prédécesseurs. Plusieurs nouveaux sites – entendus pour le moment au sens commun du mot – ont été repérés, dont on retiendra ici les plus significatifs (fig. 113). L’observation de matériel épars (essentiellement des fragments de céramique, mais aussi quelques restes architecturaux) dans les terrains explorés dépend naturellement des conditions de visibilité au sol. Le matériel découvert a été documenté in situ ; les tessons les plus diagnostiques ont été ramassés. L’étude du matériel étant encore en cours, il n’est pas possible pour l’heure d’offrir une chronologie détaillée et précise de ces découvertes au-delà de considérations immédiates.

32On commencera tout d’abord par signaler l’important gisement archéologique que constitue un terrain situé à l’extrémité méridionale de la colline de San Bartolo (fig. 113, B) et qui pourrait bien appartenir à l’ensemble urbain, c’est-à-dire s’inscrire à l’intérieur de l’enceinte lucanienne dont le tracé se perd au sud du parc archéologique. À cet endroit se trouvent les ruines du monastère de San Bartolomeo (ixe siècle) fondé par les moines basiliens. Ce monastère de « San Bartolomeo in Abatemarco » est notamment mentionné dans un document de 1491 (d’Avino 1848, p. 158). L’édifice présente plusieurs phases de construction, dont les murs remploient une grande quantité de tessons antiques et de tuiles. La structure, assez dégradée, n’a – à notre connaissance – jamais fait l’objet d’un examen approfondi, probablement en raison de sa localisation dans une propriété privée. Le terrain, abandonné mais menacé par l’expansion immobilière, a livré une grande quantité de céramique, médiévale naturellement, mais aussi antique. À une centaine de mètres plus au sud, sans doute à l’extérieur des portes de la ville, La Torre signalait déjà quelques fragments de céramique hellénistique (n° 133) et rapportait la conviction diffuse des paysans que le lieu abritait des tombes à chambre.

33D’autres vestiges datables du Moyen Âge, souvent associés à du matériel antique, se remarquent ailleurs dans le paysage. Ils doivent peut-être être rapportés à l’action et à l’influence de l’éparchie monastique du Mercurion, qui occupait la moyenne et basse vallée du Laos (Celico 2002).

34Une structure en particulier mérite d’être signalée. Il s’agit d’un édifice, aujourd’hui transformé en habitation privée et actuellement en restructuration, situé dans la contrada Marina sur l’une des dernières collines qui dominent la partie orientale de la vallée du Laos, entre le Fosso Cinquerime et la Valle della Menta (fig. 113, D). La structure présente plusieurs phases de construction, dont la plus ancienne pourrait remonter au haut Moyen Âge, même si des réfections plus tardives (xviiie-xixe siècles) en ont profondément altéré l’aspect originel. Les terrains environnants sont parsemés de nombreux restes architecturaux et des tessons antiques ont été remployés dans les murs du bâtiment, selon une pratique assez diffuse dans les constructions rurales de la zone. Si le matériel récolté doit encore être étudié avec attention, certains fragments semblent dater de l’Antiquité, tandis que d’autres pourraient renvoyer à une occupation protohistorique du site.

35Plus complexe est en revanche l’interprétation d’une structure en ruine située sur l’extrémité centrale de la colline trilobée faisant face au site de San Bartolo vers le nord-est (fig. 6, C). Il s’agit d’un édifice rectangulaire, orienté nord-ouest/sud-est, de 20 m de long sur 7,5 m de large. Les murs, en pierres sèches à peine dégrossies, sont préservés sur une hauteur de 50 cm environ ; leur épaisseur ne dépasse pas 60 cm. Les dimensions et les caractéristiques de la construction diffèrent des édifices agricoles plus récents et la phase d’abandon prolongée que semble avoir connue ce bâtiment révèle une datation au plus tard médiévale. L’intérieur de la ruine, envahie par la végétation et par trois grands chênes, n’a pas pu être exploré. Dans le terrain environnant, on remarque une concentration de tuiles et quelques tessons de céramique antique non décorée ont été prélevés.

36D’autres traces à mettre en relation avec l’exploitation agricole du territoire peuvent être rapportées à l’époque médiévale, si ce n’est à l’Antiquité. Parmi les plus intéressantes, signalons les aménagements visibles sur le flanc méridional de la colline de Pàstina (fig. 6, E). Des murs de soutien en pierres sèches ont été construits pour préserver des oliviers centenaires de l’action de l’eau qui, délavant progressivement les terres, risquait de mettre en péril la stabilité des arbres situés sur un terrain escarpé. La présence dans cette zone de fragments de céramique médiévale (et peut-être antique) dénote l’ancienneté des interventions.

37Enfin, sur la pointe sud-ouest de la colline de Pàstina (fig. 113, F), nous avons repéré quelques blocs de pierre reposant directement sur la roche. Il semble s’agir des fondations d’un bâtiment quadrangulaire, dont l’angle nord-ouest est encore bien visible. Les deux côtés sont préservés sur une longueur de 4,5 m environ pour une épaisseur de 0,55 m. Les blocs affleurent à peine du sol, tandis qu’il ne reste plus rien de l’élévation. L’état de la structure et le peu de tessons retrouvés ne permettent pas de préciser la nature de la ruine ; l’hypothèse (théorique) d’une « tour de garde » doit néanmoins être formulée en raison de la position dominante du site.

38Les données réunies jusqu’ici, sans avoir aucune prétention à l’exhaustivité, révèlent au contraire l’étendue des questions qui demeurent ouvertes en l’état actuel de la recherche sur le territoire de Laos, à commencer par la localisation de la cité grecque. Cette première campagne de terrain n’en a pas moins livré des aspects inattendus. En particulier, les nombreuses traces d’occupation médiévale, qui n’ont guère intéressé les archéologues classiques, méritent sans doute une attention plus approfondie. Ainsi, la continuité observée sur certains sites entre l’occupation antique et médiévale n’est pas sans rappeler que dans la commune de Santa Maria del Cedro, les fouilles récentes conduites sur le Carcere dell’Impresa ont montré que ce château médiéval, dont la dernière phase de construction remonte au xvie siècle, s’est installé sur des structures antiques d’époques hellénistique et romaine.

39Pour toutes ces raisons et avec ces finalités, les travaux se poursuivront dans les années à venir par une extension de la zone de prospection sur le territoire des communes de Scalea, Santa Domenica Talao, Orsomarso, Verbicaro et Grisolia. La campagne 2009 s’est clôturée par une rencontre avec les élèves du collège Paolo Borsellino de Santa Maria del Cedro. Cette présentation a permis de sensibiliser la population et en particulier les jeunes générations aux richesses de leur patrimoine et à l’intérêt de nos recherches.

Haut de page

Bibliographie

Celico 2002 = G. Celico, Santi e briganti del Mercurion, Diamante (CS), 2002.

D’Avino 1848 = V. D’Avino, Cenni storici sulle chiese arcivescovili, vescovili, e prelatizie (nullius) del Regno delle Due Sicilie, Naples, 1848.

Galli 1932 = E. Galli, Lavinum Bruttiorum, dans Notizie degli Scavi, 1932, p. 323-363.

Greco 1986 = E. Greco, Ricerche a Laos, dans Atti del Convegno di studi sulla Magna Grecia, Tarente, 1986, p. 719-720.

Greco-Guzzo 1992 = E. Greco, P. G. Guzzo et al., Laos II. La tomba a camera di Marcellina, Tarente, 1992. Greco 1995 = E. Greco (éd.), Città e territorio nelle colonie greche d’Occidente : Laos, Tarente, 1995.

Greco-La Torre 1999 = E. Greco et G. F. La Torre, Blanda Laos Cerillae. Guida archeologica dell’Alto Tirreno cosentino, Paestum, 1999.

La Torre 1999 = G. F. La Torre, Blanda, Lavinium, Cerillae, Clampetia, Tempsa : Lucania et Bruttium I, Florence, 1999 (Forma Italiae, 38).

Maiuri 1963 = A. Maiuri, dans Atti del II Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 14-18 ottobre 1962), Naples, 1963, p. 61-70.

Munzi 2000 = P. Munzi, Laos et la vallée du Laos dans le contexte de la Lucanie tyrrhénienne. ive-iiie siècles av. J.-C., Diss. Université Paris 1, 2000.

Schnapp-Greco-Luppino 1989 = A. Schnapp, E. Greco et S. Luppino, Laos I. Scavi a Marcellina 1973-1985, Tarente, 1989.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier tout particulièrement les autorités de la Surintendance de la Calabre, en particulier la Surintendante S. Bonomi et l’Inspecteur G. Aversa.

2 Nous en profitons pour adresser tous nos remerciements au maire de Santa Maria del Cedro, Giuseppe Aulicino, et à son adjoint, Giuseppe Pisciotti, qui ont grandement facilité nos démarches et ont toujours montré la plus grande disponibilité à notre égard. Nous remercions également Grazia Cianciulli, directrice du collège Paolo Borsellino pour son invitation à présenter nos recherches devant les élèves.

3 Nous remercions en particulier Antonio Durante, Angelo Cava et Giuseppe Trifilio, qui nous ont souvent accompagnés ou guidés sur le terrain ; Pierluigi Maradei, Enrico Esposito, Francesco Fazio, Angelo Napolitano et Lorenza Cupìdo nous ont transmis leurs mémoires familiales et leurs connaissance. Enfin, Nicola Franco Parise, qui a vécu de nombreuses années à Marcellina, a partagé avec nous ses souvenirs de jeunesse et nous a donné des indications précieuses.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 108 – Laos-Marcellina. Localisation du site archéologique de Laos-Marcellina (L. Costa et A. Duplouy).
Légende Fig. 109 – Laos-Marcellina. Colline de San Bartolo : trame urbaine de l’établissement lucanien et extension du parc archéologique (L. Costa et A. Duplouy).
Légende Fig. 110 – Laos-Marcellina. Photographie du sondage bêta prise depuis le nord (Soprintendenza per i Beni Archeologici della Calabria).
Légende Fig. 111 – Laos-Marcellina. Photographie du sondage alpha prise depuis l’ouest (Soprintendenza per i Beni Archeologici della Calabria).
Légende Fig. 112 – Laos-Marcellina. Zone de prospection 2009 avec l’indication des sites inventoriés en 1995 et 1999 (L. Costa et A. Duplouy).
Légende Fig. 113 – Laos-Marcellina. Principaux sites identifiés lors de la prospection de septembre 2009 (L. Costa et A. Duplouy).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregorio Aversa, Alain Duplouy, Valentino Nizzo et Alessia Zambon, « Recherches archéologiques à Laos-Marcellina (Calabre, CS) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 310-320.

Référence électronique

Gregorio Aversa, Alain Duplouy, Valentino Nizzo et Alessia Zambon, « Recherches archéologiques à Laos-Marcellina (Calabre, CS) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/471

Haut de page

Auteurs

Gregorio Aversa

Articles du même auteur

Alain Duplouy

Articles du même auteur

Valentino Nizzo

Alessia Zambon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org