Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Apollonia d’Illyrie (Albanie)

Jean-Luc Lamboley, Faik Drini, François Quantin, Saimir Shpuza, Stéphane Verger, Altin Skenderaj, Erik Follain, Marie-Hélène Barrière, Philippe Lenhardt, Vasil Bereti et Agron Islami
p. 242-262

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Institut archéologique d’Albanie (Centre d’études albanologiques, Tirana), Mission épigraphique et archéologique française en Albanie (Ministère des Affaires étrangères et européennes), UMR 5189 (Lyon 2-CNRS), École française d’Athènes et École française de Rome

  • 1 Ont participé à cette campagne : F. Drini, J.-L. Lamboley (directeurs), Ph. Lenhardt (architecte mi (...)

1Grâce aux crédits alloués par le MAEE et complétés par l’École française de Rome, la Mission a pu fonctionner cette année du 16 au 30 juin et du 9 août au 4 septembre1. La campagne de juin a été exclusivement réservée à l’étude du matériel et à la poursuite de la restauration de la mosaïque de la maison du secteur G. La campagne du mois d’août a été consacrée aux opérations de fouilles, d’une part celle du caniveau du secteur G, commencée l’an dernier, d’autre part celle du portique au nord de l’agora dans le secteur de la ville haute, inaugurée cette année. La fouille a mobilisé 7 ouvriers et 11 collaborateurs au mois de juin, et 37 ouvriers et 26 collaborateurs aux mois d’août-septembre. Nous adressons nos remerciements très chaleureux à la mairie de Fieri et à la préfecture de région qui ont apporté cette année un soutien technique et financier.

2La campagne du mois d’août s’est révélée exceptionnelle du fait de la découverte d’objets de grande valeur : un buste viril et un buste féminin en marbre d’époque antonine, dans un très bon état de conservation, récupérés dans le grand caniveau du secteur G avec également le pied d’une statue monumentale en bronze. Ces découvertes ont valu le déplacement sur le site du Ministre de la culture, et le buste viril a été accueilli en grande pompe au musée archéologique de Tirana par le premier ministre Sali Berisha en présence de Madame Daviet ambassadeur de France à Tirana. D’autre part, la découverte d’une fosse à l’extrémité est du portique de l’agora contenant des fragments architectoniques, avec une très belle sima rampante, constitue également une nouveauté importante qui permettra de restituer la façade du portique par ailleurs complètement détruit.

Programme d’exploration de la ville haute : les îlots, l’agora et le grand portique. Première campagne de fouille

3L’un des résultats les plus significatifs du programme de recherches topographiques mené de 2004 à 2009 dans la ville haute d’Apollonia a été la mise en évidence d’une grande place rectangulaire entre la colline 104 et l’acropole et du grand portique qui la bordait au nord, sur une longueur de 130 mètres. Ce monument, l’un des plus importants de la cité, méritait une exploration plus approfondie que celle qui avait pu être menée à partir des petits sondages topographiques des campagnes de 2006, 2007 et 2008. Aussi le nouveau programme de recherche dans la ville haute prévoit d’effectuer des fouilles extensives dans le secteur du portique, à la fois pour en comprendre l’architecture, pour en préciser la chronologie et pour mettre en évidence les interventions successives dont il a fait l’objet.

4La mise en place de l’édifice correspond aussi à une transformation profonde de l’organisation topographique du cœur de la ville antique, marquée par la colonisation d’une partie des quartiers d’habitation du réseau dit « bleu transversal » par les nouveaux espaces publics de l’agora hellénistique. Beaucoup de questions restent ouvertes à propos des étapes de ce grand bouleversement : comment se présentait le quartier avant la mise en œuvre du chantier ? Y existait-il un centre public plus ancien ou bien était-il seulement occupé par des habitations ? Comment les nouveaux monuments – notamment le grand portique – se sont insérés dans une trame urbaine qu’ils n’ont que partiellement détruite ?

5Répondre à ces questions, dont les implications historiques sont importantes pour la connaissance de l’urbanisme grec d’occident, supposait de ne pas se contenter de dégager les vestiges – d’ailleurs fort arasés – du portique lui-même, mais de mener aussi une fouille stratigraphique complète de secteurs suffisamment vastes, dont l’emplacement devait être déterminé en fonction des résultats des prospections géophysiques et des sondages topographiques des années passées. La recherche s’est ainsi concentrée dès cette année sur deux zones précises : d’une part la partie du portique où l’on décelait le plus clairement la superposition de différentes phases d’organisation urbaine, depuis l’époque de la fondation jusqu’à la fin de l’époque hellénistique (secteur 15) ; d’autre part l’extrémité la mieux conservée du grand édifice, à l’est, du côté de la voie qui conduisait à l’acropole et à la porte orientale de la ville (secteur 16). Ces deux secteurs sont aussi ceux qui se prêtent le mieux à une mise en valeur des vestiges en vue de leur insertion dans le parcours de visite du parc archéologique d’Apollonia.

Le secteur 15

6L’emplacement du premier secteur de fouille (sondage 15) a été choisi en fonction des résultats de la prospection géophysique et des sondages topographiques, là où l’on pouvait étudier le plus précisément la succession des phases de l’organisation urbaine jusqu’à la construction du grand portique qui bordait le côté nord de l’agora hellénistique (fig. 12). À cet endroit en effet, le sondage 3 de 2006 avait livré une superposition de strates échelonnées entre les premiers temps de la ville, à la fin du viie ou au début du vie siècle av. J.-C., et l’époque hellénistique. Il avait aussi confirmé l’existence, supposée grâce à la prospection électrique de 2004-2005, d’un quartier dont les axes principaux étaient orientés nord-sud (appelé par conséquent « bleu transversal ») et qui était antérieur à la construction du portique.

Fig. 12 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Plan de situation des sondages de 2006-2008 et des fouilles de 2010 (secteurs 15 et 16) sur l’image de la prospection géophysique (Ph. L.).

7Le sondage 12 de 2007 avait quant à lui permis de mettre au jour la fondation d’une structure semi-circulaire, qui apparaissait sur l’image de la prospection électrique immédiatement au nord du mur de fond du portique. La présence de départs de murs d’orientations est-ouest et nord-sud liés à la fondation de cet édifice laissait supposer que ce dernier était en relation avec le réseau urbain « bleu transversal » et qu’il en respectait les orientations. Enfin, les sondages 3 et 12 apportaient des informations importantes sur le portique hellénistique lui-même. D’une part, l’état de conservation de sa fondation variait sensiblement de l’est vers l’ouest, permettant d’avoir quelques idées sur les modalités de sa destruction et de la récupération de ses blocs. D’autre part, on trouvait aussi, au nord du mur du fond, inscrit dans l’édifice semi-circulaire, la fondation d’un édifice rectangulaire orienté comme le portique, dont la nature et la datation étaient indéterminées.

8Les interventions de 2004-2007 montraient ainsi à la fois l’importance et la complexité de ce secteur précis de la ville haute. Seule une exploration en extension était susceptible d’en comprendre et d’en dater précisément les transformations de l’époque archaïque à la fin de l’époque hellénistique et, au-delà, jusqu’à l’époque tardo-antique.

9Le secteur 15 a été implanté en fonction de ces objectifs. Il s’agit d’une zone rectangulaire de 224 m2, dont l’axe longitudinal est constitué par le mur de fond du portique, qui s’étend au sud jusqu’à la façade du portique et au nord un mètre au-delà de la limite de l’édifice en hémicycle et qui englobe toute la largeur de celui-ci. En 2010, la fouille s’est concentrée dans le quart nord-est de ce secteur. La fouille a mis en évidence une situation encore plus complexe que ce que l’on attendait (fig. 13, à gauche, et 14), avec toute une gamme de difficultés stratigraphiques dues aux différents creusements, remblaiements, terrassements, arrachements de murs, superpositions de structures, remplois de blocs, etc... Il faudra attendre que l’exploration de l’ensemble du secteur soit achevée pour proposer un essai de restitution complète et précise de la chronologie de la construction des édifices, de leurs transformations et de leur destruction.

Fig. 13 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Implantation des sondages antérieurs et des fouilles de 2010 dans les secteurs 15 et 16 avec le tracé extrapolé des rues, du mur de fond du portique et de l’édifice en hémicycle (Ph. L.).

Les restes du quartier « bleu transversal »

10Le premier résultat obtenu concerne l’organisation du quartier « bleu transversal », qui avait déjà été mis en évidence dans les sondages 3, 8, 11, 12 et 13 de 2006-2007. On a pu cette année dégager, près de la limite orientale du secteur, une rue nord-sud d’environ 3 mètres de large qui séparait l’îlot (appelé ici par commodité îlot A) dans lequel se trouve l’édifice en hémicycle de celui qui s’étend immédiatement à l’est (îlot B). Elle a été identifiée grâce à la présence d’une couche de petits galets assez dense dont le pendage régulier suit la pente qui descend vers le nord (fig. 14, 1). Ce niveau de circulation a été laissé en place et n’a donc pas pu être daté. Il est recouvert par un épais remblai hellénistique qui est particulièrement riche dans la partie de la rue qui se trouve au nord du mur du fond du portique (fig. 14, 2) : la céramique à vernis noir y est abondante, bien conservée et de bonne qualité ; elle est associée à d’assez nombreux fragments de statuettes en terre cuite d’époque hellénistique ainsi qu’à quelques vases miniatures, ce qui pourrait suggérer la proximité d’une installation cultuelle.

11Les murs qui bordent la rue ont fait l’objet de divers remaniements : certains tronçons ont été entièrement arrachés (fig. 14, 3) ; d’autres ont été légèrement déplacés pour empiéter sur la voirie lors des reconstructions tardives (fig. 14, 4). Le mur le mieux conservé est celui qui borde l’îlot A, dans la partie nord du sondage (fig. 14, 5). On y observe une superposition de plusieurs états. Le plus profond actuellement mis au jour est associé à une couche du ve siècle avant J.-C. Le plus récent est percé d’une porte (fig. 14, ) dont le seuil se trouve à la hauteur du niveau de rue mentionné précédemment. Il a fait l’objet d’une ultime réfection à l’aide de fragments de tuiles hellénistiques (fig. 14, 7).

12Les îlots séparés par la rue ont été sondés. Dans l’îlot B (fig. 14, 8), on a retrouvé jusqu’au sol naturel un remblai hellénistique, ce qui indique qu’il a fait l’objet d’un creusement massif qui a éliminé les couches plus anciennes. Dans l’îlot A, qui a été partiellement exploré dans la partie nord du sondage (fig. 14, 9), on a trouvé au contraire une succession régulière de strates d’époques hellénistique, classique, peut-être tardo-archaïque et la fouille n’a pas encore atteint l’argile de base. Le matériel mis au jour dans cette zone comprend notamment une série de gobelets hellénistiques à vernis noir, des fragments de petits vases à vernis noir du ve siècle avant J.-C., quelques petits fragments de céramique attique à figures noires et un poids lenticulaire en plomb d’un peu plus de 200 grammes, portant la lettre Σ incisée.

1. Niveau de rue à galets ; 2. Remblai hellénistique au-dessus du niveau de rue ; 3. Trace du mur arraché de délimitation de l’îlot B ; 4. Superposition avec décalage de plusieurs états du mur de délimitation de l’îlot B ; 5. Mur de délimitation de l’îlot A ; 6. Seuil d’une porte ; 7. Dernier état en fragments de tuiles hellénistiques du mur de délimitation de l’îlot A ; 8. Creusement hellénistique dans les couches anciennes de l’îlot B ; 9. Strates d’époque classique dans l’îlot A ; 10. Petits murs de séparation internes de l’îlot A, avec leur dernier état en fragments de tuiles hellénistiques ; 11. Tranchée de spoliation d’un grand mur (de terrassement ?) est-ouest ;12. Trace d’arrachement du mur de délimitation de l’îlot A ; 13. Restes du grand mur est-ouest au niveau des rues ; 14. Lit de fragments de tuiles et d’amphores ; 15. Façade méridionale et angle sud-est de l’édifice en hémicycle ; 16. Fondation du mur de fond du grand portique ; 17 fondation d’une colonne de façade du grand portique ; 18. Caniveau le long de la façade nord du grand portique ; 19. Édifice rectangulaire adossé au mur du portique ; 20. Caisson de tuiles (tombe romaine ou tardo-antique ?) dans la tranchée de spoliation du mur du portique.
Fig. 14 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Zone de l’agora hellénistique : le secteur 15 vu de l’est (montage à partir de quatre photographies).

13On trouve aussi dans cet îlot des tronçons de petits murs qui ont fait l’objet de remaniements successifs et qui ont, pour certains d’entre eux, été entaillés lors de la mise en place de la fondation de l’édifice en hémicycle (fig. 14, 10). Ils reposent sur une fondation de grands blocs ou de petits moellons de pierre d’assez bonne qualité, alors que leur élévation – ou au moins le dernier état conservé de celle-ci – est une accumulation approximative de grands fragments de tuiles hellénistiques. On peut supposer qu’il s’agit de murs de séparation internes des maisons, qui ont été reconstruits à plusieurs reprises, de manière plus ou moins soignée. La poursuite de la fouille dans les strates anciennes, sans doute mieux préservées, devrait donner des indications sur l’agencement des pièces.

14Compte tenu de l’état de conservation très médiocre des structures antérieures à l’édifice en hémicycle, les traces d’éventuelles grandes subdivisions internes transversales et longitudinales de l’îlot sont difficiles à mettre en évidence. On en a toutefois identifié deux. D’une part, on avait observé dans le sondage 3 un fin lit de grains de calcaire blanc horizontal qui séparait deux niveaux d’époque archaïque et qui était entaillé par la tranchée de fondation du mur du fond du portique. Ce lit a été retrouvé au nord de cette fondation et on a pu en suivre la limite nord, qui est parfaitement rectiligne et orientée est-ouest. Il s’interrompt le long d’un creusement rectiligne qui peut être interprété comme une tranchée de fondation d’un mur dont les blocs ont tous été extraits, sans doute au moment de la construction de l’édifice en hémicycle (fig. 14, 11). À l’est, cette tranchée forme un angle droit vers le sud, de part et d’autre de la fondation du mur du portique, là où devait se trouver le mur de la limite orientale de l’îlot A, lui aussi arraché au même moment (fig. 14, 12). Ce long mur transversal devait traverser l’îlot sur toute sa largeur et même se poursuivre au-delà vers l’est et vers l’ouest. En effet, deux blocs liés à la fondation de l’édifice en hémicycle pourraient correspondre à un prolongement de la structure dans les rues avoisinantes (fig. 14, 13). Compte tenu des différences notables d’altitude entre des couches contemporaines retrouvées respectivement au sud et au nord de ce mur, il est probable qu’il ait joué le rôle d’un mur de soutènement d’une petite terrasse (comme on en a trouvé dans le sondage 2 de 2006).

15On a aussi pu noter la trace d’une subdivision axiale de l’îlot A. Elle est marquée, à l’intérieur de l’édifice en hémicycle, par une rangée de tuiles posées de chant le long de l’axe longitudinal de l’îlot, qui forme la limite orientale d’une zone recouverte par un lit dense de fragments de tuiles et de tessons d’amphores (fig. 14, 14). Au sud, ce lit de tessons s’arrête au niveau de la tranchée d’arrachement du mur transversal ; au nord, on le retrouve au-delà de la fondation de l’édifice en hémicycle, qui semble le recouvrir. Il est encore difficile d’interpréter ces vestiges qui, quoique mal conservés, semblent importants pour la compréhension de la structuration interne de l’îlot A avant la construction de l’édifice en hémicycle.

De la construction de l’édifice en hémicycle à la destruction du grand portique de l’agora

16La construction de l’édifice en hémicycle a profondément transformé l’organisation interne de l’îlot, comme on l’a vu, mais elle s’est aussi intégrée dans le plan général du quartier « bleu transversal ». La fouille de 2010 a permis de préciser un certain nombre de points importants à ce propos.

17L’édifice repéré par la prospection électrique en 2004 et mis en évidence dans le sondage 12 en 2007 a bien un plan semi-circulaire : on en a identifié au sud une extrémité de la fondation du mur de façade et l’angle que celle-ci forme avec le mur périmétral courbe (fig. 14, 15). À l’intérieur de ce mur courbe, à intervalles réguliers, des murs respectant le rythme et les directions de rayons du demi-cercle pourraient être des contreforts intérieurs et permettre de proposer la restitution d’un bâtiment à petit koilon (pour la fréquence de ces contreforts intérieurs dans la construction d’un koilon, voir Fraisse-Moretti 2007, p. 93, n. 4).

18La façade méridionale rectiligne est orientée est-ouest, c’est-à-dire qu’elle est parfaitement perpendiculaire aux rues du quartier préexistant. L’axe nord-sud du bâtiment, qui est marqué par un contrefort interne, se superpose exactement à celui de l’îlot A dans lequel il se trouve. L’édifice a une largeur d’un peu plus de 16 mètres, c’est-à-dire qu’il dépasse les limites de l’îlot et occupe la moitié de la largeur des rues avoisinantes.

19La construction de l’édifice en hémicycle s’est accompagnée de la destruction des principaux murs du réseau « bleu transversal » qui se trouvait à l’intérieur du demi-cercle, comme le grand mur transversal est-ouest et le mur de délimitation oriental de l’îlot, dont on ne retrouve que la trace en négatif. Les petits murs de division interne ont seulement été partiellement détruits. En revanche, l’édifice a respecté les murs du réseau « bleu transversal » qui se trouvaient à l’extérieur de son périmètre. Certains ont été englobés dans la construction, d’autres ont été reconstruits au même emplacement et liés au mur courbe. La rue elle-même semble être restée en usage, même si elle a été rétrécie au niveau des côtés de l’hémicycle.

20La fondation, qui comprend partout au moins deux assises conservées (sauf dans l’angle sud-est, où elle a été entièrement démontée) est adaptée à la pente du terrain et plus particulièrement à la rupture de pente qui devait exister au niveau du grand mur transversal nord-sud. Compte tenu du degré important d’érosion des structures, il est bien difficile de déterminer à quelle altitude se trouvait le niveau de circulation dans le bâtiment.

21Les sondages 3 et 12 avaient permis le dégagement d’un tronçon important de la fondation du mur du fond du portique (fig. 14, 16) ainsi qu’une base de colonne de façade (fig. 14, 17). En 2010, la fondation du mur a été suivie sur environ 5 mètres supplémentaires et l’on a pu examiner plus précisément l’intersection entre ce mur et le mur périmétral de l’édifice en hémicycle. Rien ne prouve que ce dernier a été détruit lors de la construction du portique.

22L’une des découvertes les plus significatives à propos du portique consiste en un caniveau en briques qui en longe le mur de fond au nord (fig. 14, 18). Il présente une pente vers l’est. Le fond est formé d’une double assise de briques de 38 cm ; le bord nord est perdu ; le bord sud est distant de 50 cm du mur du portique, ce qui permet de proposer la restitution d’un avant-toit équipant la façade nord. Cette structure, qui est bien conservée à l’est de l’édifice en hémicycle, n’a pas été retrouvée à l’intérieur de celui-ci. Un caniveau identique, mais orienté nord-sud, avait en revanche été mis au jour plus à l’ouest, contre le mur du fond du portique dans le sondage 11 de 2007. On entrevoit là des éléments qui permettront de reconstituer le système d’évacuation des eaux provenant des toitures du grand monument. Dans le secteur 15, le caniveau repose sur un remblai hellénistique riche en céramiques à vernis noir. L’étude du matériel recueilli devrait enfin permettre de fixer un terminus post quem pour la construction du portique – ou au moins pour une de ses phases d’aménagement – ce qui n’avait pas été possible jusqu’à présent, en raison de la pauvreté générale des strates associées à la construction du portique (notamment dans le sondage 5d, près de l’extrémité orientale).

23Le sondage 12 de 2007 avait partiellement mis en évidence la fondation d’une construction rectangulaire (fig. 14, 19) orientée comme le mur du portique et inscrite dans le périmètre de l’édifice en hémicycle. La fouille en a été complétée en 2010. Elle a montré qu’au sud cette fondation était adossée à celle du mur du portique et que la fondation de son côté oriental présentait au centre une interruption correspondant peut-être à une porte. Cela laisse penser qu’il s’agit d’une construction fonctionnellement indépendante du portique. La fondation de ce bâtiment entaille celle de l’édifice en hémicycle – à la fois celle du mur périmétral et celles de quatre des contreforts internes – ce qui indique que ce dernier était sans doute détruit au moment de la construction de l’édifice rectangulaire.

24Le dégagement du remplissage de la tranchée de spoliation du mur du portique a permis la découverte de petits fragments de chapiteau corinthien, de feuilles d’acanthe en particulier. C’est dans cette strate qu’a été mise en évidence, près de la berme ouest, l’extrémité d’un caisson de tuiles, probablement une tombe tardo-antique, qui repose directement sur la fondation du mur détruit (fig. 14, 20). Le matériel céramique mis au jour dans le remplissage de la tranchée de spoliation, composé notamment de tessons grands vases tardo-antiques, confirme cette datation.

Éléments de chronologie relative

25Comme on le voit, la situation stratigraphique dans le secteur 15 est particulièrement complexe et les résultats provisoires présentés ici demanderont confirmation. Dans l’état actuel des données, on peut proposer à titre d’hypothèse de travail le schéma chronologique suivant :

  1. Premières traces de fréquentation de la zone, dans le sondage 3 de 2006, immédiatement au nord du mur du portique, remontant au dernier quart du VIIe ou au premier quart du vie siècle av. J.-C. Pas de vestiges de constructions contemporaines.

  2. Mise en place des îlots et de la rue du réseau « bleu transversal ». Les murs datables les plus anciens, dans la partie nord-est du secteur, sont actuellement attribuables au ve siècle av. J.-C., mais la fouille s’est arrêtée là à ce niveau, ce qui laisse espérer des strates et des structures archaïques plus profondes.

  3. Réfection des murs des îlots, réaménagements internes successifs jusqu’à l’époque hellénistique (iiie-iie siècles av. J.-C.).

  4. Construction de l’édifice en hémicycle, avec destruction d’une partie de l’îlot A mais insertion dans le plan général du quartier « bleu transversal ». Datation incertaine, au cours de l’époque hellénistique.

  5. Construction du portique, qui a peut-être préservé au moins partiellement l’édifice en hémicycle précédent, selon des modalités qu’il reste à préciser. iie siècle av. J.-C. ? La rue disparaît probablement à cette époque.

  6. Destruction complète de l’édifice en hémicycle et construction du bâtiment rectangulaire adossé au fond du portique. Datation incertaine.

  7. Destruction du portique et récupération de ses blocs. Antiquité tardive.

  8. Mise en place d’une tombe dans la tranchée de spoliation du mur du portique.

Le secteur 16

26L’autre finalité de la campagne 2010 dans la ville haute était de mieux connaître le grand portique à son extrémité orientale, à partir des anciens sondages 5 et 5c (cf. fig. 13, à droite).

Le mur de retour du portique et son environnement

27Au sud de l’ancien sondage 5, le premier objectif était de rechercher l’angle sud-est du retour du mur de fond du portique et la façade sud de l’avancée orientale, qui pouvaient, en vertu d’une symétrie avec l’extrémité occidentale du portique, se situer à une vingtaine de mètres au sud du mur du fond. Une quinzaine de blocs affleurèrent dès le premier jour de fouille, selon une distribution assez chaotique. Trois assises sont conservées au-dessus de l’euthyntéria du mur de retour du portique (fig. 15). Seule la file de blocs intérieure est conservée à ce niveau, car le parement externe, composé de beaux blocs de calcaire, a manifestement été récupéré. L’observation est valable pour l’ensemble de la partie nord du sondage, où la file intérieure des blocs du mur du portique est assez bien conservée, constituée exclusivement de blocs de grès, alors que les blocs du parement extérieur en calcaire ont tous été arrachés. Ce mur n’est pas homogène, car au nord un lit de petits fragments de pierre passe sous l’assise supérieure, ce qui implique la présence de deux phases. Cette couche, qui a été entièrement fouillée, contenait très peu de matériel céramique, ce qui interdit ici toute datation. D’autres niveaux d’occupation contemporains ou postérieurs à la destruction du portique ont été repérés au sud. À l’est du mur du portique, une concentration de couvre-joints à pan et de tuiles plates située dans la partie sud du sondage correspond à une fragmentation volontaire d’un toit corinthien. À la surface de cette couche, un mortier de terre cuite en position parfaitement horizontale et renversée a été récupéré. Dans la partie la plus méridionale du secteur, une couche composée de blocs de calcaire brûlés partiellement inclus dans la démolition du mur de retour et de terre blanchâtre s’étendant vers l’est pourrait correspondre à un four à chaux, dont le foyer circulaire est peut-être conservé.

28Au nord de l’ancien sondage 5, la connexion avec l’ancien sondage 5c a été réalisée, afin de libérer le mur de retour du portique sur une longueur significative. Sous la couche superficielle, pris dans une strate compacte composée de briques et de tuiles, ont été mis au jour sept fragments de blocs d’architecture. Ils correspondent à une phase de démolition avancée du portique, puisque le parement avaient déjà disparu au moment de leur dépôt. Dans le même secteur, sous les blocs de parement, l’apparition de la fondation qui fait saillie en plan à une altitude plus haute que son homologue à l’angle nord-est du bâtiment visible à la fig. 15 montre que le niveau de sol – vraisemblablement une voie – qui bordait le mur oriental du portique était animé d’une pente vers le nord, nécessaire pour raccorder le secteur de la porte orientale situé en contrebas et la plate-forme de l’agora (fig. 12).

29Trois bases de stèles ont été découvertes disposées contre le mur de retour du portique, à l’extérieur du bâtiment, près de l’ancien secteur 5 (fig. 16, et 13 pour la situation). Elles ne sont sans doute pas toutes contemporaines, certaines étant associées stratigraphiquement au portique, d’autres étant postérieures à sa construction. Du sud au nord (fig. 16) : 1. Stèle de calcaire blanc pulvérulent, qui pourrait être une base de pilier hermaïque avec mortaise sur la face supérieure, connue depuis 2006. À 10 cm environ au nord : 2. Base de grès. À 8 cm au nord : 3. Stèle ou autel de calcaire blanc dur couronnée par une corniche moulurée. On observe un pan coupé à gauche et les vestiges d’une cuvette d’encastrement sur la face supérieure.

Fig. 15 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Angle nord-est du portique, fondation et assise de réglage du mur de retour oriental, et emplekton de grès.

Fig. 16 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Bases contre le mur de retour du portique.

30En résumé cette zone est particulièrement riche en éléments de construction, concassés ou parfaitement conservés. L’angle sud-est du mur de retour du portique, comme la façade méridionale de l’avancée ne sont pas encore situés avec certitude ; néanmoins une hypothèse de travail peut être proposée puisque le mur est très mal conservé au-delà de la ligne de façade de la colonne (fig. 13, et 17). À l’extrême sud du sondage, des blocs irréguliers ont été mis au jour. Ils pourraient appartenir à la file de grès du mur de retour du portique, là où les blocs de parement, en calcaire, ont été récupérés. À la fin de la campagne de fouille 2010, la berme sud laissait lire la présence d’une couche sombre importante qui rappelle la fosse qui occupait la grande rue d’accès à l’agora depuis l’ouest (cf. Atlas d’Apollonia, p. 220-221). Cette observation, si elle prend consistance, est un indice de la présence dans ce secteur de la voie d’accès orientale à l’agora.

Fig. 17 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Mur de retour du portique (le nord est en haut de la photographie).

31Ce qui est remarquable est que la disposition des éléments et leurs associations stratigraphiques documentent plusieurs niveaux de destruction ou d’exploitation du site. Néanmoins, la fouille a aussi mis en valeur des constructions postérieures ou antérieures au portique qui en compliquent la compréhension. Dans le même secteur, immédiatement au sud des stèles et au niveau de ce qui paraissait être la fondation d’un pilastre du portique, un nouveau mur de direction est-ouest, bien parementé au sud, et équipé d’un emplekton de grès, paraît antérieur au mur de retour du portique d’après le rapport stratigraphique. Sa direction pourrait s’inscrire dans le réseau bleu transversal.

32À l’ouest du mur de retour du portique, à l’intérieur de l’avancée orientale du bâtiment, la situation stratigraphique est assez homogène. Sous la couche superficielle, on observe du nord au sud une strate beige très argileuse où le matériel est très mélangé. On a par exemple découvert dans cette couche un fragment de lampe à huile à vernis noir du ve siècle av. J.-C., un moule de figurine en terre cuite du type dit « Temple- Boy » (fig. 18), mais aussi un fragment de pithos décoré, et la partie dormante d’une meule à main.

33Au centre de ce secteur, des blocs irréguliers pris dans la couche argileuse, qui contient ici de la céramique archaïque, pourraient appartenir à un mur ancien, antérieur au portique, avec un retour ou refend vers l’ouest assez mal conservé. Il pourrait alors s’agir d’une maison ou d’un édifice du réseau bleu. Cette hypothèse sera examinée l’année prochaine.

Fig. 18 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. Moule d’une figurine en terre cuite du type « Temple-Boy ».

Une décharge de blocs d’architecture

34La découverte la plus remarquable de ce secteur est une forte concentration de blocs d’architecture décorés apparue à l’est du mur de retour (fig. 13). Il s’agit d’une fosse régulière de plan rectangulaire (dimensions intérieures : 1,76 m d’est en ouest et 1,54 m du nord au sud) délimitée au nord, au sud et à l’est par un alignement de blocs de calcaire décorés posés sur chant et contenant essentiellement des fragments d’architecture (fig. 19).

35Tous les blocs ont été systématiquement récupérés, même les plus fragmentaires, car ils appartiennent presque tous à une sima, probablement rampante (présence de faces de joints non perpendiculaires à l’axe de la décoration, fig. 20 et 21) couronnant une corniche corinthienne, et à une assise décorée d’une frise de perles et pirouettes. On relève aussi la présence de fragments doriques (chapiteau de pilastre, fragment d’architrave). La plupart de ces blocs sont jointifs et permettront, lors de la phase d’étude, de restituer cet ensemble architectural, mais aussi de proposer une anastylose.

36La sima pourrait être attribuée à un fronton que formait peut-être le toit du portique à l’extrémité sud de son avancée orientale, ou bien à un toit simple à pan unique. Un premier inventaire des fragments les mieux conservés montre que le point bas de la sima est à gauche. Au-dessus du méandre à svastikas, le rinceau d’acanthe est particulièrement riche, animé par une tige principale cannelée et torsadée, des fruits et des fleurs. L’ensemble est couronné par des postes très aériennes. Il sera sans doute possible de distinguer deux séries : l’une est sculptée dans un calcaire dur au grain grossier, aux tiges adventices de section rectangulaire et dont la tige principale est toujours torsadée ; l’autre série est travaillée dans un calcaire fin et tendre, la tige principale est cannelée mais pas torsadée, les tiges adventices s’enroulent plus énergiquement et leur section est circulaire.

37La fouille a permis de distinguer deux niveaux de remplissage de la fosse, car le contenu inférieur est composé de fragments plus petits. La fosse s’appuie contre l’assise supérieure du mur du portique, qui correspond à une réfection du mur, à une époque où l’édifice est démontée ou en cours de démontage. Le fond de la fosse correspond à l’altitude inférieure des blocs qui lui servent de contours.

38Comme chaque année, le matériel a été déposé dans les réserves de la maison de fouille. Les blocs de la sima du toit corinthien ont été numérotés et photographiés. Tous les fragments ont été conditionnés pour la campagne d’étude de printemps, qui sera consacrée en priorité au remontage de la décoration architecturale. Le matériel céramique a été inventorié mais sera traité lui aussi au printemps. Les 31 monnaies découvertes dans les deux secteurs ont été confiées à l’Institut archéologique d’Albanie pour restauration et étude à Tirana par Shpresa Gjongecaj.

Fig. 19 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. Décharge de blocs d’architecture, dont une sima monumentale à rinceau végétal.

Fig. 20 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. jointifs fragments de la sima avant le nettoyage.

Fig. 21 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. Fragment de la sima avec face de joint conservée à gauche.

39Cette première année de fouille, très prometteuse, ouvre déjà de nombreuses pistes de recherche : le matériel est abondant et parfois exceptionnellement bien conservé (la sima rampante dans le secteur 16, la série céramique d’époque hellénistique dans le secteur 15) ; l’examen de l’enchevêtrement des structures permet d’ores et déjà de formuler des hypothèses sur l’histoire complexe de ce quartier qui se trouve au cœur de la ville d’Apollonia mais aussi à la limite entre les quartiers d’habitation et l’agora – un secteur où se manifeste avec une grande acuité la concurrence urbanistique entre espace public et espace privé. Le programme prévoit aussi l’exploration du mur courbe au sud de l’agora, au pied de la colline 104, mur à « effet de voûte » limitant la place publique et répondant sans doute au mur d’analemma méridional de la colline 104 (cf. Atlas d’Apollonia, fig. 152 et 155).

40Cette campagne a aussi fourni l’occasion de réfléchir aux modalités d’une future mise en valeur de ce secteur d’Apollonia. On pourrait par exemple ériger avec les déblais de la fouille une butte qui permettrait l’observation des vestiges et montrerait à quelle altitude se situait le sol antique de l’agora, qui n’est plus conservé. Depuis cette plate-forme, il serait possible d’apprécier l’ensemble formé par le portique et l’agora et aussi de présenter les vestiges du portique et des limites de l’agora. Sur la terrasse sud de la colline 104, une sorte de belvédère est situé à mi-pente de la colline 104, d’où la vue est panoramique. Cette zone a été prospectée selon la méthode géophysique, et le résultat négatif autorise l’implantation d’une structure légère en bois (fig. 13).

Le grand caniveau du secteur G

41Cette grande canalisation avait été identifiée dans les sondages 2 et 3 de la campagne de 2009 (MEFRA 122-1, 2010, p. 241-245 et fig. 22). L’objectif de cette année était de la libérer depuis l’angle nord-est de la maison romaine (carré 2965/750) jusqu’à la partie souterraine repérée dans le sondage 3 à l’ouest (carré 2930/770) (fig. 22). Cet objectif a été atteint au prix de beaucoup d’efforts et de l’utilisation d’une vingtaine d’ouvriers répartis en 5 équipes : le fort dénivelé, la profondeur de la fouille atteignant plus de 2,50 m dans certains secteurs avec les problèmes de sécurité, l’abondance du matériel dans les différente couches, et notamment de très nombreux fragments d’enduits peints ont nécessité beaucoup d’attention. L’égout a été ainsi dégagé sur une distance de 39 m (fig. 23 et 24). Il suit une direction grosso modo nord-ouest/sud-ouest qui s’intègre parfaitement au réseau orthogonal urbain de la ville basse, et il marque vraisemblablement la mitoyenneté entre deux maisons d’un même îlot. On remarque toutefois des largeurs variables (entre 0,80 et 1,20 m, la largeur la plus constante s’établissant autour d’1 m), dues à des phases de réfection, et une certaine sinuosité des murs latéraux qui reflète les mouvements de terrain ayant affecté toute la zone. Le fond du caniveau (fig. 24) a totalement disparu sur une distance de 3 m à l’extrémité est de la partie en escalier (dans les carrés 2945/760-765). Cela a permis d’exécuter un sondage à cet endroit pour atteindre le sol vierge et la fondation des deux murs latéraux. Il présente également une partie lacunaire dans le carré 2950/760, et à l’extrémité occidentale de la section en V dans le carré 2960/750. Ces destructions rendent l’égout inutilisable du fait de la perte d’étanchéité ; il faut donc supposer une phase d’abandon et de destruction avant le moment où il est définitivement comblé avec les gravas provenant des maisons voisines.

Fig. 22 – Apollonia d’Illyrie. Planimétrie de la zone de fouille du secteur G.

42Il va de la cote supérieure de 56,54 à l’est jusqu’à la cote inférieure 51,14 à l’ouest ; cela représente un dénivelé de 5.40 m soit une pente moyenne de 13,8 % ce qui est considérable mais correspond bien à la déclivité naturelle de la colline à cet endroit. Il faut relever que cette pente n’est pas régulière ; en effet dans sa partie médiane (à l’angle sud-est du carré 2940/765), il présente un escalier de 7 marches qui sur une longueur de 2,10 m passe du niveau supérieur de + 178 (par rapport à la cote base) au niveau inférieur de + 68, soit une pente de plus 52 %. À l’est de cet escalier, la pente s’établit à 9,5 %, tandis qu’à l’ouest elle est de 15,6 %. Cette disposition en escalier est par ailleurs intéressante. Elle se situe dans une partie couverte du caniveau passant sous une rue qui marque la séparation entre deux terrasses se succédant le long de la pente. Il est aussi intéressant de noter que c’est à l’extrémité occidentale de cet escalier qu’a été retrouvé le buste viril en marbre (FM 1115 cf. infra).

43La fouille a permis d’identifier plusieurs phases de construction. La première remonte à l’époque hellénistique et se caractérise par l’utilisation de briques carrées de 38 cm de côté. À cette époque les murs des maisons limitrophes sont construits en blocs de grès. La deuxième phase correspond à l’époque impériale, avec l’utilisation de briques de plus grandes dimensions (42 cm minimum) qui viennent recouvrir les briques de la période précédente ou remplacer les parties devenues lacunaires. Les murs des domus romaines sont alors construits en briques, qui prennent appui sur les blocs de la période précédente.

44À l’extrémité orientale on observe un chemisage du mur sud de l’égout, avec le mur US 1051 qui à l’est prend légèrement appui sur le mur de la maison (US 1001), mais dévie pour venir intégralement s’appuyer à son extrémité ouest sur la paroi latérale sud du caniveau (fig. 23) ; ce mur est plus étroit que le mur nord de l’égout (US 1052) ce qui prouve bien qu’il ne lui est pas contemporain et correspond à une réfection. À cet endroit le fond du caniveau présente un profil en V et non pas en U comme partout ailleurs, avec seulement deux files de briques, ce qui confirme bien un réaménagement. Le profil en U élargi commence précisément à l’endroit où s’arrête le mur 1051 ; il est donc probable que cette section avec le profil en V correspond à la phase la plus récente de fonctionnement de l’égout.

Fig. 23 – Apollonia d’Illyrie. Vue générale du caniveau (depuis l’est).

Fig. 24 – Apollonia d’Illyrie. Relevé du fond du caniveau.

45À l’extrémité occidentale, la réfection du fond du canal, qui conserve les briques d’époque hellénistique avec un profil en simple U, s’observe sur le côté sud à la présence d’une épaisse couche de mortier hydraulique qui vient combler les lacunes laissées par les destructions des briques tout le long du mur (fig. 25). Jusqu’à la partie en escalier (fig. 26), le fond du caniveau ne comprend que deux files de briques placées horizontalement, ce qui correspond à la partie la plus étroite (80/85 cm). Après l’extrémité orientale de la partie en escalier, le fond du caniveau est composé de 3 files de briques, les deux files nord placées horizontalement, et la file sud, relevée obliquement contre le mur de la maison romaine (profil en U élargi) ; c’est dans cette section qu’on atteint la largeur maximale de 1,20 m. Sur les 39 m dégagés on peut donc identifier quatre sections différentes : d’est en ouest, la section à profil en V avec chemisage du mur 1051 (vraisemblablement la plus récente), la section en U élargi contemporaine de la maison romaine, la section en escalier, et enfin la section en simple U qui semble caractéristique de la période hellénistique. Du fait de la lacune, il est difficile de situer chronologiquement la partie à 7 marches, mais les modules des briques datent de l’époque hellénistique.

46La réoccupation du secteur à l’époque médiévale est attestée par la présence de plusieurs fosses circulaires qui viennent entamer les murs latéraux des caniveaux, repérables à la fouille par la terre noire qui les remplissait (visibles sur les fig. 25 et 26). Ces fosses devraient correspondre à des plantations d’arbres, car on n’a pas retrouvé de détritus à l’intérieur. Elles confirment l’abandon complet du site entre la fin de l’époque impériale et l’implantation au xiie siècle du sanctuaire de Sainte Marie de Pojan. Il est évident que le caniveau n’était plus visible à cette période, et que la zone n’a pas été réoccupée par des habitations.

Fig. 25 – Apollonia d’Illyrie. Extrémité occidentale du caniveau.

47La fouille a permis également de dégager trois linteaux en place qui confirment l’existence d’un dallage de couverture et le parcours souterrain de l’égout. Une dalle a même été retrouvée en place contre le parement ouest du premier linteau (US 1066) dans le carré 2945/760. Toutefois cette dalle a été déplacée dans l’antiquité avant d’être réinstallée de façon un peu bancale, au moment semble-t-il ou le caniveau a été comblé. C’est sous ce linteau US 1066 qu’a été découvert le buste féminin (FM1176) utilisé en remploi dans un muret (US 1080) servant à obstruer le canal (fig. 27). À partir de ce premier linteau l’égout entame vers l’ouest un parcours souterrain. À l’est de ce linteau l’égout est à ciel ouvert et est bordé des deux côtés par de hauts murs en briques ; le mur sud est celui de la maison romaine. Le mur nord US 1035 devrait correspondre à celui d’une autre maison. La présence de quatre trous de boulin à intervalles réguliers indique une élévation conséquente. Le fait que les assises inférieures de ce mur ne sont pas liées avec du mortier, alors que c’est le cas pour toutes les assises supérieures, est une forte indication de l’existence de deux phases. On sait par ailleurs qu’à l’époque hellénistique à Apollonia les constructions en briques sont liées simplement par une fine couche d’argile, le mortier n’étant utilisé qu’à la période romaine. Il faut donc en conclure que lors de la première phase de l’habitat hellénistico-romain, les élévations se faisaient en brique sur un socle de blocs en grès et/ou en calcaire, technique clairement attestée sur les remparts. Le deuxième linteau situé dans le carré 2940/765 était déjà brisé en deux (FB 1001) et a dû être déposé ; il prenait appui côté nord sur un pilastre qui a été déplacé dans l’antiquité, et reposé simplement contre la façade sur le côté opposé. Ce linteau marque la fin de la partie en escalier du fond du caniveau, et c’est à son niveau, côté est, qu’a été retrouvé le buste viril en position parfaitement verticale. Enfin le troisième linteau à l’angle des carrés 2935-2940/765-770 supporte encore un mur de briques (US 1081), bien conservé sur 9 assises malgré la destruction partielle de son parement causée par la fosse médiévale, (visible sur la fig. 26). Ce mur d’une largeur de 66 cm est plus large que ceux qui passaient plus à l’est sur les deux autres linteaux. Il est possible qu’il ait subi une réfection si l’on en juge d’après les quatre assises supérieures dont les briques sont d’un module différent de celui des assises inférieures.

Fig. 26 – Apollonia d’Illyrie. Partie en escalier du fond du caniveau.

Fig. 27 – Apollonia d’Illyrie. Buste féminin dans le muret bloquant le caniveau.

48Tout ceci conduit à faire l’hypothèse d’une rue de direction nord-sud qui serait bordée respectivement à l’est et à l’ouest par des murs supportés par le linteau 1066 et le linteau brisé FB 1001. Si tel est le cas, cette rue aurait une largeur d’environ 4 m. Malheureusement aucun niveau de sol n’a pu être clairement identifié dans l’espace situé entre les deux murs. On y a cependant repéré sur le côté nord la présence de nombreux fragments de briques qui ne peuvent pas appartenir à l’assise supérieure des parois du caniveau. Si on admet que la majeure partie de la rue à cet endroit était formée par les dalles de couverture du caniveau aujourd’hui disparue, on peut faire l’hypothèse que le reste de la chaussée était pavée de briques. La présence d’une rue expliquerait aussi pourquoi le fond du caniveau a été détruit seulement à cet endroit : une fois les dalles retirées, l’accès depuis la rue est public et commode pour l’évacuation des matériaux. On peut aussi observer que la partie en escalier débouche au niveau de cette rue et permet donc un accès plus facile, accès indispensable pour le curetage périodique de la canalisation. Un dernier argument plaidant en faveur de cette hypothèse est la présence des deux bustes déposés juste en correspondance avec les linteaux sur les deux côtés de la rue ; pour déposer ces objets – car ils n’ont pas été jetés – il fallait avoir un accès relativement aisé au caniveau.

49La fouille de l’égout a également apporté des informations nouvelles concernant la maison romaine à impluvium. À environ 1 m à l’ouest du linteau 1066 a été dégagée sur le mur méridional le déversoir d’une canalisation provenant de l’impluvium de la maison (fig. 28). La mise en place de cette canalisation a visiblement entrainé une démolition partielle de la partie supérieure du mur ; elle a donc été mise en place dans un deuxième temps, ce qui atteste l’existence d’au moins deux phases dans la maison romaine. Un autre élément intéressant est le dégagement d’un retour d’angle vers le sud du mur nord (US 1001) de la maison romaine, bien repérable au fait que le bloc présente une feuillure d’angle et une ciselure d’encadrement sur son parement occidental avec travail de bossage (fig. 29). Cet angle se situe à 2,70 m à l’est du linteau 1066. Le temps a manqué pour poursuivre le dégagement de ce qui devrait être la façade occidentale de la maison au moins dans une première phase. Cette donnée, si, elle devait se vérifier, modifie considérablement le plan de cette maison dont on pensait que l’aile occidentale du péristyle n’avait pas été dégagée par les fouilles albano-soviétiques. En effet on aurait une cour qui ouvre directement sur une rue, celle identifiée entre les deux linteaux. La maison présenterait donc un plan en U, ouvert en direction de la mer, ce qui peut se justifier d’autant plus qu’elle a un aménagement en terrasses épousant la pente de la colline.

Fig. 28 – Apollonia d’Illyrie. Déversoir provenant de la maison romaine.

50La stratigraphie reste assez simple et ne varie pas considérablement d’une extrémité à l’autre du caniveau. Une donnée importante est que la couche supérieure qui remplit l’égout déborde également sur ses deux côtés ce qui prouve que ce dernier remplissage s’est fait lorsque les structures mitoyennes étaient également détruites. Le muret 1080 obstruant la canalisation sous le mur 1066 est également intéressant car il montre une volonté délibérée de condamner l’égout avant la période de destruction des maisons alentour. La stratigraphie la plus complète est celle qui a été réalisée dans le carré à l’endroit où le fond du caniveau avait disparu, car le sondage a permis d’atteindre les couches vierges et les niveaux de fondation des murs latéraux 1055 et 1058. Si au nord le mur en briques 1058 repose sur des fondations en blocs de grès, au sud le mur 1055 repose directement sur le sol vierge, la semelle de fondation en briques faisant simplement saillie par rapport à l’élévation. La profondeur de ces fondations est surprenante ; elle suppose une élévation importante et s’explique aussi par la nécessité de résister aux mouvements de terrain particulièrement sensibles dans un secteur en forte déclivité. De haut en bas les couches identifiées sont les suivantes (fig. 30) :

  • US 1073 : couche de terre sombre immédiatement située sous la dalle de couverture, correspondant au dernier remaniement de la zone.

  • US 1054 : couche principale de destruction comblant le caniveau

  • US 1063 : couche fine, grise et cendreuse au contact avec le fond du caniveau US 1093 : couche de destruction du fond du caniveau US 1076a : terre argileuse marron, sous le niveau du caniveau, mais postérieure à la construction des murs latéraux 1055 et 1058.

  • US 1076 b : couche identique à la précédente mais avec cailloux et fragments de mortier ; peut correspondre au comblement des tranchées de fondation des deux murs latéraux.

  • 1094 : sol vierge.

Fig. 29 – Apollonia d’Illyrie. Bloc à feuillure d’angle marquant l’angle nord-ouest de la maison romaine.

Fig. 30 – Apollonia d’Illyrie. Stratigraphie du remplissage du caniveau.

51On doit signaler pour finir l’extraordinaire richesse et variété du matériel retrouvé dans les couches de comblement de l’égout, dans des conditions de conservations surprenantes. Il est datable des iie et iiie siècles ap. J.-C. Ainsi le buste viril est absolument intact, et le buste féminin n’a qu’un morceau du nez et de l’oreille gauche manquant. On signalera aussi le pied arraché à une statue en bronze (fig. 31). Les amphores sont très nombreuses et plusieurs timbres ont été identifiés. D’une manière générale c’est tout le matériel domestique utilisé dans les maisons limitrophes que l’on retrouve dans les deux couches qui remplissent l’égout. Les enduits peints, malheureusement très fragmentés, sont riches de couleurs polychromes avec de très beaux bleus et verts. Une étude préliminaire a déjà permis de reconstituer un décor de plafond.

Fig. 31 – Apollonia d’Illyrie. Pied de statue en bronze.

Note sur les deux bustes (FM 1115 et 1176)

52Le premier buste a été découvert le 13 Août ; il a été retrouvé en position verticale ce qui explique son parfait état de conservation. C’est un buste viril nu (fig. 32). Exécuté en marbre blanc, il mesure 84 cm de haut, pour une largeur de 54 cm entre les deux épaules. Il représente un homme jeune, au physique athlétique, la tête légèrement tournée vers la droite, avec une chevelure généreuse, dont les mèches épaisses et très bouclées, traitées au trépan, couvrent la moitié supérieure du front et la totalité des tempes, mais laissent les oreilles dégagées. L’homme est barbu, mais avec une barbe naissante rendue en très faible relief. La moustache dont les extrémités rejoignent la barbe, est elle aussi discrète. Il y a donc bien une volonté de l’artiste de représenter un homme jeune mais pas d’âge mur avec une barbe plus épaisse comme c’est le cas par exemple pour le portrait du jeune Commode conservé au Musée Pio Clementino du Vatican. Les yeux sont grand ouverts, sous des arcades sourcilières saillantes, et regardent au loin avec un regard qui, sans être inexpressif, reste cependant un peu absent ou exprime une certaine réserve ou fierté. Le nez long et busqué donne au portrait sa vraie personnalité. Le cou est épais, et il est à noter que la barbe descend jusqu’au niveau de la glotte. La musculature du torse est visible mais discrète. Toute l’attention du sculpteur s’est donc portée sur le rendu du visage, beaucoup plus que sur la précision anatomique du torse. Celui-ci est coupé assez bas et se termine par une tabula ansata de 12 × 7 cm, élégante par son profil incurvé terminé par des volutes. Elle représente une Victoire, vêtue d’une longue tunique, ailes déployées, la tête tournée vers l’arrière, qui conduit un bige courant vers la droite. L’exécution un peu gauche, est indéniablement de moindre qualité que celle du torse, et est la preuve d’une seconde main, sans doute un élève. Le choix de ce thème iconographique pourrait indiquer que l’homme a remporté une victoire à des concours, pas forcément à une course de biges, si on confère au motif une simple valeur symbolique. Le style permet une datation à la période antonine, dans la deuxième moitié du iie siècle. Pour le rendu de la chevelure, des yeux et de la barbe naissante, le parallèle le plus proche est celui du portrait de Volcacius Myropnous conservé au Musée d’Ostie et daté vers 160 ap. J.-C., ou le buste juvénile de Marc Aurèle conservé à l’antiquarium du Forum romain.

Fig. 32 – Apollonia d’Illyrie. Buste viril (FM 1115).

53Le second buste a été découvert moins d’une dizaine de mètres plus à l’est dans le même égout, le 23 août. Il s’agit cette fois-ci d’un buste d’une jeune femme, en marbre blanc comme le précédent, retrouvé renversé la face contre terre, mais intégré dans une construction qui visait à oblitérer le caniveau (fig. 33). Il mesure 46 cm de hauteur pour une largeur de 43,7 cm aux épaules. Son état de conservation est moins bon du fait de nombreuses incrustations calcaires encrassées, et le nez et l’oreille gauche sont légèrement endommagés. La tête est droite et regarde loin devant elle dans un port assez altier. L’impression qui se dégage est celle d’une pudeur mêlée à une fierté retenue mais réelle, qui souligne le caractère aristocratique du personnage. L’ovale du visage et encore accentué par la coiffure qui rallonge les dimensions de la tête, ce qui a pour effet de la mettre en valeur par rapport à la masse du buste, d’autant que le cou est assez haut. Les lèvres serrées et étroites sont proéminentes et charnues avec les commissures bien marquées. Les joues sont pleines, le menton rond un peu fuyant. Les yeux sont traités de la même façon que sur la statue précédente. Par contre le nez est plus discret, et parfaitement inscrit dans la courbe du profil. Les cheveux séparés par une raie médiane partent horizontalement des deux côtés en ondulant ; ils couvrent la moitié supérieure du front, passent au-dessus des oreilles très bien dessinées, pour se rejoindre dans le cou, avec une petite boucle qui retombe verticalement en avant de l’oreille. La coiffure correspond au tutulus, insigne des matres familias : il s’agit d’un chignon en torsades formé par les nattes enroulées ici sur quatre rangées et retenues par un turban à double tore qui permet de les surélever. Sur le torse on peut observer la différence entre les plis fins de la tunique qui colle à la peau avec un décolleté très chaste, et les plis beaucoup plus lourds du manteau qui barrent la poitrine juste à la naissance des seins.

Fig. 33 – Apollonia d’Illyrie. Buste féminin (FM 1176).

54La datation à l’époque antonine de ce second buste ne pose aucun problème. La coiffure permet des rapprochements faciles, avec par exemple un autre buste d’Apollonia, celui de Villia Dikaiosunè retrouvé en 1959 dans une nécropole de la ville, avec la tête en stuc du tombeau des Valerii dans les grottes vaticanes datée vers 160 ap. J.-C., ou avec le buste de Hanovre de la même époque. On peut aussi faire des rapprochements avec les portraits monétaires de Faustine l’aînée, l’épouse d’Antonin le Pieux.

55Étant donné la proximité des deux bustes, il est tentant d’y voir le portrait du mari et de sa femme qui habitaient dans l’une des maisons limitrophes. Le fait qu’il n’y ait pas d’inscription, notamment sur la tabula ansata du buste viril, est plutôt le signe qu’ils étaient conservés dans un contexte privé. On pourra être sensible à la valeur muséographique de ces deux pièces, vu la qualité de leur exécution et leur état de conservation. Du point de vue de l’histoire de l’art, elles n’apportent rien de vraiment nouveau car elles s’inscrivent dans des séries bien connues, tant à Apollonia que dans le reste du monde romain. Elles confirment ce que l’on savait déjà, à savoir le grand épanouissement culturel de la ville à l’époque antonine et sévérienne avec des ateliers qui n’ont rien à envier à ceux de Rome.

56Du point de vue du contexte archéologique, ces deux bustes posent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. En effet on comprend mal leur présence dans cet égout vu leur excellent état de conservation. On a même pensé au moment de la découverte du buste viril qu’il avait été intentionnellement déposé sous le dallage de couverture du caniveau, comme dans une cache, pour échapper à un pillage, mais la fouille attentive a entre les montré qu’il était impossible de l’isoler de la couche de destruction condamnant l’égout. La découverte du buste féminin en remploi dans un muret barrant le même caniveau a conduit à éliminer définitivement cette hypothèse, à partir du moment où on accepte que le sort des deux bustes est lié. Il faut donc admettre que ces deux objets d’art ont été volontairement placés dans des remblais qui ont comblé l’égout, ce qui revient à dire que, pour ceux qui les ont ainsi utilisés, ils n’avaient pas plus de valeur que les autres matériaux de destruction, à moins qu’on ne soit en présence d’un rite d’abandon.

57Une pré-publication de ces deux bustes a été faite dans la revue Archeologia (no 481, octobre 2010, p. 8-10). Les deux pièces se trouvent actuellement au musée archéologique de Tirana en attente d’être rapatriées au musée d’Apollonia lorsque celui-ci aura rouvert.

Restauration de la mosaïque de la maison du secteur G (fig. 34)

58Sur la pente sud-occidentale de la colline d’Apollonia, au secteur G des fouilles albano-soviétiques dirigées par les professeurs V. Bllavatski et S. Islami, se situe une maison romaine avec impluvium, dont les couloirs sont pavés de mosaïques polychromes. Seuls trois des quatre couloirs ont été découverts années 1958-60. Ces mosaïques ont été restaurées pour la dernière fois en 1983, mais depuis elles sont restées cachées sous la protection d’une couche de sable, les seules opérations de conservation entreprises consistant à les découvrir de temps en temps pour les aérer et changer le plastique. Les travaux de restauration ont porté cette année sur l’aile orientale du péristyle ; l’an dernier les travaux avaient commencé avec l’aile méridionale. Comme l’an dernier elle s’est faite sous la direction d’Agron Islami, responsable du Département des mosaïques à l’institut des Monuments de Tirana. Ces travaux réalisés du 16 au 30 juin, ont permis de remettre au jour et de les laisser visibles les mosaïques pendant toute la saison estivale, ce qui est une première. Cette initiative a largement contribué à la valorisation du site, si l’on en juge au nombre des touristes venant visiter ce secteur jusqu’alors complètement ignoré. Les mosaïques ont dû être recouvertes à la fin de la campagne d’été, car l’absence de couverture rend impossible de les laisser à l’air libre pendant la saison d’hiver, et les problèmes de gardiennage, et donc de sécurité, ne sont pas encore résolus au niveau du Parc archéologique.

Fig. 34 – Apollonia d’Illyrie. La mosaïque de l’aile orientale de la maison romaine après restauration (photomontage E. Follain).

59Les interventions pour la conservation ont consisté :

  • Au nettoyage de la végétation dense qui avait couvert tout le monument et son alentour. Au début des travaux toute la maison était cachée par cette végétation, par des arbustes et même des petits arbres. Il a fallu procéder au le nettoyage général de la maison et de son contexte environnemental.

  • À la remise au jour de la mosaïque de la partie sud-est du péristyle de manière graduelle, en enlevant d’abord le sable et puis le plastique afin d’éviter le sèchement rapide de la surface et le changement rapide thermique, qui est phénomène très dangereux pour les tesselles.

  • Au nettoyage mécanique des racines de plantes qui avaient pénétré sur et sous la surface de la mosaïque. En même temps, a été fait aussi le nettoyage des dépositions superficielles.

  • Au lavage de la surface mosaïquée en utilisant un détergent neutre dilué dans l’eau à 1-2 %.

  • Au remplacement du mortier là où il était lacunaire, et aux restaurations des bordures en consolidant le muret de briques.

  • Au replacement des tesselles qui ont été arrachéesde leur support en utilisant un mortier adéquat déjà employé l’an dernier.

  • À la restauration du muret de protection en brique qui entoure la mosaïque au nord et à l’ouest.

  • À l’aspersion d’un herbicide (Roundup) dans l’espace de l’impluvium et autour des structures afin de prévenir le développement de la végétation autour du monument, et dans la cour intérieure.

  • En collaboration avec le Direction de l’Atelier des Monuments de Tirana il a été possible de remplacer la partie endommagée de la clôture qui entoure le monument.

60Le temps a manqué pour atteindre l’extrémité nord du couloir, et les travaux se sont arrêtés au niveau de l’emblema central.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Atlas d’Apollonia = Apollonia d’Illyrie. 1. Atlas archéologique et historique, textes réunis par V. Dimo, Ph. Lenhardt et F. Quantin, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 391).

Fraisse-Moretti 2007 = Ph. Fraisse et J.-Ch. Moretti, Exploration archéologique de Délos XLII. Le théâtre, Paris, 2007.

Haut de page

Notes

1 Ont participé à cette campagne : F. Drini, J.-L. Lamboley (directeurs), Ph. Lenhardt (architecte mis à disposition de la mission par l’INRAP), V. Bereti, E. Follain, L. Koço, Fr. Quantin, S. Shpuza, A. Skenderaj, St. Verger (archéologues), A. Islami (restaurateur), A. Alçani, A. Dimo, L. Jaupaj, S.Metaj, E. Shkurti, A. Xhekaj, I. Zaloshnja, (techniciens), M.-H. Barrière, A. Buqinça, J. Clément, E. Gogo, V. Nuredini, F. Perrin, I. Reverdy, E. Tanka (étudiants).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 12 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Plan de situation des sondages de 2006-2008 et des fouilles de 2010 (secteurs 15 et 16) sur l’image de la prospection géophysique (Ph. L.).
Légende Fig. 13 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Implantation des sondages antérieurs et des fouilles de 2010 dans les secteurs 15 et 16 avec le tracé extrapolé des rues, du mur de fond du portique et de l’édifice en hémicycle (Ph. L.).
Légende 1. Niveau de rue à galets ; 2. Remblai hellénistique au-dessus du niveau de rue ; 3. Trace du mur arraché de délimitation de l’îlot B ; 4. Superposition avec décalage de plusieurs états du mur de délimitation de l’îlot B ; 5. Mur de délimitation de l’îlot A ; 6. Seuil d’une porte ; 7. Dernier état en fragments de tuiles hellénistiques du mur de délimitation de l’îlot A ; 8. Creusement hellénistique dans les couches anciennes de l’îlot B ; 9. Strates d’époque classique dans l’îlot A ; 10. Petits murs de séparation internes de l’îlot A, avec leur dernier état en fragments de tuiles hellénistiques ; 11. Tranchée de spoliation d’un grand mur (de terrassement ?) est-ouest ;12. Trace d’arrachement du mur de délimitation de l’îlot A ; 13. Restes du grand mur est-ouest au niveau des rues ; 14. Lit de fragments de tuiles et d’amphores ; 15. Façade méridionale et angle sud-est de l’édifice en hémicycle ; 16. Fondation du mur de fond du grand portique ; 17 fondation d’une colonne de façade du grand portique ; 18. Caniveau le long de la façade nord du grand portique ; 19. Édifice rectangulaire adossé au mur du portique ; 20. Caisson de tuiles (tombe romaine ou tardo-antique ?) dans la tranchée de spoliation du mur du portique.Fig. 14 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Zone de l’agora hellénistique : le secteur 15 vu de l’est (montage à partir de quatre photographies).
Légende Fig. 15 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Angle nord-est du portique, fondation et assise de réglage du mur de retour oriental, et emplekton de grès.
Légende Fig. 16 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Bases contre le mur de retour du portique.
Légende Fig. 17 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Mur de retour du portique (le nord est en haut de la photographie).
Légende Fig. 18 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. Moule d’une figurine en terre cuite du type « Temple-Boy ».
Légende Fig. 19 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. Décharge de blocs d’architecture, dont une sima monumentale à rinceau végétal.
Légende Fig. 20 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. jointifs fragments de la sima avant le nettoyage.
Légende Fig. 21 – Apollonia d’Illyrie, ville haute. Extrémité orientale du portique. Fragment de la sima avec face de joint conservée à gauche.
Légende Fig. 22 – Apollonia d’Illyrie. Planimétrie de la zone de fouille du secteur G.
Légende Fig. 23 – Apollonia d’Illyrie. Vue générale du caniveau (depuis l’est).
Légende Fig. 24 – Apollonia d’Illyrie. Relevé du fond du caniveau.
Légende Fig. 25 – Apollonia d’Illyrie. Extrémité occidentale du caniveau.
Légende Fig. 26 – Apollonia d’Illyrie. Partie en escalier du fond du caniveau.
Légende Fig. 27 – Apollonia d’Illyrie. Buste féminin dans le muret bloquant le caniveau.
Légende Fig. 28 – Apollonia d’Illyrie. Déversoir provenant de la maison romaine.
Légende Fig. 29 – Apollonia d’Illyrie. Bloc à feuillure d’angle marquant l’angle nord-ouest de la maison romaine.
Légende Fig. 30 – Apollonia d’Illyrie. Stratigraphie du remplissage du caniveau.
Légende Fig. 31 – Apollonia d’Illyrie. Pied de statue en bronze.
Légende Fig. 32 – Apollonia d’Illyrie. Buste viril (FM 1115).
Légende Fig. 33 – Apollonia d’Illyrie. Buste féminin (FM 1176).
Légende Fig. 34 – Apollonia d’Illyrie. La mosaïque de l’aile orientale de la maison romaine après restauration (photomontage E. Follain).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Lamboley, Faik Drini, François Quantin, Saimir Shpuza, Stéphane Verger, Altin Skenderaj, Erik Follain, Marie-Hélène Barrière, Philippe Lenhardt, Vasil Bereti et Agron Islami, « Apollonia d’Illyrie (Albanie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 242-262.

Référence électronique

Jean-Luc Lamboley, Faik Drini, François Quantin, Saimir Shpuza, Stéphane Verger, Altin Skenderaj, Erik Follain, Marie-Hélène Barrière, Philippe Lenhardt, Vasil Bereti et Agron Islami, « Apollonia d’Illyrie (Albanie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/500

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Lamboley

directeur de la mission épigraphique et archéologique française en Albanie, UMR 5189

Articles du même auteur

Faik Drini

directeur de la mission albanaise d’Apollonia, IAA

Articles du même auteur

François Quantin

EFA – EFR

Articles du même auteur

Saimir Shpuza

Articles du même auteur

Stéphane Verger

EFA – EFR

Articles du même auteur

Altin Skenderaj

Articles du même auteur

Erik Follain

Marie-Hélène Barrière

UMR 5189

Philippe Lenhardt

INRAP

Articles du même auteur

Vasil Bereti

IAA

Articles du même auteur

Agron Islami

Institut des Monuments de Tirana

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org