Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Loron (tar-vabriga, croatie)

Corinne Rousse, Francis Tassaux et Yolande Marion
p. 238-242

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Musée régional de Poreč (Croatie), Ausonius (Université de Bordeaux 3), École française de Rome et Istituto di Topografia antica (Università degli studi di Padova)

1La mission franco-croate intervient sur le site de Loron dans le cadre d’un accord quadripartite associant le Musée territorial de Poreč (Croatie-V.Kovačić), le centre Ausonius de l’université de Bordeaux 3, l’École française de Rome et l’université de Padoue (G. Rosada et A. Marchiori). Elle est financée pour la partie française par le ministère des Affaires étrangères et européennes et l’École française de Rome, dans le cadre d’un programme quadriennal intitulé L’Istrie et la mer. Les municipalités de Tar-Vabriga et de Poreč, l’office du tourisme de la commune de Tar-Vabriga (Turistička Zajednica Tar-Vabriga) et le ministère croate de la recherche apportent également à la fouille un soutien logistique et financier.

2La campagne 2010 a poursuivi l’exploration du secteur occidental de l’atelier d’amphores qui occupe la terrasse supérieure du module oriental du complexe artisanal (fig. 1). Construit vers 10 ap. J.-C. en même temps que l’ensemble du complexe, cet atelier est exceptionnel par son plan et la continuité de ses productions (ier-ive s. ap. J.-C.) : amphores à huile Dressel 6B, amphores vinaires (Dressel 2/4 ; amphores à fond plat), associée à une production de sigillée, de céramique commune, de briques et de tuiles. Nous avons choisi cette année d’achever la fouille du côté occidental de la cour et de compléter, en vue de sa publication, la documentation concernant les interventions depuis 2007 dans le secteur ouest de l’atelier (stratigraphie et mobilier). Les sondages et la révision de la stratigraphie dans le secteur occidental de la cour ont été réalisés par Audrey Bertrand (université de Paris 1-École française de Rome), Valerio De Leonardis et Giuseppe Silvestri (università degli Studi di Roma 3). Yolande Marion (Ausonius) et Paola Maggi (università degli Studi di Trieste) ont coordonné l’étude du mobilier avec Elyssa Jerray (université d’Aix-Marseille 1), responsable de l’inventaire 2010, et Julie Marangoni (université de Bordeaux 3). Claudio Taffetani (università degli Studi di Roma 3) a réalisé l’ensemble de la documentation topographique, avec une révision des différents relevés de l’atelier qui sera poursuivie durant l’année 2011.

Fig. 1 – Loron. Atelier d’amphores, Espaces 38/39 étudiés en 2010 (sondages S40-43), avec indication des accès à la cour.

La façade occidentale de la cour (espaces 38-39)

3Quatre sondages ont été réalisés dans les espaces 38 et 39 ouverts sur la cour, qui avaient déjà fait l’objet de décapages de surface (espace 39) et d’une fouille partielle (espace 38). Ils permettent de préciser la restitution architecturale de la façade occidentale de la cour, mais n’apportent aucune information sur la fonction des pièces, que l’on considère désormais comme des espaces de stockages en relation avec les activités artisanales réalisées dans la cour. Ainsi, deux sondages réalisés dans l’espace 39 confirment que cette pièce longue et étroite (32,5 m × 6 m) comporte deux ouvertures sur la cour, au nord et au centre, associée ici à un escalier. Le niveau de circulation a disparu, laissant apparaître de petits murets de terrassement observés pour la première fois sur le site (fig. 2). Il devait se situer à 20 cm au dessus de la dernière marche conservée de l’escalier, en restituant une marche supplémentaire dont l’empreinte est conservée au niveau du mur MR 3315 séparant l’espace 39 de la cour. Le plan de circulation dans l’espace 39 était ainsi nettement surélevé par rapport à celui de la cour. Le sondage S41 à l’angle nord-est de l’espace 39 révèle l’installation sur le mur MR 3315 d’un mur plus étroit de bonne facture associé à de multiples fragments de quarts de colonnes en calcaire ou en briques trouvés dans les couches de destruction (fig. 3). Or une élévation identique, rythmée par des colonnes semi-engagées en brique et en calcaires a été mise à jour par l’équipe italienne sur la façade orientale de la cour correspondant à l’espace 43, symétrique de l’espace 39 (fig. 4). L’aménagement de ces façades à colonnes semi-engagées semble plutôt correspondre à une réfection que nous sommes, à l’ouest comme à l’est, dans l’impossibilité de dater.

Fig. 2 – Loron. Espace 39, mur de terrassement appuyé sur le substrat (cliché C. Rousse).

Fig. 3 – Loron. Élévation correspondant à la façade occidentale de la cour, Espace 39 (cliché A. Bertrand).

Fig. 4 – Loron. Élévation correspondant à la façade orientale de la cour, Espace 43 (cliché F. Tassaux).

Fig. 5 – Loron. Espace 38, seuil aménagé, première phase (cliché V. De Leonardis).

Fig. 6 – Loron. Espace 38, réaménagement tardif du seuil, deuxième phase (cliché C. Taffetani).

4L’espace 38 avait fait l’objet d’une fouille dans sa moitié nord en 2005-2006, révélant une stratigraphie de comblement caractérisée par une forte densité de tuiles au timbre de Calvia Crispinilla. Une division interne, aménagée par une porte, avait également été mise à jour, avec un remaniement tardif visant à obturer le passage et le réemploi dans cet objectif d’une pierre d’ancrage de pressoir. Les sondages réalisés en 2010 ont cherché à préciser le plan original de cet espace construit dans l’angle sud-ouest de la cour, en étudiant le mur MR 3120 caractérisé à mi-parcours par un changement d’orientation qui donne à la moitié nord de la pièce un profil triangulaire. Le sondage S43, réalisé au niveau de ce changement d’orientation, révèle ainsi l’aménagement d’un passage ouvert sur la cour. Dans une première phase correspondant à la construction du complexe, cette porte est aménagée d’une pierre de seuil soigneusement taillée, dont les extrémités obliques s’adaptent parfaitement au changement d’orientation de l’élévation (fig. 5). Ce seuil est remanié dans une phase ultérieure, probablement à l’époque tardive. Un nouveau seuil constitué d’un bloc calcaire en remploi est simplement appuyé sur le précédent au niveau du passage (fig. 6). Un autre bloc en remploi est installé perpendiculairement au mur MR 3120. On voit ainsi comment avait été conçue la communication entre la cour et l’espace 38, pièce de service probablement couverte, prévue dans le plan original de l’atelier. À cet accès conduisait dans la cour un passage le long du mur MR 3120 constitué de tegulae posées à plat. Ces résultats permettent de conclure l’étude de la cour dans le secteur occidental et de consacrer la future campagne (2011) à l’étude de l’aile ouest de l’atelier, qui reste entièrement à dégager.

Révision de la stratigraphie et du mobilier dans le secteur occidental de l’atelier

5La révision de la stratigraphie a principalement concerné les différentes phases de construction de la réserve d’eau avec la réalisation de deux sections restituées nord-sud /est-ouest (fig. 7). Pour le mobilier, un réexamen complet de l’inventaire 2007 réalisé par P. Maggi confirme la chronologie précoce (10-40 ap. J.-C.) des premiers remblais installés au nord de la réserve d’eau (espace 37 nord). L’étude systématique de l’ensemble du mobilier amphorique (amphores à huile Dr 6B de Sisenna) prélevés dans ces remblais a été réalisée par Y. Marion.

Les amphores à huile Dr 6B de Sisenna (Y.M.)

6L’abondance du mobilier livré par les remblais du secteur nord-ouest de la cour donne désormais une bonne vision de la production d’amphores à huile Dr 6B du premier propriétaire de Loron (10-40 ap. J.-C.)

  • Le profil : séparant l’espace 39 de la cour 6B fabriquée à Loron présente un profil piriforme, typique des Dr 6B produites sur le pourtour nord et médioadriatique, mais s’en distingue par sa lèvre haute, très peu convexe, voire plutôt droite (fig. 8). Les fonds se caractérisent fréquemment par un profil en bouton, d’un diamètre de 6/7 cm et marqué par un bandeau d’une hauteur d’environ 3 cm.

  • Les timbres : Une amphore à huile sur quatre était estampillée. La signature du premier propriétaire se limite à son surnom au génitif, SISENNAE, inscrit dans un cartouche rectangulaire, associé à deux sortes de décor, une couronne ou/et une palme, définissant trois variantes (fig. 9) :

Variante 1 : (palme) SISENNAE (couronne)
Variante 2 : (couronne) SISENNAE (couronne)
Variante 3 : (palme souple ou demi-couronne) SISENNAE (couronne).

  • Les bouchons : Les bouchons destinés à ces amphores et dont on a retrouvé une matrice étaient moulés sur une face avec un décor de globules et de listels circulaires et un bouton central, l’autre face étant aplatie avec la paume de la main. Mais pour la première fois, l’un d’eux porte sur la face moulée les quatre premières lettres en relief du nom de Sisenna, S I S E, séparées par une ponctuation rectangulaire, provenant donc d’une matrice différente (fig. 10). Deux autres bouchons peuvent être rattachés à notre personnage : ils portent en effet sur la face moulée une couronne de laurier, traitée de manière différente sur l’un et l’autre (fig. 11).

Fig. 7 – Loron. Sections nord-sud AA’ et est-ouest BB’ de la réserve d’eau, Espace 47 (A. Bertrand, G. Silvestri et V. De Leonardis).

Fig. 8 – Loron. Amphore à huile Dr 6B de Sisenna (cliché Y. Marion).

Fig. 9 – Loron. Les trois variantes du timbre de Sisenna.

Fig. 10 – Loron. Bouchon portant sur la face moulée les lettres S I S E (dessin et cliché Y. Marion).

Fig. 11 – Loron. Bouchons avec couronne de laurier (clichés Y. Marion).

7Malgré toutes ces précisions, nous n’avons toujours pas pour l’instant les moyens de périodiser la fourchette chronologique de 10-40 ap. J.-C., comme semble le laisser penser les variantes de la signature.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Loron. Atelier d’amphores, Espaces 38/39 étudiés en 2010 (sondages S40-43), avec indication des accès à la cour.
Légende Fig. 2 – Loron. Espace 39, mur de terrassement appuyé sur le substrat (cliché C. Rousse).
Légende Fig. 3 – Loron. Élévation correspondant à la façade occidentale de la cour, Espace 39 (cliché A. Bertrand).
Légende Fig. 4 – Loron. Élévation correspondant à la façade orientale de la cour, Espace 43 (cliché F. Tassaux).
Légende Fig. 5 – Loron. Espace 38, seuil aménagé, première phase (cliché V. De Leonardis).
Légende Fig. 6 – Loron. Espace 38, réaménagement tardif du seuil, deuxième phase (cliché C. Taffetani).
Légende Fig. 7 – Loron. Sections nord-sud AA’ et est-ouest BB’ de la réserve d’eau, Espace 47 (A. Bertrand, G. Silvestri et V. De Leonardis).
Légende Fig. 8 – Loron. Amphore à huile Dr 6B de Sisenna (cliché Y. Marion).
Légende Fig. 9 – Loron. Les trois variantes du timbre de Sisenna.
Légende Fig. 10 – Loron. Bouchon portant sur la face moulée les lettres S I S E (dessin et cliché Y. Marion).
Légende Fig. 11 – Loron. Bouchons avec couronne de laurier (clichés Y. Marion).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Rousse, Francis Tassaux et Yolande Marion, « Loron (tar-vabriga, croatie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 238-242.

Référence électronique

Corinne Rousse, Francis Tassaux et Yolande Marion, « Loron (tar-vabriga, croatie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/504

Haut de page

Auteurs

Corinne Rousse

Articles du même auteur

Francis Tassaux

Articles du même auteur

Yolande Marion

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org