Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Le secteur central de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome, I-IIIe siècle). Indices archéologiques d’une crise brutale de mortalité.

Dominique Castex, Philippe Blanchard, Sacha Kacki, Hélène Réveillas et Raffaella Giuliani
p. 276-282

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
UMR 5199 PACEA-A3P (Bordeaux 1), Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac), Pontificia Commissione di Archeologia Sacra (Vatican), Institut national de recherche archéologique préventive (Tours, Lille, Strasbourg) et École française de Rome.

1La catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin, à l’instar de la grande majorité des catacombes romaines, est représentée par un vaste réseau funéraire souterrain, témoignage des premières communautés chrétiennes et de leur développement. Elle se distingue toutefois en raison de la présence, dans son secteur central, de plusieurs cavités de dimensions variées pour certaines reliées les unes avec les autres et ayant accueilli simultanément de très nombreux individus (fig. 49). Ces faits archéologiques particulièrement originaux dans un tel complexe funéraire ont été pour nous l’opportunité de reprendre l’étude emblématique de la catacombe des saints Pierre-et-Marcellin à laquelle Jean Guyon avait consacré sa thèse de doctorat (Guyon 1987).

2Afin de comprendre la signification de ces nouveaux espaces funéraires plusieurs missions archéologiques se sont succédées (2005/2006/2008/2010), menées sous la responsabilité de Dominique Castex (CNRS et co-responsable du projet quadriennal 20072010 de la MSHA) en co-direction avec Philippe Blanchard (Inrap) et sous le contrôle de la Commission Pontificale en la personne de Raffaella Giuliani, Inspectrice de la PCAS. La mission de 2011 était formée d’une équipe permanente régulière de 8 personnes, les deux responsables accompagnés de masters et doctorants de Bordeaux 1 et 3 et divers spécialistes en archéoanthropologie, soit environ une vingtaine de participants sur deux mois de fouille. Elles ont actuellement autorisé la fouille et l’étude des squelettes d’environ 700 individus.

Des enregistrements de terrain à l’hypothèse d’une sur-mortalité

3La stratégie de fouille s’est fondée sur des méthodes et des enregistrements relativement classiques mais cependant adaptés à un contexte particulier lié à la fois au milieu souterrain et à la nature des sépultures plurielles (fig. 50). Les dépôts archéologiques ont été disséqués en petites unités de stratification (US) se rapportant à un élément physique (couche de sédiments, ossements d’un squelette, etc) ou à une action évidente sans réalité matérielle (creusement d’une fosse par exemple) et des liens chronologiques entre chaque US (antériorité/ postériorité) ont été établis. Plusieurs de ces US ont ensuite été rassemblées dans des ensembles cohérents structurés volontairement ; des groupes ont ainsi été constitués sous les lettres « S » (pour sépulture), suivies d’un numéro d’ordre de 1 à n propre à chaque tombe étudiée ; des squelettes enregistrés sous un no d’US ont été quelquefois associés à des couches de plâtre ou des résidus de tissu (également inventoriés par US). Puis nous avons procédé à la mise en séquence, c’est-à-dire aux regroupements de couches stratigraphiques contemporaines ou immédiatement consécutives et qui relevaient de la même opération. Nous avons considéré que différents niveaux de sédiments (ou remblais) venant sceller un niveau de dépôt de cadavres dans une tombe appartenaient à une seule et même séquence. Enfin les séquences stratigraphiquement cohérentes et appartenant à une même utilisation ont été regroupées.

4Les diagrammes ainsi obtenus nous ont permis de révéler l’existence de plusieurs phases de dépôts à l’intérieur des différentes tombes (fig. 51). Des observations ostéologiques précises, révélant des juxtapositions et des superpositions de squelettes avec maintien des connexions anatomiques, ont permis d’affirmer le dépôt simultané (ou quasi-simultané) de plusieurs individus à l’intérieur de chaque phase ce qui traduit un phénomène de mortalité anormale. Actuellement, sur la base d’arguments archéologiques et stratigraphiques relevés dans différents espaces d’inhumations du secteur central de la catacombe, nous avons émis l’hypothèse que ces dépôts puissent être le témoignage d’une succession de crises de mortalité d’intensités variables – impliquant par conséquent un nombre d’individus plus ou moins important – entrecoupées de périodes plus calmes (Blanchard-Castex et alii 2007, p. 989-998 ; MEFRA, Chronique 2009, p. 287-297).

Fig. 49 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Secteur central de la catacombe : remplissage des salles (plan M. Ricciardi, PCAS ; Cl. D. Gliksman/INRAP et H. Réveillas/Inrap) et peinture du haut Moyen Âge (Cl. PCAS).

Modalités funéraires

5L’étude de la position des corps atteste d’une gestion relativement rigoureuse, les individus sont majoritairement couchés sur le dos, fréquemment côte à côte, parfois tête-bêche selon un axe nord-sud. Certaines phases renfermaient toutefois des dépôts moins bien organisés avec des sujets déposés sur le côté et plus fréquemment sur le ventre ; un individu a été retrouvé en position assise en appui contre la paroi. Ces positions pourraient être révélatrices d’inhumations davantage précipitées en relation avec un pic plus important de mortalité. La fouille des deux plus grands ensembles X83 et X84 (il s’agit probablement d’une seule et même tombe) initiée en 2008 et poursuivie pendant la campagne de 2010 nous a permis de constater une nouvelle fois l’organisation relativement bien maîtrisée des dépôts ; les individus couchés sur le ventre y sont cependant plus fréquents (fig. 52a et 52b). Outre ces observations classiques, nous avons cherché à comprendre comment s’est effectué le remplissage des corps dans chaque tombe en offrant une restitution tridimensionnelle des différentes salles du secteur central de la catacombe et du mode de dépôts des individus. Cette étude est réalisée par G. Sachau dans le cadre d’un doctorat sous la codirection de R. Vergnieux (Ausonius) et D. Castex (ULMR PACEA-A3P). Les premiers modèles obtenus ont d’ores et déjà permis de réattribuer certains individus à des niveaux de dépôts grâce à la visualisation des imbrications et juxtapositions des ossements (fig. 53). La restitution volumique s’est aussi révélée très intéressante pour répondre aux interrogations concernant la simultanéité des dépôts et la gestion des corps (Sachau et alii 2010, p. 163-172), le rythme de remplissage des tombes (point particulièrement important dans l’hypothèse retenue jusqu’à présent d’une crise de nature épidémique), la circulation des fossoyeurs, etc (fig. 54). En outre, cela devrait permettre à terme de mieux comprendre les fonctionnements des différentes salles entre elles.

Fig. 50 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Vue d’ensemble de la salle X83. Aménagements pour la fouille (Cl. D. Gliksman / INRAP).

Fig. 51 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Extrait du diagramme stratigraphique établi pour les quatre dernières phases de dépôt de la tombe X82T18.

Fig. 52 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Niveaux modélisés de la X83 (a) et de la X84 (b) montrant des individus déposés sur le ventre (*) (réalisation G. Sachau).

6Les premières analyses de certains vestiges récurrents ont apporté un éclairage singulier sur l’appareil funéraire des défunts et suscitent un certain nombre d’interrogations, à la fois sur le type de pratique funéraire mise en œuvre mais également sur le statut social des individus auxquels elle se rapporte (Giuliani-Castex et alii 2007, p. 83-124). En effet, la présence de certains matériaux suggère l’existence probable de draps de lin enveloppant de façon stricte des corps préalablement enduits de plâtre de la tête aux pieds. De nombreuses paillettes d’ambre de la Baltique, résine réputée rare et chère, ont été observées au contact de certains individus. À cette découverte s’ajoute celle de plusieurs petits fils d’or, le plus souvent résiduels, ainsi que celle d’une paire de boucles d’oreilles en or au contact d’un squelette. Au cours de la dernière campagne de fouille, des fragments de tissus bien conservés ont permis de constater la superposition de deux trames différentes, une grossière et une plus fine, un éventuel témoignage pour l’existence de pièces d’habillements. En raison de leur concentration et de leur disposition par rapport aux squelettes, la présence de nombreux fils d’or a renforcé l’hypothèse de pièces vestimentaires. L’ambre, toujours en grande quantité, se présentait sous la forme de fines particules incluses dans le plâtre ; d’autres résines y étaient associées dont de la Sandarac et de l’Oliban (Devièse et alii 2010, p. 115-140). Le matériel funéraire s’est résumé à un anneau en jais en place autour d’une phalange et à deux fragments d’épingles à cheveux en os au contact des crânes.

Fig. 53 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Utilisation de la modélisation tridimensionnelle pour la reconstitution des dépôts des sujets de la tombe X82T18 (réalisation G. Sachau).

Fig. 54 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Premier essai de restitution volumique des individus de la tombe X82T18 : les individus les plus jeunes occupent une position centrale, tout comme les femmes qui sont souvent placés contre les parois (réalisation G. Sachau).

Éléments de datation du secteur central de la catacombe

7Au départ, plusieurs monnaies, certaines sans position stratigraphique précise, et l’analyse de deux fragments de tissus, situaient chronologiquement ces ensembles entre la fin du ier et le premier tiers du iiie s. Le rare matériel funéraire découvert ne permet pas de datation très précise, les boucles d’oreilles en or sont répertoriées de la fin du Ier au début du iiie s., le jais utilisé en tant que parure et les épingles en os peuvent être utilisées sur une période chronologique assez étendue mais elles sont connues en Italie pour des contextes des ii-iiie s.

8Nous avons toutefois réussi à obtenir quelques datations C14 effectuées sur les ossements : une relativement précoce pour un squelette de la tombe X80/T16 a fourni un âge calibré de 28 à 132 ap. J.-C, deux autres beaucoup plus larges et en partie discordantes avec la précédente, de 80 à 250 ap. J.-C pour l’ensemble X84 et de 140 à 380 ap. J.-C pour l’ensemble X83.

9Ces premiers éléments de chronologie sont particulièrement importants car, d’une part, ils révèlent la précocité de l’utilisation de ce secteur central par rapport à ce que l’on connaissait du fonctionnement de la catacombe, voire des catacombes en général et, d’autre part, ils traduisent une mise en place des dépôts à des périodes différentes selon les secteurs.

10Ces données nous amènent actuellement à discuter la possibilité que les ensembles découverts puissent correspondre au noyau fondateur de la catacombe en tant qu’espace funéraire ; ils auraient pu être réinterprétés a posteriori comme des sépultures de martyrs chrétiens – en témoigne peut-être la peinture découverte (fig. 49) ? – et constituer alors le pôle (ou l’un des pôles) autour duquel se serait progressivement greffé le réseau funéraire connu actuellement.

Arguments pour une crise de mortalité de nature épidémique

11Malgré l’indigence de certains ossements – liée aux conditions particulières d’humidité régnant dans la catacombe – nous avons pu fournir un premier profil de mortalité sur la base de 536 sujets étudiés pour l’instant ; les individus issus de la dernière campagne 2010, soit 150 environ, n’ont pas encore fait l’objet d’une synthèse anthropologique. Les premiers résultats concernant l’âge font état d’une prédominance d’adultes jeunes et d’un déficit très important des sujets immatures (fig. 55a) ; ceux relatifs au sexe des adultes mettent en évidence un très fort pourcentage de sujets féminins (taux de masculinité de 21,5 %) (fig. 55b). D’une manière générale très peu de lésions pathologiques ont été identifiées, en tout cas aucune susceptibles d’évoquer des violences inter-humaines.

12Bien que la présence d’une peinture murale du haut Moyen Âge scellant le couloir d’accès à l’une de ces salles avait permis, en raison de certains détails iconographiques, d’émettre l’hypothèse de tombes de martyrs (fig. 49), des arguments archéologiques (simultanéité des dépôts par phases) et biologiques (aucune lésions osseuses spécifiques) nous autorisent donc à émettre l’hypothèse d’une crise de mortalité de nature épidémique (la rapidité d’action des germes infectieux ne permettant pas le développement de pathologies particulières), peut être même d’assez grande ampleur : s’agit-il de la fameuse peste « antonine » ou plus vraisemblablement une variole ? D’autres épidémies telles que le typhus, la dysenterie ou la rougeole pourraient être aussi des candidates sérieuses ; des analyses d’ADN bactérien permettront peut-être de le préciser. Nous savons que selon le type d’épidémie incriminée, l’impact démographique sur la population sera différent mais pour l’instant, la distribution par âge et par sexe des squelettes, bien que discordante comparée à celle d’une population naturelle, ne nous a pas permis d’identifier une pathologie infectieuse en particulier. Les individus prélevés en 2010, mieux conservés, viendront compléter nos données. Sur la base des premiers résultats obtenus (rapport nombre de squelettes sur surface fouillée), nous proposons une estimation de plus de 2500 individus dans les secteurs qui n’ont pas encore été exploités.

Fig. 55 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Représentation par grandes classes d’âges (a) et par sexe (b) des individus selon les secteurs étudiés.

Perspectives

13Le résultat d’un travail bibliographique récent nous a permis de découvrir l’existence de dépôts similaires dans une autre catacombe romaine, la catacombe de San Callisto (Wilpert 1910) ; ces dépôts se trouvent dans une position centrale par rapport au reste de la catacombe et avec une chronologie comparable. Cette découverte renforce donc l’hypothèse d’une ou plusieurs crises épidémiques de grande ampleur survenues à Rome entre les ier et iiie s. Les constats des deux catacombes nous permettent ainsi de renouveler les connaissances actuelles concernant la genèse et le développement de certains réseaux funéraires chrétiens romains. Outre son intérêt majeur pour la compréhension du fonctionnement même de la catacombe, voire de plusieurs catacombes, les premiers résultats obtenus pour la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin revêtent une importance capitale pour la connaissance des crises de mortalité du passé à plus large échelle (« peste » antonine ou variole, typhus, dysenterie ?) ce qui nous obligera à ouvrir nos champs de comparaison à d’autres sites liés à des crises de mortalité, un domaine de recherche en pleine expansion (Castex-Cartron 2009). La diversité des vestiges mis au jour est particulièrement propice au développement d’une véritable étude interdisciplinaire. Dans le but d’affiner, voire rediscuter nos premières interprétations une de nos priorités sera de compléter l’étude biologique (âge, sexe, éventuelles pathologies) et de procéder à de nouvelles datations. Nous souhaitons également recourir à des analyses plus spécifiques : recherche d’ADN bactérien, étude des vestiges textiles, analyses physico-chimiques sur le plâtre et l’ambre, étude archéoentomologique (traitement funéraire et cause des décès), analyse des variations des valeurs isotopiques du strontium (recherche d’une éventuelle mobilité des individus). Nous avons d’ores et déjà sollicité divers spécialistes mais aussi des étudiants pour des mémoires de recherche (masters, doctorants).

14Une part significative de nos objectifs à venir est de voir se concrétiser un certain nombre de questionnements importants, notamment l’affinage de la chronologie et les recherches en paléobiochimie moléculaire, ce que nous souhaitons engager rapidement maintenant grâce au financement lié à l’obtention du 2e prix Clio de la recherche archéologique française à l’étranger.

Haut de page

Bibliographie

Blanchard-Castex 2007 = Ph. Blanchard et D. Castex [en coll. avec M. Coquerelle, M. Ricciardi, R. Guiliani], A mass grave from the catacomb of Saint Peter and Marcellinus in Rome, second-third century AD, dans Antiquity, 81, 2007.

Castex-Blanchard et alii 2009 = D. Castex, Ph. Blanchard, H. Réveillas et S. Kacki, Les sépultures du secteur central de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome) : état des analyses bio-archéologiques et perspectives, dans Mélanges de l’École française de Rome, Chroniques, 121, 1, 2009.

Castex-Cartron 2009 = D. CASTEX ET I. Cartron (dir.), Épidémies et crises de mortalité du passé, Bordeaux, 2009 (Études, Ausonius, 15).

Devièse et alii 2010 = T. Devièse, C. Vanhove, R. Chapoulie, Ph. Blanchard, M.-P. Colombini, M. Regert et D. Castex, Détermination et fonction des substances organiques et des matières minérales exploitées dans les rites funéraires de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin à Rome (ier-iiie s.), dans I. Cartron, D. Castex, P. Georges, M. Charageat et M. Vivas (dir.), De corps en corps : traitement et devenir du cadavre, Bordeaux, 2010.

Giuliani-Castex et alii 2007 = R. Giuliani et D. Castex [en coll. avec Ph. Blanchard, M. Coquerelle], La scoperta di un nuovo santuario nella catacomba dei SS. Marcellino e

Pietro e lo scavo antropologico degli insiemi funerari annessi. Risultati preliminari di un’indagine multidisciplinare, dans Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, 79, 2006-2007.

Guyon 1987 = J. Guyon, Le Cimetière aux deux lauriers. Recherches sur les catacombes romaines, Rome, 1987 (BEFAR, 264).

Sachau et alii 2010 = G. Sachau, D. Castex, P. Mora et R. Vergnieux, Modélisation de deux ensembles funéraires de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin à Rome : objectifs et méthodes, dans R. Vergnieux et C. Delavoie (dir.), Virtual Retrospect, Archéologie et réalité virtuelle 2009, Bordeaux, 2010 (Archéovision, Ausonius, 4).

Wilpert 1910 = G. Wilpert, La cripta dei papi e la cappella di santa cecilia nel cimiterio di Callisto, Rome, 1910.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 49 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Secteur central de la catacombe : remplissage des salles (plan M. Ricciardi, PCAS ; Cl. D. Gliksman/INRAP et H. Réveillas/Inrap) et peinture du haut Moyen Âge (Cl. PCAS).
Légende Fig. 50 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Vue d’ensemble de la salle X83. Aménagements pour la fouille (Cl. D. Gliksman / INRAP).
Légende Fig. 51 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Extrait du diagramme stratigraphique établi pour les quatre dernières phases de dépôt de la tombe X82T18.
Légende Fig. 52 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Niveaux modélisés de la X83 (a) et de la X84 (b) montrant des individus déposés sur le ventre (*) (réalisation G. Sachau).
Légende Fig. 53 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Utilisation de la modélisation tridimensionnelle pour la reconstitution des dépôts des sujets de la tombe X82T18 (réalisation G. Sachau).
Légende Fig. 54 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Premier essai de restitution volumique des individus de la tombe X82T18 : les individus les plus jeunes occupent une position centrale, tout comme les femmes qui sont souvent placés contre les parois (réalisation G. Sachau).
Légende Fig. 55 – Catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome). Représentation par grandes classes d’âges (a) et par sexe (b) des individus selon les secteurs étudiés.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Castex, Philippe Blanchard, Sacha Kacki, Hélène Réveillas et Raffaella Giuliani, « Le secteur central de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome, I-IIIe siècle). Indices archéologiques d’une crise brutale de mortalité. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 276-282.

Référence électronique

Dominique Castex, Philippe Blanchard, Sacha Kacki, Hélène Réveillas et Raffaella Giuliani, « Le secteur central de la catacombe des Saints Pierre-et-Marcellin (Rome, I-IIIe siècle). Indices archéologiques d’une crise brutale de mortalité. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mefra.revues.org/509

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org