Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Palatin (Rome). Fouilles de la Vigna Barberini

Françoise Villedieu
p. 282-287

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Surintendance archéologique de Rome [en collaboration avec le Centre Camille Jullian et l’École française de Rome]

1Le programme de publication des recherches menées de 1985 à 1998 sur le site de la Vigna Barberini prévoyait à l’origine que les personnes concernées se concentrent sur la préparation du volume portant sur les soutènements de la terrasse. Dès 2009, ce programme a été fortement perturbé par la découverte de ce que l’on pense être le soubassement de la cenatio rotunda du palais de Néron et les conséquences de cet événement archéologique ont été plus lourdes encore en 2010.

La découverte de la cenatio rotunda

2Rappelons que les vestiges ont commencé à apparaître en septembre 2009 à l’intérieur d’un sondage entrepris par la Surintendance archéologique de Rome sur le site de la Vigna Barberini dans le but de compléter l’enquête menée par des ingénieurs sur les soutènements antiques de la terrasse. M. A. Tomei, responsable du secteur Forum -Palatin, avait confié la direction des travaux à l’auteur de ce texte, en lui donnant pour mission de trouver des éléments susceptibles d’expliquer certaines particularités du système de substruction. Le terrain a apporté une réponse claire à cette question en révélant la présence de bâtiments antérieurs à la création du terre-plein artificiel, des bâtiments qui ont été conservés en élévation pour structurer et contenir les remblais et, là où il a été possible de recourir à cette solution, le système de substruction flavien a été beaucoup moins développé que dans d’autres secteurs.

3Les résultats de la fouille ont cependant très largement dépassé le but que l’on s’était fixé puisque, en révélant la présence d’un pavillon de la Domus Aurea, ils ont également permis de reconnaître les vestiges d’un corps de forme circulaire que l’on est tenté d’identifier à la base sur laquelle se dressait la salle à manger de Néron, dont Suétone dit qu’elle tournait jour et nuit sur elle-même (praecipua cenationum rotunda, quae perpetuo diebus ac noctibus vice mundi circumageretur, SVET., Nero, XXXI, 3).

  • 1 L’auteur de ce rapport, responsable des travaux réalisés sur le terrain, était assistée par Marco R (...)

4Face à cette découverte, la Surintendance a abandonné le projet initial, qui prévoyait que l’on referme ce sondage, et décidé au contraire d’élargir l’espace exploré et de poursuivre les recherches. En conséquence, une petite équipe italo-française dirigée par l’auteur de ces lignes a mené l’enquête sur le terrain durant près de trois mois en 2009 et trois mois pleins en 20101. La Surintendance archéologique de Rome s’est dotée dans les deux cas des moyens financiers nécessaires pour réaliser les travaux sur le terrain, non sans toutefois faire appel à la collaboration du Centre Camille Jullian et de l’École française de Rome pour assurer l’encadrement scientifique de l’opération.

Les informations livrées par la fouille

5La campagne de 2009 avait permis de reconnaître la présence d’un bâtiment de plan circulaire mesurant 16 m de diamètre, au centre duquel se dresse un pilier de 4 m de diamètre (fig. 56). Ces deux éléments – le pilier et le mur annulaire – sont reliés par deux séries de huit arcs en plein cintre situées l’une au sommet de la construction, l’autre 6 m plus bas (fig. 57). Au-dessous de la seconde, le pilier continue et il faut donc restituer un niveau inférieur, non dégagé, qui se développait vraisemblablement sur environ 6 m de hauteur, comme le 1er étage (fig. 58). Sur la première série de huit arcs, placée entre rez-de-chaussée et 1er étage, devait reposer un plancher, tandis que le plancher de l’aménagement supporté par cette énorme tour prenait nécessairement appui sur les huit arcs du couronnement.

Fig. 56 – Le Palatin (Rome). Relevé en plan des vestiges mis au jour en 2009 et en 2010 sur le site de la Vigna Barberini : le bâtiment néronien et les constructions postérieures (dessin mis au net par M.S. Bianchi).

Fig. 57 – Le Palatin (Rome). Vue du pilier central et des arcs qui s’en détachent au sommet de la construction et au niveau du 1er étage.

6Le bâtiment est antérieur à la terrasse artificielle : il se dressait sur un terrain en pente, dont nous avons pu reconstituer approximativement le profil à partir des observations faites au cours de la fouille du secteur méridional de la Vigna Barberini et en étudiant les soutènements. Cette antériorité par rapport à la terrasse permet de le dater avant le début des années 70, date à laquelle commencent les travaux entrepris pour dresser l’aile nord du palais flavien à cet emplacement (Villedieu 2007, p. 141-143).

7Matériaux, modules et techniques de construction sont semblables à ceux des maçonneries du pavillon de la Domus Aurea conservé sur les pentes de l’Esquilin et ces similitudes engagent à penser qu’il s’agit de réalisations contemporaines. On note en outre, sur l’intrados des arcs, que le mortier des empreintes de coffrage conserve la fraîcheur d’une œuvre à peine achevée et qui est restée fort peu de temps en usage.

8Dès 2009, plusieurs indices suggéraient d’identifier ce bâtiment à la cenatio rotunda. En premier lieu, son plan circulaire, qui correspond donc à l’indication fournie par Suétone. Par ailleurs, le soubassement occupait une position de laquelle on jouissait d’un ample panorama couvrant les hauteurs du Palatin, le Capitole et le Forum, les divers corps de la Domus Aurea, le colosse, le lac en contrebas et les hauteurs du Caelius. À ces deux arguments s’ajoute le caractère exceptionnel de l’architecture, dû à son originalité, mais également à sa puissance. Sur un tel soubassement, il serait légitime de retrouver les vestiges de maçonneries imposantes, or il n’en est rien : le plan supérieur du mur annulaire, tout comme celui des arcs et du pilier central, est revêtu d’une couche de mortier soigneusement lissé et les seules traces observées à ce niveau sont à la fois légères et peu communes.

Fig. 58 – Le Palatin (Rome). Coupe sur la construction néronienne, restituant les parties qui n’ont pas encore été examinées et le contexte actuel (dessin M.S. Bianchi et L. Jacquin).

9Les éléments recueillis à la fin de l’année 2009 ne paraissaient pas suffisants pour permettre d’établir définitivement l’identité de la construction mise au jour. Quelques détails encourageaient à localiser un aménagement particulier, susceptible de renforcer l’hypothèse, au sud des éléments déjà dégagés et nous avons donc pris la décision d’élargir la fouille dans cette direction, ainsi que vers l’est. Cette seconde extension n’a pas livré encore d’informations, car la fouille n’avait pas atteint les niveaux néroniens à la fin de la campagne. Au sud, en revanche, sur les 40 m2 explorés, il a été possible d’atteindre et fouiller les niveaux néroniens sur une surface de 4 m2 et une profondeur de 6 m.

10Dans cet espace étroit se conservait un élément maçonné (US 8774) lié à la construction de plan circulaire, dont il se détache vers le sud. Cet appendice n’est, pour l’heure, que très partiellement dégagé, mais les observations que l’on peut faire sur la face interne du mur annulaire suggèrent de lui restituer une partie symétrique par rapport à un axe passant au centre du triangle défini par les deux arcs voisins. Cet élément, en outre, se développait vers le sud, mais il est impossible de restituer sa longueur ou de deviner si sa forme changeait au-delà de la partie connue.

11Le mur annulaire est lié au massif 8774, ainsi qu’à un muret (US 8582) dont le profil apparaît sur sa face interne. Ces différents éléments appartenaient donc à un aménagement particulier, installé dans l’appendice méridional (8774), ainsi que dans le tronçon du mur annulaire 8538 auquel l’appendice était lié. Le même aménagement se développait sur toute la hauteur du 1er étage du bâtiment circulaire et apparemment encore au rez-de-chaussée, ainsi que le laisse supposer la situation visible à la base des parties dégagées.

12L’installation comportait des pièces métalliques : l’un d’elles, en fer, est resté fixée dans la maçonnerie de l’appendice méridional, sur la limite de la cassure créée pour récupérer d’autres objets (fig. 59).

13La forme que dessinent les cassures au sein de l’aménagement indique que les objets que l’on voulait récupérer (apparemment les éléments métalliques cités ci-dessus) avaient été englobés et fixés dans la maçonnerie au moment de la construction. La nature de ces objets est toutefois encore mystérieuse. Sur les pans de maçonnerie marqués par la pointe des pioches des démolisseurs, et plus particulièrement sur le pan latéral ouest au niveau du mur annulaire 8538, ne subsistent que de rares traces des installations originelles. Il s’agit d’une part de l’angle interne de deux espaces qui devaient donc former des logements vides à l’intérieur de ce mur, des caissons ou une colonne technique. Sur le même pan de maçonnerie, se conservent trois cavités de forme carrée ou rectangulaire, alignées verticalement, qui gardent l’empreinte d’éléments horizontaux qui y étaient logés, peut-être des axes traversant l’espace correspondant à l’aménagement sud.

Fig. 59 – Le Palatin (Rome). Face occidentale de l’appendice méridional, sur laquelle apparaît un objet en fer fixé dans la maçonnerie.

14Il faut sans doute rapprocher de cet aménagement, qui pourrait selon nous être le mécanisme ayant permis d’entraîner la rotation de la cenatio, les blocs de travertin trouvés à proximité et couverts d’un épais dépôt calcaire suggérant qu’ils ont revêtu une conduite d’eau.

15La fouille effectuée en 2010 a permis par ailleurs de dégager entièrement la baie qui perce le mur annulaire 8538 au sud (fig. 60) et de déboucher sur un espace délimité à l’est par la paroi externe de l’appendice méridional 8874 et au sud et à l’ouest par des fondations postérieures (fin ier et iie siècle) qui l’ont amputé et nous interdisent donc d’en connaître l’extension et la forme. Dans le sol est aménagée une ouverture dont seuls deux côtés ont été épargnés ; on suppose qu’elle communiquait avec un niveau inférieur, correspondant au rez-de-chaussée de la construction circulaire.

16Sur la paroi externe du mur annulaire 8538 dégagée durant cette campagne apparaît un arc de décharge fait de bipédales qui surmonte la plate-bande couvrant la baie (fig. 61). Dans la partie supérieure du mur sont restés en place un bloc de calcaire intact et partie d’un autre, brisé au moment de la démolition de l’aménagement méridional logé dans les murs 8874, 8838 et 8582. Placés à 0,76 m sous le niveau supérieur de la construction, à 2,40 m au-dessus de la baie, ces blocs sont en outre décalés par rapport aux montants latéraux de cette dernière. Il est donc exclu que leur fonction puisse être en relation avec cette ouverture. Pour déterminer leur rôle dans la construction il faudrait avant tout savoir si ces blocs sont isolés ou s’il y en avait d’autres, et si, dans le second cas, ils se concentraient dans un seul secteur du bâtiment ou s’ils étaient disposés régulièrement sur tout son pourtour.

Fig. 60 – Le Palatin (Rome). Baie qui, au 1er étage, débouche sur un espace de service situé à l’extérieur du bâtiment de plan circulaire.

Fig. 61 – Le Palatin (Rome). Pan du mur annulaire dégagé au sud du bâtiment. Dans la partie haute est présent l’un des blocs de calcaire fixés dans la maçonnerie externe ; à droite : l’appendice méridional ; à gauche : l’espace le service.

17Compte tenu de l’enjeu de la recherche, la Surintendance a accepté de faire démonter une partie des maçonneries construites au cours du iie siècle sur le sommet du pilier central. À cet emplacement il a ainsi été possible d’examiner plusieurs traces d’aménagements. Parmi celles-ci il faut sans doute accorder une place particulière à la cavité qui occupe le centre exact du bâtiment et mesure 16 cm de diamètre pour 24 cm de profondeur. Cette dernière dimension est mesurée à partir du niveau supérieur de la maçonnerie principale, un niveau auquel se superpose un remblai de nivellement, scellé à son tour par un sol de mortier très solide, présentant une surface lisse. C’est dans ce sol et dans les niveaux antérieurs que s’inscrivent deux cavités hémisphériques remplies d’une argile fine, ainsi que d’autres cavités similaires, mais qui d’une part ne conservaient pas de trace d’argile et, par ailleurs, correspondent à des aménagements apparemment abandonnés au profit des deux premières cavités hémisphériques décrites (fig. 62). Celles-ci doivent être rapprochées de trois éléments similaires mis au jour en 2009 au sommet de l’un des arcs.

18En conclusion, si la campagne de 2010 n’a pas permis de démontrer sans équivoque que la construction mise au jour peut être identifiée à la cenatio rotunda, le nombre des indices réunis en faveur de cette hypothèse a augmenté. Ainsi, la cavité occupant le centre du pilier pourrait être en relation avec le logement d’un axe autour duquel pivotait le pavement. Les creusements hémisphériques évoquent les galets de la plate-forme tournante du lac de Némi. Les traces d’arrachements nous incitent à rechercher dans la partie méridionale les restes d’un mécanisme, sans doute hydraulique, ayant permis d’entraîner le pavement dans un mouvement rotatif lent et régulier. On devine derrière cette réalisation la présence de Sévère et Celer, les deux architectes qui ont participé à la construction de la Domus Aurea et dont Tacite vante l’ingéniosité (Annales, XV, 42). Si l’interprétation avancée ne laisse plus guère de place au doute, les données disponibles actuellement ne permettent pas de reconstituer exactement le mécanisme et l’on s’interroge sur l’aspect de cette salle à manger et ses relations avec le pavillon du palais dont on devine la présence dans ce secteur du Palatin. La poursuite des recherches s’impose donc pour compléter l’enquête.

Fig. 62 – Le Palatin (Rome). Traces d’aménagements mises en évidence au centre du sommet du pilier.

La recherche de fonds

19Si la découverte de la cenatio rotunda a suscité un vif intérêt auprès du grand public et des spécialistes, les démarches que nous avons entreprises pour doter de moyens financiers cette opération, qui n’avait pas été programmée en amont, n’ont, pour l’heure, pas été couronnées de succès. Citons, parmi les initiatives prises en 2010 notre réponse à l’appel d’offre PEPS 2010, notre participation au concours pour le prix Clio et une proposition présentée à la Fondazione Roma. Compte tenu des enjeux, nous envisageons de poursuivre nos efforts dans ce sens.

Publication du volume sur les soutènements de la terrasse

20Bien que les fouilles aient orienté une bonne part de nos activités vers la construction néronienne en nous détournant de nos objectifs précédents, elles ont également apporté des informations qui enrichissent notablement notre connaissance du système de soutènement. En 2010, la préparation de la publication du volume portant sur les substructions de la terrasse antique a progressé principalement sur le front des illustrations, dont le rôle sera déterminant. Des dessins ont été réalisés, en collaboration avec Jérémy Schodet, pour illustrer les techniques de construction qui ont été adoptées à l’époque flavienne, sous le principat d’Hadrien et à l’époque sévérienne pour bâtir les éléments destinés à supporter la terrasse artificielle. D’autres dessins aideront à suivre la description de secteurs très complexes comme les escaliers, dont l’analyse stratigraphique a permis de retrouver l’agencement. D’autres, enfin, restituent des détails de la construction en se fondant sur nos observations. En parallèle, Laure Jacquin a mis au point une charte graphique nécessaire pour mettre en forme les illustrations du futur ouvrage. Enfin, l’élaboration des dessins qui, en élévation et plan, livrent un état des lieux très précis et traduisent les résultats de l’étude stratigraphique a progressé grâce à la collaboration de Maria Sole Bianchi. Ce dernier volet du travail nécessitera encore quelques mois de travail avant de permettre de passer à la phase de mise en forme définitive des illustrations. Si l’équipe peut disposer d’outils efficaces, cette tâche peut être réalisée en six mois. L’intégration dans le texte des informations issues du dialogue qui doit être établi entre les dessins, qui offrent une nouvelle vision des données, et les observations faites sur le terrain est encore à faire ; l’auteur estime à trois mois pleins le temps nécessaire pour conclure la rédaction.

Étude du mobilier de la fouille

21En 2010, la responsable de l’opération a donc été amenée à guider et encadre le travail des collaborateurs cités ci-dessus. Elle a par ailleurs engagé un programme de recherche portant sur le mobilier issu de la fouille de la Vigna Barberini. Deux membres du Centre Camille Jullian ont séjourné à Rome pour y participer, Danielle Foy pour étudier des objets en verre et Myriam Sternberg des restes de l’ichtyofaune, tandis qu’une doctorante de l’Université de Provence, Julie Leone, entreprenait d’examiner les restes de vases à parois fines. Avec ces travaux, l’exploitation des nouvelles fouilles ne fait que commencer, la poursuite des recherches imposant de leur prévoir un développement important au cours des prochaines années.

Haut de page

Bibliographie

Villedieu 2007 = Fr. Villedieu (en collaboration avec avec N. André et M.L. del Tento), Vigna Barberini II. Domus, palais impérial et temples : stratigraphie du secteur nord-est du Palatin, Rome, 2007 (Roma Antica, 6).

Haut de page

Notes

1 L’auteur de ce rapport, responsable des travaux réalisés sur le terrain, était assistée par Marco Rossi et Barbara Faticoni en 2009, Marta Fedeli, Simona Libetti, Valeria Fontana et Laura David, auxquelles se sont joints pendant quelques semaines Stéphane Abellon, Jérémy Kohler et Riccardo Montalbano, en 2010. La base topographique a été implantée par Ugo Colalelli et Maria Sole Bianchi en 2009, par cette dernière et Jérémy Schodet en 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 56 – Le Palatin (Rome). Relevé en plan des vestiges mis au jour en 2009 et en 2010 sur le site de la Vigna Barberini : le bâtiment néronien et les constructions postérieures (dessin mis au net par M.S. Bianchi).
Légende Fig. 57 – Le Palatin (Rome). Vue du pilier central et des arcs qui s’en détachent au sommet de la construction et au niveau du 1er étage.
Légende Fig. 58 – Le Palatin (Rome). Coupe sur la construction néronienne, restituant les parties qui n’ont pas encore été examinées et le contexte actuel (dessin M.S. Bianchi et L. Jacquin).
Légende Fig. 59 – Le Palatin (Rome). Face occidentale de l’appendice méridional, sur laquelle apparaît un objet en fer fixé dans la maçonnerie.
Légende Fig. 60 – Le Palatin (Rome). Baie qui, au 1er étage, débouche sur un espace de service situé à l’extérieur du bâtiment de plan circulaire.
Légende Fig. 61 – Le Palatin (Rome). Pan du mur annulaire dégagé au sud du bâtiment. Dans la partie haute est présent l’un des blocs de calcaire fixés dans la maçonnerie externe ; à droite : l’appendice méridional ; à gauche : l’espace le service.
Légende Fig. 62 – Le Palatin (Rome). Traces d’aménagements mises en évidence au centre du sommet du pilier.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Villedieu, « Palatin (Rome). Fouilles de la Vigna Barberini », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 282-287.

Référence électronique

Françoise Villedieu, « Palatin (Rome). Fouilles de la Vigna Barberini », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/526

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org