Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Portus altitudes de structures archéologiques par rapport au niveau marin antique (Secteur : Magazzini di Traiano et Darsena)

Jean-Philippe Goiran, Ferréol Salomon, Évelyne Bukowiecki et Giulia Boetto
p. 288-294

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
École française de Rome, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma, sezione di Ostia, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (UMR 5133) et Centre Camille Jullian (UMR 6573)

1L’objectif de ce travail est de mettre en relation l’altitude de différents types de structures archéologiques à Portus (quais, bittes d’amarrage, seuils, sols, égouts, bases de colonnade, suspensurae...) avec le niveau marin biologique antique. En effet, connaitre la hauteur de telle structure par rapport au niveau marin de l’époque permet de répondre à des questions précises comme la nature et la fonction d’un édifice.

2Jusqu’à présent, les structures étaient calées par rapport à un point topographique local ou, dans le meilleur des cas, par rapport au niveau marin actuel. Afin d’obtenir un raisonnement plus juste, il devenait nécessaire de réaliser un nivellement à l’échelle d’un quartier portuaire de Portus (fig. 63 et 64). Ce travail topographique étant susceptible d’être transposé, dans les prochaines années, vers d’autres secteurs.

Le niveau marin (moyen) biologique en Méditerranée

3Lorsque les sociétés antiques ont commencé à construire les structures portuaires à Portus, les organismes marins les ont utilisées comme substrat pour s’y fixer. Ces organismes (huîtres, vermets, balanes...) se développent principalement dans l’étage infralittoral (qualifié également de sous-marin) et dans l’étage médiolittoral (zone des vagues et de variation de la marée). En théorie, le niveau marin moyen biologique correspond à la limite verticale entre la biocénose médiolittorale et infralittorale. En pratique, il convient de mesurer le niveau de peuplement supérieur des huitres et/ou vermets et/ou balanes. Cependant, selon l’exposition de la structure portuaire à la houle, ce niveau marin biologique peut varier. Ainsi le niveau marin biologique mesuré sur la face externe (exposée au large) est plus haut que celui repéré sur la face interne, dans le bassin portuaire, soumis à un mode calme.

Le niveau marin biologique de Portus

4Nous avons repéré le niveau marin biologique sur les quais de Claude (près du Musée des Navires) et de Trajan (dans la Darsena et sur le quai fouillé par Simon Keay dans le secteur PTXI). Chaque fois nous avons observé des balanes et parfois des huitres et des vermets. Dans ce travail, nous avons utilisé un niveau topographique monté sur trépied et une mire.

Fig. 63 – Portus. Localisation.

Fig. 64 – Portus. Altitude de différents points dans le quartier des Magazzini et de la Darsenna (Portus) par rapport au niveau marin biologique antique.

5Les 3 repères biologiques se situent au même niveau à quelques cm près. Le niveau marin biologique découvert sur le môle de Claude a été daté par le radiocarbone de 2115 ± 30 BP soit 230 à 450 ap. J.-C. (code LY-4198). Cette datation, un peu tardive, correspond à la dernière génération de balanes qui se sont développées sur les quais.

6Nous souhaitions connaitre la différence d’altitude entre le niveau marin biologique antique et le niveau marin biologique actuel. Pour cela nous avons mesuré le peuplement supérieur de balanes dans la Darsena antique et dans la darsena du port actuel de Fiumicino. La différence d’altitude est de l’ordre de 80 cm. Le niveau marin biologique antique est donc 80 cm en dessous du niveau marin biologique actuel. Cette différence s’explique à la fois par le phénomène de subsidence (très fréquent sur les deltas) et par la hausse du niveau marin suite au réchauffement climatique.

Référence bibliographique : Goiran J.-Ph., Tronchere H., Collalelli U., Salomon F., Djerbi H., 2009, « Découverte d’un niveau marin biologique sur les quais de Portus : le port antique de Rome », Méditerranée, 112, p. 59-67.
Fig. 65 – Portus. Altitude par rapport au niveau marin (biologique) antique et actuel (en mètres) (d’après Goiran et al., 2009).

Fig. 66 – Portus. Le sommet de cette colonne ou (bitte d’amarrage ?) est à 1,68 m au dessus du niveau marin biologique antique (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).

Fig. 67 – Portus. La hauteur de cette marche (escalier reconstruit) est de 1,07 m au-dessus du niveau marin biologique antique. La hauteur de la 4e marche, la plus haute, est de 1,82 m au-dessus du NMBA (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).

Fig. 68 – Portus. La hauteur de la base de cette niche est de 0,79 m au dessus du niveau marin biologique antique (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).

Fig. 69 – Portus. La hauteur de la marche la plus basse conservée sur cette face nord est de 1,60 m au-dessus du niveau marin biologique antique. La 2e marche est à 1,90 m au-dessus du NMBA (cliché J.-Ph. Goiran, CNRS).

7La figure 64 représente différents points de mesures calés par rapport au niveau marin biologique antique repéré dans la Darsena. La figure 65 rassemble, sous forme de tableau, les mesures de ces différents points par rapport au niveau marin biologique antique (colonne 2) et par rapport au niveau marin biologique actuel (colonne 3). Les photos (fig. 66 à 69) illustrent certains niveaux calculés dans ce travail réalisé en octobre 2010.

8La découverte de ce niveau marin biologique et sa mise en lien altitudinale avec les données archéologiques va permettre de mieux comprendre le fonctionnement de certains types de construction à Portus et de préciser la profondeur des bassins et des fondations des moles grâce à l’utilisation de carottages.

9À l’avenir, nous souhaiterions étendre ce travail altimétrique à l’échelle de Portus et proposer de caler l’ensemble des travaux actuels et futurs par rapport à un seul niveau repère : le zéro marin biologique antique. À Portus, nous avons la chance que ce niveau de faune fixé ait été préservé. L’utiliser comme zéro de référence permettrait de mieux relier tel ou tel type de structure à son niveau marin contemporain. Enfin, avec un zéro marin commun, l’ensemble des chantiers archéologiques de Portus pourraient désormais être facilement comparables entre eux.

Fig. 70 – Portus. La hauteur du sol (à gauche sur la photo, à la base de la mire) est de 2,83 m au-dessus du niveau marin biologique antique. La base des suspensurae est de 2,16 m au-dessus du NMBA (cliché J.-Ph. Goiran, CNRS).

Fig. 71 – Portus. La hauteur de ce sol (dont la date est, pour le moment, inconnue) est de 2,3 m (base de la mire, au-dessous des suspensurae) au-dessus du niveau marin biologique antique (cliché J.-Ph. Goiran, CNRS).

Fig. 72 – Portus. La base de la colonnade de Claude est à 2,22 m (base de la mire) au-dessus du niveau marin biologique antique (la mire, ici entièrement déployée, à une hauteur de 5 mètres) (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).

Fig. 73 – Portus. Peuplement supérieur de balanes observé dans la darsena du complexe de Trajan. Il s’agit du niveau marin biologique antique utilisé dans ce travail comme niveau zéro (source : Goiran et al., 2009).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 63 – Portus. Localisation.
Légende Fig. 64 – Portus. Altitude de différents points dans le quartier des Magazzini et de la Darsenna (Portus) par rapport au niveau marin biologique antique.
Légende Référence bibliographique : Goiran J.-Ph., Tronchere H., Collalelli U., Salomon F., Djerbi H., 2009, « Découverte d’un niveau marin biologique sur les quais de Portus : le port antique de Rome », Méditerranée, 112, p. 59-67.Fig. 65 – Portus. Altitude par rapport au niveau marin (biologique) antique et actuel (en mètres) (d’après Goiran et al., 2009).
Légende Fig. 66 – Portus. Le sommet de cette colonne ou (bitte d’amarrage ?) est à 1,68 m au dessus du niveau marin biologique antique (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).
Légende Fig. 67 – Portus. La hauteur de cette marche (escalier reconstruit) est de 1,07 m au-dessus du niveau marin biologique antique. La hauteur de la 4e marche, la plus haute, est de 1,82 m au-dessus du NMBA (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).
Légende Fig. 68 – Portus. La hauteur de la base de cette niche est de 0,79 m au dessus du niveau marin biologique antique (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).
Légende Fig. 69 – Portus. La hauteur de la marche la plus basse conservée sur cette face nord est de 1,60 m au-dessus du niveau marin biologique antique. La 2e marche est à 1,90 m au-dessus du NMBA (cliché J.-Ph. Goiran, CNRS).
Légende Fig. 70 – Portus. La hauteur du sol (à gauche sur la photo, à la base de la mire) est de 2,83 m au-dessus du niveau marin biologique antique. La base des suspensurae est de 2,16 m au-dessus du NMBA (cliché J.-Ph. Goiran, CNRS).
Légende Fig. 71 – Portus. La hauteur de ce sol (dont la date est, pour le moment, inconnue) est de 2,3 m (base de la mire, au-dessous des suspensurae) au-dessus du niveau marin biologique antique (cliché J.-Ph. Goiran, CNRS).
Légende Fig. 72 – Portus. La base de la colonnade de Claude est à 2,22 m (base de la mire) au-dessus du niveau marin biologique antique (la mire, ici entièrement déployée, à une hauteur de 5 mètres) (cliché F. Salomon, Université Lyon 2).
Légende Fig. 73 – Portus. Peuplement supérieur de balanes observé dans la darsena du complexe de Trajan. Il s’agit du niveau marin biologique antique utilisé dans ce travail comme niveau zéro (source : Goiran et al., 2009).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Goiran, Ferréol Salomon, Évelyne Bukowiecki et Giulia Boetto, « Portus altitudes de structures archéologiques par rapport au niveau marin antique (Secteur : Magazzini di Traiano et Darsena) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 288-294.

Référence électronique

Jean-Philippe Goiran, Ferréol Salomon, Évelyne Bukowiecki et Giulia Boetto, « Portus altitudes de structures archéologiques par rapport au niveau marin antique (Secteur : Magazzini di Traiano et Darsena) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://mefra.revues.org/528

Haut de page

Auteurs

Jean-Philippe Goiran

Articles du même auteur

Ferréol Salomon

Articles du même auteur

Évelyne Bukowiecki

Articles du même auteur

Giulia Boetto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org