Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Pompéi

Emmanuel Botte, Jean-Pierre Brun, Laëtitia Cavassa, Guilhem Chapelin, Martine Leguilloux, Lou de Barbarin-Paquet, Martina Grieco, Aline Lacombe, Bastien Lemaire, Dorothée Neyme, John-Marc Piffeteau, Julien Plumereau et Ophélie Vauxion
p. 294-303

Texte intégral

Programme de recherches sur l’artisanat antique

1Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS-EFR), Soprintendenza archeologica di Napoli e Pompei, Ministère des affaires étrangères et européennes et Agence nationale de la recherche (projet Artifex)

Tannerie

2La tannerie de l’insula 5 de la Regio I a fait l’objet d’une ultime campagne de sondages destinés à clarifier certains points au moment de la préparation de la publication finale. Les sondages ont porté sur le puits situé à l’angle Nord-Ouest du portique 8, sur la partie médiane de la zone 9, sur la partie Est de la zone 13 et sur la pièce 25 (fig. 89).

Fig. 89 – Pompéi, tannerie I 5. Vue aérienne avec localisation des secteurs sondés en 2010 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

Puits situé à l’angle Nord-Ouest du portique 8

3Sous le portique 8, un puits de plan rectangulaire (1,70 × 1,40 m), creusé dans le basalte de la coulée bien visible à l’amphithéâtre, avait été découvert en 2008 mais n’avait pu être fouillé du fait des travaux de restauration effectués par la Surintendance au cours de l’année 2009. En 2010, il a été possible de reprendre les travaux sur cette structure essentielle au fonctionnement de la tannerie, puisque le puits a été transformé en noria pour alimenter les bassins de lavage et trempage des peaux. Comme le puits avait été découvert bouché, nous avions émis l’hypothèse (MEFRA 122, 1, 2010, p. 272-273) que «le tremblement de terre de 62 ou 63 ap. J.-C. ayant entraîné une rupture de l’aqueduc, les artisans ont dû trouver une solution pour augmenter le débit du puits, ce qui explique l’aménagement de la roue élévatrice. Peu de temps avant l’éruption du Vésuve, le puits fut comblé, sans doute car on disposait à nouveau dans l’atelier d’un apport d’eau suffisant depuis l’extérieur». Les recherches de cette année ont totalement démenti ce scénario. D’une part, l’étude du mobilier archéologique trouvé dans les fondations du bâti de la noria montre que sa construction intervient nettement avant le tremblement de terre. D’autre part le comblement du puits assure qu’il fonctionnait encore en 79. Le remplissage est formé de deux types de sédiments. De la surface à la profondeur de 6 m environ, le puits est rempli d’un limon grisâtre très compact, stérile mis à part quelques fragments de tuiles et le squelette d’une belette (animal fouisseur). À partir de 6m, commence une couche de lapilli purs ou mélangés par endroits de tuiles et de fragments de maçonnerie. La couche de lapilli se poursuit jusqu’à la profondeur de 11,50 m qu’il ne nous a pas été possible de dépasser car le niveau de la nappe phréatique était stabilisé, malgré les pompages, à 9,50 m de profondeur (fig. 90). Ce remplissage indique que le puits et la noria étaient en fonction au moment de l’éruption. La pluie de lapilli n’a toutefois pas suffi à le combler et il est resté un orifice en forme d’entonnoir à la surface. Cet orifice s’est progressivement comblé de cendres lors des phases successives de l’éruption. Au moment des dégagements de 1873, il est vraisemblable que les ouvriers ont trouvé l’orifice du puits car la partie supérieure du comblement (au-dessus des colluvions) contenait des gravats dont des enduits peints : leur présence ne peut s’expliquer que par un remblaiement. Mais les rapports de l’époque n’en ont pas tenu compte : le puits est décrit comme une cuve, probablement parce que le bassin de recueil de l’eau, aujourd’hui très endommagé, communiquait avec les deux cuves alimentant les dolia installés dans les ateliers. Les plans anciens, notamment ceux de Mau, ne sont pas assez précis pour restituer la disposition exacte du système.

Fig. 90 – Pompéi, tannerie I 5. Vue de l’intérieur du puits au niveau des tuiles mêlées aux lapilli de l’éruption de 79 (cliché E. Botte CJB-CNRS/EFR).

Zone 9

4La partie méridionale de la cour de la tannerie a été sondée en 2003 et en 2006. Lors de ces travaux, un tronçon de mur en grand appareil de pappamonte implanté dans des colluvions anciennes a été mis au jour (fig. 91). Un nouveau sondage 9-2 a été effectué cette année pour mieux étudier ce rempart et découvrir d’éventuels éléments de datation. La stratigraphie relevée dans cette zone ne diffère pas de celle des zones voisines 9-1 et 9-3. Au plus profond, le mur en grand appareil est posé sur les couches géologiques formées de sable argileux jaune recouvert de colluvions de sable noir. Comme dans le sondage 9-3, une tranchée de fondation a été mise en évidence du côté nord (amont) du mur, mais elle ne contenait aucun matériel datable. Le mur, en grande partie écroulé du côté est, présentait encore une élévation de trois assises à l’ouest. Au-dessus de ces niveaux, prennent place des remblais comblant, après sa destruction, la grande citerne située dans la partie centrale de la cour. Ces remblais sont surmontés de sols qui sont recoupés au sud par une large tranchée de fondation nécessitée par la reconstruction du mur sud de la cour lors des travaux qui suivirent le tremblement de terre de 62 ou 63.

Fig. 91 – Pompéi, tannerie I 5. Le rempart en pappamonte au fond du sondage de la zone 9, vu du nord (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

Zone 13

5La zone 13 couvre un vaste espace dans le tiers méridional de l’îlot. Primitivement occupé par des maisons, puis par des ateliers de potiers et de tanneurs, il fut grandement détruit par une carrière qui, après le tremblement de terre, fut ouverte pour extraire des moellons de basalte. La carrière, sondée en 2006, s’étend au centre de l’espace, laissant un espace le long des murs périmétraux. Pour vérifier la présence de vestiges antérieurs au tremblement de terre dans la partie orientale de la zone, un sondage a été ouvert au pied du mur est. Il a révélé la présence d’un mur de refend, vestige d’une maison détruite et deux fosses. La fosse sud, de plan carré et bordée de murets a livré des ossements dont l’assemblage est caractéristique des déchets de tannerie (métatarses et métacarpes de moutons). Cette découverte indique que la tannerie dont les cuves ont été mises au jour dans la partie nord de la zone 13 s’étendait jusqu’au mur est avant qu’elle ne soit en partie détruite par la carrière de basalte.

Pièce 25

6La pièce 25 n’avait pas été fouillée jusqu’à présent pour raisons de sécurité, le mur est de la pièce risquant de s’écrouler. À la suite des travaux de restauration effectués en 2009, le mur a été consolidé et il a été possible de compléter la stratigraphie de cette zone. Dans ses grandes lignes, elle confirme les observations faites dans la pièce 22 située immédiatement au nord. Le substrat basaltique est entamé par une carrière dont le fond n’a pu être atteint. Son comblement, fait de blocs de rebut, d’éclats de taille et de colluvions, intervient dans le courant du ive siècle avant J.-C.

7Dans la première moitié du iiie siècle, la première maison est construite. Au fil du temps, plusieurs sols de terre sont formés avant que la pièce ne reçoive un escalier qui permettait d’accéder à l’étage (fig. 92). Dans la phase finale, après le tremblement de terre, le mur de façade ouest de l’îlot est reconstruit, l’escalier détruit et la porte mettant en communication les pièces 22-25 avec le reste de l’îlot est bouchée. Au cours de ces travaux, le niveau du sol est fortement exhaussé par l’apport d’un remblai contenant des gravats, notamment des fragments d’enduits peints.

Fig. 92 – Pompéi, tannerie I 5. La base d’escalier dans la pièce 25, vu du sud. Le sol correspondant est coupé à l’ouest par la tranchée de fondation du mur de façade reconstruit après le tremblement de terre (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).

8Après cette dernière campagne de fouille, le cadre général de l’évolution de l’îlot est clair. Un premier état est marqué par l’implantation d’un mur en grand appareil de pappamonte traversant l’îlot d’est en ouest. Étant donné sa localisation, son mode de construction et les vestiges de son élévation qui compte au moins trois assises, il semble qu’il faille rattacher ce tronçon au rempart décelé vers l’amphithéâtre et sous la porte de Nocera (De Caro 1985, p. 75-114). Les céramiques datables mises au jour dans nos sondages au contact de ce mur sont très rares, mais il semble qu’il faille fixer la datation, au moins de ce tronçon, vers la fin du vie siècle-début du ve siècle. Au cours du ve siècle ou au début du ive siècle, une vaste carrière de basalte est ouverte en arrière du rempart, en partant de l’axe routier qui devait se situer à l’emplacement de la future voie de Stabies. C’est l’existence de cette carrière qui déterminera par la suite la différence d’altitude entre l’îlot I 1 et l’îlot I 5, ainsi, probablement que la présence de l’insolite ruelle qui les sépare. Le second état de l’îlot I 5 est marqué par l’édification d’une première maison à l’angle nord-ouest de l’îlot au cours de la première moitié du iiie siècle. Elle est suivie au cours des deux siècles suivants par la construction d’au moins cinq autres maisons. Ces dernières connaissent, au cours de l’état 3 (ier siècle avant J.-C.), des évolutions plus ou moins bien connues selon l’état de préservation (trois maisons en effet seront en grande partie détruites par des carrières après le tremblement de terre de 62 ou 63 après J.-C.). Lors de l’état 4, dans la première moitié du ier siècle après J.-C., les maisons de cet îlot sont transformées en ateliers artisanaux : poterie et tanneries. À la veille du tremblement de terre, deux tanneries déjà importantes occupent presque tout l’îlot. Le tremblement de terre de 62 ou 63 provoque de graves dégâts aux structures bâties, notamment aux façades, et offre l’opportunité de regrouper les deux tanneries et d’en créer une nouvelle, mieux organisée que les deux précédentes. En parallèle à la construction de cette grande tannerie, une carrière de basalte est ouverte dans la partie sud de l’îlot et des fosses d’extraction de sable sont creusées à l’emplacement d’anciennes maisons dans la partie est.

Haut de page

Bibliographie

De Caro 1985 = S. De Caro, Nuove indagini sulle fortificazioni di Pompei, dans AION, VII, 1985, p. 74-114.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 89 – Pompéi, tannerie I 5. Vue aérienne avec localisation des secteurs sondés en 2010 (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 90 – Pompéi, tannerie I 5. Vue de l’intérieur du puits au niveau des tuiles mêlées aux lapilli de l’éruption de 79 (cliché E. Botte CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 91 – Pompéi, tannerie I 5. Le rempart en pappamonte au fond du sondage de la zone 9, vu du nord (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Légende Fig. 92 – Pompéi, tannerie I 5. La base d’escalier dans la pièce 25, vu du sud. Le sol correspondant est coupé à l’ouest par la tranchée de fondation du mur de façade reconstruit après le tremblement de terre (cliché J.-P. Brun CJB-CNRS/EFR).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Botte, Jean-Pierre Brun, Laëtitia Cavassa, Guilhem Chapelin, Martine Leguilloux, Lou de Barbarin-Paquet, Martina Grieco, Aline Lacombe, Bastien Lemaire, Dorothée Neyme, John-Marc Piffeteau, Julien Plumereau et Ophélie Vauxion, « Pompéi », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 294-303.

Référence électronique

Emmanuel Botte, Jean-Pierre Brun, Laëtitia Cavassa, Guilhem Chapelin, Martine Leguilloux, Lou de Barbarin-Paquet, Martina Grieco, Aline Lacombe, Bastien Lemaire, Dorothée Neyme, John-Marc Piffeteau, Julien Plumereau et Ophélie Vauxion, « Pompéi », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/529

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Botte

Articles du même auteur

Jean-Pierre Brun

Articles du même auteur

Laëtitia Cavassa

Articles du même auteur

Guilhem Chapelin

Articles du même auteur

Martine Leguilloux

Articles du même auteur

Lou de Barbarin-Paquet

Martina Grieco

Aline Lacombe

Articles du même auteur

  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011

Bastien Lemaire

Dorothée Neyme

John-Marc Piffeteau

Julien Plumereau

Ophélie Vauxion

Articles du même auteur

  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org