Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Recherches archéologiques à Laos-Marcellina (Calabre, CS)

Vincenzo Amato, Gregorio Aversa, Laëtitia Cavassa, Alain Duplouy, Francesca Filocamo, Priscilla Munzi, Alfonso Santoriello, Francesco Uliano Scelza et Alessia Zambon
p. 313-321

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Centre Jean Bérard (USR 3133 CNRS-EFR), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR 7041), Université de Salerne (Département des biens culturels) et Soprintendenza per i beni archeologici della Calabria.

1Durant l’été 2010, l’équipe franco-italienne a mené la deuxième campagne de fouille et de prospection archéologique à Laos-Marcellina (pour la première campagne et un état des recherches antérieures, Aversa et al. 2010). Nous rendons compte ici, d’une part, de la fouille menée sous la direction de Gregorio Aversa (Surintendance de la Calabre) dans le parc archéologique de Marcellina et, d’autre part, de la prospection du territoire, coordonnée par Alain Duplouy (Université Paris 1), Priscilla Munzi (Centre Jean Bérard) et Alfonso Santoriello (Université de Salerne), dans la basse vallée du Lao.

L’habitat lucanien de Marcellina : fouille de la Casa con la rampa

2Entre juillet et novembre 2010, dans le cadre d’un projet de valorisation du parc archéologique de Marcellina, la Surintendance de la Calabre a conduit une nouvelle campagne sur les ruines de la cité antique de Laos situées sur la colline de San Bartolo. Après une première tranche de travaux en 2008, qui a vu la reprise des fouilles et la découverte d’un nouvel édifice sur des terrains récemment acquis par la Surintendance, la campagne de 2010 a été consacrée à la poursuite de la fouille de la Casa con la rampa, une structure déjà partiellement explorée entre 1992 et 1994 (Greco-La Torre 1999, p. 59-61 ; Aversa-Mollo 2010, p. 57-58). Les recherches se sont concentrées en amont des vestiges déjà connus de cet édifice installé sur une pente douce orientée est/ ouest (fig. 101). La fouille a montré que la Casa con la rampa, alignée en façade sur la plateia A, était nettement plus profonde (38 × 22 m) que ce que l’on croyait précédemment (29 × 22 m). Alors que l’édifice s’étend sur un même niveau dans sa partie occidentale, entièrement mise au jour au cours des années 1990, les pièces de la partie orientale sont du reste disposées de manière à compenser les dénivelés de la pente naturelle (de 90 à 160 cm).

3À l’extrémité orientale du sondage est/ouest que nous avons ouvert à la limite septentrionale de l’édifice, se trouve une pièce (3,8 × 4,2 m) – appelée alpha –avec son sol d’occupation, mais aussi des traces d’incendie mêlées à du matériel céramique (en partie brûlé lui aussi). D’un point de vue structurel, cette pièce ne semble pas être en continuité avec la Casa con la rampa. Tant la technique de construction de ses murs externes (composés de galets fluviaux, fragments de briques et éclats de pierres) que le relèvement du niveau de sol permettent de situer cet édifice dans la deuxième phase de construction qui caractérise l’habitat lucanien de Laos.

4En revanche, les pièces mises au jour à l’ouest de la pièce alpha appartiennent sans aucun doute à la Casa con la rampa. Dans les années 1990, la pièce T – qui n’avait alors été dégagée que très partiellement – était considérée comme l’angle nord-est de l’édifice. La fouille complète de cette pièce a mis en évidence un sol pavé de galets avec un panneau central en cocciopesto. L’élégance de cette solution laisse penser que la pièce T (4,5 × 4,3 m) a pu servir d’impluvium, même si le sol en cocciopesto ne semble pas avoir été situé à un niveau inférieur au pavement de galets et même si, pour l’heure, nous n’avons découvert aucune canalisation permettant d’amener les eaux de pluie vers une citerne. Sur son côté est, la pièce T est jouxtée par une petite pièce de plan barlong (4,5 × 2,75 m) – appelée gamma – orientée nord-sud. À l’intérieur de celle-ci, on a découvert les traces d’un effondrement, constitué pour l’essentiel de tuiles, ainsi que d’un fragment de ce qui semble être le pied d’un louterion. Il n’est pas impossible que les deux pièces T et gamma aient fonctionné en relation avec la pièce S (la « salle de banquet »), située immédiatement à l’ouest dans leur prolongement, dans la mesure où elles attestent un soin particulier pour le choix des sols pavés (cocciopesto et galets pour la pièce T, opus pseudo-spicatum pour la pièce S) et dans la mesure où il existe un lien étroit entre le banquet et le rite préalable de l’ablution.

Fig. 101 – Laos-Marcellina. Casa con la rampa : secteur fouillé en 2010.

5Jouxtant à l’est la pièce gamma, une autre pièce de forme à peu près quadrangulaire (7,40 × 6,75 m) – appelée bêta – contenait une couche de terrain argileuse avec de grands récipients en partie enterrés et en partie brisés, dont la formation devra être précisée. Dans son mur méridional, la pièce présente un seuil qui ouvre sur la partie orientale de la Casa con la rampa, qui n’a pas encore été fouillée. Un ambitus étroit sépare la pièce bêta de la pièce alpha ; il confirme ainsi définitivement qu’il s’agit bien là de la limite orientale de la Casa con la rampa.

6Au final, la fouille – qui a concerné aussi une portion du secteur central de l’édifice – permet d’affirmer que l’architecture de la Casa con la rampa était plus monumentale et sa fonction plus importante que ce que l’on croyait jusqu’à présent. En effet, dans le prolongement vers le sud du mur de séparation entre les pièces bêta et gamma, un alignement de blocs en poudingue semble indiquer la présence d’un imposant seuil monumental (larg. 5,30 m). Un tel seuil serait dans l’axe de l’accès au portique oriental (long de 20 m environ), mais aussi de l’entrée principale de la maison (c’est-àdire de la rampe située à l’ouest). Une telle disposition laisse supposer qu’il s’agit d’un passage monumental, d’une marche menant du niveau de la cour centrale à la partie orientale de l’édifice, qui reste entièrement à fouiller.

7Enfin, la fouille partielle du stenopos qui délimite au nord la Casa con la rampa a livré, là aussi, des éléments assez intéressants. Il apparaît que la chaussée était composée, de manière plutôt ingénieuse, d’un pavage de galets fluviaux disposés de manière à encadrer, de part et d’autre, un dallage central en blocs de poudingue, qui recouvrait probablement un égout analogue à la canalisation mise au jour lors de la campagne de 2008.

Archéologie des paysages : méthodes et stratégies de détection

8La première campagne menée sur le territoire de Laos, en 2009, visait à évaluer le potentiel archéologique de la zone et à initier l’enquête. Elle avait notamment permis la localisation au GPS de divers vestiges, parmi lesquels les sites isolés par nos prédécesseurs (Greco 1995 et La Torre 1999), débouchant sur une connaissance à la fois pratique et historiographique du terrain. Cette année, la prospection extensive menée en 2009 sur une large superficie (environ 6,5 km2) a cédé la place à une phase de prospection intensive, dont l’étendue fut restreinte – par la nature même de l’opération et en raison de la brièveté de notre campagne – à une trentaine d’hectares.

9La campagne s’est déroulée du 12 au 23 juillet. Outre les signataires, ont également pris part aux travaux de terrain ou de laboratoire : Gilbert Ciervo, Mei Duong et Julien Rocha (étudiants de master à Paris 1), Antonio Crescenzo, Francesco Mele, Daniela Orrico, Francesca Russo et Giuseppe Trotta (élèves de l’École de Spécialisation en archéologie de Salerne), Marina Pierobon (dessinatrice du Centre Jean Bérard) et Emmanuel Botte (membre de l’École française de Rome), tandis que Celestino Grifa et Vincenza Guarino (Université du Samnium) ont été chargés des études archéométriques pour la caractérisation des matériaux céramiques.

10Comme nous l’annoncions dans la précédente chronique, la prospection s’est tout d’abord appuyée sur une étude géographique et géomorphologique de l’ensemble de la zone allant du promontoire de Scalea à celui de Cirella, avec une attention tout particulière sur la portion de territoire comprise entre les rivières Lao et Abatemarco. Dans la mesure où les formes les plus anciennes du paysage et ses caractéristiques originelles se dissolvent progressivement, l’étude paléographique constitue la base de toute évaluation de l’usage et de l’organisation de l’espace dans l’Antiquité. L’observation des trames paysagères actuelles est du reste une étape préliminaire au choix des méthodes et des techniques de prospection les plus adaptées.

11Aujourd’hui, seule une faible portion des sols est destinée aux activités de production rurales. Pour la plupart d’ampleur modeste, ces activités concernent une consommation locale ; les cas de cultures spécialisées de plus grande envergure sont rares, seule la culture du cédrat apportant à l’économie locale des débouchés internationaux quoique particulièrement ciblés. Ces cultures occupent essentiellement les vallées et le sommet des collines, laissant libres de vastes superficies qui se présentent comme des espaces incultes et non entretenus. Le paysage actuel a donc tous les traits d’une certaine marginalité, caractérisée par un abandon progressif des champs, une réduction du nombre de terrains cultivés et un degré minimal d’entretien du territoire. En témoignent l’absence presque complète de terrasses de culture, l’oblitération des cheminements et accès anciens et la présence de diverses ruines d’époque récente. Par rapport à une économie du tourisme saisonnier, qui détruit le littoral, attire et consomme toutes les ressources, cette partie du territoire de Santa Maria del Cedro contraste de manière flagrante avec la côte, malgré une stricte continuité géographique.

12Afin de mettre en évidence les éléments de nature stratigraphique et géomorphologique utiles à l’identification des traces archéologiques, nous avons donc entrepris une étude détaillée des processus morphodynamiques, passés et actuels, et des dépôts qui en résultent, esquissant les premiers éléments de l’évolution paléogéographique du Quaternaire récent d’un secteur comprenant la plaine alluviale côtière du Lao et les anciennes terrasses marines qui se développent à l’est jusqu’aux premières pentes de la Serra Bonangelo. Les informations récoltées ont été insérées dans le système d’information géographique et archéologique de la mission. Deux approches complémentaires ont été mises en œuvre.

13La première – que l’on pourrait qualifier d’out of site – consiste en une analyse géomorphologique de l’ensemble du secteur. Le travail repose tout d’abord sur la cartographie de référence, à petite comme à grande échelle, insérée dans le SIG (pour la liste, cf. Aversa et al. 2010, p. 327). On s’est en outre servi de plusieurs séries de photographies aériennes, anciennes et actuelles, sur lesquelles le travail de photo-interprétation a été commencé. Nous avons enfin utilisé les résultats de divers carottages, obtenus auprès des institutions publiques locales (communes de Scalea et de Santa Maria del Cedro, Consorzio di Bonifica Valle Del Lao) et auprès de divers professionnels de la région. À ce stade, il nous a été possible de diviser le territoire en unités de paysage homogènes du point de vue géomorphologique et géologique (fig. 102) (cordons dunaires, dépressions arrière-dunaires, cônes de déjection, terrasses alluviales, paléosurfaces d’érosion, zones palustres et alluvionnaires, zones fortement anthropisées, etc.). Celles-ci sont à mettre en relation avec les stratégies d’implantation, la viabilité et, plus généralement, l’organisation antiques du territoire. Ce travail nous permet ainsi d’isoler des zones potentiellement intéressantes pour la recherche archéologique.

14La seconde approche – que l’on qualifiera d’in site – vise à mettre en évidence, au moyen de relevés de terrain détaillés, les aspects géomorphologiques et les processus morphodynamiques d’importance plus locale, en relation directe avec les terrains prospectés (fig. 103). L’étude a notamment permis de distinguer les zones d’érosion et d’aggradation, et d’identifier les processus morphodynamiques actuellement en cours ou potentiellement actifs durant les époques concernées par la recherche archéologique. En outre, les relevés de terrain ont permis de délimiter plus précisément les zones d’affleurement du substrat et celles d’affleurement des dépôts superficiels, et de distinguer – dans leur extension comme dans leur nature – les formations pléistocènes des dépôts holocènes. Plusieurs coupes stratigraphiques ont également été effectuées afin de préciser la texture des dépôts, leur organisation en strates, les discontinuités stratigraphiques, autant que la géométrie des corps sédimentaires de l’Holocène récent. Ici aussi, ce travail permet de supposer ou d’exclure, pour chaque terrain, la présence de traces archéologiques.

15Une telle approche intégrée, stratigraphique et géomorphologique, a non seulement permis d’obtenir des renseignements utiles à la reconstruction des paléo-paysages et des paléo-environnements de l’Holocène récent, mais aussi d’isoler les unités de paysage où d’éventuels vestiges archéologiques pourraient encore être visibles, par opposition à des secteurs où ils auraient été oblitérés par des processus d’érosion ou de déposition. L’objectif est d’associer étroitement, selon une approche transdisciplinaire, les résultats de la prospection archéologique à une restitution des paléo-paysages des 2500 dernières années, mais aussi d’intégrer à l’interprétation historique les notions d’organisation spatiale et d’exploitation des géo-ressources (sols, eau, matières premières et nourriture).

16L’enquête archéologique proprement dite s’est concentrée sur une superficie d’environ 33 ha, à l’intérieur de laquelle une prospection systématique et intensive associée à un échantillonnage raisonné a été menée sur 11 ha. L’aire prospectée cette année s’étend à l’est de la cité lucanienne de Laos, de l’extrémité sud de la colline de San Bartolo à la colline trilobée dite de Vitaliano, située au nord de la vallée de la Mortella. Cet espace de collines présente une alternance de reliefs, cols et gorges qui déterminent des dénivellations importantes et des pentes raides. Chaque colline comporte sur son sommet un plateau d’extension variable et est circonscrite par des pentes parfois escarpées. L’ensemble du secteur est toujours sujet à des phénomènes de forte érosion et à des glissements de terrain.

Système côtier : a) cordons dunaires historiques et modernes, b) cordons dunaires pré – et protohistoriques, c) ligne de côte préhistorique, d) falaise préhistorique. Système fluvial : e) Lao et Abatemarco, f) terrasse alluviale de premier ordre, g) de deuxième ordre, h) cône de déjection, i) paléolit. Système des paléosurfaces : l) paléosurface de premier ordre, m) paléosurface de deuxième ordre, n) toit de la paléosurface. o) Parc archéologique de Laos-Marcellina. p) zone de prospection géo-archéologique (cf. fig. 103).
Fig. 102 – Laos-Marcellina. Carte des unités de paysage du secteur compris entre les rivières Lao et Abatemarco (réalisée sur une base topographique au 1/10.000).

17La campagne de cette année a en outre permis la mise au point définitive des modalités de prospection et du système d’enregistrement des données archéologiques.

18Les espaces de travail ont été délimités en relation avec les unités de paysage préalablement définies, ainsi qu’en fonction de la couverture végétale et de l’utilisation des sols. Sur l’ensemble de l’aire prospectée, nous avons ainsi isolé environ 80 « unités topographique de prospection » (UT), identifiée par un code alphanumérique, qui constituent autant d’unités d’enregistrement des données. Chaque UT a été relevée et géo-référencée en temps réel (RTK) au moyen d’appareils de mesure utilisant les signaux émis par les systèmes GPS et GLONASS (double canal, L1 et L2) connectés au réseau régional de stations satellitaires de référence de la Calabre par l’intermédiaire d’une connexion GPRS. Chaque UT se caractérise par la nature et l’utilisation du sol, ainsi que par un degré de visibilité, déterminé en premier lieu par les conditions de surface. Il faut d’emblée souligner que le territoire prospecté impose, de ce point de vue, de fortes limites à la recherche archéologique. En outre, en l’absence de labours et de travaux d’ensemencement comparables à ceux que l’on rencontre dans d’autres contextes agraires, les informations archéologiques potentiellement contenues dans le sous-sol sont ici sédimentées dans le palimpseste stratigraphique et ne se reflètent que très partiellement en surface. Ajoutons à cela les terrains où l’érosion a fait disparaître toutes les couches de l’Holocène.

Formes d’érosion : a) toit de la paléosurface, b) rebord de la paléosurface : c) zone de départ du glissement de terrain. Formes d’accumulation : d) talus d’éboulis, e) éboulements rocheux, f) reptation et solifluxion, g) plaine alluviale, h) cône de déjection, i) zone d’accumulation du glissement de terrain. Formes anthropiques : l) carrière moderne.
Fig. 103 – Laos-Marcellina. Carte géomorphologique de la zone prospectée en 2010 (réalisée sur une base topographique au 1/5.000).

19Malgré ces limites, la plupart des UT définies ont pu être prospectées de manière intensive et systématique, avec, dans le cas des terrains à la végétation dense et haute, un resserrement des lignes de prospecteur (couloirs de 1m) de manière à maximiser les possibilités d’observation – mêmes réduites – du sol. En cas de visibilité très basse, la prospection de surface s’est accompagnée de diverses techniques d’échantillonnage. Des tests de visibilité (shovel test) ont permis d’ouvrir des fenêtres d’environ 1 m2 par le décapage des terres superficielles révélant les horizons stratigraphiques les plus récents. Sur ces terrains, des transects aléatoires (à défaut d’être systématiques) ont également été parcourus. Enfin, on n’a pas manqué d’analyser les stratigraphies visibles dans les dénivellations brusques et à travers les coupes présentes dans le flanc des collines. Il s’agissait en effet d’obtenir un ensemble de données qui ne soit pas sous-estimé, conduisant à une lecture et à une interprétation plus claires des dynamiques d’implantation antiques.

20L’enregistrement et la gestion de l’ensemble des données ont tiré profit de diverses technologies informatiques. Toutes les informations récoltées sur le terrain, ainsi que la documentation graphique et photographique, ont été compilées au sein d’une base de données relationnelle. Celle-ci est en communication avec le système d’information géographique et archéologique (SIG) de la mission, dans lequel ont été versés toute la documentation cartographique et aérophotogrammétrique disponible, ainsi que les relevés de terrain effectués au moyen du GPS. L’ensemble de ce dispositif informatique a été élaboré afin de produire, à la demande, de multiples cartes thématiques qui offrent, de manière claire et immédiate, une lecture de synthèse des données acquises et traitées. Celles-ci facilitent en outre le processus d’analyse des données de prospection, ainsi restituées sous une forme graphique.

21Nous présenterons ici la carte du degré de visibilité des UT prospectées (fig. 104), essentielle à l’interprétation archéologique correcte des observations de terrain. Nous avons distingué quatre catégories (élevée, moyenne, faible et nulle). Comme on le voit sur la carte, les indices de visibilité les plus bas sont particulièrement représentés dans la zone prospectée cette année. Il convient de souligner que l’identification des traces anthropiques dépendra en fait de l’appréciation de ce degré de visibilité. Dans la phase d’analyse des données, on pourra ainsi calibrer, pour chaque UT, les observations de terrain en multipliant la quantité de matériel enregistré par le coefficient de visibilité, tout en tenant compte du type de prospection menée en surface (transects systématiques ou aléatoires, shovel test, etc.).

22La nature particulière du terrain, les difficultés d’observation du sol engendrées par un degré de visibilité généralement bas et la relative pauvreté des traces anthropiques antiques nous ont finalement conduits à renoncer à la notion de « site », c’est-à-dire à regrouper les découvertes sous la forme d’entités quantitatives ou qualitatives. Pour l’heure, nous préférons procéder à une analyse de l’échantillon archéologique en relation avec des aires homogènes d’un point de vue géographique. Ce choix herméneutique privilégie une lecture qui tient compte de la structure du paysage, de la quantité des découvertes (même si elles sont réduites), des associations entre matériels et de leur rapport avec les unités environnementales.

23Au cours de la prospection, nous avons procédé à un ramassage exhaustif des tessons découverts en surface, tandis que les fragments de terre cuite (briques et tuiles) ont été comptés et laissés sur le terrain, seuls les éléments diagnostiques étant prélevés. L’étude de ce matériel s’est poursuivie en laboratoire. Le système informatique de gestion des données de terrain a d’ailleurs été étendu à la classification et à l’étude du mobilier. Cela permet d’associer directement les multiples critères de description du mobilier aux caractéristiques des UT dont il est issu, ainsi qu’aux mécanismes de morphogénèse qui ont façonné ces dernières.

24L’étude du mobilier récolté sur le terrain en 2009 et en 2010 a permis de commencer le travail de caractérisation chronologique de l’utilisation du paysage. Nous ne présenterons ici qu’un bref rapport sur les grands ensembles chronologiques, en commençant par les phases les plus anciennes, réservant pour la chronique de l’année prochaine une étude plus détaillée des typologies céramiques. On confirmera tout d’abord – comme nous le supposions dans la précédente chronique – la présence de matériel protohistorique sur l’un des emplacements explorés l’année dernière ; le site n’a pu être revu cette année, mais fera l’objet d’une attention tout particulière en 2011. Le matériel d’époque archaïque et classique est, en revanche, pour l’heure complètement absent. Les collines situées à l’est de l’habitat lucanien se caractérisent par un mobilier céramique essentiellement hellénistique (deuxième moitié du ive – première moitié du iiie siècle). Du matériel romain se trouve au sud de l’Abatemarco, sur un plateau parcouru en 2009. On signalera par ailleurs l’importance des traces d’occupation médiévale, qui nous avaient frappés dès la première campagne en ce qu’elles n’avaient pas intéressé nos prédécesseurs. Enfin, nous avons entamé un programme d’analyses archéométriques sur les différentes productions céramiques identifiées (de l’antiquité à l’époque contemporaine) afin d’en définir les caractéristiques minéralogiques-pétrographiques et chimiques, d’en définir les aspects techniques et d’en déterminer les lieux d’origine. À cette fin un échantillonnage des matières premières a été réalisé à échelle locale.

25Au final, la campagne de prospection et d’étude conduite en 2010, en continuité avec celle de 2009, a permis d’affiner les méthodes et les stratégies de recherches les mieux adaptées au terrain et aux objectifs du programme, à savoir la reconstruction des paysages passés et la restitution des dynamiques d’implantation au fil des siècles. C’est sur ces bases que nous poursuivrons l’enquête, lors de la prochaine campagne, par une extension de la zone prospectée en remontant la vallée du Lao jusqu’aux premières pentes de la Serra Bonangelo sur le territoire de la commune d’Orsomarso.

Fig. 104 – Laos-Marcellina. Carte du degré de visibilité des UT prospectées en 2010.

26La campagne 2010 s’est clôturée par une présentation publique des recherches menées dans le parc archéologique de Marcellina et sur le territoire de l’antique Laos en présence des autorités de la Surintendance et de la population de Santa Maria del Cedro.

Haut de page

Bibliographie

Aversa et al. 2010 = G. Aversa, A. Duplouy, V. Nizzo et A. Zambon, Recherches archéologiques à Laos-Marcellina, dans MEFRA, Chroniques, 122, 1, 2010, p. 320-330.

Aversa-Mollo 2010 = G. Aversa et F. Mollo, Il parco di Laos. Guida all’area archeologica di Marcellina. Comune di S. Maria del Cedro, Scilla (RC), 2010.

Greco 1995 = E. Greco (dir.), Città e territorio nelle colonie greche d’Occidente : Laos, Tarente, 1995.

Greco-La Torre 1999 = E. Greco et G. Fr. La Torre, Blanda. Laos. Cerillæ. Guida archeologica dell’Alto Tirreno Cosentino, Paestum, 1999.

La Torre 1999 = F. La Torre, Blanda, Lavinium, Cerillae, Clampetia, Tempsa : Lucania et Bruttium I, Florence, 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 101 – Laos-Marcellina. Casa con la rampa : secteur fouillé en 2010.
Légende Système côtier : a) cordons dunaires historiques et modernes, b) cordons dunaires pré – et protohistoriques, c) ligne de côte préhistorique, d) falaise préhistorique. Système fluvial : e) Lao et Abatemarco, f) terrasse alluviale de premier ordre, g) de deuxième ordre, h) cône de déjection, i) paléolit. Système des paléosurfaces : l) paléosurface de premier ordre, m) paléosurface de deuxième ordre, n) toit de la paléosurface. o) Parc archéologique de Laos-Marcellina. p) zone de prospection géo-archéologique (cf. fig. 103).Fig. 102 – Laos-Marcellina. Carte des unités de paysage du secteur compris entre les rivières Lao et Abatemarco (réalisée sur une base topographique au 1/10.000).
Légende Formes d’érosion : a) toit de la paléosurface, b) rebord de la paléosurface : c) zone de départ du glissement de terrain. Formes d’accumulation : d) talus d’éboulis, e) éboulements rocheux, f) reptation et solifluxion, g) plaine alluviale, h) cône de déjection, i) zone d’accumulation du glissement de terrain. Formes anthropiques : l) carrière moderne.Fig. 103 – Laos-Marcellina. Carte géomorphologique de la zone prospectée en 2010 (réalisée sur une base topographique au 1/5.000).
Légende Fig. 104 – Laos-Marcellina. Carte du degré de visibilité des UT prospectées en 2010.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincenzo Amato, Gregorio Aversa, Laëtitia Cavassa, Alain Duplouy, Francesca Filocamo, Priscilla Munzi, Alfonso Santoriello, Francesco Uliano Scelza et Alessia Zambon, « Recherches archéologiques à Laos-Marcellina (Calabre, CS) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 313-321.

Référence électronique

Vincenzo Amato, Gregorio Aversa, Laëtitia Cavassa, Alain Duplouy, Francesca Filocamo, Priscilla Munzi, Alfonso Santoriello, Francesco Uliano Scelza et Alessia Zambon, « Recherches archéologiques à Laos-Marcellina (Calabre, CS) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/549

Haut de page

Auteurs

Vincenzo Amato

Gregorio Aversa

Articles du même auteur

Laëtitia Cavassa

Articles du même auteur

Alain Duplouy

Articles du même auteur

Francesca Filocamo

Priscilla Munzi

Articles du même auteur

  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010
  • Cumes [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011

Alfonso Santoriello

Francesco Uliano Scelza

Alessia Zambon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org