Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Jebel Oust (Tunisie)

Henri Broise, Jean-Louis Paillet, John Scheid, Emmanuelle Rosso, Ahmed Larbi, Aïcha Ben Abed, Nathalie André, Catherine Balmelle, Raphaël Durost et Chiraz Guellela
p. 328-336

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Institut national du patrimoine (Tunis), École française de Rome, Collège de France et Ministère des Affaires étrangères et européennes (Paris)

1En 2010 les équipes ont respectivement concentré leurs efforts sur le secteur de la pente, sur la partie sud-est des thermes et sur le secteur nord-est de la résidence. Il s’agissait pour l’essentiel de compléter les relevés et d’affiner l’analyse des structures bâties.

Le bain de la pente

2Les nettoyages et les relevés de la salle 21 ont permis de confirmer l’existence d’un bain à mi-pente. Ce bain, bien que, semble-t-il, non prévu dans le projet initial, s’inscrit dans un vaste programme d’aménagement du site, datable du milieu iie siècle et prévoyant la monumentalisation du sanctuaire, la construction des thermes et la mise en place de l’impressionnant dispositif hydraulique situé au sud du site visant à alimenter en eau douce l’aqueduc de Carthage, qui passe à 2 km du site.

3L’existence d’une piscine dans la salle S21 laissait supposer la présence d’un bain à mi-pente entre le sanctuaire et les thermes. La découverte en 2009 d’un second bassin (S37) est venue confirmer, s’il en était besoin, cette hypothèse. La position (fig. 114) de ces deux aménagements balnéaires, indissociables, prouve que la création d’un clivus monumental ne peut être que postérieure à l’abandon et à la destruction, tout au moins partielle, de cet édifice.

4Nous manquons d’éléments de datation pour le bassin S37 dont seule la partie creusée dans le substrat rocheux est conservée. En revanche, la création de la salle S21 et de sa piscine peuvent être attribuées avec certitude à la phase II de monumentalisation du sanctuaire.

5C’est dans cette phase qu’intervient une modification radicale du captage de la source. Un puits de plan carré est creusé à l’aplomb des parois internes de l’ancienne cella. Ce puits débouche dans une cavité souterraine naturelle dans le sol de laquelle seront creusées une série de petites canalisations destinées à drainer les eaux thermales surgissant dans la grotte vers une canalisation unique dont le fond se situe à la cote 124.20, soit 5,60 m en dessous de l’exutoire de la phase précédente. Parallèlement, l’ouverture d’une profonde tranchée (S18 ; S20 sur la fig. 114) creusée dans le substrat rocheux permettra d’acheminer, avec une très faible pente, l’eau ainsi captée vers les thermes situés en contrebas.

6Cette tranchée, dans le fond de laquelle est aménagée la canalisation d’eau thermale, a un tracé rectiligne jusqu’au niveau de la salle S21 et devait initialement se prolonger au-delà ; en témoignent les saignées correspondant à un début de creusement mises au jour à l’est de S21 en S36 (cf. chronique de 2009). Ce repentir correspond à la volonté de créer un bain à mi-pente lequel n’était très certainement pas prévu dans le programme initial.

7Le tracé finalement adopté est parfaitement cohérent avec la morphologie de la salle S21. Après être passée sous son mur ouest, la tranchée longe les parois ouest et sud de la salle (fig. 114). Située sous les banquettes qui bordaient la piscine, elle réchauffait ainsi à la fois l’eau du bassin et l’atmosphère de la salle (fig. 115). La tranchée et la salle S21 sont donc contemporaines.

8L’eau thermale circulant à plus de 1,50 m sous le fond de la piscine (fig. 115), celle-ci ne pouvait être alimentée qu’avec de l’eau douce provenant d’une source voisine par le biais de la citerne située en contre-haut du temple. La piscine étant bordée sur trois côtés par une banquette (fig. 114), c’est sur le quatrième côté qu’il faut chercher les traces éventuelles d’une arrivée d’eau. Effectivement, dans la paroi nord de la salle, à une soixantaine de centimètres au-dessus du niveau de circulation existe une saignée horizontale (fig. 115) pratiquée dans la paroi rocheuse et apte à accueillir un tuyau de plomb. Lors de l’abandon du bain et du changement d’affectation de la salle, dont nous savons qu’elle a été utilisée jusqu’à l’Antiquité tardive, le tuyau a été récupéré et la saignée soigneusement rebouchée.

9Compte tenu du niveau où cette conduite débouche dans l’angle nord-ouest de la salle, il est fort probable qu’en amont elle ait été encastrée dans la paroi de la tranchée S20. Avant de se déverser en S21, l’eau pouvait ainsi, en cheminant, se réchauffer, le tuyau étant en contact avec l’atmosphère confinée et chaude de la source.

10La salle S21 peut donc être considérée comme le caldarium de ce petit édifice balnéaire.

11La position du bassin S37 par rapport à S21 implique que la salle S38 par laquelle on accédait à S21, la salle 36 et la salle 31 sur laquelle s’ouvre S37 font partie du même complexe. Le bassin S37 étant creusé dans le rocher, il ne pouvait en aucune manière être chauffé. Il s’agit donc d’un bassin froid. Il était alimenté de toute évidence par la même canalisation que S21 (fig. 114), même si un tronçon de celle-ci, au niveau du mur S31/S36 n’a pas encore été mis au jour. La salle S31 peut donc être considérée comme le frigidarium de ce petit bain. L’ampleur de la salle par rapport au bassin suggère qu’elle remplissait aussi la fonction de vestiaire. Son sol était revêtu d’une mosaïque dont seule la bordure blanche est conservée de façon très lacunaire le long du mur S31/36.

12Le seuil recouvert de mosaïque de la porte S21/S38 qui est situé au pied de l’escalier ne comporte pas de traces de fermeture. La salle S38 était donc directement en contact avec l’atmosphère chaude de S21, qui plus est sous son sol passait la tranchée abritant la canalisation d’eau thermale : on peut donc émettre l’hypothèse que S38 était un tepidarium.

13Les sols des salles S38 et S31 se trouvaient à peu de chose près au même niveau. Quant à celui de la salle S36, il a totalement disparu de même qu’il ne reste aucune trace des deux portes qui s’ouvraient dans les parois nord et sud. La fouille a révélé en effet que cet espace avait été profondément remanié par la suite, les niveaux tardo-antiques reposant directement sur le rocher.

14Logiquement, mais à titre d’hypothèse, on peut penser que l’édifice était tourné vers l’ouest et qu’il était en relation plus ou moins directe avec les édifices qui le séparaient du sanctuaire. Il semble absurde en effet qu’il ait pu ouvrir vers l’est où au même moment on construisait un édifice thermal d’une tout autre ampleur.

Fig. 114 – Jebel Oust. Plan du bain de la pente et proposition de restitution du système de circulation (relevé de J.-L. Paillet, 1/200, le nord-est est à droite).

Fig. 115 – Jebel Oust. Coupe ouest-est sur S20, S21 et S36 et proposition de restitution des volumes (relevé J.-L. Paillet, 1/100).

15À une époque qui reste à déterminer, mais qui pourrait être postérieure à l’abandon du bain en tant que tel, une modification du tracé de la tranchée S20 condamne définitivement la piscine S21 (fig. 114), probablement à cause de l’encroûtement excessif de la canalisation sous les banquettes. Faut-il rattacher ce nouveau tracé aux grands travaux de la phase III des thermes (TPQ début du ive siècle) ou au changement de statut de ces derniers lorsqu’ils sont annexés par la villa (TPQ 1e moitié du ve siècle), il est encore impossible de le dire.

Le secteur des thermes

16Cette campagne a été consacrée au secteur sud-est de l’édifice. Nos travaux de relevés et l’essentiel de nos réflexions, toujours menées en étroite collaboration avec nos collègues géomorphologues, ont porté sur les transformations affectant, à partir de la phase III, la périphérie de la grande piscine tiède T5 (fig. 116). Compte tenu de la complexité des structures et du réseau de canalisations, il est pour l’instant impossible de présenter de façon synthétique l’évolution de ce secteur. En outre, la fonction de certaines particularités structurelles mises en évidence par les relevés nous échappe ; entre autres, la présence de puissants contreforts liés à la façade de la phase Ibis (en rouge sur la fig. 116) et englobés ou partiellement détruits lors des travaux de la phase III.

Fig. 116 – Jebel Oust. Plan partiel des thermes. En gris le secteur relevé et étudié au cours de la campagne 2010. En rouge la façade de la phase Ibis avec ses contreforts et, en jaune, celle de la phase III (1/400. Le nord est à droite) (fond de plan T. Triki).

17En effet, dans la phase III, le mur de façade méridional est reporté de 1,20 m vers le sud, ce qui permet la création d’au moins trois nouveaux espaces (T5 A, D et F) s’ouvrant sans solution de continuité sur T5. Ces travaux ayant entraîné la destruction de la canalisation d’eau thermale qui alimentait jusqu’alors l’ensemble de l’édifice, une nouvelle conduite est mise en place entre la façade et les deux grands bassins de refroidissement T20 et T23 contemporains de ces travaux.

Les espaces T5A-F

18Les espaces T5A et T5F ayant fonction de pédiluve étaient respectivement alimentés à partir des bassins de refroidissement T20 et T23. Ils étaient tous deux pourvus au niveau de leur accès d’une marche margelle de faible hauteur, moins d’une dizaine de centimètres, et leur sol était revêtu d’une mosaïque blanche (fig. 117)

Fig. 117 – Jebel Oust. Le pédiluve T5F. Sur la droite la trace d’arrachement de la marche margelle dont ne subsiste que l’extrémité est (A).

Fig. 118 – Jebel Oust. La galerie sud du bassin T5, les espaces T5C et T5E et au centre le bassin T5D. Les points rouges signalent l’emplacement des canalisations en terre cuite provenant des bassins de refroidissement situés en avant de la façade.

19Quant à l’espace T5D, il abritait un profond bassin (fig. 118) pour immersion approvisionné en eau tiède par le biais d’une canalisation en terre cuite provenant de T23.

20Les espaces T5B, C et E sont le résultat d’interventions tardives dont la signification nous échappe. Trois brèches ont été ouvertes dans la paroi sud de T5 et les remblais, situés entre les contreforts de l’ancienne façade et celle de la phase III, excavés. Bien que l’ampleur de ces brèches semble disproportionnée, celles-ci pourraient être mises en relation avec l’installation de trois canalisations ; en T5B il s’agit d’un égout et, en T5C et E (fig. 118), de canalisations en terre cuite provenant respectivement de T20 et T23 et convoyant l’eau tiède des deux bassins vers T5 où elle se déversait directement sur le sol du portique sud.

Le caldarium T5I

21À l’est, l’étude du caldarium (T5I) du petit bain du dernier état de la phase IV a été achevée (fig. 119). Il s’avère que le sol, encore intact, de cette salle repose sur un hypocauste qui communique avec celui de l’étuve T26 dans lequel débouchait le four situé dans l’espace de service R13. La cheminée assurant le tirage, constituée de tuyaux de terre cuite, est partiellement conservée, encastrée dans la paroi nord du caldarium. En revanche, le bassin qui occupe la partie sud de la salle ne repose pas sur l’hypocauste. Il a été creusé directement dans les remblais et, l’espace étant exigu, la fondation du mur méridional de la salle a dû être bûchée. Pour la même raison, la largeur de la marche située au pied de la marche margelle a été réduite au strict minimum nécessaire. Ce bassin était alimenté à partir du bassin de répartition qui occupe le fond de l’espace T5H.

L’espace T5H

22Cet espace qui abrite un bassin de répartition est contemporain de la salle T5 (phase Ibis). Il a conservé sa fonction jusqu’à l’abandon définitif de l’édifice et n’a donc pas subi de transformations notables, si ce n’est celles liées au changement de niveau de la canalisation qui l’alimentait en eau thermale, lors des travaux de la phase III.

23Situé sur l’axe majeur de la salle T5 il s’ouvre, sans solution de continuité, sur la galerie est du portique (fig. 120). La baie d’accès était surmontée par un arc en plein cintre d’une épaisseur de 1,05 m prenant naissance à 1,30 m (A et B sur la fig. 120) au-dessus du niveau de circulation tandis que le berceau couvrant la partie antérieure de l’espace se situait à une trentaine de centimètres au-dessus, comme l’indique une assise de réglage faite de petits moellons (C sur la fig. 120). La faible hauteur du couvrement, en particulier celle de l’ouverture, et la relative obscurité de cet espace tel qu’il devait être perçu par les usagers à partir de la grande piscine à ciel ouvert correspondent probablement au souci d’évoquer l’origine souterraine des eaux, lesquelles surgissaient à l’air libre pour la première fois lorsqu’elles se déversaient (D sur la fig. 120) dans le bassin de répartition qui occupe le fond de la salle.

Fig. 119 – Jebel Oust. Plan du caldarium du dernier état de la phase IV. Les maçonneries non pochées en gris sont celles pour lesquelles l’attribution à une phase est encore à déterminer (1/50, le nord est à droite).

24Ce bassin dont la marche margelle (E sur la fig. 120) était à l’origine deux fois plus haute alimentait essentiellement la piscine T5. Un orifice, aujourd’hui masqué par les concrétions recouvrant le sol du bassin, communiquait avec une conduite de desserte (F sur la fig. 120) qui, passant sous le dallage de la salle et du portique, déversait l’eau thermale dans la grande piscine T5 et ce jusqu’au dernier état de la phase IV. Parallèlement il alimentait, à l’origine, deux petits bassins de faible profondeur situés respectivement aux extrémités nord et sud des salles T5G et T5I, bassins qui furent supprimés probablement lors de la phase III. Dans le dernier état de la phase IV, c’est encore à partir du bassin de T5H que celui du caldarium T5I sera alimenté (cf. fig. 119).

Fig. 120 – Jebel Oust. L’espace T5H, vue prise à partir de la galerie est du portique.

Le secteur dit de la résidence

25Au cours de la campagne 2010, les travaux archéologiques ont consisté principalement en vérifications et en nettoyages au nord-est du secteur (en R64 et R44). D’autre part, les relevés d’architecture au 1/50e ont été complétés et le phasage précisé.

L’espace R64

26Deux opérations ont été effectuées en R64 dans des secteurs dégagés en 2009 en vue de vérifier l’organisation de l’espace (voir le plan des structures alors découvertes dans MEFRA, 122, 1, 2010, p. 290, fig. 76).

27La première a consisté en un nettoyage à l’interruption du mur UF 2661 à l’ouest, où il disparaissait et laissait place à un sol maçonné. Après démontage de ce sol, il est apparu que le hiatus du mur correspondait en réalité à une porte. Celle-ci est matérialisée par un empierrement hétérogène de moellons (UF 2979) servant à caler une dalle munie d’un trou de crapaudine et une autre dalle plus haute très usée sur ses longs côtés (fig. 121, phase 1).

28La position de la dalle à crapaudine, accolée à un mur (UF 2878) jugé antérieur lors de la campagne précédente (MEFRA 122, 1, 2010, p. 289), prouve que ce dernier existe en même temps que le mur UF 2661. Quant à la seconde dalle, elle semble correspondre à une marche menant à un niveau de circulation plus élevé au nord.

29La présence d’une porte indique en outre que le mur UF 2661 se poursuit vers l’ouest et correspond probablement au prolongement d’un mur structurant l’espace fouillé dans les années 1960.

30Ultérieurement (fig. 121, phase 2), l’empierrement (UF 2979) est recouvert par des lits sableux et un limon argileux (UF 2978), interprétés comme des dépôts hydromorphes. Un sol (UF 2977) est ensuite maçonné sur ces dépôts. Enfin (fig. 121, phase 3), ce sol est recouvert par un remblai limono-argileux puis par un lit de préparation pour le sol UF 2739.

31La seconde opération effectuée contre le dallage UF 2958 de l’extrémité nord de la galerie R14 (fig. 122) a révélé un dallage en calcaire gris local (UF 2971) qui passe sous le premier. Son extension vers le sud, l’est et l’ouest demeure inconnue. En revanche, il s’appuie bien au mur nord de la galerie (UF 2959), dans sa partie qui se prolonge en R64.

Fig. 121 – Jebel Oust. États identifiés en 2010 dans l’espace R64.

Fig. 122 – Jebel Oust. Extrémité nord de la galerie R14, avec son dallage (UF 2958), au premier plan, à droite, le dallage UF 2971 qui passe sous le premier ; vue vers l’ouest.

32La principale question soulevée par ces nouvelles données réside dans la relation chronologique du dallage de la galerie R14 avec celui sous-jacent UF 2971. Si ce dernier est clairement recouvert par le second, il est impossible d’écarter l’hypothèse d’un fonctionnement simultané. En revanche, il est certain que le dallage de la galerie a fonctionné seul, au moins dans un second temps, puisque deux sols maçonnés successifs s’appuient à lui et recouvrent le dallage UF 2971.

33Les informations réunies cette année en R64 apportent ainsi des précisions importantes sur l’organisation du secteur. Tout d’abord, elles montrent qu’avant l’élargissement de l’espace avec l’installation du grand seuil UF 2433, les murs UF 2661, 2662, 2664 et 2878 (voir fig. 76, p. 290, dans MEFRA 122, 1, 2010.) fonctionnent ensemble, et que le futur espace R64 compte en réalité trois entités bien distinctes. D’autre part, l’altitude de la dalle avec trou de crapaudine matérialisant le niveau de circulation au passage de la porte du mur UF 2661, coïncide avec celle du dallage de la galerie R14, à environ 121,60 m. Ces aménagements peuvent donc appartenir à la même phase. Enfin, l’altitude du dallage dégagé en R64 contre la galerie R14, à 121, 40 m, concorde avec celle du sol de chaux dégagé plus à l’est dans la pièce en 2009 (UF 2772), et qui vient s’appuyer au premier mur nord de la pièce. Ces vingt centimètres de décalage entre les deux pourraient correspondre à deux phases du premier état de la pièce, avant les changements liés à l’installation du grand seuil.

L’espace R44

34Un dernier nettoyage a été réalisé dans la pièce R44, contre les murs de l’angle sud-est, afin de vérifier l’origine antique de ces maçonneries.

35Il a tout d’abord permis de révéler les deux premières assises du mur nord-sud, dont la facture antique ne fait pas de doute. Leurs moellons sont en effet liés par un mortier de tuileau contre lequel s’appuie un sol maçonné (UF 2980). La deuxième information est l’absence d’assises antiques à la base du mur est-ouest. Ce tronçon correspond à une reconstruction d’époque moderne qui repose sur le sol antique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 114 – Jebel Oust. Plan du bain de la pente et proposition de restitution du système de circulation (relevé de J.-L. Paillet, 1/200, le nord-est est à droite).
Légende Fig. 115 – Jebel Oust. Coupe ouest-est sur S20, S21 et S36 et proposition de restitution des volumes (relevé J.-L. Paillet, 1/100).
Légende Fig. 116 – Jebel Oust. Plan partiel des thermes. En gris le secteur relevé et étudié au cours de la campagne 2010. En rouge la façade de la phase Ibis avec ses contreforts et, en jaune, celle de la phase III (1/400. Le nord est à droite) (fond de plan T. Triki).
Légende Fig. 117 – Jebel Oust. Le pédiluve T5F. Sur la droite la trace d’arrachement de la marche margelle dont ne subsiste que l’extrémité est (A).
Légende Fig. 118 – Jebel Oust. La galerie sud du bassin T5, les espaces T5C et T5E et au centre le bassin T5D. Les points rouges signalent l’emplacement des canalisations en terre cuite provenant des bassins de refroidissement situés en avant de la façade.
Légende Fig. 119 – Jebel Oust. Plan du caldarium du dernier état de la phase IV. Les maçonneries non pochées en gris sont celles pour lesquelles l’attribution à une phase est encore à déterminer (1/50, le nord est à droite).
Légende Fig. 120 – Jebel Oust. L’espace T5H, vue prise à partir de la galerie est du portique.
Légende Fig. 121 – Jebel Oust. États identifiés en 2010 dans l’espace R64.
Légende Fig. 122 – Jebel Oust. Extrémité nord de la galerie R14, avec son dallage (UF 2958), au premier plan, à droite, le dallage UF 2971 qui passe sous le premier ; vue vers l’ouest.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Broise, Jean-Louis Paillet, John Scheid, Emmanuelle Rosso, Ahmed Larbi, Aïcha Ben Abed, Nathalie André, Catherine Balmelle, Raphaël Durost et Chiraz Guellela, « Jebel Oust (Tunisie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 328-336.

Référence électronique

Henri Broise, Jean-Louis Paillet, John Scheid, Emmanuelle Rosso, Ahmed Larbi, Aïcha Ben Abed, Nathalie André, Catherine Balmelle, Raphaël Durost et Chiraz Guellela, « Jebel Oust (Tunisie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/562

Haut de page

Auteurs

Henri Broise

Articles du même auteur

Jean-Louis Paillet

John Scheid

Articles du même auteur

Emmanuelle Rosso

Ahmed Larbi

Aïcha Ben Abed

INP, Tunis

Articles du même auteur

Nathalie André

Architecte

Articles du même auteur

Catherine Balmelle

UMR 8546, CNRS-ENS

Articles du même auteur

Raphaël Durost

INRAP

Articles du même auteur

Chiraz Guellela

Étudiante en architecture (Tunis)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org