Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l'École française de Rome

Kouass (Asilah, Maroc)

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Néjat Brahmi, Claire Brinon, Hédi Dridi, Antoine Gailliot et Abdelfattah Ichkhakh
p. 336-351

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (Rabat, Maroc), Ministère des Affaires étrangères et européennes (Paris) et École française de Rome

1La deuxième campagne du programme quadriennal « Recherches archéologiques franco-marocaines à Kouass » s’est déroulée du 28 juin au 31 juillet 2010. Outre les soutiens institutionnels, cette opération a bénéficié de financements complémentaires dans le cadre du programme ANR « EauMaghreb » (UMR 8546, CNRS-ENS Paris Ulm ; Université de Bordeaux) et d’une aide logistique de la commune de Had el Gharbia.

  • 1 En 2010, la mission, co-dirigée par Virginie Bridoux (EFR) et Mohamed Kbiri Alaoui (INSAP, Rabat), (...)

2L’équipe1 remercie la direction de la mission archéologique de Banasa qui a mis à disposition une partie de son matériel de dessin, Danielle Penot et Françoise Batocchi-Dridi qui ont participé durant une semaine à la mission, J.-Ch. Sourisseau (maître de conférence à l’Université de Provence-Aix-Marseille) et P. Rouillard (directeur de recherche au CNRS) pour leur contribution à l’identification du mobilier, ainsi que Aomar Akerraz (directeur de l’INSAP), Abdallah Salih (directeur du Patrimoine culturel), Rachid Arharbi (conservateur du site archéologique de Banasa), Mustafa Azouga (chef de service à l’Agence urbaine de Tanger), Abdelaziz El Khayari (enseignant-chercheur à l’INSAP), Leïla Es-Sadra (professeur à l’Université Mohammed V de Rabat), Abdelaziz Idrissi (conservateur du musée de la Qasba de Tanger), Jean-Marie Lamachère (chercheur à l’IRD) et son épouse Anna-Marie Lamachère, Mohamed Makdoun (professeur honoraire à l’Université de Méknès) et Wafae Meddah (doctorante à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), pour l’intérêt porté à nos travaux lors de leurs visites à Kouass.

Les opérations de la campagne 2010

3Cette année, la prospection magnétique a été poursuivie et une prospection électromagnétique a été menée en complément des études géomorphologiques. Les fouilles, accompagnées de l’analyse de l’ensemble architectural, ont été approfondies sur la zone de la butte (zone 1) dans les secteur 1 (espaces 10 et 19) et 3. De nouveaux points de fouilles ont été ouverts dans le secteur 1 (espace 23) et sur la pente nord-est de la butte (secteur 4) (fig. 3 et 4). L’ampleur de la documentation acquise nous amène à ne présenter ici qu’un résumé des opérations et des principaux résultats obtenus.

Les prospections géophysiques

4La prospection magnétique avait pour objectif la reconnaissance de l’occupation dans la zone du bâtiment quadrangulaire (zone 2), sur un hectare, et sur la pente nord de la butte (zone 1) où deux rectangles (0.4 ha) viennent compléter la cartographie réalisée en 2009, portant la surface totale à 5 ha. Ces opérations sont liées à la nécessité de définir l’étendue du site archéologique qui, en attente de son inscription comme monument historique sur la liste du Patrimoine marocain, est actuellement menacé par un important projet d’aménagement visant à transformer la commune rurale de Kouass-Briech en une petite agglomération à vocation touristique.

5Le procédé d’acquisition des données a été semblable à celui de 2009 (cf. MEFRA 121/1). L’appareil utilisé est un magnétomètre G-858 (Geometrics Ltd). Les points de mesure sont enregistrés tous les 10-20 cm le long de profils parallèles espacés d’un mètre. Sur la carte magnétique, une même échelle de couleurs a été appliquée à tous les carrés prospectés, les valeurs négatives figurant en nuances de noir et les valeurs positives en nuances de blanc.

6Le terre-plein délimité par les trois murs du bâtiment quadrangulaire, en partie prospecté en 2008 (cf. MEFRA 120, 1), a fait l’objet d’une nouvelle prospection. Les zones communes aux deux cartes offrent des résultats semblables. Le rectangle (85 × 36 m) défini cette année a été calé sur les bords nord et ouest de la terrasse, en évitant le puits (fig. 123, no 5) et les tas de déblais et de pierres amoncelés le long du bord sud. De nombreuses pollutions métalliques jonchant le champ sont visibles sous la forme d’anomalies ponctuelles. Les sillons profondément marqués dans le sol et une rangée de tuteurs (haie) créent des anomalies linéaires parallèles (fig. 123, no 2). L’anomalie linéaire rectiligne (fig. 123, no 1) située à 52 m de l’angle sud-ouest du rectangle prospecté en traverse toute la largeur ; elle correspond probablement au mur est du bâtiment. Une anomalie plus étalée (fig. 123, no 4), longue d’une vingtaine de mètres, se distingue dans l’espace compris entre les trois murs et l’anomalie (fig. 123, no 1). Il s’agit peut-être de déblais en relation avec les « tranchées en croix » mentionnées par M. Ponsich (Ponsich 1967, p. 391). Les trois carrés de prospection implantés dans les champs moissonnés à l’extérieur du bâtiment n’ont révélé aucune anomalie liée à la présence de structures enfouies.

7Sur la pente nord de la butte, la prospection du premier rectangle (30 × 50 m), noté A, a été réalisée après l’ouverture du sondage (secteur 5) qui se trouve au niveau du carré (fig. 124, no 1). Le tas de déblais crée une anomalie magnétique représentée par le rectangle noir (fig. 124, no 2). Les structures révélées par le sondage ne se traduisent pas par des anomalies claires. En se basant sur la direction et l’agencement des murs mis au jour, il est possible d’individualiser des segments très ténus dans les environs du sondage mais le signal magnétique étant très faible, la position et la longueur de ces structures restent hypothétiques. Les anomalies rectilignes (fig. 124, no 3) sont probablement causées par l’existence de drains modernes. Une autre anomalie linéaire (fig. 124, no 4) peut être liée à la géologie ou créée par une occupation de la butte.

8La prospection du second rectangle (50 × 40 m), noté B, a été motivée par l’affleurement de quelques blocs de pierre alignés. La zone est traversée dans sa longueur (direction ouest-est) par le sentier qui se traduit par une anomalie très nette (fig. 124, no 5). On repère les blocs parmi les anomalies ponctuelles en bordure nord du sentier, mais l’image magnétique ne permet pas de conclure sur l’existence d’un mur enfoui sur leur alignement. L’anomalie (fig. 124, no 5) peut aussi bien être causée par le chemin seul ou par une structure construite à son aplomb. Enfin la même répartition des contrastes observée dans le rectangle A apparaît ici. Deux zones sensiblement différentes s’étendent de part et d’autre de la limite matérialisée par le segment blanc, parallèle au sentier et aux courbes de niveau. À l’exception de quelques anomalies ponctuelles, le creux du vallon est très peu contrasté tandis que le bas de la pente présente une réponse plus comparable à celle rencontrée plus au sud (prospection 2009, carré NE).

Fig. 123 – Kouass. Carte de gradient magnétique vertical de la zone 2 (bâtiment quadrangulaire).

Fig. 124 – Kouass. Carte de gradient magnétique vertical du nord de la butte (zone 1, prospections 2009-2010) et interprétation proposée pour les secteurs A et B prospectés en 2010.

Fig. 125 – Kouass. Plan général de la zone de la butte (zone 1).

Fig. 126 – Kouass. Localisation des sondages et des nettoyages 2010 dans les secteurs 1 et 3 (zone 1).

9Les mesures électromagnétiques proposées cette année, en liaison avec les analyses géomorphologiques débutées en 2009 (cf. MEFRA 121, 1), visaient à contribuer à la caractérisation des dépôts sédimentaires et à la localisation des éventuels aménagements portuaires. La documentation disponible sur la géologie locale étant encore peu fournie, la cartographie électromagnétique des formations superficielles se veut constituer une étape préliminaire chargée d’orienter les études ultérieures, comme le choix de l’emplacement de carottages ou de sondages archéologiques. L’appareil utilisé est un EM31 (Geonics Ltd) dont la distance inter-bobines est de 3.66 m et la fréquence d’émission est de 9.8 kHz. En configuration horizontale coplanaire des bobines, la profondeur d’investigation est de l’ordre de 5-6 m. L’enregistrement des données a été réalisé en mode continu (1 mesure / seconde) le long de profils rectilignes parallèles espacés de 5 ou 10 mètres selon les secteurs. L’emploi d’un GPS associé à l’EM31 a permis d’attribuer des coordonnées UTM aux points de mesure. La facilité de mise en œuvre et la rapidité d’acquisition de l’EM31 ont permis de prospecter une surface totale de 28 ha en deux semaines, principalement les champs développés au nord et à l’est de la butte. Les résultats, qui sont exploités parallèlement aux données géologiques, seront présentés ultérieurement sous forme de cartes de conductivité électrique apparente.

Les fouilles, les relevés topographiques et architecturaux

Le secteur sud (secteur 1) : l’espace 10

10Un sondage réalisé par M. Ponsich dans les années 1960 avait été identifié dans la partie nord de l’espace 10 (fig. 127 et 128). En 2010 les couches stratigraphiques de la berme orientale puis les niveaux en place au fond du sondage ont été fouillés de façon à dater la fondation du mur septentrional [1003] et d’établir la chronologie relative de mise en place du mur, des niveaux de sol et des trois blocs de soutènement [2072] qui bordent le mur [1003]. Parallèlement, l’espace adjacent 9bis a fait l’objet d’importants nettoyages dans le but de relever les coupes stratigraphiques issues des dégagements de M. Ponsich (fig. 127).

11La fouille de la berme orientale a permis de documenter une alternance de fines couches cendreuses, de poches argileuses rubéfiées et de plus épaisses strates de sédiments terreux. Plus ou moins riches en os animaux et en matériel, elles présentent une forte continuité des faciès céramiques illustrés par des fragments d’amphores Maña-Pascual A4 de type évolué, diffusées à partir du milieu du ive s. av. J.-C. (Ramon T.12.1.1.1.), d’amphores du Levant ibérique, d’amphores Vandermersh MGS II, probablement originaires de Calabre ou de Sicile méridionale, de céramiques attiques à vernis noir ou à figures rouges, de plats à poisson de type « Kouass », de céramiques peinte et commune.

Fig. 127 – Kouass. Secteur 1, espace 10. Plan général de la fouille.

Fig. 128 – Kouass. Secteur 1, espace 10. Vue générale du sondage vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass).

12Au fond du sondage, dans sa partie orientale, les excavations se sont poursuivies sur une surface de 1,60 × 1,30 m. Après une nouvelle fine couche cendreuse (US 2097) contenant des os animaux brûlés, un important niveau de dépotoir (US 2099, 2110, 2218 et 2119) a été dégagé. Il comprend des ossements animaux non brûlés et un matériel très abondant révélant une continuité notable avec les couches supérieures mais dans lequel on observe une plus forte dominante d’éléments anciens, remontant vers le haut du ve s. av. J.-C. (des céramiques communes et peintes associées à des amphores Maña-Pascual A4 de type ancien Ramon T.11.2.1.3.). Le matériel le plus récent est néanmoins datable du courant du ive s. av. J.-C.

13Vient enfin un niveau glaiseux (US 2121) dans lequel les inclusions sont de plus en plus rares et finissent par disparaître, pour laisser la place au substrat (US 2124), à partir de la cote 38,82. Le faciès du matériel de l’US 2121 peut être situé entre l’extrême fin du vie et le milieu du ve s. av. J.-C. (amphores ibériques, vase de type « Cruz del Negro », rares fragments de céramique peinte).

14Après le dégagement du dépotoir, le bloc oriental [2072] relevé au fond de l’espace 10 a été enlevé (fig. 128). Une couche de sédiment (US 2123), similaire à la terre glaiseuse précédant le substrat (US 2121), formait un remplissage de 65 cm de haut sur une profondeur de 10 cm. Elle s’étend entre la paroi nord du bloc [2072] et ce qui est apparu comme un état antérieur du mur [1003], visible sur 37 cm de hauteur. L’US 2123 a livré un matériel qui s’inscrit dans la continuité des US supérieures.

15L’espace 10, désormais bien circonscrit sur le plan chronologique et stratigraphique, correspond donc à un espace à ciel ouvert, situé à l’extérieur de l’habitat, constituant une aire de dépotoir puis d’amoncellements de rejets cendreux et argileux jusqu’au ive s. av. J.-C. Leur présence appuie l’existence d’une activité de production céramique, d’autant plus que quelques ratés de cuisson sont attestés dans ces niveaux. Rappelons que d’autres ratés de cuisson ont été identifiés parmi le mobilier des fouilles anciennes (Kbiri Alaoui 2007, p. 66).

Le secteur sud (secteur 1) : l’espace 19

16Les travaux ont consisté à poursuivre la fouille de la zone centrale ( = 19b), à effectuer un premier décapage de surface dans la partie orientale ( = 19c) où la stratigraphie semble préservée et un nettoyage fin de la partie ouest ( = 19a) qui s’avère davantage perturbée par les recherches de M. Ponsich. Dans les espaces situés au sud, la stratigraphie a été pour l’essentiel dégagée lors des fouilles anciennes. Ces espaces ont néanmoins fait l’objet d’un nettoyage dans le but de mieux comprendre la structuration du sud du secteur 1 et tenter d’établir une chronologie relative.

17Dans l’attente d’une meilleure compréhension des structures et des niveaux identifiés dans la partie 19a, les principaux résultats présentés ici concernent la partie centrale de l’espace (19b). La fouille s’était arrêtée en 2009 sur une épaisse couche de terre et de briques crues rubéfiées, comportant un mobilier très abondant (US 2021). Celle-ci pouvait a priori correspondre à la destruction d’un four (cf. MEFRA 122/1). Le dégagement de cette US 2021 et de la couche sous-jacente (US 2061) démontre qu’il faut renoncer à cette hypothèse, mais ne permet pas de préciser la nature et la fonction de l’espace. Le matériel récolté cette année dans l’US 2021 comprend des amphores de type Maña-Pascual A4 (formes anciennes et évoluées), des céramiques à vernis noir ou à figures rouges attiques, un répertoire varié de céramiques peintes et communes, une amphore Vandermersh MGS II. Ce matériel renvoie à un contexte de la deuxième moitié du ive s. av. J.-C.

18L’US 2061, d’aspect cendreux, contient des morceaux de briques crues, des inclusions de chaux et de charbon de bois. Tout comme l’US 2021, elle s’appuie contre les murs ouest ([2058]), nord ([2013]) et est ([2020]). Au sud, elle semble se poursuivre sous l’US [2089] (infra). Le matériel de l’US 2061, nettement moins abondant que dans la strate supérieure, présente un faciès assez proche (amphores de type Maña-Pascual A4/Ramon T.11.2.1.3., céramiques à vernis noir attique, céramiques peintes et communes).

19L’US 2061 recouvre le dallage [2087]. Irrégulier mais de bonne facture, celui-ci est composé de grosses dalles de calcaire coquiller (fig. 129). Ses caractéristiques invitent à l’interpréter comme un élément de pavage d’une cour ou d’une rue. Cependant, s’il se poursuit également au sud sous l’US [2089], il s’inscrit dans un espace étroit entre les murs [2013], [2058] et [2020]. Les prochaines campagnes auront pour objectif de mieux comprendre sa nature, de préciser son étendue et sa datation.

20Dans la partie sud de la zone (espace 19b), les US 2055 et 2054 repérées en 2009 ont été nettoyées finement, dévoilant en surface une série de briques crues de taille différente mais jointives, formant une ligne est-ouest assez nette, et un aménagement s’étendant vers le sud fait de briques crues et de pierres ([2089] et [2094]) qui a été coupé par le creusement de deux fosses médiévales [2031] et [2033] (fig. 129). Presque au centre de cet aménagement, une structure rectangulaire (1,30 × 1,10 m) composée de briques crues est apparue nettement. Les nettoyages effectués depuis l’intérieur des deux fosses ont révélé l’épaisseur de l’aménagement (20-25 cm). Il semble ainsi que l’on ne retrouve pas, au sud, la couche grise US 2061 ni le dallage [2087]. Pour le moment, les rapports entre ces différents éléments, mais aussi la nature et la fonction de cette structure, restent indéterminés.

Fig. 129 – Kouass. Secteur 1, espaces 19 et 23. Plan général de la fouille.

21Les travaux ont par ailleurs permis de mieux documenter la limite entre les parties occidentale et centrale de l’espace 19. La première partie n’est pas, comme nous l’avions pensé précédemment, délimitée à l’est par un double mur [2063] et [2058]. Le dégagement de l’US 2063 montre que celle-ci résulte très probablement de l’effondrement de l’élévation du mur [2058]. Le parement ouest du mur [2058] ainsi dégagé s’avère tout aussi bien construit qu’à l’est où la fouille des US 2021 et 2061 a fait apparaître clairement une partie de l’élévation en brique crue reposant sur une série d’assises en pierre faites de gros galets plats et réguliers. Le dégagement de l’US 2063 a en outre dévoilé l’existence de la structure [2103] composée d’une série d’assises très irrégulières en pierres de modules divers et mal ajustées (fig. 129). Elle s’appuie contre le parement du mur [2058] au nord, alors qu’au sud elle semble lui être liée. Tout comme le mur [2058], cette structure semble se poursuivre vers le nord et avoir été englobée par le mur [2013].

22Dans l’espace 19a, compris entre les structures [2008], [2103] et [2013], s’étend l’US 2049 dont la fouille indique qu’il s’agit du remblai d’un sondage effectué par M. Ponsich, lequel peut expliquer la coupure observée dans le mur [2040] à son extrémité nord (fig. 129). En dépit de la hauteur de remblai dégagé, il n’a pas été possible de retrouver en stratigraphie les niveaux sur lesquels sont fondés les murs [2040], [2008] et la structure [2103], ni de connaître le rapport entre les murs [2040] et [2013]. La fouille de l’US 2049 sera donc poursuivie l’an prochain afin d’apporter des éléments de réponses et de préciser la datation des différentes phases. Ces niveaux archéologiques constituent en tout cas la phase la plus ancienne repérée jusqu’à présent dans l’espace 19.

Le secteur sud (secteur 1) : l’espace 23 et la parure de bijoux

23La compréhension de l’espace 19 étant indissociable de celle de la zone située au sud de celui-ci, les nettoyages ont porté jusqu’à l’espace 23, situé en limite méridionale de la butte. Cet espace attirait l’attention pour plusieurs raisons : d’une part les dégagements de M. Ponsich n’avaient manifestement pas touché les angles des murs, où des restes d’argile rubéfiée étaient visibles, d’autre part son mur occidental [2007] comportait d’importantes traces de rubéfaction en élévation sur son parement interne (fig. 130). En débutant le nettoyage de l’espace 23, l’équipe espérait donc récupérer des éléments permettant d’établir sa relation éventuelle avec la destruction de l’espace 19. Il fallait aussi mieux définir l’étendue de cet espace méridional dont seuls les murs nord ([2106]) et ouest ([2007]) étaient connus. La découverte exceptionnelle d’une riche parure de bijoux de tradition phénico-punique (infra) lors d’un premier décapage de surface a encouragé la poursuite de la fouille. Un mur sud [2111] et un mur est [2114] ont pu être identifiés (fig. 129 et 130). Les quatre murs de la pièce sont construits avec des moellons de taille moyenne. La particularité du mur [2114] réside dans le fait qu’il présente une élévation en briques crues dont les traces ont pu être relevées du côté nord-ouest. Ce mur, qui scinde l’espace 23 en deux, amène désormais à distinguer deux pièces (23a à l’ouest et 23b à l’est). Dans la pièce 23a, trois états ont été mis en évidence :

24Le dernier état correspond à la destruction de la pièce, matérialisée par l’US 2116 qui comprend un amas de briques crues, cuites sous l’action du feu (fig. 130). Les niveaux supérieurs d’occupation ayant été dégagés par M. Ponsich, il n’est guère possible de préciser le contexte de cette destruction. Son importance est révélée par l’abandon de la parure de bijoux, retrouvée juste au-dessus de l’aménagement US [2125]. Elle se compose d’un médaillon en argent incrusté d’éléments en or et de sa maille en argent, d’éléments de bracelet ou de collier en argent, d’un tube en argent ciselé, d’une boucle d’oreille en or, de pendentifs en or et en argent. S’y ajoutent une bague en verre, plus de 500 perles en argent, en corail, en cornaline ou en pâte de verre et un scarabée en stéatite portant un décor finement incisé (fig. 131). La plupart de ces éléments ont une chronologie très large pouvant s’étendre du viie au iiie s. av. J.-C. Le reste du matériel issu de la destruction nous apporte peu de repères chronologiques précis. Toutefois, la présence d’un cratère à colonnette en céramique commune, également attesté dans la couche de destruction de l’espace 19, renvoie à un contexte des ve-ive s. av. J.-C. Ce cratère serait de fabrication locale (Kbiri Alaoui 2007, p. 122-123, 133, fig. 94 et 108).

Fig. 130 – Kouass. Secteur 1, espace 23a. Vue générale de l’espace en cours de fouille, vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass).

25L’état intermédiaire correspond à la construction des murs ([2007]), [2106], [2111], [2114], du seuil inclus dans ce dernier [2136] et de l’aménagement qui lui est lié [2125]. Toutes ces structures semblent avoir fonctionné avec un sol en terre battue US 2135. Leur mise en place entraîne l’arasement du mur [2134] qui appartient à un premier état. Localisé au sud-ouest de la pièce, au niveau du mur [2007], ce mur est fait de pierres plus ou moins bien agencées et jointoyées à l’aide de terre et de chaux.

Fig. 131 – Kouass. Éléments de la parure de bijoux : bague en verre, scarabée en stéatite, pendentifs en argent et en or (cliché mission archéologique de Kouass).

Le secteur nord (secteur 3), (fig. 126 et 132)

26Le sondage du secteur 3, de 4,90 × 4,30 m, a été ouvert en 2009 dans l’objectif premier de constituer un référentiel chrono-stratigraphique de la butte. Il avait dès lors permis de documenter une occupation d’époque médiévale matérialisée par une fosse (US 3009) et implantée sur un niveau de destruction antique que le matériel permettait de dater grosso modo de la deuxième moitié du ier s. av. J.-C. En 2010, les travaux ont porté sur le dégagement des strates d’époque islamique avant de se concentrer sur les vestiges antiques. Ils viennent préciser et compléter les résultats obtenus quant au schéma évolutif de la zone.

27La phase IV, la plus récente, correspond à l’occupation médiévale à laquelle appartiennent trois fosses-dépotoirs (US 3009, 3018 et 3020) qui ont entaillé les niveaux antiques. La fosse US 3009, dégagée en 2009 jusqu’à atteindre une couche répertoriée US 3015, se révèle plus profonde et dessine une véritable cuvette de 1,80 m de hauteur qui s’élargit vers le bas. La fosse 3018, située à la limite orientale du sondage, n’est pas une fosse-dépotoir « classique » puisqu’elle est de forme allongée et de dimensions considérables. Repérée sur 3,35 m du nord au sud, elle se prolonge vers l’est et vers le nord et comprend trois couches de remplissage (US 3016 = US 3008 et US 3017). La fosse 3020, à l’extrême nord du sondage, n’est constituée que d’un unique remplissage (US 3019). De forme presque circulaire à l’ouest, elle se rétrécit en s’allongeant à l’est. Elle mesure 2,30 m de long (diamètre maximal) sur 0,80 m (côté est) et 1,45 m (côté ouest), mais semble se poursuivre au-delà de la berme nord du sondage. Ces trois fosses sont caractérisées par une abondance de matériels organique et artificiel parmi lequel prédomine la céramique glaçurée islamique. D’après les études préliminaires, celle-ci renvoie à un contexte du xive s.

28La phase III constitue la dernière occupation antique et concorde avec la construction du mur est-ouest [3006], du mur nord-sud [3014] et l’aménagement d’un sol US 3026. La datation de cet ensemble doit être précisée puisque ce dernier n’a pas encore été fouillé. Sa destruction (US 3012 et 3021) est en tout en cas attribuable à la période comprise entre -50 et -30. Elle est marquée par la présence d’éléments artificiels et d’ossements disposés à plat et la fréquence des amphores de type Dressel 1 pompéiennes. Des parois, des anses et des fonds de même type démontrent que ces amphores, presque complètes, ont été écrasées sur place. La céramique culinaire y est également très abondante. S’y ajoutent quelques fragments de céramiques à paroi fine et à vernis noir de Cales. La disposition et la nature du mobilier évoquent une activité domiciliaire (entrepôt ?).

Fig. 132 – Kouass. Secteur 3. Plan général de la fouille.

29Les phases I et II sont illustrées par les découvertes réalisées suite au dégagement de la partie sud et sud-est du remplissage de la fosse 3009. Celui-ci laisse apparaître deux structures au-dessous du mur [3006]. La structure [3022], d’orientation est-ouest, est conservée sur une longueur maximale de 0,83 m et se compose de dix assises de petits moellons soigneusement assemblés et liés à l’aide d’un mortier de terre. Elle constitue manifestement un soubassement de mur dont l’élévation était réalisée en briques crues, deux d’entre elles étant encore conservées. L’US [3022] coupe la seconde structure [3023]. Cette dernière, visible sur la paroi orientale de la fosse 3009, est fort probablement orientée nord-sud en dépit de son état de conservation, seul le côté sud étant intact. Elle se compose d’un soubassement de cinq assises de moellons de taille moyenne, liés à l’aide d’une terre argileuse, et d’un lit de pose surmonté d’une élévation de briques visible sur 0,43 m. Ainsi la phase II est caractérisée par la disparition du mur [3023] correspondant quant à lui à la phase I, soit l’état le plus ancien reconnu jusqu’à présent dans le secteur, et la construction du mur [3022] dont l’élévation, du moins pour la partie visible, ne diffère guère au niveau de la mise en œuvre des structures de la zone sud-ouest du plateau de Kouass.

Le secteur 4

30Dans le cadre de l’enquête sur l’étendue du site, l’équipe a effectué une série de décapages de surface sur la pente nord-est de la butte (fig. 133) qui pourrait avoir constitué le principal point d’accès à l’établissement durant l’antiquité. Les prospections géophysiques réalisées en 2009 y suggéraient en outre l’existence d’une structuration. Ces vérifications ont renouvelé la problématique de l’occupation du site. Quatre ensembles ont été définis à mi-pente et en contrebas de la butte.

31Dans l’ensemble 1, les dégagements, sur une superficie de 5,5 × 6,5 m, ont révélé un espace délimité à l’est, au sud et à l’ouest par trois murs ([4004], [4009] et [4010]). Aucun niveau d’occupation n’a été détecté dans cet espace perturbé par un grand nombre de racines et l’érosion causée par le pendage de la zone. Une couche de terre noire peu compacte (US 4005) reposant sur le substrat naturel a livré un matériel varié, majoritairement préromain (notamment deux fragments de céramique attique à figures rouges), mais également médiéval. Il semble donc s’agir d’une occupation tardive, hypothèse qui tend à être confirmée par la présence d’un bloc taillé en réemploi dans le mur [4004].

Fig. 133 – Kouass. Localisation des sondages 2010 dans les secteurs 3, 4 et 5 (zone 1).

32Dans l’ensemble 2, un décapage a été opéré sur une superficie de 6 × 4 m, à proximité d’une zone rubéfiée où étaient visibles deux gros blocs. Dans une tranchée est-ouest de 6 × 0,80 m, la couche superficielle (US 4007), comprenant des blocs et des moellons, recouvre une couche argilo-sableuse (US 4008) qui semble appartenir à un niveau de destruction. Cette dernière contient du matériel préromain (fragments de céramique attique, d’amphore Maña-Pascual A4, de céramique peinte, de céramique à engobe rouge de tradition phénicienne et de céramique commune). Ces éléments suggèrent l’existence d’une structure adossée à la pente et reposant, du moins dans sa partie occidentale, directement sur le substrat naturel.

33Dans l’ensemble 3, le dégagement ayant révélé l’existence de structures à caractère monumental, la fouille a été approfondie et progressivement élargie jusqu’à atteindre 13,70 × 11,30 m (fig. 134). Dans l’état actuel de nos investigations, il paraît difficile de proposer une chronologie absolue et d’interpréter cet ensemble, la pente et la faible épaisseur de la couche superficielle constituant des conditions peu favorables à la conservation des structures et des vestiges matériels. Toutefois, quelques éléments de chronologie relative, présentés du plus ancien au plus récent pour faciliter la compréhension, peuvent être avancés.

34La phase I correspond à la construction d’un mur est-ouest [4015]. Large de 90 cm en moyenne, il est bien appareillé au moyen de larges blocs, de blocs plus modestes et de galets. Observé sur une longueur de 9 m, il se prolonge vers l’ouest au-delà de la zone de fouille. Sa limite orientale, qui correspond probablement au grand bloc placé en boutisse (fig. 135), s’avère associée à la structure dallée [4043]. Constituée en avant-corps (plate-forme d’accès ?), cette dernière est large de près de 2 m dans le sens sud-nord tandis que sa longueur dans le sens ouest-est reste indéterminée. Cette phase pourrait être antérieure au milieu du ive s. av. J.-C.

35La phase II est illustrée par la construction des murs [4013] et [4036]. Le mur nord-sud [4013], qui vient s’adosser à [4015], est large de 0,70 m et est implanté dans une tranchée creusée dans le substrat marneux. Il semble s’interrompre dans sa moitié nord pour laisser la place à un seuil (non fouillé). Le mur [4036], large de 0,60 à 0,80 m, constitue le retour du mur [4013] vers l’est. Il est composé de moellons de dimensions variables et est nettement moins aligné que le mur [4013]. C’est peut-être au cours de cette phase que le mur [4051], adossé à [4015], est construit. Enfin, il est possible que ces opérations soient contemporaines de la phase précédente, auquel cas on confondrait les phases I et II. La phase III correspond à l’écroulement des élévations des murs en terre crue le long de la paroi nord de [4015], attesté par l’US 4021( = US 4034). Celle-ci recouvrait la structure [4043] et comprenait une amphore de tradition ibéro-punique datable de la deuxième moitié du ive s. av. J.-C.

36La phase IV consiste au réaménagement de l’ensemble avec la construction de [4020]. Ce mur ouest-est, large de 0,55 m à 0,63 m, apparaît dans la continuité est du mur [4015], sur une longueur de 3,50 m mais son orientation est légèrement différente. Son extrémité orientale semble se fondre dans un massif de forme indéterminée reposant sur le substrat naturel. Outre l’orientation, le matériau employé, moellons de calcaire à arêtes marquées, indique qu’il s’agit d’une construction différente de [4015], peut-être réalisée dans le but d’allonger l’ensemble de la structure vers l’est. La cour constituée par les murs [4013], [4036] et [4020]/[4015] délimite un espace de 5,20 m de large (sens nord-sud) pour une longueur de 6 m au moins (sens est-ouest). C’est durant cette phase qu’elle semble recouverte du dallage [4012]. Plusieurs dalles, en particulier à l’angle formé par les murs [4015] et [4013] d’une part et au sud-est de cet espace d’autre part, semblent avoir été spoliées. Ce dallage repose sur une couche de marne argileuse fragmentée, utilisée comme une préparation de sol (US 4014).

37La présence d’une structure (US [4023]) en position centrale à l’intérieur de la cour explique le changement d’orientation du dallage [4012]. Ce dernier semble en effet la contourner. Cette structure quasi carrée mesure 1,80 m (est-ouest) sur 1,73 m (nord-sud). Ses parois sont larges de 0,34 à 0,43 m et sont conservées sur une hauteur de 0,10 à 0,13 m. Ses côtés sud et est sont en terre crue, son côté nord est fait de petits blocs et son côté ouest est en matériau mixte (petits blocs et terre crue). Les côtés ouest et nord reposent sur le substrat marneux naturel (US 4025), tandis que le côté est et une partie du côté sud reposent sur une couche de fragments de marne argileuse (US 4024) similaire à celle qui remplissait l’intérieur de ce carré (US 4022) et celle qui le recouvrait (US 4038).

Fig. 134 – Kouass. Secteur 4, ensemble 3. Plan général de la fouille.

Fig. 135 – Kouass. Secteur 4, ensemble 3. Vue générale de la partie est en fin de fouilles, vers le sud (cliché mission archéologique de Kouass).

38Cette phase peut vraisemblablement être datée à partir de la fin du ive s. av. J.-C. et se serait prolongée (avec probablement des réaménagements ponctuels) jusqu’à l’abandon du site au ier s. av. J.-C.

39La phase V est illustrée par la réoccupation du secteur à l’époque médiévale, avec la spoliation des blocs constituant les murs et les dallages. La découverte d’un tesson de céramique à glaçure d’époque médiévale dans un morceau de brique crue recueilli dans l’angle nord-est de l’aire de fouille indique probablement la construction tardive de structures en terre.

40Enfin l’ensemble 4 (fig. 133) a été identifié grâce à l’affleurement d’un alignement est-ouest, situé à 11 m au nord du mur [4015]. La mise au jour des structures de l’ensemble 3 et en particulier la ‘structure d’accès’ [4043] qui semble orientée au nord a suscité des questionnements quant aux liens qui pouvaient exister entre l’ensemble 3 et cet alignement. Par ailleurs, la problématique de l’éventuelle existence d’une enceinte reste d’actualité (cf. MEFRA 121, 1). Afin d’apporter des éléments de réponse à ces problématiques, un sondage de 6 × 2,40 m a été ouvert autour de cet alignement. Un mur est-ouest d’une épaisseur de 0,50 à 0,80 m et dont la longueur observée ne dépasse pas les 6 m a été exhumé. Sa limite orientale n’est pas conservée, tandis qu’à l’ouest il tourne à angle droit vers le sud. Ce retour a été observé sur une longueur de 1,70 m et se prolonge au-delà des limites du sondage. Ce mur est inégalement conservé, d’où la distinction opérée entre sa partie est [4029] et sa partie ouest, y compris le coude [4031]. À l’est, le mur emploie des blocs de taille variée, jointoyés à l’argile et sa largeur varie de 0,52 à 0,63 m. Dans son tronçon ouest, ce mur, fait de blocs relativement plus grands, est solidement implanté dans la tranchée coudée. Sa largeur est de 0,80 m pour le tronçon est-ouest et varie entre 0,72 et 0,80 m pour le coude nord-sud. Au niveau du coude, on observe que les constructeurs ont creusé une tranchée de 0,58/0,60 m de large pour une profondeur de 0,60 m au moins dans le substrat marneux naturel. Au fond de la tranchée, deux assises au moins de blocs de taille moyenne forment le soubassement du mur [4031]. Plusieurs éléments suggèrent que son élévation devait être constituée en terre.

Le secteur 5 (fig. 133)

41Le repérage cette année de plusieurs blocs affleurant en surface sur la pente nord de la butte laissait de même présager l’existence d’importantes structures en cet endroit. Un décapage de surface a donc été opéré sur une superficie de 48,5 m2, révélant deux espaces de forme rectangulaire dont les limites ouest et est ont pu être bien identifiées. Une structure de forme carrée a par ailleurs été repérée dans l’ensemble oriental et une zone d’argile rubéfiée a été mise en évidence en surface dans la partie extrême nord-ouest du secteur. Étant donné l’importance des découvertes réalisées parallèlement dans les secteurs 1, 3 et 4, l’équipe a renoncé à approfondir les travaux dans le secteur 5 durant cette campagne, préférant renvoyer à l’an prochain son étude.

Conclusion sur les apports de la campagne 2010

42La deuxième campagne du quadriennal contribue au renouvellement des connaissances concernant l’étendue, la chronologie et la nature du site.

43Longtemps considéré comme un petit établissement fondé sur une butte de près d’1 ha, Kouass occupait en fait une superficie qu’il est désormais possible de fixer à environ 2 ha. Ses limites restent néanmoins à définir au nord, à l’est et au sud. Les fouilles et/ou les prospections démontrent cette année que le grand bâtiment quadrangulaire est une construction isolée et que la pente nord-est de la butte a connu une occupation parallèle à celle du sommet. En l’état des recherches, elle s’avère remonter au moins au ive s. av. J.-C., s’interrompre à partir du ier s. av. J.-C. et sans doute reprendre à l’époque médiévale.

44Au sommet de la butte, la chronologie générale de l’établissement, jusque là basée sur l’étude du mobilier des fouilles anciennes (Kbiri Alaoui 2007), est désormais confirmée par des données stratigraphiques. Les premiers vestiges ne sont pas antérieurs pour le moment à la fin du vie s. av. J.-C. tandis que la zone est abandonnée entre 50 et 30 av. J.-C. et ne sera à nouveau investie qu’au xive s. Cette occupation médiévale, qui n’avait jamais été signalée auparavant, embrasse une aire très étendue mais semble a priori très limitée dans le temps. Si elle est surtout révélée par la découverte de fosses islamiques, certaines des structures antiques documentées dans le secteur 3 pourraient avoir été réutilisées à cette époque. Les fouilles de la pente nord-est de la butte mettent par ailleurs en évidence des murs en pierres et en terre crue probablement datables de l’époque médiévale. Une étude plus poussée du matériel devrait permettre de préciser le schéma d’évolution et de renseigner davantage sur l’occupation islamique du site.

45Les principales phases d’occupation antique et la nature des espaces correspondant sont dorénavant mieux cernées. L’avancée des travaux dans les secteurs 1, 3 et 4 apporte notamment une documentation inédite sur celles des ve-ive s. et du ier s. av. J-C. Un dépotoir, une aire de rejet en liaison avec des activités artisanales, un ensemble de constructions à caractère monumental et sans doute un entrepôt sont ainsi attestés. Ils s’avèrent intégrés au sein d’un urbanisme cohérent, de plan orthogonal, constitué d’axes de circulation et d’îlots. Les nouvelles données recueillies permettent par ailleurs de proposer des éléments de chronologie relative dans chacun des secteurs et d’apprécier la variété et l’originalité des techniques de construction et des matériaux employés dans les différents ensembles architecturaux.

46L’établissement a connu une activité commerciale particulièrement intense au cours des ve-ive s. av. J.-C., période qui semble ainsi correspondre à son apogée, conclusion soulignée lors de l’étude du mobilier des fouilles anciennes (Kbiri Alaoui 2007, p. 220-223). Une destruction liée à un incendie semble avoir affecté le quartier sud-ouest de la butte (secteur 1, espaces 10 et 19) au plus tard à la fin du ive s. av. J.-C. L’abandon d’objets précieux semble bien témoigner de l’importance de cet événement.

47Les niveaux archéologiques ont livré une grande quantité de mobilier céramique, parmi lequel des formes complètes, dont l’étude, en cours, enrichit d’ores et déjà le répertoire des productions locales ou régionales, dites du « Cercle du Détroit ». Les importations qui leur sont systématiquement associées fournissent les éléments indispensables à l’établissement des premières typochronologies. Pour certaines jusqu’alors inconnues sur le territoire maurétanien, ces importations proviennent aux ve-ive s. av. J.-C. d’Attique, du Levant ibérique, d’Ibiza, de Carthage, de Sardaigne, de Calabre ou de Sicile méridionale, puis principalement d’Espagne et d’Italie au ier s. av. J.-C. Ces témoignages, mais aussi les vestiges du secteur 4 (ensemble 3), la parure de bijoux et la découverte d’un élément de corniche à gorge égyptienne nous permettent de confirmer la pleine intégration de Kouass dans les circuits d’échanges économiques et culturels de Méditerranée.

Haut de page

Bibliographie

Kbiri Alaoui 2007 = M. Kbiri Alaoui, Revisando Kuass (Asilah, Marruecos). Talleres cerámicos en un enclave fenicio, púnico y mauritano, Valence, 2007 (Saguntum-Extra, 7).

Ponsich 1967 = M. Ponsich, Kouass, port antique et carrefour des voies de la Tingitane, dans BAM, 7, 1967, p. 369-405.

Haut de page

Notes

1 En 2010, la mission, co-dirigée par Virginie Bridoux (EFR) et Mohamed Kbiri Alaoui (INSAP, Rabat), était constituée d’une équipe de 17 personnes comprenant des chercheurs archéologues marocains et français (Solange Biagi, chercheur associé à l’UMR 8585; Néjat Brahmi, enseignante à Saint-Lô; Hédi Dridi, professeur à l’Université de Neuchâtel; Brahim Faddadi, professeur à l’Université Hassan II de Casablanca; Hicham Hassini, conservateur du site archéologique de Lixus; Abdelfattah Ichkhakh, conservateur principal à la délégation du Ministère de la Culture à Essaouira; Éliane Lenoir, chargée de recherche à l’UMR 8546; Thierry Jullien, enseignant à Tanger), une architecte-topographe (Nathalie André, chercheur associé à l’UMR 8546), un dessinateur (Mohamed Alilou, Conservation de Volubilis), des doctorants en histoire et en archéologie (Séverine Garat, Université de Bordeaux; Antoine Gailliot, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), une étudiante en master d’archéologie (Liliane Rod, Université de Neuchâtel). La conduite de la prospection géophysique a été assurée par Claire Brinon (doctorante, département de géophysique appliquée de l’UMR Sisyphe 7619, Université Pierre et Marie Curie-Paris VI), assistée de Vincent Thiebaut (doctorant en sciences de l’Univers, environnement, écologie, Université Pierre et Marie Curie-Paris VI). Huit ouvriers ont par ailleurs été recrutés sur place et ont été associés aux travaux de terrain durant toute la durée de la campagne.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 123 – Kouass. Carte de gradient magnétique vertical de la zone 2 (bâtiment quadrangulaire).
Légende Fig. 124 – Kouass. Carte de gradient magnétique vertical du nord de la butte (zone 1, prospections 2009-2010) et interprétation proposée pour les secteurs A et B prospectés en 2010.
Légende Fig. 125 – Kouass. Plan général de la zone de la butte (zone 1).
Légende Fig. 126 – Kouass. Localisation des sondages et des nettoyages 2010 dans les secteurs 1 et 3 (zone 1).
Légende Fig. 127 – Kouass. Secteur 1, espace 10. Plan général de la fouille.
Légende Fig. 128 – Kouass. Secteur 1, espace 10. Vue générale du sondage vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass).
Légende Fig. 129 – Kouass. Secteur 1, espaces 19 et 23. Plan général de la fouille.
Légende Fig. 130 – Kouass. Secteur 1, espace 23a. Vue générale de l’espace en cours de fouille, vers le nord (cliché mission archéologique de Kouass).
Légende Fig. 131 – Kouass. Éléments de la parure de bijoux : bague en verre, scarabée en stéatite, pendentifs en argent et en or (cliché mission archéologique de Kouass).
Légende Fig. 132 – Kouass. Secteur 3. Plan général de la fouille.
Légende Fig. 133 – Kouass. Localisation des sondages 2010 dans les secteurs 3, 4 et 5 (zone 1).
Légende Fig. 134 – Kouass. Secteur 4, ensemble 3. Plan général de la fouille.
Légende Fig. 135 – Kouass. Secteur 4, ensemble 3. Vue générale de la partie est en fin de fouilles, vers le sud (cliché mission archéologique de Kouass).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Néjat Brahmi, Claire Brinon, Hédi Dridi, Antoine Gailliot et Abdelfattah Ichkhakh, « Kouass (Asilah, Maroc) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 336-351.

Référence électronique

Virginie Bridoux, Mohamed Kbiri Alaoui, Solange Biagi, Néjat Brahmi, Claire Brinon, Hédi Dridi, Antoine Gailliot et Abdelfattah Ichkhakh, « Kouass (Asilah, Maroc) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/567

Haut de page

Auteurs

Virginie Bridoux

Articles du même auteur

Mohamed Kbiri Alaoui

Articles du même auteur

Solange Biagi

Articles du même auteur

Néjat Brahmi

Claire Brinon

Articles du même auteur

Hédi Dridi

Articles du même auteur

Antoine Gailliot

Articles du même auteur

Abdelfattah Ichkhakh

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org