Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques françaises en Italie

Portus. Les entrepôts de Trajan

Évelyne Bukowiecki, Camilla Panzieri et Stéphanie Zugmeyer
p. 351-359

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Agence nationale pour la recherche, Université de Provence, Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma, Direzione regionale per i beni culturali e paesaggistici del Lazio, Centre Camille Jullian et Institut de recherche sur l’architecture antique

  • 1 Nous remercions l’ensemble du personnel de la Surintendance à commencer par le directeur du site de (...)

1Organisée par l’Atelier archéologique Ostie-Portus dans le cadre du projet quadriennal de l’ANR intitulé « Entrepôts et lieux de stockage dans le monde grécoromain antique » (ANR-08-BLAN-0059-01) et en étroite collaboration avec la Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma, la seconde campagne d’étude sur les entrepôts de Trajan à Portus s’est déroulée du 3 mai au 15 juin et a été complétée par plusieurs opérations ponctuelles durant l’été et l’automne 2010. Cette campagne a permis de préciser les résultats précédemment acquis, tout en ouvrant de nouvelles perspectives sur l’étude des grands entrepôts portuaires1

2L’étude architecturale des Grandi Magazzini s’est concentrée cette année sur le fonctionnement interne des entrepôts le long de la façade maritime ouest et dans l’angle sud-ouest du monument, notamment au croisement formé par le Portico di Claudio et la Strada Colonnata. Les principaux objectifs étaient de préciser l’insertion chronologique des différentes phases de construction reconnues dans le secteur et d’approfondir les connaissances concernant les techniques de stockage et en particulier sur les différents systèmes de sols surélevés utilisés (suspensurae). Les interventions de terrain furent principalement organisées autour de vastes nettoyages de surface, ponctués de sondages restreints, qui ont permis l’enregistrement graphique de structures déjà mises au jour par le passé mais jamais publiées ainsi que l’observation minutieuse des rapports stratigraphiques entre les différents éléments architecturaux.

Le secteur F

3La zone étudiée cette année correspond approximativement à la moitié sud du secteur F (fig. 136). Elle comprend l’ensemble des constructions conservées sur le flanc sud du monument, à l’ouest du cimetière moderne et la partie sud du Portico di Claudio, jusqu’au niveau de la cellule F.50

4Cette partie du monument, très restaurée dans les années 1980-1990, est l’une des plus emblématiques du site de Portus grâce à la conservation exceptionnelle de nombreuses colonnes de travertin qui remontent au premier projet architectural qu’on date traditionnellement d’entre les règnes de Claude et de Néron (fig. 137). Une étude comparative de l’ensemble des blocs d’architecture conservés dans l’enceinte du monument a été réalisée cette année par Titien Bartette (IRAA). Elle a notamment permis de démontrer l’articulation structurelle quasi inexistante entre les deux colonnades est-ouest de la Strada Colonnata et la longue colonnade nord-sud du Portico di Claudio, mettant en évidence des disparités de modules et de niveaux de circulation. Une première tentative de restitution de la façade maritime du monument dans son état du ier siècle de notre ère est en cours.

Fig. 136 – Portus, les entrepôts de Trajan. Plan général du secteur F et localisation des zones d’interventions (S. Zugmeyer).

Fig. 137 – Portus, les entrepôts de Trajan. Colonne de style bugnato insérée dans la maçonnerie des entrepôts (C. E. Sauvin).

5Dans cette même intention de comprendre la connexion entre Portico di Claudio et Strada Colonnata, un vaste nettoyage de surface a été réalisé dans l’espace F.35, entre le passage ouest du couloir F.31 et la colonnade du Portico di Claudio. Le sondage a ensuite été étendu à l’angle nord-ouest de ce couloir et sur une dizaine de mètres le long du portique. Plusieurs structures imposantes ont été révélées et permettent de constater l’importance des remaniements qu’a subi cette zone stratégique du monument au cours des siècles (fig. 138). La plupart des interventions semble être en rapport soit avec la circulation dans le portique, soit avec les différents systèmes de couverture de l’espace ou plus exactement avec les différents supports de couverture.

Fig. 138 – Portus, les entrepôts de Trajan. Vue générale du sondage réalisé dans l’espace F.35 (D. Gauss).

6Une chronologie relative des structures identifiées a déjà été réalisée, mais seul un nettoyage de l’ensemble de la zone permettrait de comprendre le fonctionnement et de proposer une restitution vraisemblable des aménagements successifs.

7Plus au nord, un autre vaste sondage a également été ouvert. Il s’agissait de retrouver les traces du mur de soutien de la galerie qui devait protéger l’accès aux cellules de stockage et qui peut-être, supportait la galerie de circulation permettant l’accès aux cellules supérieures. Supposant identifier une telle structure au centre du très large portique, nous avons organisé le sondage en tranchée transversale. Pourtant, dans cette zone centrale du portique, seuls deux piliers isolés et complètement arasés furent identifiés (fig. 139). Ces piliers, de forme irrégulière et sans alignement particulier entre eux ou avec les autres structures adjacentes, semblent pourtant avoir été élevés au moment de l’installation du vaste pavement en opus spicatum que l’on retrouve sur une grande partie de la surface du sondage, mais également dans celui de l’espace F.35. L’extension du sondage vers le nord et le sud, au contact des cellules de stockage F.47, F.48 et F.49, a finalement livré l’information recherchée. Devant les cellules F.48 et F.49, construites sous les Antonins, cette fondation en opus caementicium du mur de façade des entrepôts est coffrée. Plus au sud, devant la cellule F.47 d’époque sévérienne, la fondation précédente est relayée par une fondation en tuf non coffrée, légèrement plus étroite. Le sol en opus spicatum a été minutieusement coupé par l’installation de ces nouveaux aménagements mais dans les deux cas, les jointures du pavement ont été réparées en fin d’ouvrage. La surprise de cette découverte reste incontestablement la largeur exiguë (1,60 à 1,80 m) du couloir de circulation que ces alignements définissent (fig. 140).

Fig. 139 – Portus, les entrepôts de Trajan. Vue générale du sondage réalisé dans l’espace F.43 (C. E. Sauvin).

Fig. 140 – Portus, les entrepôts de Trajan. Fondation de la façade des entrepôts devant les cellules F.47, F.48 et F.49 (E. Bukowiecki).

8Grâce aux sondages réalisés et à l’observation minutieuse des rapports stratigraphiques entre les structures, on a pu reconnaître, dans ce secteur limité des entrepôts de Trajan, les cinq principales phases de construction déjà identifiées lors de la campagne précédente. Du chantier claudio-néronien (fig. 141a), hormis les bases et les colonnes en travertin encore in situ, les sondages ont permis de positionner certains des larges murs en opus reticulatum qui appartiennent au système de fondation originel. Les constructions de Trajan (fig. 141b), caractérisées par l’usage systématique de l’opus mixtum à panneaux, sont très peu conservées dans ce secteur des entrepôts. Finalement, la plupart des structures visibles dans cet angle des Grandi Magazzini date de la dynastie antonine (fig. 141c) et plus précisément, comme l’indique la datation des nombreux timbres sur briques retrouvés in situ, de la période qui s’étend d règne d’Hadrien à celui d’Antonin le Pieux. Les remaniements sévriens (fig. 141d) correspondent à la construction de quatre nouvelles cellules (F.44, F.45, F.46 et F.47) et au bouchage de la portion de colonnade du portique correspondante. L’intervention tardive (fig. 141e) la plus remarquable dans ce secteur des entrepôts de Trajan reste sans doute la restauration des suspensurae des cellules F.46 et F.47. Cette opération très soignée a utilisé en grande partie les briques provenant de la destruction des sols précédents mais également une variété très particulière de bipedales bicolores. Ces grandes briques, de dimensions supérieures à la normale (62 × 62 cm), sont partiellement recouvertes d’une couleur foncée appliquée à l’aide d’un large pinceau (fig. 142). Plusieurs d’entre elles présentent une estampille sur un de leurs angles. Ces estampilles, dont le caractère tardif est indiscutable, ne se réfèrent toutefois à aucun producteur de brique connu. Les trois types de timbres avérés sur les neuf exemplaires retrouvés correspondent donc à la marque de trois producteurs différents qui ont fabriqué, à la fin de l’Antiquité, cette production très particulière de bipedales.

Fig. 141 – Portus, les entrepôts de Trajan. Les phases de construction reconnues dans le secteur F (S. Zugmeyer).

Fig. 142 – Portus, les entrepôts de Trajan. Fragment de bipedalis bicolore utilisé dans la restauration tardive des suspensurae de la cellule F.47 (J.-P. Carrié).

Le fonctionnement des entrepôts

9Dans le cadre du projet de l’ANR consacré aux entrepôts et structures de stockage, nos observations ont été guidées par le besoin d’identifier en priorité les caractéristiques fonctionnelles des Grandi Magazzini di Traiano. Une attention particulière a donc été dédiée à l’étude de la composition architecturale des cellules de stockage ainsi qu’aux caractéristiques technique des sols surélevés (suspensurae).

10Les cellae des entrepôts de Trajan mesurent en moyenne 6-6,5m× 13,5-14m et leur surface varie entre 80 et 90 m2. Sauf cas particulier, le rapport longueur/ largeur dépasse toujours 2,1 pour atteindre parfois 2,4. Enfin, la meilleure conservation de certaines des cellules a permis de restituer une hauteur moyenne des départs de voûtes autour des 5 m (fig. 143). Ces grands volumes de 400 à 450 m3 ne doivent toutefois pas être comparés aux volumes de stockage de nos entrepôts modernes qui utilisent la plupart du temps des moyens mécaniques d’élévation pour disposer les marchandises en hauteur et optimiser les capacités de stockage. De plus, ces derniers sont généralement équipés de systèmes automatiques de régulation de la température et parfois de l’humidité. Dans les entrepôts portuaires antiques, la marchandise en transit, qu’elle soit conservée en vrac ou en conteneur, était vraisemblablement stockée de manière à en assurer une accessibilité convenable et une manipulation confortable. Même s’il était sans doute possible d’avoir parfois recours au système d’étagères, il semble peu probable que les marchandises puissent avoir été conservées sur des hauteurs aussi importantes. Il est en revanche plus vraisemblable de penser que ces grands volumes d’air disponibles aient plutôt participé à la gestion et à la régulation des conditions de stockage, grâce à l’ouverture ou à la fermeture des portes et fenêtres qui équipaient les cellules. L’accord de coopération scientifique signé entre l’IRAA et le Département de Physique Technique de l’Université « Sapienza » de Rome dans le cadre du projet de l’ANR développe une recherche pluridisciplinaire sur les thèmes liés aux conditions environnementales du stockage des denrées dans les entrepôts antiques d’Ostie et de Portus et sur leurs variations saisonnières. À partir de l’exemple d’une des cellules les mieux conservées (F.47), nos collègues ingénieurs ont réalisés cette année les premières mesures permettant la caractérisation thermique des structures par thermographie et la caractérisation optique (spectrale et colorimétrique) des matériaux de construction employés. Est actuellement en cours la reconstruction virtuelle de cette cellule qui permettra de procéder rapidement aux premières simulations.

Fig. 143 – Portus, les entrepôts de Trajan. Restitution axonométrique de la cellule de stockage F.47 (S. Zugmeyer).

11La protection des cellules de stockage contre l’humidité mais aussi contre les variations brutales de température était assurée également par l’épaisseur importante des murs (90 cm) mais surtout grâce au système de sols surélevés (suspensurae) dont nous avons relevé la présence dans la quasi totalité des cellules de stockage examinées dans le secteur F. Aucune cellule antérieure au milieu du iie siècle n’ayant été conservée dans ce secteur, nous ne savons pas, pour l’instant, si les suspensurae étaient prévues dans le projet de Trajan. Les cellules construites à partir du règne d’Hadrien (F.38, F.39, F.40, F.48, F.49, F.50, F.51) présentent, elles, un système de canaux parallèles, disposés transversalement, sans communication entre eux ni vers l’extérieur, et surmontés d’une double assise de bipedales recouverte d’une épaisse couche d’enduit hydraulique (fig. 144). Les suspensurae des quatre cellules sévériennes ne sont conservées dans leur état original que dans les cellules F.44 et F.45. Les canaux disposés longitudinalement sont surmontés d’une double assise de fins bipedales. Les briques employées dans la construction des murets sont des fragments de bessales dont beaucoup présentent une estampille anépigraphe. L’enduit hydraulique protecteur n’est pas conservé et l’exiguïté du sondage réalisé empêche de comprendre si les canaux étaient communicants entre eux ou avec l’extérieur (fig. 145). La restauration des suspensurae des cellules F.46 et F.47 à l’époque tardive respecte la même orientation longitudinale des canaux. Ces derniers ne communiquent pas avec l’extérieur mais présentent des petites ouvertures, de forme légèrement pyramidale qui permettaient la communication entre les canaux (fig. 146). Une dernière typologie de suspensurae est visible dans la cellule F.38 (fig. 147). Elle se caractérise par une réfection partielle à l’époque tardive (portions de canaux longitudinaux) du système originel prévu à l’époque antonine (canaux transversaux). Cette réfection semble avoir motivé le creusement en canaux du seuil de la cellule pour permettre la communication entre seuil et canaux réparés. Cette solution technique semble surprenante et il sera donc intéressant de comprendre, grâce aux expérimentations et aux simulations réalisées par nos collègues ingénieurs, si cette mesure pu avoir un impact quelconque sur les conditions de stockage à l’intérieur de cette cellule en particulier.

Fig. 144 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.48 – phase antonine (C. E. Sauvin).

Fig. 145 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.44 – phase sévérienne (C. E. Sauvin).

Fig. 146 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.47 – phase tardive (D. Gauss).

Fig. 147 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.38 – phase antonine et phase tardive (E. Bukowiecki).

12Il n’a pas été possible cette année de progresser sur l’étude de l’insertion portuaire des entrepôts et sur les aménagements des quais liés à leur fonctionnement. Toutefois, la collaboration scientifique avec l’équipe de géomorphologues travaillant sur le delta du Tibre (projet UMR 5133 Archéorient, Lyon – Ecole française de Rome) a donné lieu, en novembre 2010, à la réalisation d’un troisième carottage sur le monument (MT3), au niveau de la structure du quai nord. Cette collaboration a également permis de nombreux échanges et réflexions communes centrés en particulier sur le niveau antique de l’eau dans l’enceinte portuaire et sur son implication pour le déroulement des opérations de chargement et de déchargement mais aussi sur les différentes étapes de l’installation des fondations du monument.

13La prochaine campagne permettra de compléter l’étude typologique des cellules de stockage des entrepôts de Trajan en s’intéressant plus particulièrement à celles du secteur B et du secteur C. L’étude architecturale des entrepôts sera dédiée au secteur B qui, malgré un niveau de restauration important des structures, présente un intérêt particulier dérivant de sa position stratégique entre le canal d’accès au port de Trajan et la darsena.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions l’ensemble du personnel de la Surintendance à commencer par le directeur du site de Portus, Angelo Pellegrino ainsi que Lidia Paroli, Gabriella Strano, Paolo Olivieri, Ezio Petrini et le personnel du Museo delle Navi pour le soutien renouvelé. Ont participé à la campagne 2010, sous la responsabilité d’Evelyne Bukowiecki (IRAACCJ) et de Stéphanie Zugmeyer (IRAA), Titien Bartette (doctorant, IRAA), Jean-Philippe Carrié (docteur, Université de Paris I), Amélie Dumont (étudiante, Université de Montpellier), Pierre-Henri Franzkowiak (stagiaire topographe), Ilaria Frumenti (étudiante, Università di Roma Tre), Nicolas Monteix (EFR), Camilla Panzieri (archéologue, Rome), Beatrice Rindone (étudiante, Università della Tuscia) et Charles-Édouard Sauvin (doctorant, Université de Paris I).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 136 – Portus, les entrepôts de Trajan. Plan général du secteur F et localisation des zones d’interventions (S. Zugmeyer).
Légende Fig. 137 – Portus, les entrepôts de Trajan. Colonne de style bugnato insérée dans la maçonnerie des entrepôts (C. E. Sauvin).
Légende Fig. 138 – Portus, les entrepôts de Trajan. Vue générale du sondage réalisé dans l’espace F.35 (D. Gauss).
Légende Fig. 139 – Portus, les entrepôts de Trajan. Vue générale du sondage réalisé dans l’espace F.43 (C. E. Sauvin).
Légende Fig. 140 – Portus, les entrepôts de Trajan. Fondation de la façade des entrepôts devant les cellules F.47, F.48 et F.49 (E. Bukowiecki).
Légende Fig. 141 – Portus, les entrepôts de Trajan. Les phases de construction reconnues dans le secteur F (S. Zugmeyer).
Légende Fig. 142 – Portus, les entrepôts de Trajan. Fragment de bipedalis bicolore utilisé dans la restauration tardive des suspensurae de la cellule F.47 (J.-P. Carrié).
Légende Fig. 143 – Portus, les entrepôts de Trajan. Restitution axonométrique de la cellule de stockage F.47 (S. Zugmeyer).
Légende Fig. 144 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.48 – phase antonine (C. E. Sauvin).
Légende Fig. 145 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.44 – phase sévérienne (C. E. Sauvin).
Légende Fig. 146 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.47 – phase tardive (D. Gauss).
Légende Fig. 147 – Portus, les entrepôts de Trajan. Système de sols surélevés dans la cellule F.38 – phase antonine et phase tardive (E. Bukowiecki).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Évelyne Bukowiecki, Camilla Panzieri et Stéphanie Zugmeyer, « Portus. Les entrepôts de Trajan », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 351-359.

Référence électronique

Évelyne Bukowiecki, Camilla Panzieri et Stéphanie Zugmeyer, « Portus. Les entrepôts de Trajan », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/570

Haut de page

Auteurs

Évelyne Bukowiecki

Articles du même auteur

Camilla Panzieri

Stéphanie Zugmeyer

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org