Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques françaises en Italie

M. Tullius et le temple de fortune Auguste à Pompéi1 (campagnes de fouille et d’étude 2008-2010)

William Van Andringa, Amaia Basterretxea, Jean-François Bernard, Carole Chevalier, Arnaud Coutelas, Thomas Creissen, Franck Decanter, Xavier Deru, Djamila Fellague, Antoine Gailliot, Johannes Laiho, Aitziber Lekuona, Tuija Lind, Christophe Loiseau, Véronique Matterne, Maria Jose Noain, Tarek Oueslati, Maria Mercedes Urteaga, Vincent Lallet et Mark Robinson
p. 359-366

Texte intégral

  • 1 L’équipe est composée de William Van Andringa, dir. (HALMA- IPEL, Université de Lille 3), Amaia Bas (...)

Activités de fouilles soutenues par :
Université de Lille 3 (UMR 8164 du CNRS HALMA-IPEL) avec la collaboration du Musée Oiasso d’Irun, de l’Association Arkeolan, de la Soprintendenza archeologica di Pompei et de l’École française de Rome

1Mis au jour entre octobre 1823 et février 1824, le sanctuaire de Fortune qui réunit un temple monumental et des annexes destinées à l’organisation du culte avec logement, cuisine et salle de banquet (VII, 4, 1 et 2) est une découverte ancienne mainte fois mentionnée dans les guides et publications, et pourtant qui n’a jamais bénéficié d’une étude spécifique, cela malgré la qualité du dossier associant une bonne conservation des vestiges archéologiques à une riche documentation architecturale et épigraphique (fig. 148). Faisant intervenir une équipe pluridisciplinaire composée d’architectes et d’archéologues, l’étude offre l’opportunité de reconstituer toutes les étapes de la genèse d’un lieu de culte, depuis la construction et la consécration du templum sur le terrain privé de l’évergète à la gestion publique du culte par un collège de ministres nommés par la cité. Des fouilles opérées dans les annexes du temple et sur la propriété du fondateur, M. Tullius, complètent l’analyse en apportant des données nouvelles sur les différentes phases de chantier d’un temple ainsi que sur l’organisation et l’évolution liturgique des espaces du sanctuaire. Sont également envisagés les liens établis entre la propriété du notable évergète et le temple d’une divinité proche du pouvoir impérial. Les sondages donnent enfin des informations précieuses sur l’histoire, depuis l’époque archaïque et les origines de la cité, du quartier choisi pour accueillir la déesse Fortune Auguste. Cette confrontation inédite et globale des informations archéologiques, historiques et architecturales offre finalement l’opportunité de réexaminer l’ensemble de nos sources concernant l’installation d’un culte dans une cité romaine (fig. 149).

Fig. 148 – Pompéi. Vue générale du temple de Fortune Auguste. Celui-ci fut construit à un carrefour important, au nord du forum (cliché Johannes Laiho).

Fig. 149 – Pompéi. Plan de situation du temple de Fortune. En jaune, le temple et ses annexes, en vert, la propriété supposée de M. Tullius.

Une découverte ancienne

2Le temple de Fortune Auguste a été découvert en 1823, dans le cadre des fouilles qui ont suivi le dégagement du forum (Pagano-Prisciandaro 2006, p. 127-128; PAH II, p. 84-85; p. 91-92; p. 95-98 et III, p. 47-48 et Mazois 1838, p. 45-48 et pl. XXIV-XXV). Le 10 octobre 1823 apparaissait le soubassement en travertin portant l’autel. Le 15 février 1824 étaient découverts dans le pronaos de «beaux chapiteaux et pilastres corinthiens en marbre». Le 20 février, le dégagement de la cella du temple amenait la mise au jour d’une statue féminine quasi complète dont le visage avait été prélevé ainsi qu’une tête de «consul ou de duumvir». Le 25 février, la suite du dégagement permettait de sortir de terre le corps de la statue masculine ainsi que quatre inscriptions : deux bases de statues, le fragment d’une inscription mentionnant Auguste et la dédicace du temple. Enfin, à la date du 5 mars, le cahier de fouille mentionne le dégagement du local mitoyen du temple, domaine privé de M. Tullius. Les découvertes signalées sont alors un grand vase en bronze à col étroit, une monnaie, deux coupes, deux clochettes, une statuette de satyre ainsi qu’un pied de table et un mortier. L’édifice a été en grande partie déshabillé de ses ornements en marbre lors des campagnes de récupération des matériaux qui ont suivi l’éruption de 79. On reconnaît toutefois dans la structure conservée et grâce aux blocs d’architecture mis au jour un temple corinthien pseudopériptère tétrastyle, les demi-colonnes des murs extérieurs de la cella étant remplacées par une rangée de cinq pilastres ayant laissé des empreintes dans la maçonnerie. Une volée de neuf marches permettait d’accéder à la platée du temple depuis la rue. L’emplacement de l’autel constitue une particularité (fig. 150) : il se dresse en effet sur une plate-forme fermée par des grilles, intermédiaire entre la rue et le podium du temple. Le pronaos est bordé par quatre colonnes en façade et deux colonnes corinthiennes de chaque côté. Dans la cella, la paroi du fond s’arrondit en forme de niche. Deux colonnes corinthiennes et deux pilastres encadrent un haut podium qui portait la statue de culte. Sur les murs nord et sud de la cella, on trouve des niches qui contenaient des statues. Trois de ces effigies peuvent être reconnues : la première représente M. Tullius, l’évergète; la seconde, un drapé féminin non identifié; la troisième Auguste si l’on en croit une dédicace en marbre trouvé au même endroit et mentionnant l’empereur comme parens patriae (CIL X, 823).

Fig. 150 – Pompéi. La plate-forme de l’autel installée directement sur la rue. L’autel était ainsi visible depuis le forum (cliché Johannes Laiho).

3Le caractère exceptionnel du dossier est donné par les inscriptions découvertes dans la cella qui complètent l’information architecturale. En effet, l’épigraphie laissée en place par les récupérateurs de matériaux fournit des jalons précieux concernant la fondation du sanctuaire et l’organisation du culte. La dédicace restituée sur la partie haute de l’édicule de la statue de culte nous apprend que Marcus Tullius, membre éminent de l’aristocratie pompéienne, a décidé, vers 20/10 av. J.-C., la construction d’un temple consacré à Fortune Auguste sur sa propriété située près du forum (CIL X, 820). La date est donnée par l’étude des chapiteaux (Heinrich 2002). La base d’une statue, offerte par les premiers ministres de la déesse nommés par la cité (CIL X, 824) nous assure que le culte est public au moins à partir de 3 ap. J.-C. Si l’aedes et l’autel ont été consacrés, en revanche, les annexes associées au temple sont restées dans la propriété de l’évergète comme le confirme l’inscription gravée sur une borne dressée à l’entrée du local comprenant une série de pièces dont une cuisine et une salle de banquet (CIL X, 821).

4Les modalités et la date de construction du temple permettent de rapprocher la fondation pompéienne d’évènements liés à la maison impériale comme la relation établie par Auguste entre sa maison et le temple d’Apollon ou la dédicace d’un autel à la déesse Fortune à la porte Capène, à Rome, en 19 av. J.-C. Si les inscriptions nous renseignent sur le culte et son organisation, il reste toutefois à compléter l’information concernant l’architecture de l’édifice et son intégration dans un quartier de la ville de Pompéi.

Un temple corinthien pseudopériptère

5L’architecture du temple respecte le modèle canonique des temples corinthiens pseudopériptères. Toutefois, certaines particularités méritent un commentaire (Pesando-Guidobaldi 2006, p. 54-55; Zanker 1993, p. 96-99; Hänlein-Schäfer 1985, p. 105 sq; Van Andringa 2009, p. 56-59). Il y a d’abord l’allongement inhabituel du temple prolongé par la plate-forme de l’autel installée directement sur la rue. La dédicace du temple indique que l’aedes est construite sur terrain privé, ce qui montre que ce terme désigne la plate-forme du temple, alors que l’escalier de façade et l’autel sont construits sur le trottoir et la rue, autrement dit sur domaine public. Or, en 3 ap. J.-C., le culte devient public. On peut donc estimer que l’aedes construite sur terrain privé est concédée à l’usage public, sans doute en même temps qu’est inauguré l’autel, construit, lui, sur la route. Tout cela a été programmé puisque les revêtements du podium et de la plate-forme de l’autel sont chaînés. Les deux structures ont donc été achevées ensemble. La limite choisie pour le podium indique bien en revanche que l’aedes a été volontairement édifiée sur la propriété de Tullius (fig. 151a). La restitution des différentes phases du chantier invite à évoquer la question de l’emprise du templum inauguré. En effet, l’édifice est construit à l’initiative de Marcus Tullius qui exerçait l’augurat (CIL X, 820). La maîtrise des règles auspiciales lui a donc en principe permis d’inaugurer le lieu choisi pour l’implantation du temple qu’il fit construire. L’une des questions posées est par conséquent celle des limites augurales données au templum de Fortuna qui correspondent soit à la plate-forme du temple (l’emprise de l’aedes), soit à l’ensemble de la structure jusqu’à la plateforme de l’autel.

Fig. 151a – Pompéi. Vue de l’extrémité occidentale du podium du temple bâtie à la limite de la propriété de M. Tullius marquée par une borne (au premier plan) (cliché Johannes Laiho).

Fig. 151b – Pompéi. Intérieur de la cella.

6Une autre particularité du temple de Fortune Auguste est l’organisation de la cella. Les quatre niches contenaient des statues parmi lesquelles l’empereur Auguste,qualifié de parens patriae et Marcus Tullius lui-même. Or, la cella était en principe conçue comme la demeure spécifique de la divinité, ne contenant que la statue de culte, le matériel liturgique (qui appartenait au dieu) et certaines offrandes. Ces statues doivent être comprises comme des ornements (ornamenta) associés au culte qui manifestaient la piété de l’évergète et de l’empereur, et qui donnaient sans doute un sens particulier au culte institué.

7D’autres caractéristiques du temple sont pour l’instant plus difficilement explicables. Lors de la fondation du temple, un espace fut laissé libre à l’arrière du podium, ménageant ainsi un couloir, fermé toutefois sur la rue. Une abside fut rajoutée à la cella, qui peut s’expliquer par la volonté de mettre en scène la majesté de la déesse Fortune. On explique toutefois moins bien le parti pris lors de la restauration de l’abside, sans doute après 62 ap. J.-C. En effet, plutôt que de fonder l’abside directement sur l’espace disponible à l’arrière du podium, les concepteurs ont choisi de la construire en aménageant un couloir souterrain, ce qui nécessita l’élévation d’un soubassement venu s’appuyer sur le mur de la maison mitoyenne. Un tel choix défie toutes les règles de la maçonnerie si bien qu’un mur de soutènement a été nécessaire pour porter l’abside qui présente, toujours aujourd’hui, des problèmes de stabilité architecturale. La question se pose alors de la fonction de cet espace maintenu libre à l’arrière du temple, de nature vraisemblablement utilitaire. Il s’agissait de pouvoir accéder à l’ensemble du pourtour du temple pour son entretien.

  • 2 Ce travail de relevé des structures est effectué par Johannes Laiho et Tuija Lind. L’étude des bloc (...)

8L’autre information que l’on attend d’une étude de l’architecture concerne les phases de construction, de la préparation du terrain (ici en l’occurrence la destruction d’une domus qui occupait l’angle d’un carrefour très fréquenté de la ville) à la construction de la plate-forme installée selon les règles auspiciales et à la mise en place des ornements du temple. Les relevés sont ainsi destinés à préciser l’organisation d’un chantier spécial puisqu’il concerne un lieu de culte. Le travail principal a jusqu’ici consisté à faire un relevé des structures du temple et des annexes assorti d’un catalogue exhaustif des blocs sculptés jonchant la plate-forme et les alentours du sanctuaire.2

9La préservation des maçonneries permet également de reconnaître les techniques de construction, l’emplacement et la composition des décors. Les petites cales en marbre relevées dans la maçonnerie nous renseignent par exemple sur la disposition des ornements crustae, plinthes, bases – fûts – chapiteaux de pilastre, appliques, moulures, corniches. Sous les cales, des tenons en fer appelés «pattes à marbre» selon la typologie élaborée par Christophe Loiseau, évoquent l’installation du décor en marbre avant la coulée du mortier de fixation (Loiseau 2009) (fig. 152). Sur les maçonneries extérieures, les cales et tenons en fer sont plus importants en rapport avec la monumentalité des supports de marbre. On distingue ainsi l’emplacement des entablements, des bases, des fûts et des chapiteaux de pilastres dont certains éléments ont été retrouvés.

Fig. 152 – Pompéi. Vue d’une patte à marbre, façade extérieure de la cella. Celle-ci supportait un décor de placage (cliché Antoine Gailliot).

10Hormis les élévations, la fouille de la cella a permis de retrouver le niveau de mortier (constellé d’éclats de marbre) sur lequel étaient fixées les plaques de sol. Sous ce mortier, on trouve une chape lissée en béton recouvrant le nucleus du podium, qui conserve encore des encoches laissées vraisemblablement par les échafaudages. À l’intérieur de la cella, l’ensemble des matériaux de placage a disparu si l’on excepte quelques fragments de plinthes en place.

11L’étude pierre à pierre des élévations autorise désormais quelques hypothèses sur les phases de construction et de restauration du temple. Une seule phase était connue jusqu’alors, celle de la construction de l’édifice qui intervient dans les deux décennies précédant le changement d’ère. On éleva un podium et une cella en opus incertum; l’ensemble de la structure, intérieur et extérieur, fut habillée de marbre blanc : des traces des échafaudages apparaissent encore dans la chape en béton de la cella et du pronaos, également dans les niveaux de chantier dégagés en contrebas du podium. Hormis la phase de construction, l’examen des maçonneries a révélé l’existence d’une deuxième phase qui toucha l’édifice sans doute après sa destruction partielle lors du tremblement de terre de 62 ap. J.-C. Lors de la restauration du temple, l’abside fut reconstruite ou plutôt bricolée en tuf jaune, un matériau connu justement pour être utilisé à cette période. Le mur, mal bâti, n’a pas de chaînage, ni avec le temple, ni avec la maison de Tullius. Il est également probable que le réaménagement complet des sols et enduits des annexes, mis en évidence par la fouille, date précisément de la même époque. Les aménagements et restaurations des deux espaces, temple et annexes, sont donc étroitement liés. L’examen des structures, notamment des traces d’arrachage des plaques de marbre confirme l’existence d’une troisième phase, correspondant à la récupération des matériaux du temple. Cette récupération quasi exhaustive (seule une cinquantaine environ de blocs ont échappé à la récupération) est intervenue après l’éruption de 79 ap. J.-C. La dernière phase correspond aux restaurations du xixe siècle dont on peut retrouver les traces en comparant le relevé de F. Mazois effectué lors de la découverte du temple et les observations de la maçonnerie actuelle.

Le temple de Fortune Auguste et l’histoire de la cité

12Les fouilles menées dans les annexes du temple lors des trois dernières campagnes (2008 à 2010) avaient pour objectif de préciser le contexte de la fondation du sanctuaire. Le sol naturel a été atteint dans un sondage implanté le long du podium, livrant des paléosols dont le plus ancien reconnu est attribué à l’éruption de Mercato (7070/6770 av. J.-C.). Comme ailleurs dans la ville, l’occupation archaïque (vie-ve siècle av. J.-C.), caractérisée par un petit muret et un sol en terre battu sur lequel furent aménagés des foyers, est installée sur un niveau constitué par la sixième éruption antéplinienne du Vésuve (vers 750 av. J.-C.). Nous empruntons ces observations à l’étude de Mark Robinson effectuée à partir des colonnes sédimentaires prélevées dans le substrat par Franck Decanter.

13Les premiers vestiges attribuables à une phase d’urbanisation monumentale dans l’environnement du temple concernent une ou plusieurs maisons hellénistiques dont quelques fondations en calcaire jaune ont été repérées; les études préliminaires montrent des similitudes dans les séquences stratigraphiques de l’aire du sanctuaire et celles de la maison voisine fouillée en 1980 par A. D’Ambrosio et S. De Caro (D’Ambrosio et De Caro 1989, p. 173-215). Une série de réaménagements urbains est ensuite documentée pour la fin de l’époque républicaine avec l’installation de maisons et de boutiques le long de la rue montant du forum (fig. 153).

Fig. 153 – Pompéi. Sondage implanté dans la cour des annexes. Les vestiges du viridarium de la maison rasée pour laisser place au temple (cliché Johannes Laiho).

14À l’époque augustéenne, le quartier d’habitations occupant l’angle des rues de Mercure et de Fortune est arasé jusqu’au niveau des fondations, cela jusqu’à un mur est-ouest respectant l’orientation de la maison d’époque républicaine. Le chantier du temple fut installé sur ce niveau constellé de déchets de taille qui montrent que les blocs de l’ornementation du temple furent préparés sur place. Des machines de levage des blocs dont on conserve les empreintes des trous de poteau furent montées (fig. 154). Au sommet du remplissage de l’un de ces orifices furent déposés, mélangés à des charbons de bois, des fruits complets carbonisés dont la composition ne laisse aucun doute quant à l’identification de ces restes : noisette, noix, poire, figue, datte et grappe de raisin (étude inédite de V. Matterne). Ces fruits ont été brûlés sur un foyer, dans le cadre d’un rituel précis intervenu entre la clôture du chantier du temple et l’aménagement du sol de la cuisine des annexes. Une fois achevé, le temple fut inauguré et le culte introduit dans le calendrier de la cité. Les annexes furent aménagées dans le même temps pour le logement des appariteurs du culte, une cuisine fut construite en liaison avec une latrine. Des chambres furent installées à l’étage. Pour l’organisation de la salle à manger, les concepteurs n’ont pas hésité à récupérer un pavement de mosaïque appartenant à la maison antérieure en créant un emmarchement destiné à rattraper la différence de niveau.

Fig. 154 – Pompéi. Vestiges précédant la mise en place des annexes du sanctuaire. Les trous de poteau laissés par les machines de levage des blocs sont visibles au premier plan (cliché Johannes Laiho).

15À partir de 3 ap. J.-C., des ministres du culte furent nommés par les autorités de la cité (CIL X, 824). Ceux-ci résidaient pendant la durée de leur mandat dans les locaux annexes du temple, restés d’ailleurs sur la propriété de M. Tullius comme l’indique une borne dressée à l’entrée. La fouille de quelques contextes domestiques (canalisation, latrines, dépotoir) permettra sans doute de restituer une partie du quotidien des ministres de Fortune Auguste. Deux aménagements successifs des sols et enduits des annexes montrent que l’entretien du sanctuaire fut maintenu pendant toute l’époque julio-claudienne, cela sans doute jusqu’à l’éruption de 79 ap. J.-C. Au moment de l’éruption, le temple avait, semble-t-il, été réparé des dégâts occasionnés par le tremblement de terre de 62. Enfin, l’observation des traces d’arrachage de l’habillage de marbre du temple et de débitage des blocs fournit des données importantes sur le processus de récupération des matériaux intervenu après la catastrophe et vraisemblablement orchestré par les autorités impériales.

Haut de page

Notes

1 L’équipe est composée de William Van Andringa, dir. (HALMA- IPEL, Université de Lille 3), Amaia Basterretxea (Arkeolan, Musée de Bilbao), Jean-François Bernard (École française de Rome), Carole Chevalier, Arnaud Coutelas (ArkeMine), Thomas Creissen (Université de Tours), Franck Decanter (Inrap), Xavier Deru (HALMA-IPEL, Université de Lille 3), Djamila Fellague (Université de Grenoble), Antoine Gailliot (Université de Paris 1), Johannes Laiho (architecte, Helsinki), Aitziber Lekuona (Arkeolan), Tuija Lind (architecte, Helsinki), Christophe Loiseau (Université du Maine), Véronique Matterne (CNRS), Maria Jose Noain (Musée Oiasso d’Irun), Tarek Oueslati (HALMA-IPEL, Université de Lille 3), Maria Mercedes Urteaga (Musée Oiasso d’Irun) avec la collaboration de Vincent Lallet et la participation de Mark Robinson (Université d’Oxford). Cette présentation, tirée des rapports de fouilles déposées à la Soprintendenza archeologica di Pompei, est le fruit d’un travail collectif auquel ont contribué l’ensemble des collaborateurs cités ci-dessus.

2 Ce travail de relevé des structures est effectué par Johannes Laiho et Tuija Lind. L’étude des blocs d’architecture a été confiée à Djamila Fellague. Arnaud Coutelas s’occupe des mortiers et des maçonneries; Christophe Loiseau des éléments métalliques et de la mise en œuvre des placages.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 148 – Pompéi. Vue générale du temple de Fortune Auguste. Celui-ci fut construit à un carrefour important, au nord du forum (cliché Johannes Laiho).
Légende Fig. 149 – Pompéi. Plan de situation du temple de Fortune. En jaune, le temple et ses annexes, en vert, la propriété supposée de M. Tullius.
Légende Fig. 150 – Pompéi. La plate-forme de l’autel installée directement sur la rue. L’autel était ainsi visible depuis le forum (cliché Johannes Laiho).
Légende Fig. 151a – Pompéi. Vue de l’extrémité occidentale du podium du temple bâtie à la limite de la propriété de M. Tullius marquée par une borne (au premier plan) (cliché Johannes Laiho).
Légende Fig. 151b – Pompéi. Intérieur de la cella.
Légende Fig. 152 – Pompéi. Vue d’une patte à marbre, façade extérieure de la cella. Celle-ci supportait un décor de placage (cliché Antoine Gailliot).
Légende Fig. 153 – Pompéi. Sondage implanté dans la cour des annexes. Les vestiges du viridarium de la maison rasée pour laisser place au temple (cliché Johannes Laiho).
Légende Fig. 154 – Pompéi. Vestiges précédant la mise en place des annexes du sanctuaire. Les trous de poteau laissés par les machines de levage des blocs sont visibles au premier plan (cliché Johannes Laiho).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Van Andringa, Amaia Basterretxea, Jean-François Bernard, Carole Chevalier, Arnaud Coutelas, Thomas Creissen, Franck Decanter, Xavier Deru, Djamila Fellague, Antoine Gailliot, Johannes Laiho, Aitziber Lekuona, Tuija Lind, Christophe Loiseau, Véronique Matterne, Maria Jose Noain, Tarek Oueslati, Maria Mercedes Urteaga, Vincent Lallet et Mark Robinson, « M. Tullius et le temple de fortune Auguste à Pompéi (campagnes de fouille et d’étude 2008-2010) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-1 | 2011, 359-366.

Référence électronique

William Van Andringa, Amaia Basterretxea, Jean-François Bernard, Carole Chevalier, Arnaud Coutelas, Thomas Creissen, Franck Decanter, Xavier Deru, Djamila Fellague, Antoine Gailliot, Johannes Laiho, Aitziber Lekuona, Tuija Lind, Christophe Loiseau, Véronique Matterne, Maria Jose Noain, Tarek Oueslati, Maria Mercedes Urteaga, Vincent Lallet et Mark Robinson, « M. Tullius et le temple de fortune Auguste à Pompéi (campagnes de fouille et d’étude 2008-2010) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/573

Haut de page

Auteurs

William Van Andringa

HALMA- IPEL, Université de Lille 3

Articles du même auteur

Amaia Basterretxea

Arkeolan, Musée de Bilbao

Jean-François Bernard

École française de Rome

Articles du même auteur

Carole Chevalier

Arnaud Coutelas

ArkeMine

Articles du même auteur

Thomas Creissen

Université de Tours

Articles du même auteur

Franck Decanter

Inrap

Xavier Deru

HALMA-IPEL, Université de Lille 3

Djamila Fellague

Université de Grenoble

Antoine Gailliot

Université de Paris 1

Articles du même auteur

Johannes Laiho

Architecte, Helsinki

Aitziber Lekuona

Arkeolan

Tuija Lind

Architecte, Helsinki

Christophe Loiseau

Université du Maine

Véronique Matterne

CNRS

Articles du même auteur

Maria Jose Noain

Musée Oiasso d’Irun

Tarek Oueslati

HALMA-IPEL, Université de Lille 3

Articles du même auteur

Maria Mercedes Urteaga

Musée Oiasso d’Irun

Vincent Lallet

Université d’Oxford

Mark Robinson

Université d’Oxford

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org