Navigation – Plan du site
Régler l'usage : norme et standard dans l'Italie préromaine

Introduction

Laurent Haumesser et Gilles van Heems

Texte intégral

  • 1

1Les textes réunis dans ce dossier sont le fruit d’un programme de recherches mené à l’École française de Rome de 2008 à 2011, intitulé « Régler l’usage : norme et standard dans l’Italie préromaine », et conçu comme une réflexion collective sur les notions fondamentales, et pourtant peu explorées par la recherche, de normalisation et de standardisation mises en œuvre dans ces sociétés précocement urbaines de l’Italie centrale, dans tous les domaines qu’il nous est possible d’atteindre (langages, comportements, productions…). L’objectif de ce programme était plus particulièrement d’articuler la riche production théorique qui s’est développée tout au long du XXe siècle et de manière très vivace encore au cours des dernières années, dans les sciences humaines et sociales sur ces notions d’usage, de norme, de standard, de standardisation, de normalisation avec les problèmes spécifiques que posent les sociétés anciennes dès qu’on souhaite leur appliquer des schémas et des méthodes élaborés à partir d’autres champs : il s’agissait donc de vérifier leur validité et leur pertinence pour aborder ces sociétés ou, au contraire, d’en démontrer les limites, voire leur inutilité. Dans cette démarche résolument ouverte et heuristique, notre conviction première et notre souci constant étaient de croiser et comparer les différents domaines dans lesquels sont perceptibles des phénomènes de normalisation ou de résistance à cette normalisation, afin d’avoir une approche globale du comportement des sociétés étrusques et italiques face à cette notion, d’en discuter la pertinence et d’en délimiter la portée. Car d’emblée ces questions de norme et standard nous apparaissaient comme fécondes, voire comme un préalable conceptuel indispensable pour aborder les sociétés de l’Italie préromaine : comment, en effet, pouvait-on y expliquer l’engouement pour certains types de formes, la réception des innovations, tantôt intégrées et destinées à jouir d’un succès durable, tantôt au contraire très vite rejetées, et la diffusion de ces formes d’une cité à l’autre de l’Italie centrale, voire d’un territoire de la Méditerranée à l’autre, sans s’interroger sur le statut de l’usage, sur la notion de « modèle » et sur les phénomènes de normalisation qui règlent des pratiques individuelles ? Notre but était donc, quand nous avons proposé à une équipe franco-italienne1 de mener ces réflexions collectives, d’offrir aux chercheurs une réflexion articulée sur les notions d’usage, de norme et de standard appliquées aux sociétés de l’Italie préromaine.

  • 2 L. Ambrosini, Le gemme etrusche con iscrizioni, Pise-Rome, 2011. La contribution de Françoise Gault (...)

2Ce programme a donné lieu à plusieurs rencontres scientifiques, et notamment à deux ateliers, dont les textes rassemblés ici peuvent être considérés comme les actes. Ils viennent compléter un article déjà publié et offrant une introduction aux aspects linguistiques et aux problématiques posées par l’utilisation de concepts et notions de la linguistique générale, quand ils sont appliqués à des langues anciennes comme l’étrusque, attesté presque exclusivement par l’épigraphie (G. van Heems, Régler l’usage linguistique : réflexions préliminaires sur l’apport de la linguistique générale aux recherches sur l’étrusque et les langues de l’Italie préromaine, MEFRA 121-1, 2009, p. 5-20). Ce programme a aussi donné lieu à des publications de plus grande ampleur : ainsi le livre récent de Laura Ambrosini consacré aux gemmes étrusques inscrites est directement issu des recherches menées par notre collègue lors du premier atelier du programme2.

3Ce dossier rassemble donc les contributions issues d’ateliers consacrés à l’exploration de deux axes essentiels de ce programme, car ils constituaient autant de champs d’action privilégiés de la norme : les langages (au sens large du terme : écriture, langue, langages figurés ; « Langages », Rome, 26-27 juin 2009) et les échanges (« La mesure : théories et applications », Rome, 13 mars 2010).

  • 3 Nous profitons de cette occasion pour remercier tous les intervenants, et en particulier les modéra (...)

4La première de ces rencontres s’interrogeait sur le rapport entre norme et langages, au pluriel, car elle entendait étudier d’un même regard comparatiste aussi bien les normes graphiques et les normes linguistiques que les normes stylistiques qui régissent la production textuelle et la grammaire des images. L’enjeu était en effet de savoir s’il est possible de mettre en évidence des convergences dans la mise en place de normes efficaces dans ces différents « langages », principalement dans le monde étrusque, mais aussi dans les sociétés italiques. Les participants se sont donc attachés à scruter les phénomènes de normalisation et, corollairement, les manifestations de résistance à la norme et de conservatisme face aux réformes, en déterminant plus particulièrement les vecteurs et les acteurs de la normalisation : quelles instances normalisatrices au sein de la cité assurent la promotion de ces normes et en garantissent l’efficacité ? Peut-on saisir d’éventuels phénomènes de concurrence entre ces instances, isoler les processus et les mécanismes qui en assurent la diffusion, le succès ou au contraire l’échec ? L’écriture, de ce point de vue, offre un terrain d’étude privilégié, d’abord dans le monde grec archaïque, où se pose avec acuité la question de la concurrence des local scripts, comme le met en évidence Alan W. Johnston, mais ensuite en Étrurie, où la longue histoire de l’alphabet étrusque, remise en perspective par Daniele F. Maras pour ses phases archaïques et Enrico Benelli pour ses évolutions hellénistiques, constitue un case-study de premier plan. La question de la normalisation et de la standardisation linguistiques est abordée sous l’angle dialectologique, et affronte et confronte les situations étrusque (Valentina Belfiore, sur la définition problématique de la variété d’étrusque attestée à Pérouse, Gilles van Heems, sur l’étrusque « colonial » d’Aléria) et osque (Ignasi-Xavier Adiego). Enfin, deux derniers articles s’attachent à interroger ces problématiques à travers l’examen du rapport entre texte et image dans la production iconographique étrusque (Luca Cerchiai, qui propose une réflexion sur les méthodes et Natacha Lubtchansky sur la peinture funéraire archaïque). Toutes ces contributions, qui ont bénéficié des riches et longues sessions de discussion lors des ateliers romains, qui ont attiré un grand nombre de participants3, s’attachent à mettre en évidence les acteurs et les vecteurs de la normalisation, quel que soit son domaine d’application.

  • 4 S. Grimaudo, Misurare e pesare nella Grecia antica. Teorie storia ideologie, Palermo, 1998.

5Le second atelier, d’un format plus concentré, était consacré à la question de la mesure et de ses manifestations dans l’Italie préromaine et plus particulièrement en Étrurie. L’existence, centrale pour notre propos, de systèmes de mesure dans les différentes communautés et leurs implications culturelles, sociales et économiques apparaissait là aussi comme un champ d’investigation prometteur, à en juger par les quelques travaux pionniers publiés ces dernières années à propos du monde étrusque et italique, mais aussi par les recherches fécondes menées depuis plus longtemps sur le monde grec4 ; il est d’ailleurs significatif que, comme lors du premier atelier, cette aire culturelle, dont les rapports avec le monde étrusque sont dans ce domaine aussi essentiels, ait fourni dans plusieurs des interventions de la journée des parallèles et des points de comparaison pertinents. En dehors même de la question de la numismatique (qui constitue évidemment un champ d’étude fondamental mais trop complexe pour être repris au cours de cette journée), les systèmes métrologiques en Étrurie sont attestés par une documentation archéologique souvent méconnue, mais dont plusieurs travaux récents ont mis en évidence la richesse et la variété. Dans le prolongement d’études de référence qu’il a menées ces dernières années, Adriano Maggiani revient ainsi sur la question des poids étrusques à travers le cas du matériel du territoire de Fiesole, qui permet de reposer la question de la définition des systèmes de mesure et des autorités qui en sont responsables. Cette même interrogation est perceptible dans les contributions de Vincenzo Bellelli et Laura Ambrosini qui, analysant des séries apparemment modestes et répétitives de vases, montrent l’intérêt de l’approche métrologique et normative, qui redonne à cette documentation archéologique toute sa dimension historique et culturelle : l’importance des acteurs politiques et religieux dans le phénomène de la standardisation, déjà mise en évidence dans le premier atelier (pensons en particulier au rôle des sanctuaires), est ainsi illustrée par un autre biais. Il en va de même de l’intervention de Luca Pulcinelli sur les nécropoles rupestres d’époque hellénistique : comme dans le cas d’autres nécropoles étrusques plus anciennes, la gestion de l’espace et la standardisation perceptible dans les monuments funéraires permettent là encore de mettre en lumière l’organisation de la communauté et en particulier les acteurs de la normalisation.

6Ce programme de recherche, loin d’apporter un point final à cette vaste question, a eu sans doute comme premier mérite d’ouvrir des pistes fécondes pour d’ultérieures recherches. De ce point de vue, il sera nécessaire, pour compléter et approfondir les résultats obtenus par les contributions qui suivent, d’aborder les applications et implications « sociales », au sens le plus large du terme, des régulations de l’usage dans les sociétés de l’Italie préromaine, en croisant aspects politiques, institutionnels, religieux, juridiques et leurs champs d’applications (normalisation des comportements individuels et collectifs à travers les prescriptions juridiques et religieuses, onomastiques, sociales ou culturelles). Nul doute que ce dossier offrira un point de départ solide et fécond pour aborder ces nouvelles recherches.

Haut de page

Notes

1

Cette équipe était composée de : L. Ambrosini (ISCIMA, CNR, Rome), V. Belfiore (Martin-Luther Universität, Halle), V. Bellelli (ISCIMA, CNR, Rome), E. Benelli (ISCIMA, CNR, Rome), M.-L. Haack (université de Limoges), L. Hugot (université de La Rochelle), ainsi que les deux directeurs du programme, L. Haumesser (musée du Louvre) et G. van Heems (université Lumière – Lyon 2). C’est ce groupe restreint qui a établi le programme des ateliers et préparé les discussions auxquelles ces journées ont donné lieu. Nous tenons à remercier Michel Gras, alors Directeur de l’École française de Rome, et plus généralement cette institution pour le soutien qu’ils ont apporté à cette initiative.

2 L. Ambrosini, Le gemme etrusche con iscrizioni, Pise-Rome, 2011. La contribution de Françoise Gaultier au premier atelier (« La céramique étrusque et campanienne à figures noires : schémas iconographiques et formulaires abrégés ») est à paraître dans Mediterranea.

3 Nous profitons de cette occasion pour remercier tous les intervenants, et en particulier les modérateurs des sessions (Paolo Poccetti et Agnès Rouveret) et les participants qui ont proposé une communication lors des ateliers sans pour autant participer à la publication du dossier.

4 S. Grimaudo, Misurare e pesare nella Grecia antica. Teorie storia ideologie, Palermo, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Haumesser et Gilles van Heems, « Introduction », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 124-2 | 2012, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/693 ; DOI : 10.4000/mefra.693

Haut de page

Auteurs

Laurent Haumesser

Musée du Louvre, Laurent.Haumesser@louvre.fr

Gilles van Heems

Université Lumière – Lyon 2, gvheems@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org